forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Lancement du thème (se) NOURRIR.
Goto page Previous  1, 2, 3, 4, 5  Next
 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Paris
View previous topic :: View next topic  
Author Message
florentino



Joined: 30 Dec 2005
Posts: 73
Location: 92

PostPosted: 19 Jan 2006 18:53    Post subject: Reply with quote

On a effectivement parle de regimes alimentaires alternatifs. C'est tres interessant de partage ainsi des experiences.
Je conseille vivement le livre de Souccar et Robard evoque precemment. De nombreuses evidences martelees par les media y sont battues en breche. C'est vivifiant !!
Back to top
View user's profile Send private message
Fabinoo



Joined: 16 Aug 2005
Posts: 779
Location: Hte Corse

PostPosted: 19 Jan 2006 19:39    Post subject: Reply with quote

Je pense que pour une première approche de la nutrition critique, le livre de Souccar est parfait. Notamment, le chapitre sur les recommandations de l'université d'Harvard, est un bon début pour au moins avoir une alimentation qui ne détruise pas la santé.

Ensuite, si on veut aller plus loin, et notamment si on a de réels problèmes de santé chroniques, je ne saurais trop conseiller de tenter l'expérience de l'alimentation ancestrale, Seignalet étant dans cette famille à visée plus particulièrement thérapeutique (il y a par exemple des compléments de vitamines, minéraux et probiotiques dans le régime Seignalet-type).

Et puis pour ceux qui soit veulent guérir de quelque chose de vraiment grave, soit à l'inverse veulent se lancer dans quelque chose de plus parfait, le crudivorisme et l'instinctif peuvent être des voies très intéressantes, c'est à chacun de voir jusqu'où il souhaite et a besoin d'aller. Me concernant, je ne pense pas aller aussi loin.

Voici quelques articles, tirés du site de Souccar, qui complètent ce qu'on a dit hier :
Alimentation préhistorique :
http://www.thierrysouccar.com/articles/article015.html
Recommandations d'Harvard :
http://www.thierrysouccar.com/articles/article025.html
Huiles :
http://www.thierrysouccar.com/articles/article026.html
Les oméga 3 :
http://www.thierrysouccar.com/articles/article034.html
Equilibre acide-base :
http://www.thierrysouccar.com/edito/edito001.html
Alimentation d'Okinawa :
http://www.thierrysouccar.com/articles/article036.html
Back to top
View user's profile Send private message
Gilles



Joined: 19 Dec 2005
Posts: 42

PostPosted: 19 Jan 2006 20:12    Post subject: Reply with quote

Je viens d'emprunter le livre de Souccar et Robard (Santé, mensonges et propagande) dans une bibliothèque.
J'essaierai de faire une synthèse des points essentiels.
Back to top
View user's profile Send private message
Khadavali



Joined: 01 Oct 2005
Posts: 30
Location: Région parisienne

PostPosted: 20 Jan 2006 11:30    Post subject: Reply with quote

Atelier « (se) nourrir » - Compte rendu de la réunion du mercredi 18 janvier 2006

Notes éparses à corriger et compléter. À diffuser sur la liste « Décroissance Paris » une fois toutes les corrections faites. [commentaires ultérieurs du transcripteur entre crochets]

Une quinzaine de personnes étaient présentes.
La réunion commence par des discussions éparses dans la salle.
Puis les choses prennent un tour plus sérieux.

1) On commence par un petit tour de présentation de soi et de ce qui nous intéresse dans les questions d’alimentation. [Je n’ai pas noté tous les noms, plutôt les idées qui ressortent]

Essayer de manger le plus bio possible, manger local, frais, simple.

Expérience des AMAP, manger bio est incomparable gustativement. Aussi manger sain et local. Intérêt pour les régimes végétarien/liens, le véganisme, le crudivorisme. Volonté d’apprendre.

Démonter tous les discours sur la bouffe, notamment discours publicitaires. Répondre à certaines questions, par exemple, pourquoi pique-t-on le lait des vaches ?

Manger moins de viande, plus de légumes, moins de céréales.

