forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

campagne contre les banques
Goto page Previous  1, 2
 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Sortir de l'économie ?
View previous topic :: View next topic  
Author Message
Jeuf



Joined: 14 Nov 2004
Posts: 1506
Location: 63 et 75

PostPosted: 11 Mar 2009 10:58    Post subject: Reply with quote

Quote:
je sais pas pourquoi elle a payé alors vous avez raison

Peut-être parce qu'elle voulait récupérer en même temps une maison à laquelle elle tenait. Ou que le notaire n'a pas signalé la possibilité de refuser l'héritage.
ou qu'elle est Japonaise, dans ce pays (et d'autres encore) la loi est différente, on ne peut pas refuser l'héritage.

L'information qui transite par internet est bien trop parcellaire.
Du coup, il peut parvenir moults données incompréhensibles, et invérifiables,
sans qu'on puisse enquêter sur l'aspect auquel on ne s'attend et qui cause notre étonnement. Avec internet ou d'autres médias qui nous fait parvenir des infos lointaines, on peut alimenter toute sortes de thèses qui ne se tiennent pas quand on peut voir les choses sur place (dans le cas présent, on pourra se dire qu'il existe vraiment de gens stupides à vouloir récupérer des dettes, ou bien dire que les notaires sont tous malhonnêtes...et je peux trouver plein d'autres exemples, avec d'autres informations. Cela peut être source de confusion des sens, ou encore de rancoeur, de frustration, de haine, quand il s'agit d'information partiale mettant en cause une personne ou un groupe de personnes, d'un certain point de vue cela augmente la violence dans le monde. Une bonne raison pour sortir d'internet..)
Back to top
View user's profile Send private message
Guest






PostPosted: 11 Mar 2009 21:22    Post subject: Reply with quote

Si je suis bien d'accord avec ce que tu dis Jeuf, je trouve que l'exemple ci-présent n'est pas terrible pour illustrer tes remarques. La loi, en France permet de refuser un héritage. Est-ce un biais de l'info qui fait que l'on peut dire:
Quote:
dans le cas présent, on pourra se dire qu'il existe vraiment de gens stupides à vouloir récupérer des dettes, ou bien dire que les notaires sont tous malhonnêtes...
ou une tendance à conclure un peu vite sur des situations où l'on ne sait rien?


Dams
Back to top
Enfoiros



Joined: 02 Mar 2009
Posts: 128

PostPosted: 13 Mar 2009 19:32    Post subject: Reply with quote

salut

oui pour mon histoire je me demande pas si elle ma pas raconté des conneries ...

pour revenir au 492 000 du pirate
c'est un coup a finir en prison ,détourner autant d'argent et s'en venter sur le net c'est culotté tout de meme .



Cool
Back to top
View user's profile Send private message
bloups



Joined: 27 Jul 2004
Posts: 1560

PostPosted: 20 Mar 2009 12:30    Post subject: Reply with quote

Quote:
Prisonnier politique de la décroissance

Un activiste de Catalogne très actif pour la décroissance soutenable, Enric
Duran, a été mis sous les verrous. Une vingtaine de garde mobiles l'ont
arrêté mardi dernier 17 mars alors qu'il soutenait les étudiants grévistes
de l'université de Barcelone. Quel est son crime? Comme de nombreux autres en
cette période de crise, il ne peut (même s'il voulait) rembourser les
emprunts qu'il a souscrit dans de nombreuses banques. Mais au lieu d'avoir
emprunté des fonds pour s'acheter des biens de consommation tels que voiture,
maison, voyage, il a donné les sommes empruntées à de nombreuses
associations à but non-lucratif oeuvrant pour le bien commun et une sortie
solidaire de la crise. Il a aussi financé des diffusions massives de journaux
dénonçant le système bancaire, appelant à des prises de décisions “par
le bas”, appelant à une remise en cause du capitalisme.

Soutenons Enric Duran, il risque deux ans de prison.

http://www.17-s.info
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/europe/20090318.OBS9511/robin_des_banques_arrete_a_barcelone.html


Back to top
View user's profile Send private message
ktche



Joined: 15 Jun 2004
Posts: 1383

PostPosted: 22 Mar 2009 10:28    Post subject: Reply with quote

Samedi 21 à Barcelone, la manifestation contre la crise à l'appel du collectif "Risistance" a fait part de son soutien à Enric

Back to top
View user's profile Send private message
leo2



Joined: 09 May 2009
Posts: 5

PostPosted: 09 May 2009 11:20    Post subject: Enric Duran : infos Reply with quote

Sur les aventures d'Enric Duran il y a des informations sur ce site :

http://oclibertaire.free.fr/spip.php?article540

http://oclibertaire.free.fr/spip.php?breve131

Des infos et une traduction (partielle) à télécharger des documents produit par le collectif "Crisi" devenu "Podem" (Podemos en castillan)

Plus d'un mois et demi de taule, ça commence à faire long !

