forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Contre la campagne d'acceptabilité des nanotechnologies...
Goto page Previous  1, 2
 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Science - technique - energie - ressources
View previous topic :: View next topic  
Author Message
Guest






PostPosted: 28 Nov 2009 9:12    Post subject: Reply with quote

Un débat qui s'annonce tendu à Grenoble.
Ils sont vraiment pitoyables!
Lu sur www.nanomonde.org

Quote:

Grenoble : l’agence I&E s’emploie à remplir la salle de chercheurs

mardi 24 novembre 2009

Un message adressé au personnel de l’Université Joseph-Fourier de Grenoble presse les chercheurs de remplir massivement la salle pour la réunion de la CNDP-Nanos le 1er décembre.

Ce message d’un des membres de la Fondation Nanosciences s’appuie sur une invitation reçue de l’agence I&E. Laquelle ne se contente pas d’organiser des conférences de presse ratées (voir "Grenoble, la conférence de presse de la CNDP détournée par les opposants"), mais se charge d’assurer à la CNDP un public acquis aux nanotechnologies. C’est ce que Bergougnoux appelle la "neutralité".

Où l’on voit que l’opposition croissante aux nanotechnologies et à la campagne d’acceptabilité dérange les organisateurs et les chercheurs, au point de faire appel aux vieilles méthodes des mauvais acteurs. La claque suffira-t-elle à duper l’opinion ?

Mail à l’attention des personnels de l’UJF.

"Chers Collègues,

Vous trouverez ci-dessous le message que nous avons reçu dans le cadre de la préparation du Débat Public sur les Nanotechnologies organisé à Grenoble le 1er décembre.

Au vu de la façon dont se sont (mal) déroulés les débats organisés dans d’autres grandes villes, comme Lille, Toulouse, Clermont Ferrand, ou quelques poignées de contestataires ont fortement perturbé, voire empêché la tenue d’échanges contradictoires, nous pensons que la meilleure façon de lutter face à ces tentatives de dénigrement et de rejet systématique est d’être massivement présent à cet évènement.

Je vous serai donc particulièrement reconnaissant de bien vouloir non seulement diffuser très largement l’information concernant l’organisation de ce débat à Grenoble, mais aussi d’inciter fortement tous les chercheurs et personnels de votre laboratoire à y participer.

Les enjeux sont importants, et nous sommes tous concernés. En vous remerciant par avance, Bien cordialement,

Roland HERINO

Fondation Nanosciences 23 rue des Martyrs 38000 Grenoble Tel : 04 56 52 96 39

/www.fondation-nanosciences.fr/> http://www.fondation-nanosciences.fr/


Quote:

Grenoble : par crainte des opposants, Bergougnoux bourre la salle de chercheurs

vendredi 27 novembre 2009

Après l’Université Joseph-Fourier, c’est au tour du CNRS de transmettre à ses personnels l’instruction de bourrer la salle du pseudo-débat de la CNDP à Grenoble, le 1er décembre.

Voici le message envoyé par un zélé chercheur de l’Institut Louis Néel à ses collègues et étudiants.

"Cher(e)s Collègues,

Un débat public est organisé à Grenoble sur les nanotechnologies le Mardi 1ier décembre - 19h30 - à Alpexpo 4 ave d’Insbruck Auditorium Dauphine.

Nous vous encourageons tous à y participer, particulièrement les jeunes (thésards, stagiaires, etc...). L’idée est de montrer que la science n’est pas faites aujourd’hui par des Frankenstein ou Dr. Mabuse et que nous avons conscience de notre responsabilité citoyenne. Face aux activistes qui seront là, vous pourrez témoigner de ce qu’est votre engagement dans un science responsable.

Cordialement

Laurent Lévy

— Cordialement, Laurent Courriel : laurent.levy@grenoble.cnrs.fr

http://www.cnano-rhone-alpes.org/"
Back to top
Guest






PostPosted: 29 Nov 2009 9:32    Post subject: Reply with quote

Débat bidon dans un bunker

"Le grand public est au centre de notre mission", proclame la Commission particulière du débat public Nanotechnologies sur son site. Et Bergougnoux, son président, d’espérer dans Le Monde, le jour du lancement de sa campagne d’acceptabilité, la participation de 10 000 à 12 000 personnes aux pseudo-débats – soit une moyenne de 590 à 700 participants par ville.

Les compte-rendus des sept premières réunions, établis par la CNDP elle-même, nous informent que seules 200 à 300 personnes se déplacent en moyenne, soit moins de la moitié que prévu. Un échec pour la CNDP ? Certes non. En réalité, l’organisation de ces réunions bidon écarte minutieusement le "grand public" pour réserver le prétendu débat aux experts et contre-experts du nanomonde.

A Strasbourg, Toulouse, Orléans, Bordeaux, Lille, Clermont-Ferrand, Besançon et Grenoble, nul n’a vu d’affiches sur les murs, ni reçu de tract dans sa boîte aux lettres. A chaque étape le même refrain chez les habitants interrogés : personne n’est au courant. Ce n’est certes pas faute de budget – deux millions d’euros pour cette campagne de promotion – si la CNDP néglige la plus élémentaire information de la population.

Au contraire son agence de manipulations publiques, I&E Consultants, envoie-t-elle en masse des invitations insistantes aux universités, laboratoires, instituts de recherche. A Grenoble les chercheurs de l’Université Joseph-Fourier (scientifique) et des instituts de sciences dures du CNRS ont ainsi reçu des mails les incitant à bourrer la salle pour soutenir la tribune et riposter à d’éventuelles manifestations d’opposition. I&E invite également les associations environnementalistes ou de consommateurs à étaler leur contre-expertise pour un échange démocratique sur les taux de nano-pollution admissibles. Ainsi s’assure-t-on le respect de la consigne délivrée par Jean-Louis Borloo dans le film d’introduction aux réunions : "Notre façon de vivre va être bouleversée par ces nanotechnologies, la question c’est pas d’être pour ou contre" (sic).

