forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

émeutes : une faille dans la domination
Goto page 1, 2  Next
 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Politique - Culture - Société
View previous topic :: View next topic  
Author Message
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 08 Nov 2005 0:34    Post subject: émeutes : une faille dans la domination Reply with quote

Bon j'ai fait un embryon d'article, mal écrit et j'aurais bien aimé en fait qu'il ne soit pas uniquement mon expression, mais celles de plusieur (le sujet étant particulié), évidement on doit aussi discuter de ce que j'en dis déjà :

« En elle-même l'émeute n'est qu'un instant intense, à la fois léger et profond. Son but inhérent est dans sa propagation. La propagation d'une émeute d'un quartier à une ville, et d'une ville à toutes celles de l'Etat, d'un jour au lendemain, et du lendemain à toute une semaine, du mépris à la considération et de l'ignorance à la conscience universelle, constitue ce qui peut être appelé une insurrection. Et de même, une insurrection qui déborde les frontières d'Etat, qui prend la totalité comme son objet et qui révèle le fondement de la dispute humaine est une révolution. Il n'y a pas d'exemple de révolutions qui n'aient pas commencé par une émeute. »[1]

Une faille dans la domination

I.De l'émeute.
II.Ce qu'est cette émeute.
III.Comment la maintenir.
IV.Comment en profiter.


I.De l'émeute.
L'installation d'un état et sa maintenance sont possible à partir d'un contrat tacite avec ses citoyens. Il faut qu'ils acceptent d'être prévisible. En échange de cette prévisibilité, l'Etat promet un certains nombre de droit minimum. Mais quand ceux-ci sont bafoué, que l'Etat n'est plus reconnu, l'Emeute est pour ainsi dire inévitable.
L'émeute « est un débat pratique où les mots sont redevenus des onomatopées et les idées des coups »[1]. Les émeutes
« sont toujours une menace pour l'Etat dans un monde entièrement étatisé ; elles sont toujours urbaines dans un monde entièrement urbanisé ; elles sont devenues des batailles pour la pensée dans un monde où la pensée s'affranchit des humains ; là où il y a des chefs, elles sont débordement de ces chefs, là où il y a des marchandises, elles sont destruction de la valeur marchande »[1].
« Toutes trop vite noyées ou étouffées, les émeutes modernes n'en sont pas moins le vivant refus de la soumission et de la résignation, le pied de biche qui ouvre des perspectives, aux limites t'elles qu'on a envie de dire sans limites pour lesquelles s'est rouillée la clée de la conscience »[1]

II.Ce qu'est cette émeute.
« Les émeutes sont faciles à récupérer, à discréditer, à écraser; sauf au moment et là où elles ont lieu »[1]
Les politiciens et les partisants (ceux qui défendent un parti, qu'ils y soient encartés ou pas) ont déjà et tentent encore de récupérer l'émeute pour justifier leur actions politique. La droite pour justifier des options sécuritaires qui diminue toujours les liberté, la gauche pour justifier une intervention de l'état quitte à faire perdre le sens de la liberté pour la transformé en passivité (l'Etat s'en occupe).
Il est évident à la voir que cette émeute n'a pas de but politique d'un partie particulier, pas de panneaux, pas d'affiche, pas de revendication claire, si ce n'est celle que mettent en place les journalistes en intérrogeant quelque habitants des banlieux dûment choisis. La meilleure chose à faire est d'observer ce qu'est cette émeutes et voyons à qu'elle politique elles correspondent le mieux. Nous n'allons pas dire qu'elles politiquent il souhaite, mais quel politique leur correspond. Ce n'est pas parcequ'ils n'ont pas de théorie politique qu'ils n'ont pas d'effet politique.
Quel est cette biopuissance?
Tout d'abord, il est évident de part sa durée que les motivations supposées au début : réactions spontanée à la mort de deux jeunes dans un transformateur edf, ne tient plus. Une tel objectif, cela marche pour 2 jours, mais pas pour dix. Par ailleurs les émeutes se sont amplifiées, déplacé. Ont est bien loin du lieu de déces quand les voitures brûles dans le sud de la France.
Ce n'est plus la crise de la banlieu et de ses habitants, c'est la crise du statut de la marchandise. Ce n'est pas une crise d'identité, elle ne s'est pas étendue aux propriétaire de magasins ou de voiture habitant en banlieu. Non, elle s'étale en dehors de ces champs là. Ont peut rejeter déjà pas mal de récupération politique.


