forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

La prétendue invention de l’économie est le fait de Latouche

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Sortir de l'économie ?
View previous topic :: View next topic  
Author Message
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 06 May 2007 11:33    Post subject: La prétendue invention de l’économie est le fait de Latouche Reply with quote

Voici ci-dessous, un commentaire par Jean-Pierre Voyer d'un ouvrage important pour les objecteurs, L'invention de l'économie de S. Latouche (sortie en 2005). Cet ouvrage comme le disait Michéa récemment, est vraiment un outil de discussion important aujourd'hui pour ceux qui entendent bien nier et organiser le déperessiment de l'économie, comme le veulent certains objecteurs de croissance qui n'ont pas l'envie de devenir la morale écologiste de l'économie (de type simplicité volontaire, citoyennisme, revenu minimum garanti à se faire coloniser par l'économie, etc). Discuter de cet ouvrage, se l'approprier et le discuter même vigoureusement c'est bien le reconnaitre comme quelquechose qui fait vaguement surface à la surface de la vacuité analytique ordinaire. Le commentaire de Voyer montre encore une fois combien une certaine décroissance, n'est plus au dessous de toute critique comme ont pu l'être de tout temps, l'altermondialisme, l'écologisme, le gauchisme et les extrêmes-gauche. Elle interpelle et fait partie intégrale du mouvement hors de l'économie (pour lui poser des questions, la condamner, la critiquer, etc). Et ce réarmement des idées et des analyses est en ces temps électoraux où la France retrourne à la niche (ou à l'étable), est bien heureux.

Quote:
La prétendue invention de l’économie
est le fait du Dr Latouche :
Pour que la vie économique existe, il faut et il suffit qu’elle soit pensée !
MIRACLE !


Voici les commentaires que m’inspire la lecture de L’Invention de l’économie du Dr Latouche :
L’invention de l’économie ne fut que l’invention d’un discours économique et seulement d’un discours.
La seule institution qui soit économique — dont on puisse dire : « C’est l’économie » — est l’économie politique et la seule vie qui soit économique — dont on puisse dire : « C’est la vie économique » — est la vie de cette institution et de ceux qui y vivent et en vivent.
Quand dans le poste, les journalistes disent « l’économie », ils ne disent rien (nulle chose). Les journalistes sont des trous du cul, c’est bien connu.
La consultation des dictionnaires populaires et la consultation de la presse concordent : la prétendue institution « économie » (au sens, donc, de réalité économique, de vie économique et non plus seulement d’économie politique) ne fit son entrée au grand jour qu’en 1960, ainsi que j’ai pu l’apprendre dans un des livres de Ian Hacking. Voilà donc une institution qui existerait depuis des millénaires et sous tous les cieux, dans toutes les civilisations connues, et qui ne ferait son apparition au grand jour qu’en 1960. Elle aurait donc existé en secret pendant des millénaires et jusque dans les îles Fidji. Or le propre d’une institution est de toujours exister au grand jour (y compris les Mystères et les sociétés secrètes. Leur existence est bien connue de tous et de la police), pour chaque individu d’une civilisation donnée, comme le note Lévi-Strauss dans son Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss (1950) et cela parce que dans toute institution la connaissance de l’institution est un élément constitutif de l’institution et que sans cette connaissance, il n’y a pas d’institution du tout (merci Barwise). C’est ce dernier point que Marx s’est plu à ignorer se fermant ainsi la porte à toute compréhension de la moindre institution. Une telle institution aurait donc dérogé pendant des millénaires au critère de Lévi-Strauss, ce qui est une preuve supplémentaire que sa prétendue description (le discours de l’économie politique) n’est en fait qu’un ramassis de détails, œuvre d’une entreprise apologétique et manipulatrice (ce dernier terme sans connotation péjorative. Le but de l’économie politique étant de chevaucher un tigre. L’économie politique est en fait un manuel d’équitation) qui est, elle, une institution bien connue depuis deux siècles. C’est bien la preuve que 1) oui l’économie a bien été inventée ; mais que 2) cette invention n’est pas celle d’une institution, telle que le christianisme ou l’islam par exemple, mais l’invention d’un ramassis de détails pour reprendre les termes de Lévi-Strauss qui me plaisent beaucoup vous vous en doutez. Ce Lévi-Strauss m’étonne à chacune de mes relecture de son bref et inépuisable texte. C’est la preuve que je n’ai pas vieilli en vain : à chacune de mes relectures, les livres que j’ai lus dans ma jeunesse rajeunissent, ce qui est exactement le contraire de ce que prétend le matamore Debord, incapable de se corriger et qui s’en vantait, le crétin. L’histoire économique n’est que l’histoire de l’économie politique ou l’histoire de faits arbitrairement isolés par l’économie politique, et non l’histoire économique de peuples ou de civilisations, et non l’histoire d’une institution. Il peut y avoir une histoire du commerce et de l’argent qui sont des institutions plurimillénaires parfaitement connue de tous, commerçants et non commerçants ; tandis que l’histoire de l’économie ne peut être autre que l’histoire de l’économie politique et l’économie politique est la seule institution économique qui fut jamais dans l’histoire du monde. Il y a deux siècles, des hommes se sont enthousiasmés pour l’enculisme qui se donnait enfin libre cours sous leurs yeux. Chacun ses goûts.