Résumons : 250 personnes dans la salle. Les premiers rangs réservés aux représentants des sept ministères maîtres d’ouvrage. Des intervenants officiels disséminés dans le public. Les invités issus des labos, de la Chambre de commerce, des boîtes locales ; et des citoyens spécialistes délégués par leurs associations. Combien d’anonymes du "grand public" dans ces débats bidon ? Leur présence est si peu souhaitée que d’honorables représentants de ceci-cela ont pu s’offusquer de la distribution par des contestataires sans appartenance, de tracts "sans signature d’association". La CNDP quant à elle le déclare tout de go : "Nous ne sommes pas intéressés par les slogans et les déclarations anonymes". D’autant moins que la commission, tout en invitant le public à "éclairer les décisions du gouvernement", a établi à l’avance la liste des 147 questions susceptibles d’être soulevées en réunion, ainsi que les thèmes à exclure du débat (la biologie synthétique, le transhumanisme, les sciences cognitives – bref, l’homme-machine dans le monde-machine). Cette liste a été rendue publique par Pièces et Main d’œuvre sur les sites www.piecesetmaindoeuvre.com et www.nanomonde.org.

A Besançon, le dispositif anti-public est monté d’un cran sécuritaire. Les participants, accueillis par un triple contrôle de vigiles, furent priés, une fois à l’intérieur, de signer un engagement à ne pas "perturber le débat".

A Grenoble, c’est dans un bunker que le grand public est invité à s’exprimer en toute liberté. Police partout, vigiles privés en nombre renforcé ont été convoqués pour le show dans la capitale des nanos, à Alpexpo. La sécurité, nous dira l’honnête Bergougnoux, est l’affaire du responsable de la salle ; la CNDP ne touchant pas à ces basses œuvres. Ça tombe bien, le patron d’Alpexpo est un expert en la matière. Guy Chanal, également patron du Palais des Sports et de la course cycliste des "Six Jours de Grenoble", est réputé pour sa poigne qui lui vaut une réputation de "cow-boy" parmi ses employés. Son expertise en maintien de l’ordre fait de lui depuis 2007 le conseiller technique auprès du préfet de l’Isère en matière de grands rassemblements, "en liaison avec le chef du service interministériel de défense et de protection civile" (prefecture.isere.fr). Nous voilà rassurés.

Tel qu’il est, avec ses multiples trucages et manipulations, ce pseudo-débat de la CNDP ne peut se dérouler autrement, puisque précisément il est destiné à simuler un exercice de démocratie impossible. Les opposants au nanomonde ayant dénoncé cette mascarade organisée trois ans après l’inauguration de Minatec à Grenoble, il ne restait à la CNDP qu’à ramasser les gestionnaires des nuisances pour servir de marionnettes dans ses numéros de ventriloques.

Il est notoire que les seuls débats publics sur les nanotechnologies depuis 2003 ont eu lieu à l’initiative obstinée des opposants et que celui de la CNDP n’existerait pas s’il ne s’agissait d’enfouir ces manifestations critiques. Du reste, serions-nous seuls contre tous à clamer notre opposition au nanomonde, que nous persisterions.

Une chose est sûre : OGM, déchets nucléaires, ITER ou nanotechnologies, l’hostilité croît vis-à-vis de la "démocratie technique", des sociologues de l’acceptabilité et des organisateurs de la fausse concertation qui mettent en œuvre la devise de leurs collègues de France Telecom : "Faire participer, c’est faire accepter". Pas plus que les OGM ou le nucléaire, les nanotechnologies ne se gèrent. Face au nanomonde nous ne pouvons nous satisfaire de règlements à la marge. Voilà pourquoi nous ne participerons pas au débat bidon de la CNDP à Grenoble le 1er décembre.

Pièces et Main d’œuvre

Grenoble, le 28 novembre 2009
Back to top
Guest






PostPosted: 02 Dec 2009 14:02    Post subject: Grenoble : le "débat" sur les nanos annulé par les Reply with quote

Hier, 1er décembre, le faux débat public de la CNDP a été annulé en 5 secondes par les opposant-e-s qui ont organisé une fête anti nano dans la salle du débat.



Un premier compte rendu publié sur indymedia :

Quote:

Les opposants annulent le pseudo débat aux cris de "Fermez Minatec".

Pour la CNDP (Commission Nationale du Débat Public), mandatée par le gouvernement pour mener sa campagne d’acceptabilité sur les nanotechnologies, la soirée grenobloise de ce mardi 1er décembre s’annonçait difficile. Elle le fut. A 20h15, devant une assistance venue en grand nombre dans la vaste salle de congrès d’Alpexpo, le président de ladite commission n’eut le temps de prononcer que cinq mots ("Bonjour, je suis Jean Bergougnoux"), déclenchant un assourdissant tonnerre d’applaudissements qui se prolongea plusieurs minutes. Peu surpris, l’homme entreprit alors de réciter une déclaration visiblement préparée, qui s’affichait en parallèle au video projecteur. Pour les bribes que l’on parvint à en saisir, il déplorait un "comportement totalitaire", et informait le public (au cas où ça lui aurait échappé) que "La CNDP (était) dans l’obligation de suspendre le débat", car "un certain nombre de personnes avaient délibérément décidé de perturber la séance."

Un nombre certain, même : les opposants et sympathisants anti-nano devaient bien représenter la moitié des personnes présentes. Quant à l’autre moitié, elle était à l’évidence constituée dans une large majorité d’ingénieurs et de chercheurs mobilisés pour la bonne cause. Une jeune femme assise devant moi m’avoua ainsi que, travaillant au CEA, elle avait reçu un mail assez clair de sa direction générale.