« C'est une révolte contre la marchandise, contre le monde (...) du travailleur consommateur hiérarchiquement soumis aux mesure » [2] de la technique qui instaures les marchandises et la domination productiviste.



Légende : Il ne veulent plus de la marchandise, ils détruisent la marchandise plus qu'il ne la vole.

Ils veulent tout de suite être libre, ils récusent de marchander, de devoir travailler pour perpétuer le système technicien, il veulent la liberté et non l'intégration.


Légende : Critique du monde du travail[4]

« L'intégration à quoi? »[2] au monde de la marchandise ?
« L'homme qui détruit les marchandises montre sa supériorité humaine sur les marchandises. Il ne restera pas prisonnier des formes arbitraires qu'a revétues l'image de son besoin. Le passage de la consommation à la »[2] consummation est réalisé dans les flammes de l'émeute.


Légende : Critique de l'urbanisme. Destruction d'un centre commercial à Evreux.

L'étape logique suivante est la destruction des outils technique qui permettent la production de la domination ou lieu de contrôle biopolitique, ainsi que la destruction des lieux de travails.


Légende : Biopolitique : Destruction d'une école. Les organes de contrôle et de soumission de l'Etat sont aussi attaqué.

« L'aliénation a certes envahi toute médiation, toute organisation, mais ne peut pas s'emparer de l'immédiateté, de la spontanéité »[1]
De ces quelques constatation il est évident qu'elles ne collent pas avec les tentatives de récupération politique. Ils voudraient que ces jeunes soit l'expression de la recherche du travail, alors qu'ils en détruisent les lieux. Ils voudraient que ces jeunes soit l'expression des salaires peut élevé ou de la vie trop chère, bref de la croissance insuffisante, alors qu'ils détruisent les marchandises.
« Il n'y a plus d'émeutes manipulées, contrairement à ce qui est généralement admis. Les manipulateurs potentiels ont aliéné la maîtrise du monde, et ont égaré celle des foules en égarant les foules. Ne serait-ce que par le nombre des participants, une émeute moderne est devenue sans mesure possible. Semi-lettrés, pauvres et insatisfaits »[1] tous y participent.
Qui à peur de cette émeute? Ceux sont les riches – sont considéré comme « riche » ceux qui détiennent au moins une voiture - qui ont peur. Ce sont ceux qui possèdent qui tremblent.

III.Comment la perpétuer
Ce texte est écris pour éviter que nous ne pensions pas à la fin des émeutes, l'après-émeutes; notre impuissance à penser la finalité risque de se traduire par un épuisement du plaisir à y participer.
Il ne faut pas que l'émeute prenne d'identité, il faut qu'elle reste spontanée, sinon leur effectif diminueront. Si l'émeute devient un acte largement ritualisé, elle ne surprend plus et ne menace plus de déborder, de devenir insurrection.
De toute façon, il n'y aura pas assez de prisons pour tous.
Nous pouvons participer à l'émeute à notre façon, en plus d'aidé les émeutiers des origines, il est possible de viser particulièrement les stations essences, les administrations pour abolir les traces de la propriété. A défaut de détruire, car il faut être réaliste sur nos moyens, nous pouvons dors et déjà bloquer les endroits ou l'on peut insérer les cartes de crédits et les sérures des administrations.

