forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Les inégalités sociales
Goto page 1, 2  Next
 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Politique - Culture - Société
View previous topic :: View next topic  
Author Message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 23 Jun 2005 15:35    Post subject: Les inégalités sociales Reply with quote

Que faire des inégalités sociales dans une vision décroissante de la société? En théorie, seuls les pays riches doivent "décroître". Mais à l'intérieur des pays riches... qui est visé? Les classes bourgeoises en priorité?

D'un autre côté, la décroissance conduit à revoir les critères de réussite imposés au sein des univers professionnels, scolaires, politiques. Donc à relativiser le souci des inégalités. On est alors dans une problématique "comment vivre hors du système" portée principalement par la petite bourgeoisie. Le système est vu comme produisant lui-même ses critères de réussite et de classement, donc ses statistiques des inégalités.

Comme dans les années 70, les marginaux, contestataires du "système" n'étaient pas tous également armés en capitaux culturels, économiques. Dans les communautés, certains fabriquaient des chaussures, d'autres passaient des diplômes à l'université (plutôt les hommes), plus facilement convertibles au sein du système. On n'avait pas fermé la porte.

Le souci des inégalités est très dépendant de l'Etat et de son appareil statistique, l'Etat tirant de sa légitimité du soin qu'il entend apporter aux classes populaires, à l'exclusion croissante, selon des critères qu'il définit lui-même (cf. les visions de la famille, du couple, du travail productif, induites par l'attribution des aides). La stratégie à adopter face à l'Etat est compliquée du fait de l'ambiguïté de celui-ci, et surtout, surtout, du nombre de personnes qu'il fait vivre.

Le militantisme, particulièrement chez les décroissants, pose rarement le problème de ses conditions matérielles de possibilités. Quelles sont nos ressources? Avons-nous un logement? Ou bien des traites à payer ou un loyer ? Un emploi stable dans la fonction publique? Ou bien un emploi précaire ? Avons-nous des économies ? Ou bien dépendons-nous entièrement d'un salaire, d'allocations, avec zéro euros restant à la fin du mois ?

Bref, pour qui la décroissance est possible? Pour qui est-elle pour l'instant indécente?

Comment s'entraider, pour éviter de penser en ces termes? Quelle sera la réaction de l'Etat en cas de réussite d'ensembles sociaux économiquement autonomes?

Que de questions...
Back to top
View user's profile Send private message
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 23 Jun 2005 16:25    Post subject: Reply with quote

Alors, pour moi la décroissance n'est pas possible, mais inévitable. C'est naturel, on y arrive qu'on le veuille ou non. Le problème est de la raisonnée, de s'y préparer.

L'effet est naturel donc ce n'est pas qu'au riches à se préparer a devoir changer car le changement sera plus radical que de devenir pauvre, le changement c'est que nous le serons TOUS et différement de maintenant. Le plastique que tout le monde a l'habitude de voir, se fabrique avec du pétrôle, regardons autour de nous, qu'est ce qu'y est en plastique ou qui use un dérivé du pétrôle? jusqu'au pneu de vélo des décroissant le pétrole est présent.

Actuellement ont peut effectivement dire que les pauvres et ceux qui tente de se préparer à la décroissance en changeant d'habitude sont mal lotis car tout le système est basé sur la croissance... difficile de tout faire à vélo quand tout est prévu pour la voiture... etc...
Back to top
View user's profile Send private message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 23 Jun 2005 16:54    Post subject: Reply with quote

bug-in wrote:
Alors, pour moi la décroissance n'est pas possible, mais inévitable. C'est naturel, on y arrive qu'on le veuille ou non. Le problème est de la raisonnée, de s'y préparer.


Je me demande si on peut construire un mouvement politique organisé avec le mot "naturel". En fait, je pense même que non.

Ce qui sera naturel, en l'absence de mouvement social cohérent (et porté au delà de la petite bourgeoisie), c'est que les structures les plus puissantes (Etats, multinationales) organiseront la pénurie de ressources. Notre société peut très bien fonctionner exactement comme maintenant, à condition d'aggraver tout en maintenant sous contrôle les inégalités sociales.

Un mouvement décroissant sans base populaire, ça me paraît de plus en plus fou et voué à n'avoir que très peu d'effet. Concrètement, les plus pauvres d'entre nous, ceux qui survivent avec le RMI par exemple et avec l'entraide locale, sont déjà décroissants.

La difficulté du chemin vers la décroissance vaut donc pour les plus nantis d'entre nous (selon les critères de réussites en vigueur). Car nous avons souvent fait de longues études qui ne nous servent à rien aujourd'hui si nous voulons être décroissant. Etre décroissant quand on a investi tant d'énergie dans la réussite scolaire, dans l'intrégration professionnelle, c'est risquer un réel déclassement social. Cela signifie aussi que les plus nantis d'entre nous n'ont pas intérêt à être décroissant, mais plutôt à investir des structures de pouvoirs existantes, plutôt que d'investir dans l'auto-gestion et l'autonomie économique locale.