Démarches diététiques de Paul : a commencé à remplacer le pain blanc par du pain complet, puis est devenu végétarien, puis a pratiqué des jeûnes autonomes (pratique intéressante) puis le crudivorisme instinctif (Seignalet). L’alimentation est un truc intéressant qui a plein d’implications dans d’autres domaines : agriculture, énergie, déchets, etc.

Intérêt pour des projets d’autonomie alimentaire, d’autosuffisance.

Amour de la bonne chère, mais savoir aussi maîtriser sa consommation. Bien manger, c’est quoi ?

Conséquences environnementales et sanitaires de notre alimentation. On a plein de sons de cloches divergents.

Semi-végétarisme. Volonté d’apprendre, de trouver des trucs plus pratiques pour modifier sa consommation : comment faire, quoi manger, ou trouver ça ?

L’alimentation est une dimension fondamentale de la vie qui touche aussi bien à la diététique, qu’à l’écologie, l’économie, l’éthique, la politique. Bien manger, bien produire : qualité des aliments et des méthodes, mais aussi avoir une capacité d’autonomie pour mieux résister [à l’industrie, à l’État].

Avoir une production qui soit le plus en accord possible avec la nature. Interrogations venues par le biais de la santé (allergies, etc.). Problèmes d’hypersomnie, qui nécessitaient des médicaments onéreux et toxiques. Une meilleure alimentation a suffi à régler le problème. Trouver des règles de vie simples pour bien s’alimenter (alors que ça paraissait initialement quelque chose de compliqué). Transmettre de bonnes habitudes à nos enfants.

Boycotter, faire des choix : ça simplifie la vie. Envie de partager, se s’enrichir mutuellement.

Cure de « désintoxication du compliqué », travail de désapprendre.

Personne qui est passée au végétarisme d’abord pour des raisons intellectuelles et philosophiques, mais de plus en plus aussi pour des raisons physiologiques : il sent que certains aliments ne lui conviennent pas (produits laitiers, etc.). Optique plus physiologique, sanitaire aujourd’hui.

Fabien raconte qu’à 16-17, il est tombé gravement malade (sinusites, asthme, etc.) et que cela l’a amené à beaucoup réfléchir sur son alimentation. Il a fini par tester l’alimentation dite préhistorique et quasiment du jour au lendemain ses plus gros problèmes ont disparu, notamment sa sinusite chronique. Il s’est beaucoup penché sur les questions d’alimentation, notamment avec Seignalet. Il pense avoir aujourd’hui beaucoup de réponses sur l’alimentation (valables pour lui au moins).

Problème de la propagande alimentaire et des moyens de reprendre notre alimentation en main (AMAP, autoproduction, etc.) : préparer nos propres moyens de production (retour à la campagne, ou méthodes de culture en ville).

Trois grands axes de réflexion selon Fabien : temporel (aujourd’hui, hier, demain), spatial (ici et ailleurs) et pratique (que peut-on faire concrètement ?). Cela lui permet de dégager 8 grands champs de recherche. [Sur ce point, je laisse Fabien présenter cela plus en détail]

2) On passe ensuite à une discussion plus générale sur les régimes alimentaires.

Par quoi remplacer la viande ? Est-il indispensable de ne pas manger de viande pour être en bonne santé ? Seignalet préconise-t-il un régime carnivore ou pas ?
[la question de manger de la viande ne se limite néanmoins pas à la question de savoir si c’est bon pour la santé ou pas, d’ailleurs ce n’est pas très bon pour la santé des animaux]

Pour Seignalet le régime paléolithique (avant l’introduction de l’agriculture) est le meilleur : pas de lait, pas de céréales, pas de cuisson.

Exemple de régime crudivore : légumes crus, évidemment, mais aussi un peu de viande en marinade (citron), un peu de fromage, pas de pain (comme la télé, on s’en passe très bien), pas mal de cacao [!!!]…

Énormément de points communs entre ce régime et le régime végétarien (à part la viande).

Il existe aussi des régimes associant végétarisme et crudivorisme : voir le site de Dominique Loup www.holistic--health.com sur le crudivorisme instinctif végétarien.