« L’économique », comme le nomme Latouche dans son dernier livre, n’est donc qu’une vue de l’esprit, dans le plus mauvais sens du terme. Non pas « représentation consistante de la vie économique comme système autonome » mais système autonome de représentation économique consistante de la vie ; non pas « domaine des affaires humaines, isolable des autres » mais domaine des représentations (isolable des autres) des affaires humaine. Nous voilà reportés à la sainte famille combattue par Marx. Le clou, quelque pages avant : « Soutenir que l’économie a été inventée, c’est montrer qu’elle est une construction de l’imaginaire ». L’économie existe, comme domaine du monde, c’est une construction de l’imaginaire. Les farouches commerçants avaient attendu les décrets, fort avisés, de Quesnay, Smith, Ricardo pour se livrer férocement au commerce industriel ! Cela dit, le libre échange appliqué aux blés fut une application de la clairvoyance de Ricardo. En tant qu’institution l’économie n’est que l’économie politique dont l’apparition peut être facilement datée et qui n’a jamais existé auparavant, même si Xénophon put écrire une Economique qui ne concerne que l’administration d’un domaine. Ce n’est pas l’économie qui se fait une place dans le monde, c’est le commerce et l’argent, deux institutions bien connues de tous, qui s’emparent du monde et de la vie. Nuance.

Il n’existe aucun domaine séparé, il n’est aucune « domaine des affaires humaines » comme dit un Dupuy cité par Latouche, dans lequel les hommes, en poursuivant leurs intérêts égoïstes travailleraient sans le vouloir au bien commun, comme disait Adam Smith, car le commerce et l’argent, institutions bien connues de tous, se sont emparés du monde entier et de la vie entière. C’est partout, dans le monde et dans la vie, et non dans un domaine réservé, que l’on fait appel à l’égoïsme de son boucher, c’est partout dans le monde et dans la vie que l’on encule ou du moins que l’on essaye d’enculer (jusque dans les familles qui sont pourtant, selon Hegel, la sphère de l’amour), c’est partout dans le monde et dans la vie que règne l’enculisme. Toute morale et tout mode de socialisation traditionnels ont été détruits. Bien fait salauds de civils innocents. Crevez maintenant, que l’Arabe vous emporte. Pompidou des sous.

