forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Expulsion de squat le 16 mars

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Bordeaux
View previous topic :: View next topic  
Author Message
Nat



Joined: 11 Dec 2006
Posts: 45
Location: Bordeaux

PostPosted: 11 May 2009 1:16    Post subject: Expulsion de squat le 16 mars Reply with quote

Expulsion du squat de Saint-Genès
Avec un gros gros retard, témoignage des expulsé-e-s du squat de Saint-Genès le jeudi 19 mars 2009, où, une fois de plus, la seule réponse des forces de "l'ordre" a été la violence :

Jeudi 19 mars, au 147 rue Saint-Genès ; les policiers montent à l’assaut. D’un côté, 14 camions de CRS (matraque, lacrymo, flash-ball, taser, bélier, lance grenade), aidés de la police municipale, nationale et de la BAC. De l’autre, dix personnes barricadées dans une maison vide et une quarantaine en soutien à l’extérieur, face aux uniformes. Résultat : à l’intérieur, porte explosée, meute enragée cherchant sa proie, occupant-e-s face contre terre, menottes, fouille humiliante et garde à vue. A l’extérieur, première charge (sans sommation), une personne jetée à terre, le visage ensanglanté. Manifestant-e-s non-violent-e-s tenu-e-s en joue par des CRS. Deuxième charge. Troisième charge et entrée en scène de l’unité canine qui poursuit les dernier-e-s manifestant-e-s dans les rues jusqu’à la place de la Victoire. 5 arrestations de plus, dont deux pour incitation à l’émeute. La police a atteint son objectif : une maison vide (et plus utilisable pour personne) et 15 gardes à vues. Pour nous en revanche quelques jours de rencontres enjouées et le sentiment que tout ne fait que commencer. Devant une telle situation, une évidence : il n’y a nulle part de neutralité, et la légalité n’a désormais plus aucune légitimité.

Les rêves n’ont rien d’illusoires, ils donnent plutôt consistance à nos vies.

Travailler pour consommer, consommer pour qu’il y ait de l’emploi, voilà ce que le capitalisme et son mythe du bonheur de la consommation donnent comme perspective à nos existences. Depuis la petite enfance jusqu’à la maison de retraite nous sommes parqué-e-s pour n’être que des sujets-travailleur-se-s-consommateur-trice-s : compétition et spécialisation sont les voies pour nous mener tout droit vers l’acquisition d’un pseudo-bonheur individuel, qu’importe son prix humain et écologique.

Le néolibéralisme n’est pas un pouvoir extérieur. Le néolibéralisme n’a pas de tête. Il est partout. Il s’insère au cœur même de nos vies. A l’intérieur de ce monde de la marchandise, nous ne serons jamais qu’une vulgaire force de travail, c’est à dire des ombres, des étranger-e-s, des déporté-e-s :

LE DESASTRE A DEJA EU LIEU REPRENONS NOS VIES EN MAIN

Interrogeons nos rapports, nos activités, ré-approprions nous notre créativité, nos corps, les questions de genre, d’éducation, de logement, d’alimentation, de santé, de mort. Prenons le temps d’en discuter pour dynamiter toutes les formes de domination.

Nous nous sommes rassemblé-e-s parce que nous partageons ces évidences, nous ressentons que face au désastre revendiquer ne nous suffit pas. Tous et toutes nous avons participé-e-s activement à maintes luttes et nous nous sommes aperçu-e-s que passé l’effervescence de ces expériences, nous replongions inévitablement dans la normalité de ce monde contre lequel nous nous battons. La revendication est vaine par ce qu’elle est ponctuelle. La revendication est vaine par ce qu’elle nous enferme dans un rôle social finalement bien intégré dans le système. La revendication est vaine par ce qu’elle ne s’envisage que comme de petites avancées en attendant l’éclatement du grand soir. Nous ne voulons plus attendre, nous ne voulons plus lutter ponctuellement. Nous avons décider de passer à l’offensive, nous aspirons à ce que nos luttes deviennent permanentes. Occuper, désamorcer la propriété privée, la société de consommation, le patriarcat, le salariat... Nous avons voulu nous organiser matériellement et ne plus vivre seul-e, ni vivre à côté des autres mais bien les un-e-s avec les autres. Nous voulons nous connaître, nous voulons partager, nous voulons mettre l’amitié au cœur de nos vies.

Occuper libère de l’espace et du temps et ouvre ainsi de nombreuses possibilités. C’est donc accepter de ne pas savoir totalement ce qui s’y fera et favoriser l’initiative individuelle et collective. Des milliards d’idées ne demandent qu’à se matérialiser ! Ouvrir une zone de gratuité, une bibliothèque, des ateliers vélo, électricité, plomberie, faire des bouffes festives, permettre à des groupes de se réunir, projeter des films, célébrer, jouer, accueillir des expositions, en faire aussi, filer un coup de main aux voisins-voisines, lire ensemble, discuter, débattre, faire et apprendre à faire la cuisine, vivre !

QU’ATTENDONS NOUS POUR MIEUX CORSER LA FETE !?!



Et plus d'infos sur les violences policières ce soir là sur le site d'O.P.A : http://www.myspace.com/orchestrepoetique
Back to top
View user's profile Send private message
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Bordeaux All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group