Question des groupes sanguins : sûrement pas déterminant (beaucoup moins que la question de la cuisson).

Paul : préfère manger du pas bio cru que du bio cuit (beaucoup de transformations chimiques néfastes avec la cuisson).

Seignalet : ce régime est une sorte de compromis entre le crudivorisme que Paul pratique et l’alimentation classique. En tant que médecin, Seignalet a obtenu beaucoup de rémissions de certaines maladies (mais pas toutes).

Le problème diététique avec les produits laitiers : le lait n’est pas un aliment comme les autres, c’est un aliment de croissance. La technique nous permet d’en prendre après le sevrage, en grandes quantités, et ne plus celui d’une autre espèces… Ça ne fait qu’environ 6 000 ans qu’on en consomme (avec l’introduction de l’agriculture), c’est peu à l’échelle de notre espèce.

Produits de glycation : pas bon. 1 kg de viande au barbecue est plus cancérigène qu’un paquet de cigarettes…

Sans cuisson dans son alimentation, on économise de la place, de l’énergie, de l’eau pour sa toilette (la consommation d’aliments cuits favorise les mauvaises odeurs), on a une meilleure thermorégulation (on peut se passer de chauffage).

Avec la cuisson, le corps perd des barrières anesthésiques. Exemple de ce type de processus de rétroaction courant avec l’alimentation crue : quand non mange trop d’ananas, on finit par trouver qu’il pique, c’est un signal physiologique.

Est-ce que le crudivorisme est un régime très strict ? Avec la bouffe industrielle, environ 50 % de l’apport énergétique sert à digérer les aliments. Avec le crudivorisme, on peut manger moins pour subvenir à ses besoins énergétiques.

Omégas 3 : on en trouve dans l’huile de chanvre, de lin (interdite en France pour des motifs troubles).

Farine : aliment de ration militaire et d’accumulation capitaliste. Éviter le plus possible ce qui est à base de farine.

Cuisson à l’eau : elle n’abîme pas trop les aliments, mais les cuissons directes sont terribles…

Graines germées : non germées, les graines contiennent des composés non-nutritionnels indigestes. Il faut une cuisson ou une germination pour y remédier. Avec la germination, on perd les éléments non-nutritionnels en 2 jours et on gagne plein de vitamines.

Pour la germination, il suffit de détremper les graines, de les rincer, puis de les laisser germer en milieu humide (en rinçant de temps en temps).

On peut essayer dans son alimentation de reproduire les conditions ancestrales : manger les graines germées plutôt au printemps (en petite quantité), plus de plantes sauvages (c’est de la bombe nutritionnelle).

Régime crétois : une partie de son efficacité pourrait venir du fait qu’il inclut beaucoup de plantes sauvages.

Pour Paul il a été plus dur de devenir d’abord végétarien (vis à vis de la famille) qu’ensuite crudivore.

Amérique centrale : on y observe le mêmes problèmes avec le maïs qu’avec le blé ailleurs (et le seigle, l’orge, l’avoine) : consommation beaucoup trop importante.

Une des premières bases pour évaluer la qualité d’un aliment : leur indice glycémique (se méfier particulièrement des aliments à cuisson rapide, qui contiennent des sucres plus rapides).

Voir aussi la proportion d’eau dans les aliments : plus ils sont secs, plus ils sont difficiles à assimiler.

Acidité : on compense l’acidité des aliments en dépensant des sels minéraux…

Ne pas confondre un aliment acide et un aliment acidifiant. Par exemple, le citron est acide, mais alcalinisant…

Vitamine C : l’apport conseillé est aujourd’hui de 60g. Il était d’environ 600 g dans l’alimentation ancestrale. A priori, on ne mange jamais trop de vitamine C…

Magasin Orkos à Thionville : ils ont un site crudivore sur lequel on peut commander des aliments peu courants, qu’on ne trouve nulle part ailleurs.
[J’ai fait une recherche rapide sur le Web pour trouver le site en question, je ne l’ai pas trouvé mais je suis tombé sur des pages disaient, en substance, « attention, secte »…]

Hygiénistes : se préoccupaient beaucoup des associations entre aliments, mais aussi de l’hygiène de vie en général (activité physique, stress, etc.).