Et la vision économique du monde n’est que la vision du monde par l’économie politique, vision arbitraire et étroite à souhait afin de bien persuader chacun qu’il existe « un domaine des affaires humaines, isolable des autres », nécessaire et inévitable, et qu’il en sera donc toujours ainsi. Mais heureusement, il y en a encore qui savent et qui espèrent, parmi les traditionnels. New York a été bombardée comme Sodome et Gomorrhe et j’espère bien que ce n’est qu’un commencement. La réalité sociale n’est pas économique, ne l’a jamais été. Il n’y a pas dans la réalité sociale « un domaine des affaires humaines séparé des autres » qui serait économique.
La prétendue invention de l’économie n’est rien d’autre que l’invention de l’économie politique. On a beau affubler la chose de cuistreries telle que « champ sémantique de l’économie », cela ne change rien à la chose. Le champ sémantique de l’économie est seulement le discours de l’économie politique massivement diffusé depuis 1960 à la Une des journaux et dans les postes de TSF.

« Toutefois, tant que la survie matérielle de l’espèce ou la reproduction des groupes sociaux n’est pas autonomisée, pensée comme une sphère à part, il n’y a pas de vie économique, il n’y a que la vie tout court. » MIRACLE. Pour que la survie matérielle* de l’espèce soit autonomisée, pour que cesse la vie tout court et que commence la vie économique**, il faut que cette survie soient pensée comme sphère à part. Il ne s’agit pas cependant de la pensée d’un seul homme. Le Dr Latouche ajoute « il faut des institutions pour le faire ». Précisément l’économie politique, la TSF et la télévision sont ces institutions. Mais le fait est là : pour qu’existe une vie économique, il faut et il suffit que ces institutions pensent la vie économique et, MIRACLE, la vie tout court cesse. Effectivement la vie tout court a cessé d’exister depuis longtemps, mais les causes de cette cessation ne sont pas le fait de la pensée, fut-elle pensée d’institutions. Et elle n’a pas été remplacée par la vie économique mais par la servitude. Le jour où les institutions adéquates penseront le miracle du Christ marchant sur les eaux, alors quiconque marchera sur les eaux de même qu’aujourd’hui tout prostitué marche dans une vie économique et non plus dans la vie tout court.

*. Pourquoi pas la survie tout court, qu’ajoute le terme « matérielle ».
**. Donc : économie = survie matérielle

« L’économie* suppose une autonomie relative d’un domaine (…) ce qui implique certaines représentations, des mots pour le dire, des institutions pour le faire. » Un domaine, autre qu’un domaine agricole par exemple qui est une institution, est du même genre d’être qu’une extension de concept, qu’un ensemble, qu’une collection. Tout domaine de ce type consiste dans le concept. Ce n’est pas la peine que le Dr Latouche se fatigue. Il ne sert à rien de remplacer « ensemble » par « domaine ». Ce domaine autonome ne peut être qu’un domaine autonome dans la pensée et non un domaine autonome dans le monde, une « vue du monde » et non le monde. Le Dr Latouche peut remplacer le mot ensemble par le mot domaine tant qu’il voudra, cela ne changera rien aux choses. Notez bien que je ne dénie pas toute inefficacité aux « vues du monde » et pour vous en convaincre, une fois de plus, je vous citerai la « vue du monde » saugrenue de Hitler qui a bien failli réussir.
*. L’existence de l’économie, je suppose.

« La monnaie, le commerce et le marché sont les trois grandes “trouvailles” qui impulsent prodigieusement l’économie et la réflexion économique » Ces trouvailles sont des trouvailles du monde et non de « vues sur le monde » et non des trouvailles de penseurs. Elles n’impulsent pas prodigieusement « l’économie » mais l’ « économie politique », après quelque millénaires (ou siècles pour ce qui est des « places ») d’existence. Smith et Ricardo ont trouvé les choses déjà là et c’est pourquoi ils peuvent être pleins de perspicacité contrairement à Say qui préfère inventer l’existence de l’économie à lui tout seul. Lisez Durkheim à ce sujet.

