forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Alain Testart, Critique du don.

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Sortir de l'économie ?
View previous topic :: View next topic  
Author Message
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 16 Sep 2007 21:34    Post subject: Alain Testart, Critique du don. Reply with quote

Plein de monde m'en parle, et j'ai pas encore lu. L'anthopologue Alain Testart a récemment publié Critique du don : Etudes sur la circulation non marchande, Paris, Syllepse, 2007, 250 p. qui il y a deux mois a valu à ce livre une très bonne recension dans Le Monde Libertaire, disant que cet ouvrage allait faire date pour les anarchistes dans leur rapport aujourd'hui difficile au " paradigme du don " (alors que la FA nous fait encore sa campagne sur la gratuité des transports publics, les critiques du don et de la gratuité ne cessent de grossir ces derniers mois). Et c'est une analyse qui semble rompre énormément avec la perspective de la revue du MAUSS-Caill-Latouche-Gorz et cie. Déjà, Anselm Jappe dans Les Aventures de la marchandise avait lourdement écorché le don, Latouche, Mauss, Gorz et Caillé dans son chapitre " Le fétichisme et l'anthropologie " ou encore celui intitulé " Donner vaut-il mieux que vendre ? ". Y'a -t-il des personnes qui ont déjà lu le livre de Testart et qui pourraient nous en dire plus ..?

Extrait du 1er chapitre très alléchant de son ouvrage (avec une critique de Mauss qu'il suspecte d'ethnocentrisme) :

http://www.alaintestart.com/documents/crdon.pdf

Je suis pas encore tombé sur une réponse de la revue du Mauss à cet ouvrage... ?

Sur le site de cet auteur un article aussi très intéressant sur la critique des modèles biologiques appliqués à l'évolution des sociétés : http://www.alaintestart.com/documents/modbio.pdf
_________________
Critique de la valeur et du travail

Brochure du Manifeste contre le travail de Krisis.

http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/ (3 n° du bulletin)
Back to top
View user's profile Send private message
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 17 Sep 2007 20:38    Post subject: Reply with quote

Salut clem, je n'ai pas encore lu le livre, tout ce que je sais c'est que cela fait un long moment que je fais partagé ma critique du don autour de moi, parceque le don est le retour à la société traditionnelle, avec tout ce qu'elle implique... La monaie permet de rompre des liens... trop en avoir est tout aussi problématique...
le don et contre don force à donner... et quand t'as rien tu l'as dans le cul.

Cela fait un moment qu'il y a un petit livre qui à compris un peu tout ça, d'un auteur de montpellier déjjà venu présenter son livre au groupe décroissance auquel tu ne viens pas :

Marché de dupes, analyse anthropologique du néolibéralisme de Jean Paul Sauzet.
_________________
Pour des communautés libertaires écocentrique et affinitaire

Participer a libérer et cultiver les conditions locales et pérennes d’existences et d’autodéterminations des vivants, sans domination.
Back to top
View user's profile Send private message
bolsse



Joined: 01 Dec 2005
Posts: 27

PostPosted: 17 Sep 2007 21:28    Post subject: Reply with quote

"parceque le don est le retour à la société traditionnelle"
le don n'est pas l'apanage des sociétés traditionnelles

le don pourrait t-il exister dans nos sociétés post-moderne ?

Que je sache le trio maussien "donner, rendre et recevoir" est encore un système social total.
Back to top
View user's profile Send private message
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 17 Sep 2007 22:23    Post subject: Reply with quote

il n'en est pas l'apanache, mais il en est l'abouttissement absolu.
Il suffit de se rendre en corse et de voir le problème. Tel famille aidera tel autre parceque dans le passé ils se sont aidé, mais n'aidera surtout pas telle autre parcequ'ils sont nouveaux venu et n'ont pas fait leur preuve ou parceque les parents de leurs parents ont fait un coup fourré à bidule quand machin ce déplacer à cheval et depuis il ne faut pas s'en approcher.... etc...

C'est cela aussi le don et le contre don.
_________________
Pour des communautés libertaires écocentrique et affinitaire

Participer a libérer et cultiver les conditions locales et pérennes d’existences et d’autodéterminations des vivants, sans domination.
Back to top
View user's profile Send private message
Guest






PostPosted: 18 Sep 2007 13:39    Post subject: Reply with quote

D'où l'importance de la gratuité des actes. J'entends par gratuité le fait qu'un acte est fait pour une satisfacion (une sucette à celui qui met un mot plus joli) immédiate et non pas future. A partir du moment où j'attends quelque chose (que ce soit objectivisé ou non), je peux être mécontent; si je n'attends rien, tout va bien.
J'ai un peu de mal avec cette notion de don qui est tout sauf du don.

dams
Back to top
Deun là
Guest





PostPosted: 18 Sep 2007 17:51    Post subject: Reply with quote

Attention, attention, ouhlala. "Critique du don" ne veut vraiment pas dire ici un jugement négatif sur le don. Mais plutôt "analyse de l'authenticité des textes" parlant du don, en l'occurence les travaux anthropologiques.
Il ne reproche pas à certains l'apologie du don, mais la faiblesse et le flou des concepts des écrits ethnologiques. Sa démarche est hyper analytique.