Pendant de longues et très nombreuses minutes, le chahut général se maintint à un niveau record, les confettis et ballons multicolores partaient dans tous les sens, les opposants chantaient à tue tête des slogans comme "Grenoble, Grenoble anti-nano’, "Fermez Minatec et le CEA", "Les nanos, c’est pas vert, c’est juste totalitaire" ou encore "Flics, chercheurs, militaires, qu’est ce qu’on ferait pas pour un salaire".

Après une seconde tentative pour la forme, Bergougnoux déposait les armes et quittait définitivement l’estrade non sans s’engager à ce que "ce débat ait lieu, sous une autre forme, très prochainement." Ce à quoi lui fut répondu en choeur "À tous les débats, on sera là !" Sur le prompteur mural s’afficha ensuite un certain temps l’énigmatique dernière phrase du Président : "Vous êtes définitivement déconsidérés. Au revoir." Pendant une grosse demi-heure, les chansons se poursuivirent joyeusement, accompagnées de jolies mélodies jouées par plusieurs pipeaux opportunément dégainés.

À peine y eut-il un proto-incident à déplorer lorsqu’un farceur qui avait fait mine d’enduire de mousse à raser le crâne d’un expert attardé en "interview médias" (à ce qu’on m’a dit) fut emmené de force par la sécurité... et assez vite relâché devant la détermination de ses camarades.

Après une dernière salve de "Remboursez Minatec" bien sentie, la sortie s’effectua dans le calme, vers 21h, entre deux haies de CRS disposés pour la forme sur l’esplanade d’Alpexpo.







Et ici un compte rendu plus détaillé :

Quote:
Grenoble : une fête anti nano en lieu et place du faux débat de la CNDP


“On connaît la situation grenobloise, mais le débat aura lieu, c’est certain !”
Jean Bergougnoux, président de la CNDP nanos, Grenews 25 novembre 09

Aujourd’hui, mardi 1er décembre, devait avoir lieu à Grenoble le « débat public » sur les nanotechnologies organisé par la Commission Nationale du Débat Public.
Nous arrivons sur les lieux du débat vers 19 heures. Le dispositif de sécurité est pour le moins impressionnant. Les entrées du batiment sont toutes bloquées par des barrières de sécurité, et plusieurs vigiles se tiennent devant chaque entrée. On ne le sait pas encore, mais des camions de gardes mobiles prêts à intervenir sont stationnés à l’arrière du batiment. A travers les vitres, on aperçoit déjà Dorothée Cellard, grande chef des flics de l’Isere qui s’active. _

Les portes sont ouvertes quelques minutes plus tard, et pour pouvoir rentrer, nous devons nous soumettre à des fouilles de nos sacs et de nos poches, et à des palpations du corps par des vigiles. Aux personnes qui arrivent avec une caméra, il est demandé une carte de presse. Le débat est public, soit, mais quand même, il vaut mieux laisser le traitement de l’information à la presse aux ordres. Nous entrons donc dans le premier hall. Là, il nous est demandé de signer un papier sur lequel il est écrit que nous nous engageons à ne pas perturber le débat. Nous signons de bonne foi, puisqu’il n’y a aucune chance que nous perturbions un débat. En effet, ce n’est pas un « débat » qui est prévu ce soir, mais une opération de com’ destinée à nous faire gober les nanos. Accessoirement, nous reconnaissons aussi dans ce hall la femme d’I&E, l’agence de com en charge de l’organisation de ce faux débat. C’est elle qui était présente à la conférence ratée de la CNDP à Grenoble. (voir ici : http://grenoble.indymedia.org/2009-... )

Une fois ces formalités accomplies, nous pouvons emprunter les escaliers qui mènent au débat pipeau. Des vigiles sont disposés tous les 15 mètres. Juste avant de rentrer dans la salle du débat, nous nous trouvons dans une salle plus petite où sont disposés tous les tracts et dossiers de propagande du gouvernement. Ils sont à la disposition du public. Aprés y avoir jeté un oeil nous entrons enfin dans la salle, encore sous la surveillance des vigiles. Des hotesses nous souhaitent la bienvenue, et nous remettent un stylo et une feuille qui nous permettra de poser des questions lors du débat. Nous nous asseyons dans la salle tranquillement. Sur scène, ils ont mis le paquet. Sièges en cuir pour les gens de la tribune, deux écrans géants, de grands panneaux de la CNDP...

Devant la tribune, se tiennent déjà des gros gorilles. D’autres sont répartis partout autour de la salle. Dans la salle, se trouvent des flics en civil, dont certains ont un pistolet coincé à l’arrière de leur pantalon. Nous reconnaissons aussi Patrick le Grand, vice président de la CNDP, et ancien président de la commission du débat public sur ITER, assis au milieu du public. Il est rouge et il transpire à grosses goutes. Alors Patrick, on stresse ? Tu devrais essayer la neuroscience, ça calme parait-il.

Le public prend place peu à peu. Vu les dispositifs de sécurité, l’entrée des gens prend du temps. Un peu avant 20 heures, les gens sont presque tous rentrés, et finissent de s’installer. Il doit y’avoir 400 ou 500 personnes. A ce moment, un des panneaux de la CNDP sur scène s’effondre. Frémissement dans la salle. Une bonne moitié de la salle ricane et chuchotte. L’autre moitié se demandent si finalement, il n’y a pas plus d’opposants que prévus dans la salle... Le calme revient instantanément.

Des personnes se lèvent de leur siège et distribuent des tracts dans toute la salle. Le tract expose les 10 techniques de la CNDP pour organiser un débat pipeau. Il est disponible ici : http://grenoble.indymedia.org/2009-...

Des vigiles supplémentaires viennent s’installer devant la tribune, et le tant attendu Jean Bergougnoux entre d’un pas mal assuré. Il se place derriere son pupitre et commence son discours : « Bonjour, je suis Jean Bergougnoux » Fin du discours. A Grenoble le faux débat aura duré 5 secondes.

