forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Faire de la politique ?!?
Goto page 1, 2, 3, 4, 5  Next
 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Politique - Culture - Société
View previous topic :: View next topic  
Author Message
NedLudd



Joined: 24 May 2005
Posts: 75
Location: Paris

PostPosted: 23 Jun 2005 21:04    Post subject: Faire de la politique ?!? Reply with quote

En première page du dernier numéro de "La décroissance" je lis "chantiers : faire de la politique". Enfin des prises de positions sur l'Etat, les mouvement sociaux, etc. ? Pensez-vous !

Je me précipite en page 6 et là je lis :
Quote:
La politique est considérée avec mépris par beaucoup de militants. Pourtant se présenter aux élections est un acte simple, intéressant et nécessaire pour faire vivre notre démocratie.


Dans cet esprit, Paul Ariès a déjà rédigé un appel pour susciter des candidats décroissants pour les élections présidentielles et législatives de 2007 (cf. <www.appel-2007.org>).

Faire vivre NOTRE démocratie ???

Notons que Vincent Cheynet, dans ce même article p.6, traite par le mépris le plus total la critique de la démocratie représentative : étant visiblement incapable d’imaginer « l’engagement collectif » et « l’édification d’un cadre commun » autrement qu’à travers la participation aux élections et aux institutions étatiques, il qualifie de « faux rebelles » et d’« ultra-individualistes » ceux qui ont l’impudence de ne pas concevoir cet engagement de la même manière que lui…
On sent déjà bien comment la démocratie de M. Cheynet va fonctionner...

Quote:
Se laver les mains de la confrontation politique n'est en rien une attitude non-violente mais bien de la lâcheté..


Tandis que se présenter aux élections et par là reconduire à la fois le rôle du spectateur de l'électeur et la délégation du pouvoir qui réduit le citoyen à l'impuissance quasi totale sur les affaires publiques, ça c'est une preuve de grand courage, de clairvoyance, de générosité et de dévouement...

C'est en réalité le NÉANT de la pensée politique qui s'étale là dans toute sa crasse bêtise. Ce n'est pa pour rien que ces gens se sont donnés pour "maître à penser" l'économiste N. Georgescu-Roegen qui évacue opportunément de ses travaux et prises de positions toute réflexion historique, politique et sociale au profit d'un scientisme uniquement préoccupé du "bilan énergétique" de l'économie.

Cela aurait été bien plus difficile pour eux de se réclamer d'un François Partant, par exemple, parce que lui ne versait pas dans un écologisme mièvre fait d'économies de bout de chandelle à la petite semaine, mais avait une vision plus globale et demandant un réel engagement politique, et pas simplement de faire le bouffon dans une mascarade...

Quote:

La fin du développement

L’alternative […] n’a aucune chance d’apparaître en un point quelconque du globe, pour ensuite se propager comme devait le faire la révolution, une révolution que les marxistes sont d’ailleurs de moins en moins nombreux à attendre. Elle ne peut pas d’avantage s’inscrire dans le prolongement de l’évolution du système […]. Si elle voit le jour, elle apparaîtra un peu partout, à la faveur de la décomposition sociale que provoque l’évolution techno-économique, et comme le résultat possible, mais nullement certain, de l’effondrement du système.
Tout reconstruire de bas en haut, tandis que tout se désorganisera sous la pression d’événements transnationaux incontrôlables, ce n’est évidement qu’une éventualité. Il en existe beaucoup d’autres : guerre nucléaire, désastres écologiques aux conséquences irréversibles, chaos social généralisé et émergence de dictatures militaires, voire d’un système de terreur avec prolifération de petits chefs du type mafioso, racketeurs ou tonton macoute…Tout est possible. Une seule chose, à coup sûr, ne l’est pas : cet “avenir de progrès” qu’on persiste à nous promettre dans le cadre du système actuel. C’est pourquoi l’éventualité la plus optimiste (ou la moins pessimiste) devrait pouvoir servir d’hypothèse de travail à ceux qui contestent le système, qu’ils demeurent actifs au sein de celui-ci ou qu’ils en soient exclus.
L’alternative n’étant pas à imaginer pour demain, mais au contraire à mettre en forme aujourd’hui, la problématique politique est toute nouvelle. Il ne s’agit plus de préparer un avenir meilleur, mais de vivre autrement le présent. […] (pp. 233-235)
Il faut que les alternatifs sachent quel avenir ils entendent préparer par leurs initiatives actuelles, et comment cet avenir, qu’ils forgent pour eux-mêmes, “s’articule” avec celui des majorités. Il faut qu’ils se dotent d’un projet politique. (p. 237)
Il faut que les alternatifs élaborent un projet politique, qui est par définition utopique, puisqu’il n’est pas destiné à s’appliquer à l’ensemble de la société et qu’il ne vise pas à la transformer. Ce projet ne sera à mettre en œuvre que par ceux qui s’excluent du système et éventuellement, par ceux qui en sont exclus et acceptent de l’être. Il ne concerne les autres que dans la mesure où ils seront, eux aussi, placés ultérieurement devant des choix qu’ils ne peuvent faire à l’heure actuelle. (p. 249)
L’engagement politique change donc à la fois de terrain et d’objet pour prendre une ampleur toute nouvelle. […] Son but idéal est de rendre une finalité politique et sociale à l’évolution humaine. Car le progrès véritable n’est pas dans la connaissance et la maîtrise des techniques. Il est politique. Il est dans l’aptitude des hommes à se gouverner, individuellement et collectivement, en mettant leurs connaissances et les techniques au service de cet art de vivre ensemble. (p.253)