IV.Comment en profiter.
Il n'y a pas d'action modéré possible de la catastrophe. Ce monde est une catastrophe, il est à rejeter sans demi-mesure. « Ce qui est irrationnel, c'est de quémander légalement devant l'illégalité patente »[2].
Nous voulons « la subversion totale de cette société ou rien ».[2]
« La société de l'abondance trouve sa réponse naturelle dans le pillage, mais elle n'était aucunement abondance naturelle et humaine, elle étaient abondance de marchandises »[2].
« Le capital fait croître la puissance technique du prolétariat et décroître sa puissance comme individu, comme équipe, comme groupe. Les moyens de productions ne sont pas simplement des outils pour produire, ce sont des outils de domination. La domination de la classe ouvrière n'est pas faite par des hommes, mais par des outils conçus par des hommes [dont la classe ouvrière elle même] pour fonctionner comme moyen de domination. Le socialisme ne vaut pas mieux que le capitalisme s'il ne change pas les outils de production. C'est pas la prise de pouvoir qui compte, c'est l'invention de mode de vie, de mode de pensée post capitaliste, on verra ensuite s'ils prennent. »[3]
Ont peut profiter de l'émeute en abandonant le travail là ou hésitait à l'abandonner et rejoindre ou monter des écovillages. Multiplier les jardins sur les lieux mêmes de la destruction après avoir pillé les magasins qui s'approprie la terre pour la revendre.
Maintenir la sociabilité afin de se passer de la technique synthétique qui permet la domination. Ne plus vendre notre force de travail, mais s'en servir pour notre autoproduction.
L'erreur serait de vouloir prendre le pouvoir au sens de rentrer dans l'état, de fonder un parti.
Evidement que nous avons un pouvoir, mais il est constitué surplace, dans l'instant et la décision du programme ne vient qu'après que nous ayons découvert notre pouvoir. Le programme n'est pas prévu à l'avance par un, mais le résultat du choix et de la participation de ceux qui sont le pouvoir.


L'« émeute étant spontanée, nous trouvons contradictoire que quelqu'un puisse y inciter. La conscience ne peut pas inciter à l'inconscience. On ne va pas à l'émeute, on s'y trouve »[1]. La domination, voilà l'incitatrice de l'émeute, celle qui fait que tout explose.

Notes :
[1] article "De l'émeute" dans le bulletin n°1 de la Bibliothèque des Emeutes, 1990. L'article "(Dégénérescence et régénérescence) de l'émeute" extrait de L'Observatoire de téléologie publié en 1999 à aussi servi d'inspiration.
[2] article "Le déclin et la chute de l'économie spectaculaire-marchande" par Guy Debord, dans le numéro 10 de l'internationale Situationniste, Mars 1966.
[3] En s'inspirant largement d'André Gorz.
[4] Il s'agit d'une photo montrant l'intérieur d'un commissériat qui à brulé. J'ai choisi cette photo comme illustration de la critique du travail, car elle me semble bien représentative de ce que l'on trouve dans ses lieux. Même si je n'en ai pas trouvé de photos, beaucoup d'articles de journaux font mentions de la destruction d'entreprises.
Back to top
View user's profile Send private message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 08 Nov 2005 10:26    Post subject: Reply with quote

Quote:
De toute façon, il n'y aura pas assez de prisons pour tous


Tu plaisantes j'espère ?

Quote:
Ils veulent tout de suite être libre, ils récusent de marchander, de devoir travailler pour perpétuer le système technicien, il veulent la liberté et non l'intégration.


Comment tu le sais ?
Back to top
View user's profile Send private message
Yog



Joined: 30 Oct 2005
Posts: 553
Location: Neverwhere

PostPosted: 08 Nov 2005 15:14    Post subject: Reply with quote

Mouais...

Plutot que regarder la réalité telle qu'elle est regardons la telle qu'on voudrait qu'elle soit... C'est un point de vue... Ceci dit je me demande comment ca se fait que la personne qui a écrit cela ne va pas confectionner des cocktails molotov sur l'heure (c'est une vraie question).

Pour un autre éclairage je conseille ce document :

http://www.prisonexp.org/pdf/evil.pdf

a situationist perspective on the psychology of evil (ok c'est en anglais mais toutes les experiences dont ils parlent sont super intéressantes... zimbardo c'est le gars de das experiment pour les connaisseurs.... http://www.prisonexp.org/ )

qui montre les différentes situations ou un simple quidam va avoir un comportement violent.
(ou vous trouverez la preuve scientifique que l'uniforme (ou la cagoule) rend effectivement con)

Et notre simple quidam, meme s'il est jeune et habite une cité, n'a besoin d'aucun objectif pour le pousser a cramer une voiture. (jugement perso : Faut etre un sacré psychopate pour user de la violence parce qu'on a un objectif en tete, c'est a dire avoir une violence rationelle et non pas "émotive")

et puis aussi des révolution qui n'ont pas commencé par une émeute, il y en a plein... par exemple la révolution chantante des pays baltes en 1991, mais on peut trouver plein d'autres exemples ici http://www.pbs.org/weta/forcemorepowerful/

Quote:
Qui à peur de cette émeute? Ceux sont les riches – sont considéré comme « riche » ceux qui détiennent au moins une voiture - qui ont peur. Ce sont ceux qui possèdent qui tremblent.