Merci de faire tourner l'information au maximum dans vos réseaux et au delà.

= = = = =

VERS UNE INTERNATIONALE DES MAUVAIS PAYEURS ? Nicolas Arraitz, Raúl Guillén.

Le 17 septembre 2008, 200 000 exemplaires d’un journal éphémère étaient distribués gratuitement dans toute la Catalogne. Le jeune activiste Enric Duran s’y vantait d’avoir escroqué près de 500 000 euros à 39 organismes financiers en sollicitant une soixantaine de crédits à la consommation ou autres prêts à des entreprises fictives. Le journal, baptisé Crisi, appelait à l’insoumission bancaire et à l’association de tous les mauvais payeurs, volontaires ou contraints. Revenu à Barcelone après six mois d’« exil préventif », Enric a été arrêté sur un campus occupé, à l’issue d’une opération policière digne d’un raid antiterroriste, selon le syndrome Tarnac. À l’heure où les crapules gouvernementales capitalisent l’immoralisme en renflouant les banquiers, une question hante le monde : comment échapper à leurs griffes ? L’action d’Enric et du groupe Crisi a le mérite de mettre les doigts là où ça fait mal : au coeur du système, dans la plaie ouverte de sa fiction monétaire. Le 17 mars, Podem !, un nouveau journal gratuit, imprimé sur papier couleur saumon comme les pages économie des grands quotidiens, a été distribué à 350 000 exemplaires un peu partout en Espagne. Podem ! interpelle les victimes de la basse finance, spécialement ceux et celles d’entre nous à qui les Thatcher, Blair, Zapatero et Sarkozy ont promis une vie de petits propriétaires et qui se réveillent enchaînés à l’hypothèque, courant après une thune virtuelle, cumulant les boulots pour rembourser les intérêts et les agios et qui, aujourd’hui, sombrent les premiers dans les eaux troubles de la « crise systémique ». Crisi-Podem ! invite à rompre les rangs et, pragmatique, donne des pistes pour s’en sortir, façon An 01 de la décroissance. Entre naïveté un brin messianique et sens pratique non dénué d’humour, ce qui est proposé ici, c’est de réinventer nos existences, collectivement. Et ça, ça nous intéresse.

Chronique d’un retour aléatoire A S’EST PASSÉ TRÈS VITE. Vingt agents en civil de la division d’investigation criminelle se sont jetés sur Enric Duran et l’ont entraîné vers un fourgon stationné devant la fac occupée. Trois unités de CRS locaux couvraient l’opération. Le 16 mars, au cours d’une conférence de presse, Enric avait dévoilé son retour à Barcelone et annoncé la distribution de Podem !, nouvelle publication gratuite incitant à l’insoumission bancaire. Pour que la police puisse pénétrer dans l’enceinte universitaire, une autorisation spéciale avait été délivrée, par un autre juge que celui qui instruit le dossier…

Y a-t-il eu résistance à l’arrestation ? « Non », clarifie Paco, du collectif Crisi. « Après la conférence, Enric pianotait tranquillement sur son ordi. C’était une de ses activités principales, répondre aux gens qui s’adressent au site de Crisi et maintenir les nombreux contacts qu’il a dans le monde. » Les flics l’ont interrompu alors qu’il allait se rendre au programme de télévision locale Hora Q. Quelques heures plus tard, la fac occupée était évacuée avec violence, ce qui eut le mérite d’accaparer les titres de la presse. « Vu l’absence de plaintes et afin de pouvoir rester actif dans les mobilisations sociales,je sortirai bientôt de la clandestinité », avait écrit Enric le 17 octobre dernier. « Alors que l’impact du 17-S [17 septembre, jour où fut distribué le premier numéro de Crisi] me faisait penser que le soutien était trop important pour qu’ils osent me jeter en prison, l’entrée en crise totale du système depuis la mi-septembre me pousse à me dépenser sans compter pour mettre à profit la conjoncture historique. » Mais le collectif Crisi avait visiblement sous-estimé la capacité de censure molle des médias ainsi que l’étonnante souplesse de la justice… « Ce n’est qu’après ce communiqué que la police catalane a affirmé avoir enregistré un total de dix-huit plaintes d’organismes financiers », remarquait Enric dans une lettre ultérieure.