« L’économique désigne tout à la fois un domaine concret et une sphère théorique. Le premier est familier à tous » STUPÉFIANT ! De ma vie je n’ai jamais eu la moindre connaissance de ce domaine familier à tous. Je n’ai jamais vu cette bête-là. Certes, comme M. Leboullanger, « je vous tromperais si je vous disais que je n'en ai jamais entendu parler, mais je ne l'ai jamais vue. » Ça en cause tous les jours dans le poste et dans les première pages des journaux. Aussi, ce dont tous ont l’expérience n’est pas l’expérience de l’économie mais celle de la propagande, respectable institution s’il en est. La propagande est bien connue de tous, dans le monde et … à Colone.

Ainsi : « les physiocrates (1750-1775), voient la sphère matérielle de la société où se crée et se consomme la richesse comme un organisme et un corps vivant avec la double circulation veineuse et artérielle du sang. » Mais en quoi la vision des physiocrates implique-t-elle qu’une telle chose existe dans le monde de même pour toutes les visions qui lui ont succédé. Ricardo n’a aucune vision, contrairement à Marx, hélas.
« Notons que le développement de la vie économique et de la réflexion économique se produit presque exclusivement en Occident » Nous sommes page 15 d’un livre de 264 pages. Donc le Dr Latouche tient pour acquis que la vie économie existe. Pourquoi donc écrire encore deux cents pages. Durkheim nous dit que l’objet doit être découvert. Ici, il est postulé. Le Dr Latouche est le Bastiat de ces lieux (Stendhal assistant à une séance de l’Institut disait de Cauchy qu’il était « le Quatremère de Quincy » de ces lieux, c’est à dire un gros con — Cauchy était un grand maigre. Voilà tous les taupins vengés)

Ma position est totalement différente de celle du Dr Latouche et de ceux qui lui ressemblent : comme M. Leboullanger, j’ai abondamment entendu parler de la vie économique et de la réalité économique, mais je ne les ai jamais vues (par contre, j’ai vu abondamment la prostitution et la servitude répandues partout dans le monde et j’ai fait tout mon possible pour y échapper). Le Dr Latouche en parle d’abondance et prétend les avoir vues. Qu’il nous les montre. Il nous parle de faits « économiques », d’opérations « économiques » et mêmes d’institutions « économiques » et j’admets que c’est son droit le plus strict de nommer comme il veut la classe d’un certain nombres de faits ou même de certaines institutions (la Banque, le Change, etc.). Ainsi, les noms des nombres naturels qui sont des classes de classes équinumériques, sont totalement arbitraires et varient d’une langue à l’autre, et même dans une seule langue si elle connaît beaucoup de dialectes. Mais un ensemble de faits n’a jamais constitué une réalité sociale, un ensemble de fait n’a jamais constitué une vie, un ensemble d’institutions n’a jamais constitué une institution car les institutions ne sont ni des ensembles, ni des domaines, ni des classes.
Enfin quelque chose de sensé : « La vie économique n’apparaît historiquement qu’avec une réflexion sur l’économique. » Oui, c’est bien vrai, la « vie économique » n’apparaît qu’avec la propagande (totalement absente chez Ricardo) omniprésente chez Say (l’auteur de l’impérissable loi sur des débouchés, c’est donc lui qui a inventé l’objet «économie”), Walras, Bastiat. Que fut d’autre la réflexion économique si l’on excepte Quesnay, Smith et Ricardo ? La vie économique apparaît exactement comme Jésus et sa mère avec cette différence qu’on en entend seulement parler et qu’on ne la voit jamais. C’est ce qui est arrivé à Jeanne d’Arc.

Jean-Pierre Voyer

_________________
Critique de la valeur et du travail

Brochure du Manifeste contre le travail de Krisis.

http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/ (3 n° du bulletin)
Back to top
View user's profile Send private message
Djinn



Joined: 23 Aug 2007
Posts: 214
Location: St-Denis

PostPosted: 12 Dec 2007 15:00    Post subject: Reply with quote

Je saisis mal où se trouve le débat. En gros, Voyer est d'accord avec les conclusions de Latouche sur l'invention de l'économie mais lui reproche d'en utiliser le langage ?