Jeûne : voir le « Guide du jeûne autonome » du Dr Lutzner.

Suppléments alimentaires : ils peuvent éventuellement réduire la cancérogénicité d’une alimentation carencée (alimentation industrielle). Mais le mieux est d’avoir une alimentation équilibrée dès le départ.

On parle de l’atelier lactofermentation qu’on avait fait en octobre 2005, de la simplicité et de l’efficacité de cette technique de conservation.

3) On parle des Murs à pêches de Montreuil.

Il y a 35 ha, il reste encore beaucoup de place libre.

On peut soit se joindre aux assos déjà existantes sur place (permaculture, jardin médiéval, asso qui réhabilite un puits, etc.).

Il y a des toilettes sèches à améliorer.

On peut aussi créer de nouveaux trucs sur place.

Il y a des gens qui envisagent d’y créer un éco-lieu.

Il y a un projet d’AMAP avec des producteurs sur place.

Que pourrait-on faire sur des terres libres ? de l’agriculture, bien sûr ! Expérimenter le côté production de l’alimentation, là-bas.

Recréer de l’humus, régénérer les sols.

Construire un four à pain ? Même dans une optique d’inspiration crudivore, le pain peut être un truc festif qu’on fait une fois de temps en temps pour des occasions spéciales.

Pour installer un nouveau truc, il faut demander à la mairie. Cela nécessitera-t-il la création d’une association ?

Brigitte parle de l’asso « Racines en ville » [mais je ne me souviens plus pour dire quoi].

4) Activités proposées pendant la réunion :

- Ateliers crudivorisme, plantes sauvages, jeûne… Proposé par Paul qui part quelques temps et revient le 20 février. C’est donc des propositions pour après cette date-là.

- Un atelier « Graines germées » : il faudrait préparer des graines germées à plusieurs stades pour comparer.

- Possibilités de faire des choses aux Murs à pêches à Montreuil. On pourrait aller voir ce week-end ce qu’on peut faire là-bas. Voir avec les gens locaux la situation locale.

- Béa propose un truc le 24 février. Il y a un post spécial là-dessus, je crois.

- Décortiquer la désinformation orchestrée par les Danone, Candia, etc. en matière d’alimentation (ce sont les mêmes spécialistes qui mettent en évidence les carences en métaux, par exemple, et qui les nient publiquement).

- Association des Croqueurs de pommes qui s’occupent de la taille douce des arbres fruitiers, qui se fait vers mars (un savoir qui se perd, ils vont chez des gens pour tailler leurs arbres). Une personne propose d’organiser une journée pour montrer ces techniques. Le 4 février ?

- Ne pas oublier qu’il y aura aussi une réunion générale début février.

- On pourrait établir des « Fiches nutrition » résumant divers régimes, divers conseils et infos de nutrition.
_________________
A.K.
Back to top
View user's profile Send private message
donquichottedelamancha



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 256

PostPosted: 20 Jan 2006 16:24    Post subject: Reply with quote

Merci Khadavali!
Back to top
View user's profile Send private message
bloups



Joined: 27 Jul 2004
Posts: 1560

PostPosted: 20 Jan 2006 17:34    Post subject: Reply with quote

Quote:
Régime crétois : une partie de son efficacité pourrait venir du fait qu’il inclut beaucoup de plantes sauvages.


Ou bien qu'il se passe en Crête !!
Back to top
View user's profile Send private message
Fabinoo



Joined: 16 Aug 2005
Posts: 779
Location: Hte Corse

PostPosted: 20 Jan 2006 18:07    Post subject: Reply with quote

Merci Alex,

Quelques précisions :
Attention, Seignalet s'inspire du crudivorisme, mais fait un compromis acceptable pour ses patients. Son régime est à but thérapeutique, et comporte notamment la prise de compléments nutritionnels et probiotiques au moins pendant la phase d'attaque.
Et attention, je ne mange de fromage que parce que j'aime ça, dans l'idée qu'il ne faut pas être intégriste non plus. Mais il n'est pas censé être dans l'alimentation.
D'ailleurs, j'ai un principe tout con concernant les aliments "interdits" : je n'en mange que quand ils sont très bons. Ca réduit le nombre d'occasions, et ça augmente encore le plaisir qu'on a à en manger. Je pense qu'aujourd'hui, un morceau de fromage groc comme mon pouce me donne autant de plaisir que m'en donnait une boite de foie gras il y a quelques années. Si c'est pas de la décroissance, ça !