Quelle est la situation légale de notre Robin des banques ? Avant son départ pour l’étranger, il avait laissé un pouvoir à son avocat afin de répondre en son nom à d’éventuelles convocations de la justice. Pendant ces six mois d’exil volontaire, diverses convocations au tribunal administratif lui ont été adressées, qu’il a choisi d’ignorer : sans possessions ni compte en banque, il n’avait pas grand-chose à craindre. « Il n’y a pas,pour l’instant,de plainte au pénal », expliquait alors son avocat. D’ailleurs, si les autorités savent qu’Enric a escroqué 39 banques, c’est bien parce qu’il s’en est vanté publiquement. Sinon, il ne serait qu’un mauvais payeur de plus, un de ces obscurs endettés que les usuriers patentés grignotent jusqu’au trognon dans la plus grande discrétion.

Le 17 mars, après une nuit au commissariat, Enric est passé devant le juge. Celui-ci a prononcé sa mise en détention préventive sans possibilité de caution. L’idée d’un Enric Duran se rendant au tribunal de son plein gré déplaisant fortement, on a préféré le jeter aux oubliettes. Il peut y moisir deux ans dans l’attente d’un hypothétique procès. Son avocat a fait appel. Appel rejeté pendant les vacances de Pâques,sous prétexte que « le prévenu a probablement les moyens de s’enfuir ». Enric a été transféré à la prison de Can Brians,hors de Barcelone. Dans cette même taule, un sénateur socialiste, condamné à trois ans de prison en 1997 pour financement illégal de son parti, n’a passé que vingt-cinq jours, avant d’être libéré, puis gracié. Aucun de ses douze co-accusés n’a fait ne serait ce qu’un jour de détention préventive.

Si l’action du 17 septembre n’avait pas mérité l’attention des médias, l’arrestation d’Enric a eu les honneurs du JT de la deuxième chaîne nationale : « Il a payé cher », assenait-elle avec satisfaction. Quant au quotidien El País, il découvrait l’affaire et titrait, enfin rassuré : « Il dort en prison. » Mais cette action étant non violente et non nationaliste, les journalistes ont du mal à la caser dans les grilles d’analyse habituelles de la vie politique espagnole. Le silence est vite retombé. La fédération d’associations de quartiers de Barcelone et l’observatoire des droits économiques, sociaux et culturels ont demandé la mise en liberté d’Enric. Le 26 mars, 200 personnes se sont symboliquement foutues à poil devant la Bourse de valeurs. Plus de 300 volontaires sont déjà inscrits sur une liste de potentiels déserteurs bancaires. Affaire à suivre…

Article publié dans CQFD n°66, avril 2009, actuellement en kiosque.

http://cequilfautdetruire.org/

= = = =

Pour la libération d’Eric Duran.

Cela fait déjà plus de deux mois que l’activiste social Eric Duran à été incarcéré : par cette pétition les différents signataires entendent protester contre cet état de fait.

Nous considérons cette détention comme abusive, disproportionnée, et injustifiée.

Le recours abusif à la détention « préventive » est un des « points noirs » dont souffre notre système judiciaire.

Nous estimons que la présomption de « risque de fuite » invoquée pour justifier cette détention comme purement fallacieuse.

En effet, Eric a volontairement et de manière publique, réintégré son domicile, suite à une décision strictement personnelle, ce pour pouvoir être mieux à même, de mener son combat pour la dénonciation du pouvoir accumulé par les puissances bancaires protagonistes principales de la crise mondiale que nous subissons.

Eric Duran a déclaré en en conférence de presse et en public, en insistant fortement sur ce point, qu’il assumait la responsabilité de ses actes ce en accords avec les princes moraux qui sont les fondements de la désobéissance civile.

Nous exigeons par conséquent l’annulation de la procédure d’incarcération préventive prise en son encontre et sa remise en liberté immédiate.

Nous revendiquons la coresponsabilité sociale de sa remise en liberté et affirmons catégoriquement que la présomption de risque de fuite est totalement à exclure.

Pour la libération d’Eric Duran, le 08 mai 2009.

contact pour s’associer au soutien :

suportenric@17-s.info
Back to top
View user's profile Send private message
leo2



Joined: 09 May 2009
Posts: 5

PostPosted: 22 May 2009 8:33    Post subject: Enric Duran libéré Reply with quote

Enric Duran libéré !

Le tribunal de Barcelone a décidé d’accorder la mise en liberté provisoire sous caution de 50.000 euros, à Enric Duran, qui aurait escroqué 492.000 euros à 39 banques afin de démontrer son opposition avec l’actuel système financier mondial. 