Je veux bien ne pas etre en France donc ne pas avoir toutes les données mais quand je vois la carte des violences urbaines ca m'étonnerait qu'on trouve des riches dans ces lieux... J'ai aucune angoisse pour ma famille qui habite a la campagne... Par contre si elle habitait dans un HLM pourri au coeur d'un ghetto, la j'imagine que j'essaierai par tout les moyens de les joindre pour m'assurer qu'ils sont sains et sauf.

petite colle : est ce que tu consideres comme riche quelqu'un qui possede une voiture mais qui est surrendenté ?
_________________
Travailler mieux pour vivre mieux.
Back to top
View user's profile Send private message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 08 Nov 2005 16:46    Post subject: Reply with quote

Yog wrote:
Par contre si elle habitait dans un HLM pourri au coeur d'un ghetto, la j'imagine que j'essaierai par tout les moyens de les joindre pour m'assurer qu'ils sont sains et sauf.


Vu des médias, je comprends. Sur la carte du journal Le Monde, il y a une étoile rouge sur ma ville. Bah ça va, c'est calme dans l'ensemble Très content
Back to top
View user's profile Send private message
bloups



Joined: 27 Jul 2004
Posts: 1560

PostPosted: 08 Nov 2005 19:07    Post subject: Reply with quote

Je bosse quasiment qu'avec des gens qui habitent sur les zones rouges des médias. Aucun n'a peur, la plupart se contente de constater.

Par contre tous ceux qui vivent loin de ces zones sont morts de peur, ne font que parler de ça et se monte le bourrichon tout seul !
Back to top
View user's profile Send private message
Yog



Joined: 30 Oct 2005
Posts: 553
Location: Neverwhere

PostPosted: 08 Nov 2005 21:05    Post subject: Reply with quote

Quote:
Par contre tous ceux qui vivent loin de ces zones sont morts de peur, ne font que parler de ça et se monte le bourrichon tout seul !


Vu des médias et de mes contacts avec des francais c'est plus la haine qui prévaut que la peur...
_________________
Travailler mieux pour vivre mieux.
Back to top
View user's profile Send private message
Mans



Joined: 04 Oct 2005
Posts: 220
Location: Rhône-Alpes

PostPosted: 08 Nov 2005 21:21    Post subject: Reply with quote

pour ma part je ne suis pas en désaccord avec les paroles de bug-in. ces jeunes n'ont aucune revendication claire et ouvertement exprimer, car ils sont ce que nous ne sommes pas. eux, n'ont pas la capacité réflexive que nous avons. de fait, leur sur-moi est moins développé que la notre. la violence et l'agressivité que nous possédons tous en nous est contenu chez les gens qui ont les moyen psychique de la contenir.
Cependant, il revendiquent sans le dire, sans le penser, sans le vouloir, quelque chose que leur actes représente. comme dans tous évenement historique, social, c'est l'événement qui reste pas ce que chaque protagoniste a pensé au moment de son action.
de fait, bruler des voiture plutot que de le voler, c'est effectivement dire y'en a marre de... bruler un supermarché, c'est pareil.
interpeler les gens, les brusquer, les frapper, pour les enrager... c'est vouloir étendre l'émeute.
Une grande majorité de la population veut qu'un certain nombre de chose change. la "révolution" grouille dans nos esprit à tous, cependant, la plupart des gens ne sont pas près à accepter qu'il faille être agressif pour que les hierarchies se brisent, et que les oppresseurs (et les oppressions) disparraissent.
eux, ne sont pas non-violent, ne sont pas très réfléchis, ne sont pas étiqueter décroissance, ne savent même pas ce que c'est, mais sont dans la même galère que nous, et dans la même detresse.
il se révolte et essaye, consciemment ou par pur bétise de nous entrenner dans leur révolte.
ce n'est pas à chacun d'entre nous de choisir si un mouvement révolutionnaire naîtra, ni même si il serra non-violent, ou agressif, nous ne pouvons pas tout controler.
mais nous pouvons choisir, dans toute confrontation, notre camp.
et moi je choisi le leur, car il est plus proche du mien, que ceux qui diront qu'il faut que la police rétablisse le calme.