Bergougnoux est en effet vivement interrompu par les applaudissements et les hourras de la salle. Le brouhaha est énorme, et couvre complètement le micro. Il comprend tout de suite que les gens qui l’applaudissent sont des opposant-e-s au nanomonde qui dénoncent le débat pipeau. Un premier slogan est lancé et est repris massivement dans la salle :
« Fermez Minatec et le CEA, aprés on débattra !
Fermez, Minatec et le CEA, aprés on débattra ! »

Bergougnoux panique et essaye de se faire entendre. En vain. Sur un écran géant, des mots apparaissent, qui demandent le calme.

Dans la salle un chant est lancé : « no nano » sur l’air de « Ti amo ». C’est là que l’on prend vraiment la mesure du nombre d’opposant-e-s présent-e-s dans la salle. Nous devons être plus de deux cent. Les bras se lèvent, et se balancent de droite à gauche au rythme de la chanson. L’effet visuel est garanti. Une banderolle « Fermez Minatec » est alors déployée. Les journalistes sont à l’affut. Des ballons de baudruches sont gonflés et lancés partout dans la salle. Des cotillons aussi. Les opposants sont en train de transformer le faux débat en fête anti-nanos. Les gens se lèvent partout dans la salle. Les tracts de la CNDP sont froissés et jetés partout. Des drones en papier survolent la salle.

Bergougnoux anéanti a renoncé à parler. Sur l’écran géant, le débat est annulé. Les slogans et chants continuent à fuser :
« Flics, chercheurs, ou militaires, qu’est ce qu’on ferait pas pour un salaire ? »
« Remboursez Minatec »
« Les nanos, c’est pas vert, c’est juste totalitaire »
« Nanos déjà là, on débat pas »
Sur l’air de YMCA : « CNDP, participer c’est accepter... »

Une personne monte sur scène et s’empare du micro, elle est violemment ramenée dans la salle par trois vigiles.

Les vigiles se sont regroupés à l’avant de la salle. Dorothée Cellard a fait rentrer des flics de la BAC en nombre. La tension monte. Des boulettes de papiers et les cotillons continuent à fuser de partout.
« Tous pucés, tous fliqués, fermez Minatec »
« Ni moutons, ni robots, fermez Clinatec »

A ce moment là, un encravaté en train de se faire interviewer est recouvert de crème chantilly ou de mousse à raser par une personne. Intervention musclée de vigiles et keufs qui l’interpellent et le sortent de la salle. Ca se bouscule contre les vigiles pour essayer de récupérer la personne.
La salle se met alors à crier :
« Libérez notre camarade », et « On part pas sans lui » en tapant sur les sièges. Quelques minutes aprés, une personne visiblement responsable de la sécurité, vient parler au micro et annonce sa libération. Le camarade est effectivement ramené dans la salle sous les applaudissements.

Le brouhaha est toujours ininterrompu. La plupart des chercheurs qui étaient venus pour bourrer la salle sont déjà sortis. Nous décidons alors de partir. Pour éviter des interpellations, nous sortons en chaînes, au cris de : « A chaque débat, on sera là ». Du fait de notre nombre, la sortie prend un peu de temps.

En arrivant dans le hall, nous pouvons voir à travers les vitres des rangées de gardes mobiles qui encadrent chaque coté de la sortie. « Il est beau le nanomonde ! ». Nous restons en chaînes. Quelques secondes aprés, ils reculent et nous décidons de sortir, toujours en scandant des slogans. Nous prenons quelques minutes pour vérifier que tout le monde va bien, puis nous nous dispersons tranquillement. Ce soir les opposant-e-s au nanomonde ont réussi leur coup.

Désolé Jean, ce soir le « débat » n’a pas eu lieu. Vous aviez pourtant 2 millions d’euros de budget. Vous aviez bourré la salle de chercheurs. Vous disposez de tous les moyens de communication imaginables. Vous avez embauché une agence spécialisée dans la manipulation d’opinion. Vous aviez aussi installé un dispositif de sécurité impressionnant.
Malgré cela, plus de 10 000 tracts distribués, des centaines d’affiches collés, une conférence de presse annulée par les opposants, des dizaines de tags anti nanos sur les murs de la ville, des banderolles accrochées, l’invasion de Minatec... et un travail de fond des opposant-e-s depuis bien plus longtemps, ont permis de saboter ce soir votre campagne d’acceptabilité.

Ce n’est pas fini, nous passons le relai aux autres villes.
Back to top
Ajhasse



Joined: 15 Jun 2008
Posts: 484
Location: Campagne profonde

PostPosted: 15 Jan 2010 9:31    Post subject: Reply with quote

Débat nanotechnologies à Lyon

Jeudi 14 janvier 2010

Le débat Lyonnais sur les nanotechnologies a été perturbé par des citoyens.


Un article d'Agnès Rousseaux.
Lien

( Copié-collé d'un autre forum )
_________________
«La survie de la planète et le bien-être de ceux qui la peuplent, hommes et bêtes, passent par des actions courageuses qui ne viendront pas d'en haut, comme on le croit généralement.»Philippe DESBROSSES
Back to top
View user's profile Send private message
Guest






PostPosted: 21 Jan 2010 12:12    Post subject: Reply with quote

Débat public nanos Marseille : encore raté

mardi 19 janvier 2010

Un premier récit de l’annulation du pseudo-débat de Marseille, le 19 janvier. Nous en attendons d’autres.

Ce mardi 19 janvier 2010, la Commission nationale du débat public sur les nanotechnologies avait prévu de tenir son 13e faux débat à Marseille. Comme à Lille, Grenoble, Rennes et Lyon, elle s’est enfuie devant les opposants au nanomonde et aux manipulations d’opinion, très nombreux dans la salle du Pharo. Ce, en dépit du tri effectué à l’entrée par les physionomistes assermentés, qui ont empêché l’accès à une dizaine de personnes. Tandis que Jean-Pïerre Chaussade (vice-président de la commission), s’adressait à la foule pour raisonner les contestataires éventuels.