Selon des sources judiciaires, dans son ordonnance, la Cour approuve partiellement le recours présenté par la défense de Enric Duaran contre sa mise en détention ; la décision lui permet d’échapper à la prison en payant une caution de 50.000 euros, assortie d’un contrôle judiciaire : l’obligation de pointer chaque semaine au tribunal et la privation de son passeport. 

La neuvième section du tribunal a jugé bon de libérer l’activiste faisant l’appréciation qu’il n’y a aucun risque de fuite, principal argument avancé par le juge d’instruction pour l’incarcérer.

Toutefois, le tribunal estime possible que le suspect puisse tenter de se soustraire aux poursuites, puisqu’il avait affirmé dans une déclaration qu’il ne reconnait pas la légitimité du système judiciaire à le poursuivre. C’est pourquoi il a été décidé de lui imposer une caution pour garantir qu’il vienne bien à son procès.



Enric Duran est en détention depuis le 19 mars dernier, accusé de crimes des délits de fraude et de falsification de documents, prétendument pour avoir escroqué 39 banques, qui lui ont accordé près d’un demi million d’euros de prêts personnels et aussi par le biais d’une société fictive. 


Avec l’argent fourni par les banques, l’activiste a publié le 17 septembre dernier la revue « Crisi » dans laquelle il revendiquait son acte. Il est réapparu le 17 mars dernier pour présenter son nouveau pamphlet « Nous pouvons vivre sans capitalisme » après quoi il avait été arrêté par la police.

A suivre….

le 21 mai 2009

sources : Agences

Plus d'infos ici :
http://oclibertaire.free.fr/
Back to top
View user's profile Send private message
leo2



Joined: 09 May 2009
Posts: 5

PostPosted: 31 May 2009 16:55    Post subject: Enric Duran libéré (suite) Reply with quote

Communiqué d’Enric Duran suite à sa remise en liberté provisoire

De nouveau libre
Nous continuons à œuvrer pour vivre sans le capitalisme


Après 65 jours de détention sans procès, la Cour de Barcelone nous a donné la raison dans la mesure où le placement en détention provisoire sans liberté sous caution, prise par le tribunal n° 29, a été jugé excessive. L’ordonnance de la Cour insiste, cependant, sur le risque de fuite, en parlant de mes propres déclarations contradictoires, sans vouloir admettre qu’il s’agit là d’un processus où j’ai décidé de revenir, en en assumant les conséquences, et que mon retour coïncide avec la publication de “Podemos” le 17 mars dernier.

La Cour contredit visiblement ce qu’a dit la chambre d’instruction n ° 29, de sorte que, si cette dernière a déclaré, sans honte, qu’une raison de m’échapper était que je n’avais pas d’enracinement social, l’autre dit maintenant que j’ai un “réseau de connexions” à ma disposition pour me cacher sans quitter le pays. Ainsi, la Cour de Barcelone a inventé les “excès d’enracinement social” comme une raison de prendre des mesures de précaution. Où sommes nous ?

Bien que la Cour nous a donné en partie raison, personne ne m’enlèvera les 65 jours où j’ai été enfermé.

Quoi qu’il en soit, le temps passé en prison a été une expérience enrichissante qui m’a permis d’apprendre par moi-même, beaucoup de choses sur le système pénitentiaire et la réalité des prisons. Au niveau personnel, le quotidien a été très calme et n’a pas été très dur à supporter, en partie grâce à ma façon d’être, mais aussi parce qu’entrer en prison avec le soutien social de celui qui en bénéficie n’a rien à voir avec la situation de 99% des détenus anonymes désignés comme des parias. Ils ont voulu éviter que je voie ce qu’est vraiment la prison, mais mon observation et le temps partagé avec d’autres compagnons m’ont aidé à avoir une bonne idée du manque de défense et de la violation des droits fondamentaux que vivent les milliers de personnes détenues dans notre pays, un manque de droits bien au-delà de ce disent les lois en vigueur. La prison ne remplit pas la fonction de réinsertion qu’on lui suppose, mais accentue la dislocation sociale et l’absence de perspectives de ceux qui y sont enfermés. J’espère que cette expérience me sera utile pour contribuer ainsi à la défense des droits fondamentaux des prisonniers et à créer un débat social sur la prison et ses alternatives.