----
Bêtiser de la décroissance :

Quote:
A travers le monde, de nombreuses lois mise en place par le politique vont dans le sens de la décroisance, même en France ! La loi Evin est un bon exemple...


Mort de rire !!!
Back to top
View user's profile Send private message
Martin



Joined: 16 Dec 2003
Posts: 505
Location: Paris

PostPosted: 24 Jun 2005 7:41    Post subject: Reply with quote

Pour ma part, je considère que le système démocratique actuel est *très* loin d'être parfait (les politiciens le sont pratiquement à vie, on vote pour le "moins pire", bureaucratie lourde, démocratie non-directe, gueguerre de clan droite/gauche stérile, incapacité de faire la moindre réforme efficace, ne parlons pas même pas de carrément changer de système etc).
Par contre c'est déjà un point de départ. Et c'est surtout un moyen de passer de petit groupe de 10 ou 100 contestataires qui à la limite peuvent tenter de vivre leur utopie entre eux à une organisation politique permettant de toucher tout le monde, donc de faire évoluer la société. Mais dans mon optique, si on fait de la politique, il faut donc avoir toujours à l'esprit le type de société future que l'on souhaite, et tout faire pour qu'elle se concrétise.
Le problème avec la politique actuelle, c'est que nos dirigeants gouvernent "à vu", avec comme seul horizon celui des prochaines élections.

Un point intéressant actuellement pour les partisiens: la réforme du Plan Local d'Urbanisme (dont dépend la publicité!), pour lequel la mairie demande l'avis de la population. Ce serait dommage de se géner Sourire
cf http://www.paris.fr/portail/accueil/Portal.lut?page_id=1&document_type_id=2&document_id=10425&portlet_id=815
Back to top
View user's profile Send private message
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 24 Jun 2005 9:03    Post subject: Reply with quote

bon aller, faut bien qu'on en parle vu que c'est aussi ce qui divisent (selon un article CR) ceux qui font la marche de la décroissance alors même qu'ils sont en autogestion (!).

Je partage plutôt l'avis de François Partant. Pour éclairer la lanterne de ceux qui y croit encore je vous repropose une lecture du Prince de Machiavel et vous verrez ce que c'est les réel buts de l'état (non pas que Machiavel voulais ça tout le temps, car il l'avait écrit contre une guerre qui allait attaqué son pays..., mais que ensuite, il est devenu le but constant des politiques).

Je ne partage pas cet avis :
Quote:
Le problème avec la politique actuelle, c'est que nos dirigeants gouvernent "à vu", avec comme seul horizon celui des prochaines élections.
Pas du tout, il ne pense pas qu'au élection car c'est tout le temps qu'il faut penser à se maintenir au pouvoir et à le conserver.

La politique pour moi, ce sont des gens qui se rassemblent et qui décide de leur mode de vie entre eux. Et ça n'a rien avoir avec un groupe de personne qui détient l'ensemble des pouvoirs (ou presque) et qui décide du mode de vie pour tous les autres... Celà peut-être aussi simple qu'une question morale : est-il moralement acceptable de dire aux autres et de leur faire faire des choses alors même qu'ils ne désirent pas le faire?

L'autogestion est en bonne place, ne font que ceux qui veulent, en accord avec les autres en toute conscience et responsabilité. Evidement ça demande un peut de temps parceque on s'habitue très facilement au mode "un chef".... mais ça fonctionne.
Si vous n'y croyez pas essayer de vous procurer le film "The Take" même s'il est loin d'être idéal il à l'honneur de montrer une autogestion qui marche et tout les gens qui y participent ne sont pas forcéments des "anarchistes qui veulent tout détruirent"... Clin d'oeil

Le parti par ailleur pose problème, on ne peut pas suivre Jacque Ellul ou faire une critique de la Technique comme il se doit et diriger un état. L'état à besoin de la technique et donc il la renforce.

On pourrait espérer un état qui se retire des régions qui deviennent autogestionnaire. Mais peut-on y croire? Quel pouvoir aurait cet état?