La séance est ouverte par un Jean-Pierre Chaussade inquiet, mais apparemment soulagé par le calme relatif de la salle durant les premières minutes. Il donne volontiers le micro à ceux qui demandent, puisque sa mission est de "laisser la parole à tous ceux qui souhaitent s’exprimer".

Ce soir, le public est espiègle. Un faux naïf demande "Pourquoi il y a des manifestants ce soir ?", et tandis que Chaussade prend une mine complice, sans doute pour assurer qu’il partage l’étonnement du monsieur, celui-ci ajoute : "Vous ne vous êtes pas posé la question ?" Première douche froide.

La deuxième vient d’un homme bien mis, en qui le président de séance aurait juré reconnaître un citoyen-respectueux-du-débat. Lequel s’offusque d’abord : "On n’est pas là pour crier, on écoute le monsieur qui a des trucs intelligents à dire, on ne fait pas les jeunes", puis, s’égosillant dans le micro : "S’il-vous-plait, c’est mon moment de poser ma question", exigeant qu’on lui laisse poser sa question durant trois bonnes minutes avant que Chaussade ne réalise l’entourloupe. Et la salle de réclamer : "La réponse, la réponse !" Une banderole est déployée devant la tribune : "Décisions déjà prises, démocratie en crise", slogan repris dans le public quand Mme Rousseau, représentant le Commissariat général au Plan, résume ce qu’on doit espérer de l’opération de la CNDP : demander qu’un certain pourcentage des aides publiques accordées aux entreprises en nanos soit consacré à l’évaluation des risques ; demander plus de contrôleurs ; intervenir auprès des institutions européennes.

En somme, il faudrait se réjouir qu’on nous laisse participer à la gestion des nuisances. Le public marseillais ne semble pas satisfait de cette offre, et un jeune homme au micro fustige cette conception du débat qui consiste à "informer le public". Le débat, rappelle-t-il, c’est discuter pour décider collectivement. Il indique que les chercheurs de l’Ideas Lab de Minatec à Grenoble, ou du CEA (Etienne Klein notamment), s’emploient à réduire les résistances aux nanos, en manipulant les espoirs en matière de santé et d’écologie.

Après 40 minutes de chahut, de sifflets, de slogans, de chants, Jean-Pierre Chaussade jette l’éponge, quitte la scène et donne rendez-vous sur Internet. Où l’on voit les merveilleuses possibilités des technologies de l’information et de la communication. Il charge sa collègue Galiène Cohu de tenir le crachoir durant la demie-heure nécessaire pour établir la liaison satellite avec le bunker où se retranchent les experts. Une demie-heure, c’est long quand on n’a rien à dire et que les manifestants envahissent la tribune. Mme Cohu, la bien-nommée, doit se faire aider d’un souffleur, pour enchaîner des phrases sans queue ni tête, d’où il ressort tout-de-même cette obsession : le public doit poser des questions, et obtenir des réponses. Il ne viendra jamais à l’esprit d’un technocrate que le "public" ait des réponses à apporter aux "experts".

Quant au mystérieux souffleur ("donnez-moi des idées", l’implore Galiène Cohu), ce n’est autre que Bruno Védrine, le secrétaire général de la commission, le vrai chef de cette opération. Quand Chaussade, Bergougnoux et les membres de la CNDP-Nanos assurent être indépendants et bénévoles, ils oublient de dire qu’ils travaillent sous la coordination de ce fonctionnaire, payé – 4500 euros par mois – par le ministère de l’Ecologie, pour assurer la mission jusqu’au bout. L’œil – et la bouche - de l’Etat, c’est lui.

Prochain faux-débat : à Orsay le 26 janvier.




Débat public nanos : Marseille, le récit des opposants refoulés


mercredi 20 janvier 2010

Aujourd’hui, mardi 19 janvier 2010 devait avoir lieu à Marseille, la ville du soleil, le 13e pseudo-débat public sur les nanotechnologies organisé par la Commission Nationale du Débat Public. Après l’annulation des réunions de Lille, Grenoble, Rennes et Lyon, les opposants marseillais ont annulé un 5e faux débat.

Et pourtant, la CNDP avait une fois encore changé de tactique. Jean-Pierre Chausssade, vice-président de la CNDP-Nanos était là pour accueillir les participants dès l’entrée. Il a fait un discours de bienvenue, expliquant que les dernières réunions ayant été annulées par des opposants, les gens qui n’étaient pas d’accord avec le principe de ce débat étaient invités à manifester à l’extérieur. L’entrée était donc filtrée par des vigiles. Une physionomiste (sans doute travaillant pour l’agence de communication I&E) repérait les opposants connus, et les dénonçait aux vigiles pour leur interdire l’entrée. Cinq personnes ont donc été refoulées sous prétexte qu’on les avait vues à la réunion de Lyon. D’autres, (une petite dizaine) furent refoulées au faciès. Ce soir il ne faisait pas bon être jeune et sans cravate.

Qu’à cela ne tienne. Les refoulés déploient une banderole devant l’entrée. On peut y lire en rouge : "Mascarade". Ils expliquent aux personnes admises que ce soir le débat est interdit aux opposants, et expliquent à haute voix pourquoi les "débats" de la CNDP sont bidons. Devant les journalistes, Jean-Pierre Chaussade sent qu’il perd la face avant même le début de la soirée. Il tente de reprendre le dessus avec de belles déclarations aux caméras. Mais des opposants monopolisent l’auditoire en caricaturant son discours : "Mesdames et messieurs, nous sommes pour là pour permettre la liberté d’expression. Ici, vous pouvez exprimer absolument toutes les opinions : cela n’aura AUCUNE conséquence !" Tout y passe : la liste secrète des 147 questions pré-établie par la CNDP avant même le début des discussions, le budget de 2 millions d’euros explosé, ("Et vous mesdames et messieurs, que feriez vous avec 2 millions d’euros ?"), les débats programmés après les décisions déjà prises, le recours aux agences spécialisées dans la manipulation d’opinion...