l'ennemi de mon ennemi et mon ami!!
il ne sont que l'avant garde de sous prolétaire qui se sacrifie pour notre avenir. mais je craints qu'il ne soit qu'une soupape de plus libérant un peu la pression, et qu'on oublie bien vite ces journées, pour retourner dans le monde de merde qui continue à tourner "malgrés les effort acharner de la non-violence pédante".
Back to top
View user's profile Send private message
Guest






PostPosted: 08 Nov 2005 22:28    Post subject: Reply with quote

Evidement, les corrections qu'il faudrait apporter l'article brouilloné :
Quote:
Ils veulent tout de suite être libre, ils récusent de marchander, de devoir travailler pour perpétuer le système technicien, il veulent la liberté et non l'intégration.


Comment tu le sais ?
Il s'agit bien d'une interprétation, j'observe juste que le travail il le refuse, il le brûle, il le rejette. Et l'intégration il ne la cherche pas, c'est visible.
Et leurs actions, ce qu'il font dans l'émeute, c'est la liberté, la liberté pour elle même certe, totalement coupé de tout projet, mais la liberté.

Je ne justifie pas ces destructions, elles sont vraiments dommageable pour ceux qui les subissent alors que leurs vies est déjà difficile, je part juste du principe que l'on peut en profiter. Profiter de l'émeutes actuelle, de l'incapacité de gestion du gouvernement pour le détruire, détruire les cibles que nous voulons. Oui j'envisage le coktail et la participation. Parceque il n'y aura pas de révolution possible si on ne se sert pas de la violence qui est en cours. Je ne veux pas la violence, je veux en profiter, détruire ce qui reste à détruire, avant que les politiques calmes la situations et reprennent le contrôle.
S'il reprennent le contrôle la seule force citoyenne pour la population majeure de ce pays (moi évidement, je pense plutôt l'écovillage), se sera le choix entre sarkozy et lepen au deuxième tour. Et la faudra pas compter sur moi pour aller voter.
J'aimerai bien un changement global, une réorganisation de l'espace partout et non pas que dans nos éco-village, quelque chose que l'on met en avant dans notre société actuelle pour tous s'en sortir. C'est pour ça que j'envisage sérieusement les émeutes actuelles comme le momment charnière ou une dernière fois, une révolution brutale est possible. Après elle ne le seront pas, puisque nous ne voulons pas de la violence et que c'est l'état qui à la posséssion de la violence.
Back to top
Yog



Joined: 30 Oct 2005
Posts: 553
Location: Neverwhere

PostPosted: 08 Nov 2005 23:02    Post subject: Reply with quote

Quote:
ces jeunes n'ont aucune revendication claire et ouvertement exprimer, car ils sont ce que nous ne sommes pas. eux, n'ont pas la capacité réflexive que nous avons. de fait, leur sur-moi est moins développé que la notre. la violence et l'agressivité que nous possédons tous en nous est contenu chez les gens qui ont les moyen psychique de la contenir.


Je te trouve bien pédant pour décréter que tu as une capacité réflexive supérieure a eux... Lis mon lien, tu verras que n'importe qui est capable de , ce n'est pas uniquement réservé aux personnes que tu penses etre inférieure a toi.

Quote:

de fait, bruler des voiture plutot que de le voler, c'est effectivement dire y'en a marre de... bruler un supermarché, c'est pareil.
interpeler les gens, les brusquer, les frapper, pour les enrager... c'est vouloir étendre l'émeute.


Bruler une voiture c'est vouloir déclencher un incendie, point.

Frapper quelqu'un (au risque malheureusement de le tuer) c'est vouloir lui faire mal, point.

Faut pas chercher plus loin. Les cas ou l'etre humain émet un raisonnement puis passe a l'acte ne sont pas une norme, ce qui se passe dans enormement de cas c'est que l'etre humain agit puis élabore un raisonnement qui justifie son action...

Quote:
eux, ne sont pas non-violent, ne sont pas très réfléchis,


J'ai de plus en plus de mal a discerner si on parle d'etres humains ou d'animaux. Comment on sait si quelqu'un est "tres reflechis" ou non ?

Quote:
mais sont dans la même galère que nous, et dans la même detresse.