Ce que je trouvais intéressant mais ou je me pose encore la question c'est que j'avais cru comprendre qu'ils se présentaient essentiellement comme un contre pouvoir c'est à dire qu'il dise qu'il n'est pas possible d'être membre d'une éxécutif et de parler au nom du groupe (voir statut du parti "écolo").
Back to top
View user's profile Send private message
mandhyl



Joined: 05 Mar 2005
Posts: 19
Location: hérault

PostPosted: 24 Jun 2005 23:30    Post subject: (une bien modeste réponse en fin de post) Reply with quote

Bonjour à tous...

Un type qui à l'air très sympa et très juste l'orsque l'on écoute ses paroles, appelle les gens de gauches à se réunir pour former un parti social démocrate européen.
Ce type c'est Pascal Lamy. Mais est il vraiment un ami ? En effet il prendra ses fonctions de directeur de l'Organisation Mondiale du Commmerce (OMC) en septembre prochain.

pour entendre ses dires aussi lici (emission du 24 Juin 2005)

D'un coté, faut bien l'avouer, il n'a pas tord. En théorie fonder un parti possèdant des ramifications européennes est possible. Il peut avoir son poid dans la balance l'ors de la construction de l'union.

Il est indéniable que la politique à des problèmes de fonctionnement car elle est soumise à l'argent, mais elle reste, une tactique "légale" de proposer est mettre en place des solutions alternatives voire, décroissantes.


Enfin tout cela semble difficile a réaliser l'orsque l'on lit le bouquin d'une pointure de la finance mondiale, Joseph E. Stiglitz, Ex vice-président de la Banque Mondiale. Un gars qui à préféré démitionner que de servir le systeme. (voir: La Grande Désillusion, Fayard et dispo en livre de poche)

Pourquoi les politiques pensent'ils tant à l'argent ? Parcequ'ils aiment ça d'une part mais aussi parcequ'un pays qui ne se develloppe pas économiquement est un pays mort (c'est ce qui ce dit).
Pour maintenir un pays en place sur la scène mondiale de l'économie il faut faire plaisir aux gros patrons et aux banques qui ont des capitaux en bourse. C'est le gros problème.

Reste les partis "bidons" qui peuvent agir comme "balast" afin de faire sombrer la croissance sans réelement avoir de pouvoir éxecutif. Faut il que cela tienne la route. Il faut être sur que si par hazard un de ces partis se retrouvent au pouvoir il respecterons leurs engagements.

En attendant que nos sociétés marchandes se disloquent en mille et un groupes autogérés, essayer de redonner un sens juste à la politique en la réécrivant avec un grand P serait certainement une bonne chose. Moi chuis plus tôt Partant pour cela. ce que dit ce François est très utopique mais peut être nécéssaire à un changement de situation. Mais là aussi un problème se pose:

Notre ami Bug-in disait
Quote:
On pourrait espérer un état qui se retire des régions qui deviennent autogestionnaire. Mais peut-on y croire? Quel pouvoir aurait cet état?


Si un "autre" systeme politique est élaboré en ce bas monde, il à intéret à se répendre très rapidement. Je serait d'avis de rassembler une entante mondiale sur ce sujet, ce qui n'est pas une chose aisée, je vous l'accorde, mais qui reste théoriquement possible.

En tout cas, si bien même une alternative aux politiques actuelles parvenait à se mettre en place, il faudra bien songer à un nouveau mode de fonctionnement social établissant des règles et des valeurs à respecter et à faire respecter.

Un boulot monstre en perspective...
Back to top
View user's profile Send private message
Jeuf



Joined: 14 Nov 2004
Posts: 1506
Location: 63 et 75

PostPosted: 25 Jun 2005 15:35    Post subject: Reply with quote

Quote:
Citation:
A travers le monde, de nombreuses lois mise en place par le politique vont dans le sens de la décroisance, même en France ! La loi Evin est un bon exemple...


Mort de rire !!!


Pourquoi? Explique toi....
Back to top
View user's profile Send private message
NedLudd



Joined: 24 May 2005
Posts: 75
Location: Paris

PostPosted: 25 Jun 2005 21:01    Post subject: Reply with quote

Jeuf, si tu ne voit pas où se trouve le ridicule dans ces phrases, je ne peut rien pour toi...
Désolé.
Back to top
View user's profile Send private message
Dec



Joined: 12 May 2005
Posts: 12
Location: Paris

PostPosted: 27 Jun 2005 10:02    Post subject: Reply with quote

Deux réflexions pour alimenter le débat :
- le pouvoir de l'état limite celui des petits groupes en auto-gestion : par exemple, la loi impose de passer par des services de professionnels pour un tas de chose, de respecter des normes...
- est-ce souhaitable d'avoir un millier de puristes décroissants en auto-gestion avec 60 millions d'autres qui ne sont même pas sensibilisées au concept de décroissance ? ne faut-il pas agir sur les deux plans ?
Back to top
View user's profile Send private message
bloups



