forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Je suis ici

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Science - technique - energie - ressources
View previous topic :: View next topic  
Author Message
Bizig



Joined: 17 Aug 2010
Posts: 9
Location: Paris

PostPosted: 27 Sep 2010 9:12    Post subject: Je suis ici Reply with quote

Je suis ici (SIG La lettre – numéro 119 – septembre 2010)

Après le succès de Foursquare, les nouveaux services de Twitter, c’est au tour de Facebook de se jeter dans la bataille de la géolocalisation avec « Places », lancé le 18 août aux Etats-Unis. Les réseaux sociaux ont pris leur temps pour inclure cette fonctionnalité, mais l’annonce de Facebook montre bien que l’enjeu est de taille. Si certains restent sceptiques sur l’utilité de la chose, d’autres y voient un marché juteux. Quant aux soucieux du dévoilement toujours plus avancé de notre vie privée, ils risquent de devoir remballer des arguments qui ne tiennent plus devant l’engouement général.

Rappelez-vous, en 2006, nous avions lancé, avec la complicité de Geo212, le premier concours d’applications autour des globes virtuels, dans le cadre de Géo-Evénement. Plusieurs candidats nous y avaient présenté des mash-ups pour géolocaliser les utilisateurs d’embryons de réseaux sociaux. « Amusants », « inutiles » mais bien faits, ces premiers essais résonnent désormais comme les précurseurs naïfs d’un marché qui risque de rapporter gros aux nouveaux géants du Web.

Au cœur de la géolocalisation
Car si Facebook se lance dans l’avanture, c’est bien parce qu’il espère tirer profit de cette nouvelle possibilité offerte à ses quelques 500 000 milions d’inscrits, dont 20% utilisent leur téléphone portable pour se connecter. Une fois encore, la bonne idée (pouvoir dire « je suis ici » à ses amis) n’est pas suffisante pour créer le marché et nombre de réseaux sociaux géolocalisés peinent à décoller partout dans le monde. C’est la conjonction entre la fonctionnalité et la force de frappe de l’éditeur qui change la donne. Si Facebook reste discret sur les objectifs (autres que d’offrir de plus en plus de services à ses utilisateurs), de telles fonctions placents encore plus le réseau social personnel au cœurs du quotidien. Et ont toutes les chances d’attirer les publicitaires, d’être le point d’entrée dans toutes les applications de géolocalisation spécialisées. D’ailleurs, Facebook ne s’y est pas trompé et propose des outils pour permettre aux développeurs d’exploiter sa fonction. Vous cherchez un taxi ? La station de bus ou de métro la plus proche ? Vous voulez donner rendez-vous à vos amis pour aller au concert ? Demain, c’est peut-être Facebook qui fournira l’information de base (qualifiée) aux autres services (Google y compris ?).

Se protéger ou se perdre ?
« Places » relance également le débat sur la vie privée et de nombreuses voix s’élèvent pour mettre en garde les utilisateurs de géolocalisation à tous crins, même à la CNIL qui a publié un communiqué à ce sujet, quelques jours avant l’annonce de Facebook. Interception hostile de données, utilisation publicitaire abusive, risques d’exploitation malveillante de l’information (cambrioleurs, employeurs, professeurs, parents… savent où vous êtes), profilage à outrance… nombreux sont les dangers qui guettents les accros du smartphone géolocalisé. Mias n’oublions pas que cette notion même de vie privée est toute relative, qu’elle n’a émergée dans nos sociétés occidentales depuis deux siècles seulement, qu’elle est largement inconnue dans bien des parties du monde ‘en Chine par exemple), qu’elle n’est qu’une construction mentale répondant à une certaine organisation de la société. Alors que savoir où je suis et pouvoir le dire aux autres, premier élément me permettant d’exister dans l’espace (physique, social), de m’y déplacer, répond sans doute à un besoin ancré depuis plusieurs millénaires dans notre inconscient collectif. Il y a peu de chances que l’homme du troisième millénaire renonce aux nouveaux moyens de savoir qu’il n’est pas perdu, surtout dans un monde dont la complexité ne cesse de l’inquiéter.