Tu peux me retirer de ton "nous"! Je suis citoyen d'une des plus grandes puissances mondiales : j'ai un acces a l'eau courante partout ou je vais, je n'ai pas a craindre de mourir du choléra parce que j'ai mal fait la vaisselle, mon passeport me permet de franchir la plupart des frontieres de ce monde sans avoir a remplir trop de formalités, et j'en passe. Je n'ai aucune raison de me sentir particulierement en galere ou en détresse (contrairement a la planete sur lequel je vis).

Quote:
mais nous pouvons choisir, dans toute confrontation, notre camp.
et moi je choisi le leur, car il est plus proche du mien, que ceux qui diront qu'il faut que la police rétablisse le calme.


Et ceux qui sont dans aucun des deux camps, tu les mets ou ? Dans "les poubelles de l'histoire" ?


Quote:
pour retourner dans le monde de merde qui continue à tourner "malgrés les effort acharner de la non-violence pédante".


Je ne vois pas comment tu arrives a concilier la décroissance et la lutte des classes (notions totalement antagonistes cf Trotsky : http://www.marxists.org/francais/trotsky/livres/litterature/tolstoi.htm scroll down jusqu'a "LA PHILOSOPHIE SOCIALE DE TOLSTOÏ" ) mais apres tout c'est ton probleme...
_________________
Travailler mieux pour vivre mieux.
Back to top
View user's profile Send private message
Yog



Joined: 30 Oct 2005
Posts: 553
Location: Neverwhere

PostPosted: 08 Nov 2005 23:16    Post subject: Reply with quote

Quote:
Oui j'envisage le coktail et la participation. Parceque il n'y aura pas de révolution possible si on ne se sert pas de la violence qui est en cours. Je ne veux pas la violence, je veux en profiter, détruire ce qui reste à détruire, avant que les politiques calmes la situations et reprennent le contrôle.


Avis perso : une révolution ca n'a jamais été autre chose que faire un tour complet pour revenir au meme endroit.

Je ne vois pas par quelle maniere arriver a une "insurection des consciences" (sans laquelle ca ne change strictement a rien d'essayer de changer les choses a moins de vouloir instaurer un eco-fascisme, alternative tentante il est vrai) a coup de poings dans la gueule et j'ai trop d'amis qui m'ont racconté ce qu'était la guerre et la guerre civile pour te suivre dans ce raisonnement.
_________________
Travailler mieux pour vivre mieux.
Back to top
View user's profile Send private message
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 09 Nov 2005 1:14    Post subject: Reply with quote

Quote:
Avis perso : une révolution ca n'a jamais été autre chose que faire un tour complet pour revenir au meme endroit.

C'est un peut facile celle-là... enfin on m'a déjà fait le coup de l'étymologie quarante fois et j'ai du moi même m'en servir, mais bon, t'as pas un peut mieux?

Je rappelle que même si une révolution, c'est faire un tour complet et faire ce qu'il semble revenir au point de départ... ça c'est voir la chose de l'extérieur.... c'est à dire ne pas vivre la révolution, la vivre c'est bien voir qu'il s'agit d'autre chose, par ailleurs étant donné que entre le début et la fin de la révolution et avant son existence, et après son existence le temps passe, on ne peut pour être exact : JAMAIS REVENIR AU MEME ENDROIT, parceque il faudrait que cette exactitude, ce point soit exact SPACIALEMENT et TEMPORELLEMENT.

enfin trève de plaisanterie réthorique, il est évident que la il n'y a pas d'étape insurrection des consciences dans ce cas là, que j'envisage sur le moment, mais juste destruction de ce qui est par ailleurs difficile à continuer à supporter.
Evidement que je préfère l'insurection des consciences... mais y'a peut de chance qu'elle fonctionne pour autant de personnes et je suis même pas sur que nous en ayont le temps, sans parler que la structure ELLE MËME pose un problème.
Ce n'est pas parcequ'on ferai d'abord une révolution violente, qu'elle empêche de faire ensuite une révolution des consciences. Il y a peut-être plus de chance de réussir une insurrection des consciences en vers la décroissance après la destruction de nos structures politique, que pendant qu'elles sont encore là...

a voir.
Back to top
View user's profile Send private message
Mans



Joined: 04 Oct 2005
Posts: 220
Location: Rhône-Alpes

PostPosted: 09 Nov 2005 1:16    Post subject: Reply with quote

Quote:
Je te trouve bien pédant pour décréter que tu as une capacité réflexive supérieure a eux... Lis mon lien, tu verras que n'importe qui est capable de , ce n'est pas uniquement réservé aux personnes que tu penses etre inférieure a toi.