La viande au barbecue, c'est une vieille étude qui doit avoir 40 ans, un kilo de viande cuite au barbecue contiendrait autant de benzopyrene que 30 paquets de cigarettes (600 cigarette). Je ne sais pas si cette étude a été refaite depuis, mais depuis quelques années il y a un grand nombre d'études qui vont dans le même sens.

Pour les plantes sauvages, un exemple : les orties contiennent 300mg de vitamine C par 100g, les oranges, qui sont l'emblème de la vitamine C de nos jours, en contiennent 50.
Il est effectivement impossible d'avoir trop de vitamine C par l'alimentation. Sinon, de fortes doses (plusieurs grammes) prises sous forme de suppléments peuvent causer des problèmes digestifs.

La question de l'acidité ou de l'alcalinité de l'alimentation est je pense l'une des premières questions à connaître. Une alimentation trop acide est catastrophique.
Back to top
View user's profile Send private message
florentino



Joined: 30 Dec 2005
Posts: 73
Location: 92

PostPosted: 21 Jan 2006 9:04    Post subject: Reply with quote

Reflexions sur le theme : Nourriture et Sante

Une evolution historique. A partir des annees 50, l'agrobusiness a souhaite sciemment modifier les habitudes alimentaires. Aux Etats-unis comme en Europe, la population avait encore a ce moment la le gout de se nourir par soit meme (produits simples fait maison). Pour des raisons purement commerciale, une campagne de publibite a ete lance pour denigrer cette maniere de faire. A force de mattraque mediatique, cela a marche !! (1)

Apres presque un demi siecle de ce mode de vie, nous n'avons finalement (les plus jeunes) rien connu d'autre. Ainsi, dans ce nouveau monde, il y a une identification complete entre se nourir, aller au supermarche, avoir la joie de mettre son petit plat tout pres dans son petit four micro onde individuelle.

Ce systeme s'est tellement developpe que l'on a (globalement) desappris et l'on s'est deresponsabilise. La chaine des dependances dans le systeme agroalimentaire fait que l'individu en soit ne peut pas maitriser les tenants et les aboutissants de ces choix au quotidien. Plus precisement, le systeme a souhaite ridiculiser toute reflexion independante et individuelle grace notament a l'usage abusif du language technico-scientifique. Grosso-modo, ne cherchez pas a comprendre, c'est trop complique !!
On est a present dans un systeme que Ivan Illich qualifie d'herotonome par opposition a autonomie. (2)

La nourriture, la nutrition mais aussi la sante doivent s'inscrire dans un projet d'autonomie. A savoir de reapprendre voire d'apprendre, les connaissances fondamentales necessaires pour faire des choix conscients et raisonnes. Il s'agit donc en particulier d'absorber (cela peut etre un delice!) certains savoirs qu'une classe de scientifiques et de techniciens a su si bien monopoliser a son profit.

Liberons nous !

(1) La societe de consommation, Jean Baudrillard
(2) La convivialite, la mnemesis medicale, Ivan Illich
_________________
decroissant beurre ou nature ? pardon pas de produits laitiers !
Back to top
View user's profile Send private message
Jeuf



Joined: 14 Nov 2004
Posts: 1506
Location: 63 et 75

PostPosted: 21 Jan 2006 18:07    Post subject: Reply with quote

J'ai quelques questions :