-----------------------------

J’adore le dernier paragraphe et comment il démontre qu’on doit être inquiété du monde dans lequel on vit et qu’il existe heureusement des solutions technologiques pour ne pas se perdre. J’adore aussi leur tour de passe-passe qui montre que le concept de vie privée n’est pas assez puissant face aux avantages de géolocaliser ses amis. Et dire que ce magasine n’a rien à vendre…
Back to top
View user's profile Send private message
cervesia



Joined: 20 May 2009
Posts: 491
Location: toul, lorraine

PostPosted: 27 Sep 2010 12:58    Post subject: Reply with quote

bah c'est juste au cas ou tu voudrais organiser un apéro géant dans ton coin Mort de rire juste pour voir si il y aura du monde ou pas .... M. Green
Back to top
View user's profile Send private message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 02 Nov 2010 10:11    Post subject: Reply with quote

Ce qui est clair dans le dernier paragraphe sur la vie privée, c'est l'assurance et même l'arrogance de celui qui écrit.

Evidemment dire "je suis ici" à quelqu'un qui n'est pas là, et en temps réel, n'est en rien un besoin fondamental "ancré depuis des millénaires".

Il y a un glissement entre "se perdre" et "les autres ne savent pas où je suis".
Entre se localiser tout seul sur une carte, et rendre publique cette localisation -seul ce dernier cas nécessite une informatisation.

Cette publicisation ouvre ensuite à une évidente marchandisation (au sens de création de marchandises, de valeur).

Mais ce n'est qu'un cas particulier d'une logique de marchandisation :

- La publicisation des informations est une des conditions pour construire de nouvelles marchandises, sans que cela soit une condition suffisante.
Du coup cela permet à des acteurs non-marchands d'agir en ce sens, c'est-à-dire de permettre la marchandisation (dont le moteur est l'intérêt individuel : pas bien), en se prévalant de l'intérêt général (dont le moteur est beaucoup plus légitime, plus noble : l'universel).

En matière d'infrastructure de données informatiques, la directive européenne Inspire est exemplaire de cette logique. Elle impose à la fois la normalisation (qui permet l'interropérabilité) et le fait de la numérisation des cartes -pour les acteurs publics. Cette étape est la condition indispensable au genre de service dont parle l'article.

Comme ce sont les acteurs publics qui ont la main (juridiquement parlant) sur les territoires qu'ils gèrent et qu'ils ont déjà mis en forme (sinon informatisé) et dépossédé de leurs habitants, ce sont eux qui peuvent construire les base de données qui vont permettre aux entreprise d'administrer des marchés (c'est-à-dire faire du marketing).

En retour cela permet aussi à ceux qui s'opposent à la marchandisation (au sens restreint du commerce) de continuer à croire en des acteurs publics qui agiraient uniquement en la faveur de l'universel. De croire donc en une technique pure et rationnelle, intégratrice, fédératrice des intérêts divergents, pour le général et contre le particulier.
C'est ne pas voir que la logique marchande, c'est n'est pas la libération des intérêts particuliers égoïstes, mais une dynamique de totalisation sociale particulière, dont la mise en forme n'a jamais pu se passer de ce genre de technique.
_________________
SDE dec.info socio. des épreuves
Back to top
View user's profile Send private message
Kristo



Joined: 17 Dec 2003
Posts: 1751

PostPosted: 03 Nov 2010 1:37    Post subject: Re: Je suis ici Reply with quote

Bizig wrote:
Mias n’oublions pas que cette notion même de vie privée est toute relative, qu’elle n’a émergée dans nos sociétés occidentales depuis deux siècles seulement, qu’elle est largement inconnue dans bien des parties du monde (en Chine par exemple)

N'importe quoi en effet. Revoilà l'argument classique, comme quoi les valeurs fondamentales (vie privée et autres droits de l'homme) ne seraient pas universelles puisqu'en Chine le gouvernement ne les respecte pas.

Ce n'est pas parce la vie privée est bafouée dans les dictatures, que les gens trouvent ça acceptable ou supportable. Ils supportent, parce que s'ils ouvrent leur gueule, ils vont en taule.
Back to top
View user's profile Send private message
energy_isere



Joined: 03 Jan 2006
Posts: 75
Location: Grenoble

PostPosted: 07 Nov 2010 12:07    Post subject: Re: Je suis ici Reply with quote

encore de grosses conneries ces histoires.

Ca va finir comme MONSENTO ces histoires, et quand on commencera à s' en apercevoir il sera trop tard.

Pas de fesse du bouc, pas de telephone portable. Pas de géolocalisation.
Back to top
View user's profile Send private message
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Science - technique - energie - ressources All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group