forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Interview de John Holloway sur la critique du travail

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Sortir de l'économie ?
View previous topic :: View next topic  
Author Message
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 24 Jul 2008 19:34    Post subject: Interview de John Holloway sur la critique du travail Reply with quote

Dans cet interview de John Holloway à CQFD en juin 2008, il comprend très bien que la LCR, LO, le PCF, le PT et l'ensemble des forces syndicales de gauche comme d'extrême-gauche, y compris une large partie des anarcho-syndicalistes (et des petites orgas anarchistes), ont tous et sans ambiguités des positions involontairement pro-capitalistes en pensant la lutte des classes et plus parcitucilièrement les petites luttes quotdiennes (contre les licenciemments, pour l'augemntation des salaires, pour la défense des services publics de redistribution de la valorisation, leur thèse prendre aux riches pour donner au pauvres qui est la pierre angulaire de leur " égalité économique et sociale, etc.) comme une opposition entre les travailleurs et les patrons, c'est-à-dire entre le " travail " et le capital.

Tant qu'on reste à défendre le " travail "(qui n'est que le travail à vendre, le travail-marchandise, la vente de son activité ou des capacités de son cerveau), la gauche n'est que sur la position d'un " anticapitalisme acceptant le capitalisme ". On ne peut critiquer le profit, c'est-à-dire le surtravail, en défendant le travail économique, ce sont deux formes, mais successives, du même procès de création de la valeur. Opposer deux formes successives qui naissent l'une dans l'autre et réciproquement, deux formes immanentes au processus de création d'une survaleur, et prétendre que c'est là la lutte des classes, l'émancipation des ouvriers, alors il faut accepter que " l'anticapitalisme " présupposent comme sa condition de possibilité, le processus même de création de la survaleur, donc le capitalisme. L'anti-capitalisme est pro-capitalisme (on la bien vu au XXe siècle, dans le capitalisme d'Etat en URSS, etc, où la survaleur ne partait plus dans les poches des capitalistes mais dans les poches de l'Etat). On ne cherche qu'à répartir en faveur des travailleurs, le plus de valeur économique possible, issue du processus de survaleur. Ce ne sont pas les patrons à qui il faut s'en prendre à mon sens, c'est d'abord à notre servitude volontaire à la dépendance de l'économie et à notre incapacité à nous auto-organiser collectivement et de manière autonome (c'est-à-dire auto-instituante) pour se passer de tout en se fondant sur notre propre liberté.

Les militants de la LCR (et le futur NPA) prônent le capitalisme !
Le texte d'Holloway est assez génial, y compris pour penser et pratiquer la " sortie de l'économie ".


Quote:
INTERVIEW DE JOHN HOLLOWAY


LE MONDE SANS LE POUVOIR


Mis à jour le :23 juillet 2008. .
Propos recueillis et traduits par Julien Bordier et Juliette Goudeket
Changer le monde sans prendre le pouvoir [1] a suscité de violentes réactions à la gauche de la gauche. La thèse défendue contrarie : penser la révolution en terme de parti et de prise de pouvoir mène à un échec inévitable. Discussion avec John Holloway, philosophe irlandais installé au Mexique depuis 1991…

Hello John, tu es proche des zapatistes, à ton avis que peut apporter la théorie politique à un mouvement comme le leur ?

John Holloway : Antonio García de León [2] a fait remarquer dès les premiers jours de l’insurrection zapatiste que cette révolte venait de l’intérieur de nous-même. En disant qu’ils veulent construire un monde nouveau sans prendre le pouvoir, ils nous ont lancé un défi pratique et théorique. Les tentatives pour changer le monde en prenant le pouvoir ont échoué. Alors comment s’y prendre ? Il n’y a pas de modèle préexistant.


Ici, en pleine commémoration de 68, la gauche semble incapable de penser les émeutes des cités, mais aussi le refus du travail salarié.

La gauche traditionnelle conçoit la lutte de classes comme une lutte entre le travail et le capital. Elle oublie que Marx insistait sur le caractère ambivalent du travail comme une clef pour comprendre le capitalisme. Il faisait la distinction entre le travail aliéné ou abstrait et l’activité vivante consciente ou travail utile – ce que je préfère appeler le « faire ». 1968 était avant tout une révolte contre le travail aliéné, la révolte du « faire » contre le travail. En 1968, il devient clair que la lutte contre le capital est avant tout une lutte contre le travail. Au lieu de penser la lutte de classes en termes de « travail » contre « capital », il faut la penser en termes de « faire » contre « le travail et donc le capital ». Voilà le défi : comment développer ici et maintenant une vie où nous pourrions faire ce que nous considérons comme nécessaire ou désirable, au lieu d’abandonner nos jours à un travail qui produit le capital ? C’est pourquoi l’idée de « chômeurs heureux » est si importante. En Argentine, les piqueteros [3] les plus radicaux ne se battent pas pour l’emploi, mais pour une vie consacrée à « faire » ce qu’ils considèrent important. Si nous refusons de travailler c’est parce que nous voulons faire quelque chose de mieux de nos vies : rester au lit, sortir faire un tour avec le chien, jouer de la musique, organiser une révolution, qu’importe… [la John Holloway retombe dans le travers de la critique de Paul Lafargue et du situationnisme de la dérive, la sortie du travail ne peut se faire qu'en s'organisant pour sortir de l'économie, c'est-à-dire relier son besoin directement à son activité, sans le détour de la production et de la consommation séparées et reliées par l'échange marchand et sa technologie de l'abondance] Notre refus ouvre la porte à un « faire-autrement », et ce « faire-autrement » est l’avant-garde de notre lutte contre le capital. Cette lutte n’est pas seulement de la négation, mais de la négation-et-création [super],la création de quelque chose qui ne colle pas avec le capitalisme.Tant que nous ne parlons que de refus, nous autorisons le capital à fixer le planning.