La frontière entre la décroissance version auto-gestion et la décroissance version grands sytèmes est donc sociale, avant d'être simplement technique ou organisationnelle : il faudra en tenir compte, ou alors, le mouvement va s'éclater rapidement.
Back to top
View user's profile Send private message
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 23 Jun 2005 18:48    Post subject: Reply with quote

coucou! Sourire

Je ne cherche pas à organiser un mouvement politique, quand je dis que ce sera naturelle la décroissance, c'est que quand il n'y a plus de ressources, et d'abord le pétrole, ben... c'est naturel et la décroissance arrive donc naturellement... mais cette décroissance naturelle j'ai jamais dit qu'elle était agréable, loin de là.
Et y a de forte chance qu'elle ne le soit pas.

Je ne crois pas en un mouvement politique décroissant qui puisse perdurer avec un Etat. Je crois en l'autogestion parceque ça fonctionne et que ça correspond plus à mes valeurs éthiques. Pour moi je ne vois la décroissance raisonnée que par une autogestion généralisé par petit groupe.

Le reste je n'y crois pas.
Back to top
View user's profile Send private message
Guest






PostPosted: 23 Jun 2005 19:26    Post subject: Reply with quote

Deun, peux-tu préciser ce que tu dis au sujet de l'Etat qui définit lui-même ses critères d'inégalité? Tu mets cf mais j'aimerais des précisions. S'il te plaît.
Back to top
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 25 Jun 2005 14:36    Post subject: Reply with quote

Anonymous wrote:
Deun, peux-tu préciser ce que tu dis au sujet de l'Etat qui définit lui-même ses critères d'inégalité? Tu mets cf mais j'aimerais des précisions. S'il te plaît.


Je parlais des aides sociales accordées par l'Etat. Pour affecter ces aides, il y a des critères, qui sont une manière de rendre les personnes inégales devant les aides. Par exemple, la norme sociale est le couple marié (donc homme+femme), et l'Etat la confirme en la renforçant en lui donnant des droits supplémentaires (impôt, etc) par rapport aux célibataires, ou encore au couples pacsés (donc éventuellement homo).

Les aides au chômage sont un autre exemple de ce type (même si cela n'est pas géré par l'Etat mais par les syndicats d'employeurs et de salariés) : il faut avoir participé en tant que salarié à la sphère productive pour recevoir des allocations. Le montant de l'allocation est fonction du revenu. C'est une manière de réaffirmer la norme du travail salarial d'une part, de conserver les inégalités de revenus d'autre part.

Ces aides ont donc pour corrolaire une administration qui va produire des classifications, répertorier les personnes aux sein de ces classifications, donc produisant un contrôle social plus ou moins serré.
Back to top
View user's profile Send private message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 25 Jun 2005 15:09    Post subject: Reply with quote

bug-in wrote:
Je ne cherche pas à organiser un mouvement politique, quand je dis que ce sera naturelle la décroissance, c'est que quand il n'y a plus de ressources, et d'abord le pétrole, ben... c'est naturel et la décroissance arrive donc naturellement... mais cette décroissance naturelle j'ai jamais dit qu'elle était agréable, loin de là.
Et y a de forte chance qu'elle ne le soit pas.


Ca veut bien dire que, pour une décroissance équitable, il faut un mouvement politique organisé, non?
Par mouvement politique organisé, je n'entends pas forcément un parti. Mais un ensemble de pratiques partagées par des personnes, lesquelles seraient capables de justifier ces pratiques publiquement. Je pense que c'est ça qu'on essaie tous de faire sous la banière "décroissance" !
Back to top
View user's profile Send private message
felicia



Joined: 17 Jun 2005
Posts: 36
Location: paris 13

PostPosted: 27 Jun 2005 15:15    Post subject: Reply with quote

entièrement d'accord avec toi Deun

l'état a bien géré ses inégalités, histoire d'étouffer le gros de la contestation
ton exemple des aides est frappant, mais il faut le vivre ou connaitre quelqu'un qui le vit pour témoigner, et face à un coulpe marié, une mère célibataire (quelles que soient ses raisons) est traitée comme une merde ...
et pareil voire pire pour un homo ...
_________________

Back to top
View user's profile Send private message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 27 Jun 2005 16:06    Post subject: Reply with quote

Les aides de l'Etat ne représentent pas un budget si important que ça. Ce qu'il faudrait c'est qu'il continue à aider, mais sans que cette aide soit conditionnée (par la soumission à l'idéologie d'entreprise dans les dispositifs d'insertion, à l'idéologie du couple hétéro pour la famille, aux rentiers pour les aides au logement, ...).
On voit que l'Etat aide d'un côté (un petit peu), mais d'un autre côté est un appui formidable pour maintenir la dépendance des gens à l'univers de la Croissance, maintenir l'individualisme et l'illusion que les problèmes s'arrangent dès qu'on suit la norme (un boulot, marié et propriétaire). Il reconduit les inégalités en affirmant sans cesse les critères de réussite par lequels il mesure les inégalités : travail, revenu, capitaux, diplôme, etc. Les aides signent l'échec de celui qui est aidé et le somment de revenir dans le droit chemin. A l'école, on apprend aux gens des classes populaires à se sentir inférieurs puisqu'ils y échouent.