-Sans pain, comment je fais pour essuyer les plats et assiettes et les rendre immaculés , à la fin des repas? (et par effet boule de neige : moins de gaspillage de nourriture, je mange tout. Il y a moins à grater en faisant la vaisselle : moins de produit vaisselle, moins d'usure d'éponge, moins de pollution de l'eau. tout l'intéret de l'essuyage au pain)
-D'aucuns de nos amis décroissants qui ont mis des mois à apprendre à faire leur pain, grâce à une recherche scientifique acharnée, doivent-ils donc jetter dans les poubelle de leur mémoire le savoir difficilement acquis?
-comment se remplir l'estomac? après deux mandarines, il me reste un sensation de faim peu agréable. Aprèsdeux biscuits (http://forum.decroissance.info/viewtopic.php?t=1825 ), ça va mieux. en plus je suis encore en vie.
Back to top
View user's profile Send private message
bloups



Joined: 27 Jul 2004
Posts: 1560

PostPosted: 22 Jan 2006 10:15    Post subject: Reply with quote

Quote:
Il s'agit donc en particulier d'absorber (cela peut etre un delice!) certains savoirs qu'une classe de scientifiques et de techniciens a su si bien monopoliser a son profit.


Je ne vois pas en quoi le savoir nutritionnel est monopolisé ! Il est là sous nos yeux, on l'a simplement dédaigné pendant longtemps.
Tous les peuples ont appris par l'expérience, il n'a jamais fallu un nutritionniste aux Mexicains pour constater que maïs+haricots rouge ça fait grandir leurs enfants et pas maïs ou haricots rouges !
Derrière ça, des scientifiques ont mis des noms sur des choses, mais on n'a pas besoin de savoir ce qu'est un acide aminé pour manger correctement !
Back to top
View user's profile Send private message
Fabinoo



Joined: 16 Aug 2005
Posts: 779
Location: Hte Corse

PostPosted: 23 Jan 2006 8:53    Post subject: Reply with quote

Bonjour,

pour répondre aux angoisses de Jeuf quant à la survie avec une alimentation ancestrale, et pour tous ceux qui voudraient diminuer leur consommation de lait et blé, voici un exemple de ce qu'il faut pour une alimentation tout à fait nutritive et équilibrée pour un mois, et notamment vous garantissant de ne pas manquer de calcium, ce qui est la grosse inquiétude de ceux qui arrêtent le lait, ni d'énergie, ce qui est la grande angoisse de Jeuf. Grosso-modo, pour un homme de taille et poids moyen, activité modérée, ça donne ça :

1kg filet de volaille.
18 œufs.
1kg de poisson, gras pour l'essentiel.

10kg de légumes frais.
10kg de fruits frais.

2kg de fruits secs (noix, amandes, noisettes).
2kg de fruits séchés (figues, abricots, raisins).
1kg de graines diverses (tournesol, courge, sésame, graines à germer).

3kg de riz (basmati ou complet).
3kg de légumes secs (lentilles, fèves, pois chiches, pois cassés, haricots mungos…).

1,5 litres d’huiles 1ère pression (colza et olive).


Le poisson gras apporte les oméga 3 à longue chaîne, EPA et DHA. Choisir ceux de petite taille (sardines, harengs, anchois), ils sont moins concentrés en métaux lourds. Si vous avez des craintes pour vos apports en calcium, mangez des sardines entières, mais évitez les sardines en boite, je n'en ai plus jamais mangé depuis que je me suis fait expliquer le processus de fabrication. Pas indispensable de prendre tout ça bio, mais c'est mieux, si on a les moyens. Pour les oeufs, voir là : http://omshanti.tooblog.fr/?2005/12/23/105-a-ceux-qui-mangent-des-ufs
Pour la viande, les oeufs, ça se mange très bien cru, en marinade, carpaccio, tartares pour la viande et le poisson, à la coque à peine cuit pour les oeufs, par exemple. Si vous faites cuire les viandes, il y a un principe très simple : si la viande change de couleur, c'est parce qu'elle a
créé de nouvelles molécules, d'autant plus dangereuses que la couleur est sombre. Pas la peine de faire une fixation absolue sur la cuisson, mais c'est bon à savoir.