Une personne caricature les grands discours sur l’histoire de la démocratie que Chaussade a tenu à Lyon... Ayant reconnu Tanaquil Papertian, elle la présente à toute l’assemblée comme employée de la fameuse agence de stratégie d’opinion I&E Consultants. (*) Chaussade est mal à l’aise. Le talk-show n’est même pas commencé qu’il fait déjà un bide. Pour un directeur de la communication de chez EDF, habitué à embobiner les citoyens pour leur faire gober le nucléaire, il se laisse vite démonter. Il assiste donc impuissant à la fin de l’intervention des opposants qui se font un plaisir d’expliquer la situation à chaque personne entrant. Les derniers participants entrés, le secrétaire général de la CNDP, Bruno Védrine, semble assez fier d’avoir pu bloquer des opposants. Un regret tout-de-même : "A cause de vous M. Chaussade est tout stressé". S’il savait que pendant ce temps, une centaine d’opposants s’est glissée dans les rangs du public....

La fête que les opposants marseillais ont organisée à la place des laïus d’experts, et à laquelle nous n’avons pu assister, est racontée par nos camarades ici : http://www.nanomonde.org/Debat-public-nanos-Marseille

Trois quarts d’heure plus tard, une autre banderole déployée en hauteur lance aux personnes qui quittent la salle : "Scientiflics, scientifrics".

Ce soir, la CNDP a cru tenir son faux débat en refoulant les opposants qu’elle prenait pour les meneurs. Elle est incapable de concevoir que nous n’avons pas besoin de meneurs pour nous organiser et pour saboter sa campagne. C’est d’autant plus facile que comme à Lyon, nous étions plus nombreux que les quelques égarés venus assister à sa soirée de promotion.

Des opposants refoulés, mais ravis

* Si l’on en croit son profil sur Linkedin, le réseau professionnel sur internet, Tanaquil Papertian est spécialisée en "accompagnement de dirigeants". Elle est aussi conseillère en communication de Leclerc, de Coca Cola France, mais aussi d’EDF et de l’union des industries chimiques. Autant dire qu’elle est prête à communiquer ce qu’on lui demande pour qui la paie grassement. Elle se vante aussi d’être spécialiste en "communication sensible/gestion de crise" et en "analyse des réseaux d’influence et mise en place des stratégies d’opinion". Voilà ce qui s’appelle être payée à discréditer des opposants gênants. Après cette expérience professionnelle pour la CNDP, elle aura peut-être du mal à retrouver de pareilles missions. Soyez charitables, faites circuler son CV : http://fr.linkedin.com/in/tanaquilpapertian
Back to top
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 21 Jan 2010 14:54    Post subject: Reply with quote

Un grand merci a toute l'équipe de Marseille, que j'ai pu rejoindre par la suite et qui nous accueilli bras ouvert alors qu'on ne les connaissais pas du tout !

Quote:

Débat public nanos : Remboursez !

jeudi 21 janvier 2010, par Florian Olivier

Un nouveau témoignage critique d’un participant au pseudo-débat de Marseille.

Les critiques sont unanimes : la CNDP réalise en ce moment une des plus mauvaises comédies politiques françaises.

En allant au dispositif organisé par la CNDP à Marseille, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Dès l’entrée un petit groupe de personnes manifestait et une brochette de vigiles empêchait l’accès à la salle. Je n’étais pas à l’heure. Mais visiblement on ne voulait pas nous laisser entrer, comme si quelqu’un, ailleurs, indiquait à distance qui pouvait ou pas accéder à la salle. Nous étions bien une dizaine, sans nous connaître les uns les autres ; un monsieur ayant obtenu le droit de passer, nous avons réussi à le suivre. Les personnes qui continuaient à manifester à l’extérieur n’ont visiblement pas eu le droit d’entrer.

Une fois dans le bâtiment, on accédait facilement aux divers documents de propagande. Mais une autre propagande avait commencé dans la salle. Evidemment cette « propagande » n’a pas le même sens que l’accumulation de mensonges qu’on lui donne habituellement, elle a évolué tout comme le reste du système de contrôle et d’encadrement de la population. A Marseille notamment, on fait passer un dispositif qui, au mieux « informe », pour un « débat ». Et le discours reste émaillé d’une propagande qui consiste en d’habiles exagérations. La propagande n’est pas qu’un discours, un contenu, mais réside aussi dans le dispositif (1). Alors observons.

La salle était remplie à moins de la moitié, et à mon arrivée j’ai appris qu’il était interdit de s’asseoir dans le haut de la salle. Pourquoi ? La raison nous est donnée par la disposition des outils techniques de la salle. Notamment les caméras. Tout le monde doit pouvoir être filmé et avec certains angles, cela permet de faire croire à une salle comble. Avec d’autres outils on modifiera le son au profit de la CNDP, et non de ce qui s’est réellement entendu sur place, et on coupera certains passages. Notamment ceux où les intervenant officiels n’écoutent pas ceux qu’ils prétendent être venus entendre (si la CNDP devient habile, elle laissera aussi ces passages, afin de se gargariser de plus de transparence).

Ce qui m’a impressionné ce soir-là, c’est le peu de « professionnalisme » des acteurs agissant dans ce qui est clairement une mise en scène à leur profit. Par exemple, à une question de la salle sur les motifs des manifestants, on lui répond par l’ignorance. Ils auraient pu au moins faire semblant d’avoir travaillé, d’avoir entendu tout ce qui leur fut reproché depuis le début de leur campagne. Mais non.