Je ne pense pas que le nihilisme absolu soit une bonne manière de se faire comprendre. Je me demande même s'il ne s'agit pas seulement d'un problème de personnes.
_________________
http://www.ecotheurgie.com
Back to top
View user's profile Send private message
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 12 Dec 2007 17:37    Post subject: Reply with quote

Je crois que Voyer reproche essentiellement à Latouche de dire que l'invention de l'économie est le fait des économistes (l'économie politique). Et il est vrai que Latouche le dit. Ce reproche on pourrait aussi le faire à la revue du MAUSS et à Michéa par exemple. Ce courant depuis longtemps pense que le vers est dans la pomme du discours économique. Et plus encore pour Michéa, dans ses présupposés anthropologiques qui seraient finalement ceux de la réflexion politique du XVIIe siècle après les Grandes Guerres Européennes de Religion (Hobbes, grotius...). Et voilà, c'est tout.

Pour ma part, la critique de " l'utilitarisme dans les sciences sociales " (comme ils disent) et très intéressante, mais en rester là, pousse immédiatement à postuler un nominalisme sans borne (dont se réclame Latouche, tandis que Caillé se réclame d'un " nominalisme réaliste " comme il dit) : l'économie est l'invention des économistes, c'est-à-dire l'économie est l'institution de représentations auto-référentielles, elle est simplement un " imaginaire ".

Voyer lui, ne croit pas que l'invention de l'économie soit le fait des économistes, il pense qu'elle s'est inventée que dans les années 1960, et qu'elle est l'insitution représentationnelle d'une " propagande " médiatique, etc (on est là sur les thèses communicationnnelles de Voyer, voir son site si ces sortes de bêtes bizarres vous intéressent). " la « vie économique » n’apparaît qu’avec la propagande ", comme écrit Voyer.

On pourrait en effet reprocher au MAUSS, à Michéa et à Latouche, d'avoir donné une importance trop grande aux économistes du XVII-XVIII-XIXe siècles, dans l'invention de l'économie. L'économie n'a pas eu besoin d'être d'abord penser, pour être ensuite appliquée, pour s'inventer. C'est quand même ce que postule de manière générale les thèses des sympathisants du MAUSS. Mais doit-on aussi penser que c'est les moyens de propagande démesurés du XXe siècle, qui ont permis aux gens du commun de se penser sous les traits d'une vie économique ? Et que hop là, MIRACLE, grâce à la propagande l'économie serait inventée !

En fait, il me semble qu'entre Latouche et Voyer on a là simplement un débat entre nominalistes, l'un pense que c'est la pensée des économistes qui a inventé l'économie, l'autre pense que c'est la pensée de la propagande qui a créé l'économie et non pas comme une réalité mais comme un mensonge.

L'un pense qu'il suffit de se déconoloniser notre imaginaire qu'auraient travaillé les économistes, pour que POUF miracle ! on sorte de l'économie. L'autre, plus radicalement, pense que la réalité économique n'existe toujours pas et qu'elle est encore qu'un " mensonge ", que l'on ne pourrait pas critiqué mais réfuter. Parce qu'un mensonge cela ne se critique pas, cela se réfute. Il y a chez Voyer un nominalisme encore plus radical que chez Latouche. Pour lui, l'économie n'existe pas !

Il y a quelques longues années, des voyetistes (proches de ses thèses sur l'économie) se sont séparer du MAITRE, pour fonder le groupe des " téléologues modernes " qui s'est raccrochés à ceux de la Bibliothèque des Emeutes du début des années 1990 (voir leur site actuel " Observatoire de téléologie moderne " http://www.teleologie.org/ , leurs éditions Belles Emotions, et leur dernier ouvrage Matrice téléologique et De l'hypothèse à l'hypostase). La question du différent a été non seulement cette question de la " réfutation " de l'économie, mais aussi les thèses sur la communication de Voyer. Naggh des téléologues a d'ailleurs posté sur ce forum, les thèses de ce groupe sur l'invention de l'économie http://forum.decroissance.info/viewtopic.php?t=4829 Pour moi on est encore chez Latouche comme chez Voyer, dans une compréhension hégélienne de l'aliénation. Et le fétichisme n'est qu'une mystification représentationnelle, le jeu d'une abstraction.