En résumé il distingue trois types de transferts :

- l'échange : transfert et contre-transfert exigible

- le don : transfert non obligatoire, et contre-transfert PAS exigible. Testard s'insurge donc que "l'obligation de donner, recevoir et rendre", fameuse expression de Mauss. Le contre-don n'est pas obligatoire, ou alors ce serait un échange. Or on ne trouve pas chez Mauss cet effort de distinction entre échange et don. De même on peut refuser un don.

- les transfert du troisième-type : le transfert est obligatoire. Exemples : la dot de la mariée, le service militaire, le dédomagement. Tout ce que l'on doit suite à une faute ou à une responsabilité. Ce sont des transferts exigibles (en cela ils ne sont pas des dons), dans qu'aucune contre-partie le soit (et donc ils ne sont plus des échanges).

J'ai noté que ce travail de distinction reposait sur ce caractère "exigible", "obligatoire", qu'on peut trouver artificiel entre fait et droit. En pratique l'échange est obligatoire dans une société où l'individu est réduit à un rouage économique. La dépendance est de fait, bien que non inscrite dans des statuts, dans le juridique.
Cela intéresse peu l'auteur emporté par un travail de définition l'éloignant de préocupations politiques... En cela, je doute que son livre soit est une réfutation des écrits de la revue du Mauss (donc incompatible avec elle) qui se place clairement dans une perspective de transformation sociale, là où Testard en reste à un point de vue scientifique "neutre".


Un passage un peu polémique ( et en cela peu réprésentatif du livre), conclusion du chapitre "Les trois modes de transfert" :

Alain Testard wrote:
Un des effets les plus curieux de l'Essai sur le don de Mauss est que, tout en faisant l'éloge du don, l'insistance sur la trop fameuse "obligation de rendre" devait finalement oblitérer la distinction même entre donner et échanger. Si l'on pouvait assimiler en effet la suite d'un don et d'un contre-don à un échange, tout phénomène de circulation pourrait sans doute être subsumé sous l'étiquette d'"échange" : on sait que c'est la voie qu'emprunta Lévi-Strauss, voie dont on sait également qu'elle fut largement suivie. Il en est résulté une sorte de philosophie dont le crédo principal voulait que l'échange soit au fondement de toute vie sociale. Or il est clair qu'une telle opinion n'a pu se former et prévaloir que grâce à la confusion entre échange et réciprocité, à l'assimilation abusive entre don/contre-don et échange, ou grâce à l'oubli d'un concept sociologiquement aussi évident que celui de dépendance. On n'a bientôt plus parlé que "d'échange" et de "formes d'échange" (restreint ou généralisé, en cycle ou pas en cycle, etc, donnant ainsi la prédominance au point de vue cinématique), au lieu de ne voir dans l'échange qu'un cas particulier, très particulier, parmi toutes les formes de circulation ; un cas qui n'est tout au plus au fondement que de quelques sociétés parmi toutes celles dont nous entretiennent l'histoire et l'ethnographie.
L'échange est assurément au fondement de la nôtre, tout le monde le voit, au fondement de notre économie marchande comme de notre idéologie politique, et jusque dans la mode actuelle des "communications". Mais qui ne voit également que la société de la Chine classique est centrée sur un rapport de dépendance entre le souverain et ses sujets, et nullement sur l'échange ? Qui ne voit que dans des sociétés dominées par la parenté, comme celles de l'Australie aborigène, la vie sociale s'organise en fonction de relations de dépendance réciproques et symétriques, et non point en fonction de l'échange ? Qui ne voit que dans la Côte nord-ouest américaine il s'agit avant tout de dons et de contre-dons, et que ceci vaut dans la vie sociale et économique comme dans les rapports que les hommes entretiennent avec les esprits ? Qui ne voit que dans la plupart des sociétés d'Afrique ou d'Asie du Sud-est, c'est la dette qui joue le rôle principal, tant dans la société que dans la religion, une dette due au titre de dédommagement, dont nous avons souligné la différence avec l'échange ? L'échange n'est pas la clef des sociétés, c'est tout au plus celle d'une société qui, pour être coextensive à l'ensemble du monde, n'en est moins sociologiquement parlant une parmi beaucoup d'autre. L'hégémonie théorique accordée à l'échange n'est que l'effet de l'ethnocentrisme.