Joined: 27 Jul 2004
Posts: 1560

PostPosted: 27 Jun 2005 10:10    Post subject: Reply with quote

Entre aller vivre reclus en autogestion et former un parti pour se présenter aux élections il y a de la marge il me semble.
On peut aussi essayer de sensibiliser sur le terrain, sans forcément se présenter au simulacre de démocratie que sont nos élections…

Surtout qu'on peut être sensibilisé à la décroissance et ne pas du tout se reconnaître dans Vincent Cheynet et Paul Ariès, mais alors pas du tout !
Back to top
View user's profile Send private message
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 27 Jun 2005 10:12    Post subject: Reply with quote

réponse téléphoné : Dupuy reprenant illich soutient : qu'un minimum de production hétéronome (professionnelle - institutionelle - symbolique ect...) permet plus de production autonome, mais que si le seuil est dépassé la production autonome est paralysée ! :p

Cependant rien ne dit que la production hétéronome doit être le fait d'un état :p.
Back to top
View user's profile Send private message
ktche



Joined: 15 Jun 2004
Posts: 1383

PostPosted: 27 Jun 2005 10:33    Post subject: Reply with quote

bug-in wrote:
Dupuy reprenant illich soutient : qu'un minimum de production hétéronome (professionnelle - institutionelle - symbolique ect...) permet plus de production autonome, mais que si le seuil est dépassé la production autonome est paralysée !


Illich nomme ce concept contre-productivité. Il indique qu'il n'existe aucun moyen instrumental de quantifier ces seuils. Il propose donc de s'en remettre entièrement, via un mécanisme de démocratie directe, à l'ajustement permanent de ces seuils à partir de décisions politiques. Dupuy, sur la base du "principe responsablité" de Hans Jonas, propose d'appuyer les débats nécessaires à ces décisions sur une boucle de rétro-action qu'il conceptualise en "catastrophisme éclairé".

Pour compléter et clarifier la portée de l'article en cours de rédaction peut-être faudrait-il introduire l'hégémonie de raison instrumentale dans le cadre plus général de l'émergence des Lumières ? (et en profiter pour parler du Descartes de M. Henry ? On en avait causer ici : http://zecc.free.fr/phpbb2/viewtopic.php?p=8227 Continuez comme ça, vous êtes en train de faire le plan de mon DEA M. Green)
Back to top
View user's profile Send private message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 27 Jun 2005 13:31    Post subject: Reply with quote

bloups wrote:
Entre aller vivre reclus en autogestion et former un parti pour se présenter aux élections il y a de la marge il me semble.
On peut aussi essayer de sensibiliser sur le terrain, sans forcément se présenter au simulacre de démocratie que sont nos élections…

Surtout qu'on peut être sensibilisé à la décroissance et ne pas du tout se reconnaître dans Vincent Cheynet et Paul Ariès, mais alors pas du tout !



Je ne suis pas d'accord. Quand je lis les articles de Libé sur les décroissants (et non la décroissance, nuance), je me dis que la décroissance équitable est et restera inaudible, donc sans aucun effet, si elle ne se constitue pas en un mouvement social cohérent et visible. Pourquoi pas un parti, si nous avons parmi les décroissants des gens capables et qui ont le courage de faire face aux Croissants, aux décideurs et aux businessmen de tout poil ?
Le projet Ecolo - le ton en moins de personnages comme Cheynet je reconnais - me paraît cohérent et honnête : il ne s'agit pas de prendre le pouvoir mais de s'engager publiquement et explicitement, afin de mettre tout le monde en face de ses responsabilités, et non pas seulement une petite tribu.

Mais si on fait pas ça, à la place, nous aurons quoi? Une tribu de privilégiés, habitant en centre-ville, ou à la campagne avec jardin. C'est ça être décroissant?
Back to top
View user's profile Send private message
felicia



Joined: 17 Jun 2005
Posts: 36
Location: paris 13

PostPosted: 27 Jun 2005 14:14    Post subject: Reply with quote

je suis assez pour faire un parti, parce que le soucis numéro 1, c'est la visibilité, c'est con à dire, mais la décroissance doit bénéficier de publicité (vilain mot) pour toucher plus de monde, pour avoir un effet.
aujourd'hui cette visibilité est nulle

en fait, si on veut imaginer un jour que ces idées, en tout cas certaines, entrent dans les moeurs, je crois que c'est un passage obligé, mais je peux me tromper;

le parti ne serait qu'un organe de communication, un moyen plus qu'une fin...
_________________

Back to top
View user's profile Send private message
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Politique - Culture - Société All times are GMT + 1 Hour
Goto page 1, 2, 3, 4, 5  Next
Page 1 of 5

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group