Cependant (même si Latouche dans L'invention de l'économie, dit que l'économie est une invention allant dans un va et vient entre une pratique et une théorie, qui s'adossent l'un sur l'autre, pour se déployer, toute son oeuvre et toute sa critique porte non pas sur l'invention pratique de l'économie, mais sur son invention théorique en allant chercher le vers dans tous les textes des économistes) jamais ces nominalistes ne se posent la question de l'invention pratique de l'économie.

Latouche ou ces groupes, reprennent bien entendu la critique de l'équivalence dans l'échange d'objets, mais ils n'approfondissent pas du tout la réflexion sur cette mise en équivalence pratique. Ils postulent tout le temps que ce sont les mots qui agencent la réalité. C'est là, il me semble, que les thèses du groupe Krisis sur la forme-valeur, ou le Marx de Michel Henry, sont intéressants (dans la diversité des thèses qui leurs sont propres et discutables), parce que eux, se sont posés la question de l'invention de l'économie, en terme d'invention pratique de l'économie, et non pas en tant que simple plaquage des idées, des mots, des représentations sur la réalité. Le concept d' " abstraction réelle " de Krisis, ou le concept de " genèse transcendantale de l'économie " chez Henry, sortent justement de la compréhension hégélienne (et qui est le propre de l'ensemble de la philosophie allemande comme le pensait Marx, contre Bauer, contre Stirner, etc) de l'aliénation-objectivation. La conscience n'aliène jamais, elle n'est pas le lieu de l'aliénation, ce n'est pas le fait de mystifier la conscience de soi par des représentations des économistes ou de la propagande, qui aliène, parce que la conscience n'est pas le naturant mais le naturé, c'est la vie qui détermine la conscience et non pas la conscience qui détermine la vie (on reste là dans le nominalisme dans la philosophie de la volonté et donc quelque part dans le sujet kantien défini par son simple entendement, son intellect). Or la conscience comme disait le Marx de L'idéologie allemande, c'est " le langage de la vie ", et non l'inverse. L'aliénation est réelle, si c'est la vie elle-même qui est mise à l'envers, et pas seulement son langage. C'est là la différence entre une aliénation réelle et une aliénation abstraite de type hégélien, qui pense que finalement il suffirait de décoloniser ou réfuter une représentation, pour que POUF, MIRACLE, on sorte de l'économie.

- Allez-y fermez les yeux, concentrez-vous, et répétez après moi : " l'économie n'existe pas, l'économie n'existe pas, l'économie n'existe pas " !

- Rouvrez les yeux, alors ça va mieux ? Clin d'oeil
_________________
Critique de la valeur et du travail

Brochure du Manifeste contre le travail de Krisis.

http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/ (3 n° du bulletin)
Back to top
View user's profile Send private message
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 13 Dec 2007 1:10    Post subject: Reply with quote

amusant, j'avais donc dans mon mémoire déjà critiquer latouche sans le savoir, puisque j'y fait une critique de l'économie en y montrant ses conséquences pratiques grâce au lien avec la techniques, les détériorations de la production, l'industrialisation que les luddites repoussait etc... et la mise en place d'un véritable rapport de force, qui n'est pas qu'imaginaire et qui entraine une grande partie dans l'acceptation de l'économie...

Et ben...
_________________
Pour des communautés libertaires écocentrique et affinitaire

Participer a libérer et cultiver les conditions locales et pérennes d’existences et d’autodéterminations des vivants, sans domination.
Back to top
View user's profile Send private message
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Sortir de l'économie ? All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group