désolé de te décevoir mais je ne me sent pas supérieur à eux en aucune manière. je fais même partis de ceux qui ont un jour vécu dans des cités.
ce que je dis, je le dis d'un point de vue sociologique.
est-ce que ta capacité réfléxive est en mesure d'assumer la comprehension de mes parole plutot que leur critique sans argument.

il ne s'agit pas de parler de quotient intellectuel ou je ne sais quel indice à la con.

mais les jeunes les plus en marge des cités sont "généralement" moins enclins à se poser des questions d'ordre politique au point de s'organiser politiquement ou associativment pour exprimer leur désaccord.

il passe par la violence parce que c'est un moyen fort à la hauteur du gouffre de leur vie.

Quote:
Bruler une voiture c'est vouloir déclencher un incendie, point.

Frapper quelqu'un (au risque malheureusement de le tuer) c'est vouloir lui faire mal, point.

Faut pas chercher plus loin. Les cas ou l'etre humain émet un raisonnement puis passe a l'acte ne sont pas une norme, ce qui se passe dans enormement de cas c'est que l'etre humain agit puis élabore un raisonnement qui justifie son action...



bruler c'est vouloir déclencher un incendie. en fonction de ce que l'on brule, le message qu'on le veuille ou non prends un second sens.

frapper quelqu'un peut avoir de multiples raisons. et en fonction de la personne que l'on frappe et de la manière dont on frappe, le symbole, le sens de l'acte est différent.

je ne dis pas que l'ensemble des actions commis sont prédéfinie, que le but est décider, l'objectif clair et approuver de tous.
je ne dis pas qu'ils ont décider de faire passer tel message donc il agissent de tel manière. je dis que leur actes parlent pour eux!!!
bruler une église à un sens, politique, ou social, celui qui à agit la fait pour une certaine raison, mais les interpretation ultérieur font le symbole marquant de ce que signifie l'acte.


Quote:
Citation:
eux, ne sont pas non-violent, ne sont pas très réfléchis,


J'ai de plus en plus de mal a discerner si on parle d'etres humains ou d'animaux. Comment on sait si quelqu'un est "tres reflechis" ou non ?


tu dois surement croire que nous sommes tous née libre et égaux.

pourtant il y à bien des différence qui nous démarques les uns des autres.

quand je dis cela, c'est pour dire ce qui est dis ailleurs, que le sur-moi de celui qui a un bagage éducatif et culturelle important tend à le dissuader d'employer la violence pour se défendre. et inversement, le sur-moi, la censure, le garde fou et plus fragile chez un jeune n'ayant pas les moyen de se défendre sur un autre terrain que celui de la violence.

sache que je respecte ces type malgrés leur apparente bêtise, parce qu'ils ont les couilles de risquer leur vie, pour défendre leur dignité.



Quote:
Tu peux me retirer de ton "nous"! Je suis citoyen d'une des plus grandes puissances mondiales : j'ai un acces a l'eau courante partout ou je vais, je n'ai pas a craindre de mourir du choléra parce que j'ai mal fait la vaisselle, mon passeport me permet de franchir la plupart des frontieres de ce monde sans avoir a remplir trop de formalités, et j'en passe. Je n'ai aucune raison de me sentir particulierement en galere ou en détresse (contrairement a la planete sur lequel je vis).


alors la c'est toi qui est pédant, "la planète sur laquel tu vis" n'a pas besoin de toi, elle a besoin que tu te préoccupe un peu plus de toi même et que tu te rende compte que tu es effectivement dans la même galère que tout les autres, et non pas privilégié comme tu dis. c'est une illusion que de croire que tout va bien pour l'occidental bourgeois.


je ne parle pas de lutte des classe!!! je sais pas où tu es aller chercher que je parler de lutte des classe.

je parle de déclin de civilisation et d'avant garde de l'insurection.
ils sont l'avant garde et nous sommes les "bien pensant". je préférerai être dans l'avant garde, mais je ne suis pas sur d'être bien utile.
Back to top
View user's profile Send private message
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Politique - Culture - Société All times are GMT + 1 Hour
Goto page 1, 2  Next
Page 1 of 2

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group