Mais ce que les aides de l'Etat masquent, c'est que quand les gens travaillent pour le marché, ils ont beau être avocats ou ingénieurs, le travail n'a pas plus de sens que recevoir des aides sans travailler. Car à chaque fois le propos est d'abord d'obtenir de l'argent, crédit fait aux personnes pour obtenir ce qu'elles ne produisent pas, mais surtout leur interdit de s'intéresser à la façon dont les choses sont produites. Le désintérêt à l'égard du système technicien signe sa performance puisque la technique est neutre et n'est là que pour rendre service, exactement comme les professions qui sont aujourd'hui à leur du chômage massif indiscutables... et pourtant, combien de professions réellement utiles?

L'argent que l'Etat donne pour le logement n'a pas plus de sens que l'argent que donne le salarié pour acheter son logement, car la dépendance est identique à l'égard d'un système sur lequel on a pas de prise. Comment on nous maintient dans la dépendance, c'est une vraie question subversive de la décroissance, car faire le tri publiquement entre ce qui est utile et pas utile peut conduire à défaire l'autorité des professions et des inégalités sociales que l'on justifie à partir d'elles (un ingénieur est plus utile et rare que...).
Back to top
View user's profile Send private message
donquichottedelamancha



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 256

PostPosted: 28 Jun 2005 9:15    Post subject: Reply with quote

Merci pour les précisions et entièrement d'accord.

Seulement je ne crois pas qu'il faille rendre le mouvement décroissant "public" au sens croissant du mot, et donc qu'il faille une représentation politique. Car alors on entre dans le jeu de la norme dominante, et on ne pourra éviter le ballet des médias et les détournements, récupérations, déviations, etc...

La force est justement de rester ANONYMES et de PROUVER par L'ACTION qu'une alternative est possible. C'est le bouche à oreille qui fera l'impact sur les consciences individuelles, et rien d'autre. Et ceux qui pensent que le bouche à oreille ne va pas assez vite ou ne "touche" pas suffisamment de monde, à mon sens se trompent.

Ceci dit la plus grande inégalité effectivement est celle de l'éducation. Même en ayant conscience ce que tu dis Deun au sujet des inégalités économiques et sociales entretenues pas l'Etat, le diplôme, même s'il n'est pas monnayé, suggère un certain niveau d'éducation... Je formule mal, mais je pense que, par exemple, même sur ce site, certains hésitent à donner leurs opinions et expériences par pudeur et sentiment, au fond, d'inégalité.
Comment s'exprimer face à des universitaires, etc... quand on n'a pas fait, ou quasiment, d'études? C'est délicat. Et finalement on en revient à cette inégalité de fait au sein de la plus grande volonté d'égalité.
Back to top
View user's profile Send private message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 28 Jun 2005 9:43    Post subject: Reply with quote

donquichottedelamancha wrote:
Et ceux qui pensent que le bouche à oreille ne va pas assez vite ou ne "touche" pas suffisamment de monde, à mon sens se trompent.


C'est vrai que c'est peut-être une question de vitesse. En même temps, le discours sur le décroissance joue beaucoup sur l'urgence (pénurie de ressources énergétiques), urgence qui est d'ailleurs aujourd'hui très largement relayée (réchauffement climatique). Concrètement que faut-il faire de cette urgence? Est-ce que cette urgence peut-être une justification pour un engagement public d'un mouvement décroissant ?
Back to top
View user's profile Send private message
donquichottedelamancha



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 256

PostPosted: 28 Jun 2005 9:53    Post subject: Reply with quote

De toute façon la vitesse n'est pas une notion décroissante Clin d'oeil
La question est donc résolue.

Et si on se place quand même dans cette perspective urgentiste, les médias ne feront que ralentir le propos parce qu'ils n'ont aucun INTERET à le servir (cf Halimi, Bourdieu etc...).

Sans parler des dissensions internes inéluctables face à la question du pouvoir et de la "responsabilité" médiatique, qui neutralisent l'action.
L'ego rentrera en jeu. Si on pactise, on va dans le mur je crois.
Back to top
View user's profile Send private message
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Politique - Culture - Société All times are GMT + 1 Hour
Goto page 1, 2  Next
Page 1 of 2

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group