Pour les légumes, chercher les plus nutritifs, crucifères notamment, riches en calcium, mangez-en au moins la moitié crus, ne faites pas cuire longtemps quoi qu'il en soit, et si possible à la vapeur douce (pas en autocuiseur) ou à l'eau.
Certains légumes perdent beaucoup de qualités à la cuisson, par exemple les carottes, qui à la fois perdent la plupart de leurs vitamines, mais aussi se transforment à la cuisson en sucre rapide.
Pour les fruits, suivre la saison...

Les fruits secs sont riches en calcium, en protéines, et pour les noix, en omégas 3 à chaine courte (ALA). Les figues sèches sont bourrées de calcium, et c'est un très bon substitut aux saloperies sucrées.
Les graines de courge et de tournesol sont une excellente source de protéines, entre autres, et les graines germées sont bourrées de micronutriments.

Comme le dit Bloups, on a toujours associé céréales et légumes secs (edit : toujours correspond en fait à : depuis le néolithique, voire l'antiquité seulement). Cependant, à mesure que nos sociétés se sont développées, la part des légumes secs, qui était très importante, a diminué jusqu'à quasiment disparaître, et la qualité des céréales a diminué, à mesure qu'on sélectionnait les variétés les plus productives. On aura tout intérêt à retrouver un équilibre entre les deux, et à choisir des céréales de qualité. On produit du riz en France, on peut donc en plus limiter la distance parcourue par ce riz.

Last but not least, les huiles végétales.
L'un des gros problèmes de l'alimentation moderne, c'est sa pauvreté en acides gras essentiels. Les acides gras essentiels, c'est :
Acide oléique (oméga 9), se trouve notamment dans l'huile d'olive.
Acide linoléique (oméga 6), se trouve abondamment dans beaucoup trop d'huiles.
Acide alphalinoléique (oméga 3 à chaine courte), se trouve notamment dans l'huile de colza, l'huile de noix, l'huile de chanvre et l'huile de lin (interdite en France).
EPA et DHA (oméga 3 à chaine longue), se trouvent notamment dans les poissons gras, les viandes et les eoeufs d'animaux correctement nourris (cherchez pas, y'en a quasiment pas même dans le bio). Nous sommes capables d'en synthétiser un peu à partir de l'acide alphalinoléique, mais il vaut mieux en consommer directement.
L'alimentation moderne manque grandement d'oméga 3, et apporte en revanche une trop grande quantité relative d'oméga 6. Le rapport entre les deux était de 1 pour 1 il y a 10000 ans, il tourne entre 1 pour 10 et 1 pour 25 aujourd'hui. Les nutritionnistes de chez Lesieur recommandent d'arriver à 1 pour 5, ça semble très insuffisant.
Pour rétablir cet équilibre, jetez votre huile de tournesol, et essayez de consommer régulièrement huile d'olive et huile de colza (noix, chanvre aussi, mais c'est plus cher).
Et surtout, s'il y a un seul produit pour lequel il faut impérativement privilégier la qualité, ce sont les huiles : elles doivent être de première pression à froid. Une bonne astuce pour les reconnaître dans les rayons, c'est que les bonnes huiles sont dans des bouteilles opaques, car elles sont fragiles et craignent la lumière.
Les huiles raffinées du commerce sont très dangereuses : elles comportent des molécules qui ont été modifiées par le raffinage (trans au lieu de cis, pour les chimistes), et qui agressent articulations, artères, paroi des cellules, etc..

Notons que la liste ci-dessus permet, si on ne consomme pas bio (sauf les huiles, elles doivent être de qualité), de se nourrir pour un peu plus d'une centaine d'euros par mois, soit à peine plus d'1 euros par repas...


Last edited by Fabinoo on 24 Jan 2006 10:37; edited 1 time in total
Back to top
View user's profile Send private message
bloups



Joined: 27 Jul 2004
Posts: 1560

PostPosted: 23 Jan 2006 9:46    Post subject: Reply with quote

Tu manges du riz cru ?? Choqué
Back to top
View user's profile Send private message
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Paris All times are GMT + 1 Hour
Goto page Previous  1, 2, 3, 4, 5  Next
Page 3 of 5

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group