J’ai voulu me lancer dans une explication à la CNDP. J’ai obtenu le micro, mais Jean-Pierre Chaussade n’écoutait pas. J’ai dû l’appeler, lui faire des signes ridicules pendant 5 minutes pour obtenir son attention. Nouvelle preuve du mépris des personnes dans la salle. J’ai indiqué en quoi ce n’était pas un « débat ». Un débat c’est une discussion avant une prise de décision. Et d’ailleurs la CNDP indique à chaque fois qu’elle est venue informer et écouter les points de vue, avouant à demi-mot qu’il ne s’agit donc pas de débattre. Ici toutes les décisions sont déjà prises. Pour appuyer mon affirmation j’ai cité deux éléments : D’une part l’Ideas Lab, un des laboratoires de Minatec à Grenoble qui rappelle clairement son objectif, l’augmentation des ventes grâce à des chercheurs serviles en science sociales :

« Une bonne idée d’innovation n’est pas nécessairement un succès commercial. Il y a entre l’innovation et son acceptation par le public, un fossé où domine la dimension proprement humaine de notre rapport aux objets : psychologique, anthropologique, sociale, symbolique, historique. L’ampleur croissante des investissements dans le domaine des NTIC en général et des micros et nanotechnologies en particulier, rend de plus en plus insupportable l’incertitude économique que représente cette dimension humaine. L’intuition demande à être renforcée par une analyse basée sur des méthodes développées par les Sciences Humaines et Sociales. D’où l’idée de croiser l’approche technologique avec une approche qui tient compte de l’humain et des nouveaux usagers, en couvrant l’ensemble des métiers qui vont de la technologie à l’utilisateur. » (2)

Ce dispositif est antérieur au « débat » que prétend faire la CNDP, tout comme l’ensemble des budgets déjà alloués ou en cours d’allocation sur les nanotechnologies, ainsi que les nombreuses applications déjà en vente et auxquelles nous sommes déjà exposés. Il suffit aussi de regarder les budgets prévisionnels des entreprises du secteur pour admirer la planification capitaliste de l’obsolescence et de l’innovation.

J’ai cité aussi un rapport du CEA qui, au mieux, analyse, au pire soutient, les techniques rhétoriques élaborées pour faire accepter les nanos. J’ai déjà fait mes remarques à Etienne Klein, co-auteur de ce document, quand il est venu à Montpellier (3).

Il faudrait que nos encadrants étatiques soient de parfaits imbéciles pour ne pas croire qu’ils aient pris à l’avance les dispositions que la CNDP prétend faire émaner du public : augmenter les enquêtes écotoxicologique, mettre au point un étiquetage. Le rapprochement de leur démarche avec celle du « Grenelle de l’environnement » est d’ailleurs révélateur. Il y a, tout comme au Grenelle, des points qu’il est exclu à l’avance de débattre. Au Grenelle c’était le nucléaire, ici ce sera non seulement le refus des nanotechniques au profit d’autres techniques productibles localement et avec peu de moyens, mais aussi des sujets comme la dévaluation des capacités humaines au profit de celles des machines (4), ou encore la réponse politique possible aux causes au lieu de la fuite en avant technicienne pour déplacer ou cacher les symptômes.

L’objectif du dispositif de la CNDP est clairement la propagande et non le débat. Elle ne se contente pas « d’informer » la population, mais sélectionne certaines perspectives qu’elle veut lui faire entendre au détriment d’autres dont elle ne parlera pas. Et si elle écoute le « public », ce n’est pas pour noter ses remarques avant de prendre des décisions, mais pour mieux adapter son discours afin de faire accepter plus facilement l’exposition et la diffusion des nanotechnologies, ainsi que les décisions de l’oligarchie encadrante. Par la suite celle-ci pourra affirmer : mais tout ces choix, c’est à vous que nous les devons.

Florian OLIVIER

NOTES

(1) C’est ce qu’enseigne Jacques Ellul dans son livre Propagandes [1962].

(2) Présentation des objectifs du IDEAs Lab de Minatec : http://www.cea.fr/content/download/... On notera : « les travaux ont débuté en février à l’initiative de France Télécom R&D, de Hewlett-Packard Labs, de ST Microelectronics et du CEA. » comme l’indique l’article du CEA : http://www.cea-technologies.com/art...

ST Microelectronics fait partie de ceux qui ont participé à l’élaboration du livre bleu du lobby GIXEL

(3) Vous pouvez trouver le tract argumentatif rédigé à cette occasion à cette adresse : http://www.mediafire.com/?l5zdwzkmmmk

Je précise qu’Alexei Grinbaum co-auteur de ce texte du CEA, présent dans la salle à Marseille, est venu discuter avec moi le rapport. C’est lui qui soutient qu’il s’agit plutôt d’une analyse. Cependant je n’avais pas pu apporter tous les éléments avancés dans le texte opposé à Etienne Klein, qui lui n’a d’ailleurs pas défendu qu’il s’agissait d’une analyse, mais partageait la perspective du texte.

(4) Le sujet porteur de cette idéologie se fait temporairement appellé « transhumanisme » ou encore « homme augmenté ».

_________________
Pour des communautés libertaires écocentrique et affinitaire

Participer a libérer et cultiver les conditions locales et pérennes d’existences et d’autodéterminations des vivants, sans domination.
Back to top
View user's profile Send private message
lionel



Joined: 14 Mar 2006
Posts: 538
Location: Ardèche

PostPosted: 21 Jan 2010 21:17    Post subject: Reply with quote

Excellent !!!! Très content
Back to top
View user's profile Send private message
Guest






PostPosted: 03 Feb 2010 22:43    Post subject: Reply with quote

ANNULATION DES 3 DERNIERS FAUX DEBATS DE LA CNDP

Cool

Quote:
Prenant acte du naufrage de sa campagne de promotion, la Commission nationale du débat public (CNDP) annonce ce mercredi 3 février 2010 l’annulation de ses trois dernières réunions prévues à Montpellier le 9 février, à Nantes le 16 février et à Paris le 23 février 2010.

Pour sauver la face, elle improvise en lieu et place des visio-conférences d’experts sur Internet, invitant les internautes à leur poser des questions par mail et par téléphone, comme dans n’importe quel talk-show à la radio ou à la télé.