Mais comment affirmer nos résistances, de l’émeutier de cité au chômeur qui se lève tard, face aux vieilles catégories de pensées ?

Nous avons tous nos hauts et nos bas, et parfois on se sent perdu, en particulier parce que nos luttes sont fragmentées. Je vois ça en termes de création de failles, d’espaces ou de moments dans lesquels nous disons : « Ici, dans cet espace ou ce moment, nous ne ferons pas ce que le capital veut que nous fassions. » Des failles plus que de simples espaces autonomes. Les failles s’agrandissent, courent, se creusent. Ces failles sont les espaces du « faire contre le travail ». Si, comme la gauche traditionnelle, nous sommes aveugles à cet antagonisme, tout le reste suit : l’État, le pouvoir, le progrès, etc.

Pour toi, la prise de pouvoir est donc forcément un échec pour un mouvement qui souhaite changer le monde…

Je distingue deux types de pouvoir, le « pouvoir- sur » (le pouvoir du capital, le pouvoir de l’État…) et le « pouvoir-faire » : notre pouvoir de créer, de faire des choses, qui est forcément un pouvoir social puisque notre « faire » dépend toujours du « faire » des autres.Rejeter l’idée de prendre le pouvoir ne nous met pas dans un vide. Au contraire, cela signifie que nous ne devons pas prendre le « pouvoir-sur » mais construire notre « pouvoir-faire. »

Dans ton livre, il est beaucoup question d’identités. Que t’inspire le repli identitaire ?

Le capitalisme nous pousse à nous identifier aux rôles qu’il nous fait jouer. Le mouvement contre le capital est nécessairement anti-identitaire. Un mouvement qui dit : « Non, nous sommes plus que ça ! » Si on dit seulement « nous sommes noirs, nous sommes femmes, nous sommes gays, nous sommes indigènes », alors on est piégé dans une logique qui nous réintègre dans la domination. Nous avons besoin de dépasser nos identités, d’affirmer et de nier dans un même souffle : nous sommes noirs et plus que cela, nous sommes femmes et plus que cela. Dès leur soulèvement, les zapatistes ont dit qu’ils se battaient pour les droits des indigènes mais aussi pour la création d’un monde nouveau basé sur la reconnaissance de la dignité.

Qu’est-ce qui peut donc nous rassembler ? Où se trouve notre force ?

Notre force, c’est que nous sommes des personnes ordinaires. C’est la chose la plus profonde que les zapatistes disent : « Nous sommes des hommes et des femmes, des vieux et des enfants ordinaires, donc nous sommes rebelles. » Si l’antagonisme central est entre le « faire » et le travail [Michel Henry ou Jappe diraient entre le travail vivant et le travail abstrait, ce qui est la même chose que ce que dit Holloway], la contradiction centrale du capitalisme est donc la frustration. La frustration engendrée est probablement l’expérience la plus profonde que nous partageons tous et toutes. Elle se transforme en explosions et nous apprend le langage de la révolte.

Articla publié dans CQFD n°57, juin 2008.



[1] Changer le monde sans prendre le pouvoir, Syllepse, 2008.

[2] Historien, auteur de Resistencia y utopia, Era, 1998.


Dans ce texte on pourra quand même regretté que quand il parle de ce " faire " il propose de " rester au lit, sortir faire un tour avec le chien, jouer de la musique, organiser une révolution, qu’importe… " : certes, mais là John Holloway pourrait retomber dans le travers de la critique de Paul Lafargue opposant la paresse au travail-marchandise et du situationnisme opposant le travail-marchandise à la dérive ou au slogan (puis au conseillisme). La sortie du travail ne peut se faire qu'en s'organisant pour sortir de l'économie, c'est-à-dire relier son besoin directement à son activité (un travail pour soi et son groupe de vie, d'amis, etc.), sans le détour de la production et de la consommation séparées et reliées par l'échange marchand et sa technologie de l'abondance. C'est donc pas l'éco-consommateur, le consomm'acteur qu'il faut promouvoir, mais la sortie du " producteur " et du " consommateur ", dans leur négation. Ainsi ce " faire contre le travail-marchandise ", ne veut pas dire qu'il faut se tourner les pouces, au contraire, il faut faire une activité directement liée à soi, qui prenne son origine, son déploiement et connaisse son terme, dans ce besoin singulier à chacun dans ses relations de vie concrètes, au quotidien. Sans le détour de l'économie. Je sais pas si Holloway a poursuivi sa réflexion sur ce " faire " dans des textes récents, il est dommage là, qu'il le pose trop implicitement, dans la possibilité de l'autoconsommation, le " faire-soi-même " du bricolage, l'autoconstruction, l'auto-fabrication, le perruquage (dans un cadre de travail-marchandise), la prosommation, etc (voir texte de Deun sur le site de l'En-dehors ou sur le forum de decroissance.info, " Sortir de l'économie : pratiques et perspectives possibles ". + voir aussi ce petit livre que l'on trouve en ligne sur internet, P.M, Bolo'Bolo, éditions l'Eclat)
_________________
Critique de la valeur et du travail

Brochure du Manifeste contre le travail de Krisis.

http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/ (3 n° du bulletin)
Back to top
View user's profile Send private message
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Sortir de l'économie ? All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group