En plus de critiquer les motifs de cette décision qui a mis un prix à ma liberté, je considère que la caution de 50.000 euros est excessive quant à sa quantité. Il suffit de regarder les archives des cautions déposées pour d’autres délits présumés pour se rendre compte que c’est un montant discriminatoire, décidé à cause de mes idées. Pourtant, parmi les personnes qui me soutiennent, certains individus qui veulent rester anonymes ont déposés cette somme rapidement. Les gens qui me soutiennent considèrent que je suis plus utile dans la rue qu’en prison, c’est la raison pour laquelle j’ai été libéré si rapidement. Je les en remercie et j’assume cette confiance qui m’est donnée. Malgré cela, il faut préciser que cet argent, les banques ne le verront pas parce qu’il n’est pas à moi et, qu’en tant que caution, ce ne sont pas des dons mais des dépôts qui seront restitués à ces personnes après le procès. Ces dépôts seront transférés prochainement à la banque éthique et coopérative Fiare (en français, Confier) avec qui nous travaillons, de sorte qu’il ne restera au tribunal que la garantie bancaire correspondante. De cette façon, notre réponse à cette mesure économique est cohérente avec nos objectifs de l’insoumission bancaire : en profiter pour renforcer le premier projet éthique et coopératif de notre pays.

Le processus de l’instruction continue et peut être long. Si les banques veulent me juger, les citoyens jugeront les banques. Comme il a été démontré au cours de ces 65 jours où j’ai été en prison, chaque coup reçu amplifie la force de nos dénonciations, la signification de nos arguments et de la cohérence de nos actions. Ils cherchent une punition exemplaire, ils ne font que renforcer nos sources d’inspiration.

Depuis que la cupidité et le manque de scrupules des banques ont été découverts et ainsi que la manière avec laquelle elles ont agi dans le déclenchement de la crise économique actuelle, une majorité sociale estime que les voleurs sont les banques et veut pour moi l’acquittement

A partir de maintenant, s’ouvre une nouvelle phase dans laquelle je vais défendre mes idées librement, comme j’allais le faire à partir du 17 mars lors de mon retour public. Deux mois plus tard, je me réincorpore de manière aussi active que jamais dans les mouvements sociaux et en particulier dans le réseau pour la décroissance et le collectif “Crisi”. Beaucoup de travail nous attend pour mettre en oeuvre les projets présentés dans la publication “Podemos !” Et, avec des centaines de compagnes et compagnons, nous nous engageons de toutes nos forces pour que le 17 septembre prochain puisse être un nouveau tournant démontrant que nous pouvons vivre sans le capitalisme et que cette date permette de visualiser la quantité de personnes qui de plus en plus nombreuses veulent vivre de manière alternative à celle qu’impose le système dominant et que nous commençons à réaliser.

Au niveau mondial, le temps passe vite et, pour aussi forts que soient les arguments, pour aussi claire que soit la manifestation des évidences, pour aussi nombreux que soient les acteurs sociaux qui le réclament, personne dans la classe politique ne se risque à entrer dans le débat public sur le fait que la croissance doive continuer de rester la fin en soi de l’économie. Au lieu de changer le modèle économique pour en finir avec la croissance, il est question de changer de modèle de croissance et de prendre des mesures qui tendent à le perpétuer. L’achat de voitures est subventionné alors que de plus en plus de gens sans emploi souffrent de ne pas pouvoir manger et de manquer d’endroit pour dormir. Ainsi, une occasion est manquée d’entamer une transition vers un modèle écologiquement et économiquement viable. Si eux ne le font pas, nous le ferons nous-mêmes.

Si la classe politique détourne l’attention, nous devons la recentrer. Assez des fausses promesses, de corruption et d’insultes entre partis. Assez de la lâcheté et de calculs électoraux à court terme. Pourquoi ne pas parler de comment nous pouvons rendre notre société viable pour 2012, de façon qu’elle le soit aussi en 2020 et 2040 ?

Alors que les établissements publics ne réagissent pas et continuent de fonctionner selon la loi du silence pour tout ce qui n’est pas la pensée unique capitaliste, nous n’avons qu’une seule option et qui est d’agir directement, de transformer la société par en bas, depuis l’auto-organisation sociale.

La répression ne nous coupera pas les ailes. Le pouvoir n’est pas grand’ chose sans obéissance et sans peur. Nous sommes chaque fois plus nombreuses les personnes courageuses et nous sommes en train de nous organiser.

Le 25 mai 2009

la suite, c'est là
http://oclibertaire.free.fr/spip.php?article567

[/url]
Back to top
View user's profile Send private message
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Sortir de l'économie ? All times are GMT + 1 Hour
Goto page Previous  1, 2
Page 2 of 2

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group