(p. 69-70).

C'est un livre très riche à mettre en toutes les mains, même si on n'y trouvera aucun usage politique immédiat et qu'il ne faut pas avoir peur d'entrer dans les détails d'un travail de définition.
Back to top
Deun là
Guest





PostPosted: 18 Sep 2007 18:03    Post subject: Reply with quote

bug-in wrote:
le don et contre don force à donner...


Et il s'agit donc d'échange, et non pas de don... tu est victime de la confusion maussienne que dénonce Testard.

dams wrote:
si je n'attends rien, tout va bien.


On peut très bien attendre quelque chose en retour d'un don. C'est toujours un don. Toujours d'après Testard. Ce qui caractérise le don c'est que c'est un transfert qui procède d'une liberté absolue. Point.
Back to top
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 18 Sep 2007 21:13    Post subject: Reply with quote

oki docki. Merci pour cette mise au point Deun.
Je suis juste victime de connaitre que la version Mauss du don... et de n'avoir point réfléchi de manière critique sur la question comme dans le "contre don" récent :p

Bon, voili, voilou, reste à savoir maintenant ce qu'entend alors les MAUSSIENS quand ils emploient ce fameux don pour savoir si ma critique est tjs valable ( ce qui est possible, si leur définition reste celle du Don de mauss).
_________________
Pour des communautés libertaires écocentrique et affinitaire

Participer a libérer et cultiver les conditions locales et pérennes d’existences et d’autodéterminations des vivants, sans domination.
Back to top
View user's profile Send private message
Guest






PostPosted: 20 Sep 2007 16:15    Post subject: Reply with quote

ceci (qui est mon humble manière de percevoir le don):
Quote:
Ce qui caractérise le don c'est que c'est un transfert qui procède d'une liberté absolue.

me parait un chouïa contradictoire avec cela:
Quote:
On peut très bien attendre quelque chose en retour d'un don.


Je crains que mes capacités philosophico-ethnographique soient insuffisantes pour comprendre malgré les efforts louables (mais pas loués, donnés) de Deun. Mais bon, c'est pas ça qui m'empêchera de dormir, mon intervention est purement gratuite.

dams
Back to top
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 21 Sep 2007 15:22    Post subject: Reply with quote

Je ne vois pas où est la contraduction. Tu offres un cadeau à quelqu'un, spontanément. Personne t'oblige. Et tu t'attends à quelque chose en retour (qu'il te remercie, qu'il utilise ce cadeau, que sais-je).
Back to top
View user's profile Send private message
lulucifer



Joined: 29 Jul 2004
Posts: 380
Location: levallois-perret

PostPosted: 21 Sep 2007 18:34    Post subject: Reply with quote

est ce que le benevola est un don?
si oui je connais une personne qui critique cette forme de don. en effet le benevolla etant le fait de faire un travail sans etre rémunéré pour ce travail, pour les profesionnel de ce meme travail il deviendra dificil de trouver à gagner sa vie par ce travail car les employeur prefereront avoir un employé benevol à un employé rémunéré qui fait le meme travail.

bon evidement de mon point de vu : l'argent nous gouverne, brulons le!

le fait est que tant que celui ci n'est pas brulé et qu'il faut subvenir à ses besoin d'une maniere ou d'une autre.
Back to top
View user's profile Send private message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 01 Oct 2007 16:42    Post subject: Reply with quote

Le bénévolat oui, c'est du don, toujours au sens de Testard car si contre-partie il y a, elle n'a rien d'obligatoire. Ce qui n'est pas le cas pour un travailleur qui a son salaire en échange.
Mais ça ne veut pas dire que le bénévolat est désintéressé, bien-sûr.

Les bénévoles ne travaillent pas pour un employeur. Mais ils peuvent être des employeurs (une association peut embaucher des personnes, ça arrive très souvent).

Il y a ce texte critiquant le bénévolat dans le cas de SEL.
Je résume en disant que l'auteur dit qu'il vaut mieux une contre-partie explicite (donc un échange, plutôt qu'un don bénévole) pour, soit éviter que le bénévole ait un statut particulier (que les autres aient une dette envers lui), soit éviter que le 'travail' soit mal fait.
Back to top
View user's profile Send private message
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Sortir de l'économie ? All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group