Après la conduite de Grenoble subie le 1er décembre 2009, Jean Bergougnoux, président de la CNDP-Nanos, avait claironné à la manière du général Mac Arthur qu’il reviendrait. "A Grenoble, le débat n’est que suspendu, il n’est pas annulé, et reprendra sous une autre forme", déclarait-il le soir du 1er décembre (1). Confirmation le 26 janvier à L’Express.fr (2) : "Je me suis promis d’y retourner". On voit qu’il n’en est rien pour l’instant, à notre vif regret. Nous espérions rendre à M. Bergougnoux le Pipeau d’Or que nous lui avions décerné lors d’un précédent passage, et qu’il a oublié d’emporter dans sa prompte retraite.

Nous avions appelé au boycott et au sabotage de la campagne de promotion du nanomonde par la CNDP. L’échec de cette mascarade est une bonne nouvelle. Les dispositifs d’acceptabilité et de "démocratie technique" ont été démasqués et défaits. En dépit de moyens considérables, et de l’explosion d’un budget initial de deux millions d’euros fourni par le ministère de l’Ecologie. Explosion sur laquelle les journalistes ne manqueront de demander des comptes.

Nous menons depuis janvier 2003 le débat public sur les nanotechnologies et l’avènement du nanomonde à travers des livres, des films, des articles, des émissions de radio, des réunions publiques, des manifestations, et nous allons continuer avec tous les opposants à la tyrannie technologique, qui partout en France ont fait dérailler le train publicitaire des nanotechnologies. Et en tout premier lieu avec les collectifs anti-nanos de Montpellier, de Nantes et de Paris, qui poursuivront, eux, leur travail d’information, d’alerte, et de débat direct dans les mois à venir.

Quant à nous, nous invitons les rhônalpins à Grenoble les 5 et 6 février pour le 3e café luddite avec l’historien François Jarrige, auteur de "Face au monstre mécanique" (cf http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=236).

Pièces et Main d’œuvre, Atelier de bricolage pour la construction d’un esprit critique à Grenoble

Grenoble, le 3 février 2010

(1) http://www.grenews.com/nano-le-debat-a-ete-annule-@/video.jspz?video=201588

(2) http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/quand-les-anti-nano-perturbent-le-debat_844522.html
Back to top
jolly



Joined: 02 Aug 2004
Posts: 313
Location: Paris

PostPosted: 06 Feb 2010 10:47    Post subject: Reply with quote

la croix du 5 février 2010 en première page

Editorial - Dominique Quinio

Un "nanodébat"

Les dernières rencontres publiques sur les nanotechnologies sont supprimées p. 6

Il a fallu jeter l'éponge. Dans le silence assourdissant de responsables politiques qui auraient dû, toutes tendances confondues, s'insurger. La série de réunions publiques organisées à travers la France, depuis la mi-octobre, pour débattre des enjeux des nanotechnologies a été perturbée par des opposants au développement de ces matériaux infiniment petits qui entrent désormais dans la composition de très nombreux objets et procédés : intervenants empêchés de s'exprimer, chahut systématique, dégradations des lieux... La commission chargée d'organiser le débat public a donc décidé d'annuler les prochains débats prévus les 9 et 16 février, à Montpellier et à Nantes. Et la rencontre de clôture, le 23 à Paris, se fera sur invitation.

Voilà un domaine de la science en constante évolution, qui tend à envahir tous les champs de la vie quotidienne, y compris les domains de la biologie et de la médecine, avec une infinité de questions à la clé. Ce "nanomonde" mystérieux inquiète. Certains regrettent qu'il se soit développé sans contrôle, sans évaluation suffisante des dangers potentiels, des effets à long terme de ces minuscules éléments, de leur possible combinaison avec des processus biologiques ; ils redoutent qu'impossibles à détecter, ils soient utilisés pour des usages peu compatibles avec les libertés publiques. Ils craignent une fuite en avant irréversible, motivée par l'intérêt économique.

A la manière du Grenelle de l'environnement ou des rencontres sur la bioéthique, le gouvernement avait donc décidé de lancer ces réunions entre scientifiques, responsables politiques et citoyens. Certes, la question est complexe, le citoyen mal armé pour entrer dans cette complexité. Il n'empêche : c'était l'occasion pour les scientifiques, pour les industriels d'expliquer leurs projets, pour les opposants de formuler leur désaccord et pour les observateurs de nourrir leur réflexion. On ne peut pas déplorer l'opacité des décisions scientifiques, politiques et industrielles et ne pas saisir toutes les chances de les éclairer. Les perturbateurs ont voulu gâcher ces chances et confisquer le débat. Conception infiniment petite de la démocratie !

p. 6

Nanotechnologies

Les deux dernières réunions publiques ont été annulées

A la suite du blocage de plusieurs réunions par des manifestants radicaux, la Commission particulière du débat public, chargée d'organiser les discussions sur les nanotechnologies, a décidé d'annuler les rencontres prévues à Montpellier et à Nantes les 9 et 16 février. Elles seront remplacées par des ateliers-débats qui se tiendront en un lieu secret.

Un questionnaire sera mis en ligne pour le public (www.debatpublic-nano.org). Ce dernier ne pourra toutefois participer au débat que par internet, grâce à une vidéotransmission. La commission considère que la quasi-totalité des thèmes (alimentaire, médical, énergie) a été abordée, et a décidé d'axer ces deux rencontres sur "éthique et gouvernance".

Le débat de clôture aura lieu le 23 février à Paris, sur invitation.
Back to top
View user's profile Send private message
NedLudd



Joined: 24 May 2005
Posts: 75
Location: Paris

PostPosted: 06 Feb 2010 18:39    Post subject: Transhumanistes Reply with quote

Un cahier d'acteurs sur le site de la CNDP rédigé par l'association française transhumaniste viens d'être publié :

Nanotechnologies ? une réponse transhumaniste

Youpi !
Back to top
View user's profile Send private message
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Science - technique - energie - ressources All times are GMT + 1 Hour
Goto page Previous  1, 2
Page 2 of 2

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group