forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Le système technicien comme ligne de front politique.

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Science - technique - energie - ressources
View previous topic :: View next topic  
Author Message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 12 Feb 2006 19:51    Post subject: Le système technicien comme ligne de front politique. Reply with quote

Un premier essai de synthèse concernant l'usage politique d'Ellul. L'illustration est là pour égayer la lecture ..

La pensée d’Ellul concernant la Technique est souvent caricaturée. En somme, elle se bornerait à souligner le danger de toute technocratie, où le pouvoir serait confisqué au bénéfice d’une classe d’experts. Par ces experts techniciens, eux-mêmes soumis aux nécessités internes du système technicien, La Technique évoluerait de façon autonome et imposerait à l’ensemble de la société son fonctionnement et ses normes.

C’est beaucoup plus compliqué, entend-on souvent, puisqu’il serait bien téméraire d’affirmer que la technique évolue et se perfectionne toute seule. Mais n’est-ce pas souvent pour regretter que le système technicien ne s’accroisse pas plus vite encore ? Pour regretter le retard « français » (ou autre) ? Pour regretter le manque de synergie entre les différents acteurs de l’innovation, industriels, chercheurs, pouvoirs publics, bailleurs de fonds, consommateurs, etc. ? Bref que la société résiste aux nécessités du système technicien à s’intégrer toujours plus ?

Remarquons alors le langage dominant concernant les « nécessaires » adaptations à l’appareil productif, à l’économie mondialisée. Oui, ce langage-là voudrait bien que le système technicien « avance » tout seul !

A l’évidence, il n’avance pas tout seul puisque des humains, politiciens, marchands, financiers, ingénieurs, se font les portes-parole et les défenseurs de ce qui est bon pour lui, et donc pour nous. Seulement, le langage de la nécessité, pour autant qu’on puisse le trouver arbitraire, n’en exerce pas moins des effets réels. A la limite, un tel langage (comme celui avec lequel on « parle » à un ordinateur) tend à être uniquement performatif. C’est-à-dire à produire effectivement la réalité qu’il énonce, à destination de qui veut bien l’entendre. Il s’agit de passer des ordres à autrui, et de se coordonner avec lui en vue de tel résultat attendu, et temps et en heure.

On pressent ainsi que le système technicien figure un clivage politique essentiel. Il peut se présenter sous forme du dilemme suivant. Ou bien une société toujours plus perfectionnée et fortement inégalitaire. Ou bien une société exempte de prouesses technologiques composée d’individus émancipés.



Un tel clivage traverse le clivage gauche-droite, et révèle en passant la faillite des idéaux traditionnellement portés par ces deux courants. A gauche, l’accroissement du système technicien ne peut plus être constaté indépendamment des inégalités sociales croissantes. Le progrès en efficacité technique est désormais déconnecté de celui des droits. A droite, l’émergence d’une économie mondialisée, sur fond de liens sociaux faibles, n’est plus susceptible de soutenir des identités locales fortes. L’extension de la sphère marchande est déconnectée de celle des possibilités de confrontations de cultures différentes et d’enrichissement mutuels.

Les partisans de gauche sont donc susceptibles de se répartir de chaque côté de la ligne de front du système technicien. De même à droite. Ce n’est pas le cas pour le courant de la décroissance qui est lui parfaitement au clair sur cette question. C’est le cas plus généralement de l’écologie politique, à partir du moment où elle ne naturalise pas la « Nature », mais en fait un levier de contestation de l’arbitraire technique (et dont l’économie fait partie).

L’œuvre d’Ellul concernant la Technique n’est donc pas en premier lieu une étude sur la société industrielle, dans sa réalité empirique. Elle est plutôt la construction d’un objet politique susceptible de faire apparaître les lignes de forces sociales au sein de cette société. En effet, après Ellul, on peut très bien soutenir l’accroissement du système technicien. Et celui-ci ne manque pas de thuriféraires. Mais on ne peut plus soutenir que cet accroissement a quelque chose à voir avec une émancipation quelconque de l’individu lambda. Ni ne viendra soutenir une quelconque culture, fusse-t-elle technique.

A l’aune de cette ligne de front, les catégories de choix suivants se révèlent être des attaques directes contre l’autre camp : recherche de possibilités toujours accrues d’instrumentation sur les corps biologiques, interopérabilité maximum des systèmes d’informations, constitution d’un espace unique, homogène et numérique dédié à des flux de marchandises de plus en plus différenciés (donc nécessitant en retour un énorme appareillage informatique et communicationnel), etc.

L’engagement personnel et collectif dans de tels projets n’est plus susceptible d’être autre chose que problématique, politique, arbitraire, idéologique, voire existentiel. Alors qu’on voudrait les faire passer pour purement techniques. Ainsi l'appréciation du volet "social" concernant une innovation s’épuiserait dans le nombre d’emploi créés, en une course technologique où il y aurait uniquement des vainqueurs et des… retardataires.

Au contraire, la ligne de front du système technicien sépare les tenants d’une intégration technologique sans limite (et donc de concentration du capital) à ceux qui sont partisans d’un cloisonnement technologique approprié à l’émancipation individuelle. Il s'agit d'autre genre de techniques dans ce derniers cas, et non pas de techniques plus "archaïques", ou plus "traditionnelles". Rien à voir, donc, avec le débat « pour ou contre la Technique » dans lequel on voudrait enfermer la pensée de Ellul sur la Technique.


Last edited by Deun on 14 Feb 2006 14:07; edited 1 time in total
Back to top
View user's profile Send private message
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 13 Feb 2006 21:52    Post subject: Reply with quote

sympa. Bon, je sais pas pourquoi j'ai toujours un peut de mal à lire tes articles (quoi que la ça va).

Par exemple j'ai l'impression qu'il y a bcp de détour entre l'introduction et la conclusion qui ne concerne pas forcément le lecteur de base.

Disons que si l'on se réfère à la théorie journalistique de base : système pyramidal. On commence en disans sa thèse mais aussi la conclusion et on approfondie dans les détails plus loins.

Car la conclusion qui recadre en disant (en gros) nous ne sommes pas technophobe mais au contraire c'est parceque la technique nous intéresse que nous voulons lui donné une fin (une finalité) bien précise (moins de domination) intéresse non pas que celui qui à pris la peine de lire les détails que ton article éclairci sur Ellul mais l'ensemble des personnes qui se penchent sur le sujet.

Par ailleurs attention "émancipation individuelle" restera à discuter.
La voiture individuellement m'émancipe t'elle? non... pourquoi? (et il n'est pas attendu la, que la thèse de la contreproductivité.).
Back to top
View user's profile Send private message
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 13 Feb 2006 22:57    Post subject: Reply with quote

As tu vu Deun le point de vue de Cyril di Meo sur Ellul dans l'article de Kindishalf sur " La décroissance serait réactionnaire et mystique " ? hum hum ça demanderait peut-être quelques mises au point Très content

Bravo pour ton (début si j'ai bien compris) d'article. Le point de vue de Di Meo pourrait certainement te permettre de continuer à pourfendre les caricatures qui circulent sur Ellul.

Je viens d'apprendre que Christopher Lasch, cet historien américain, avait réussi à être immunisé de toutes les promotions insupportables du progrès, grâce... au suivi des cours d'Ellul aux USA, où celui-ci a beaucoup plus de disciples qu'en Europe.

Pour éviter les caricatures (mais aussi plus simplement pour vulgariser et rendre accessible) je pense peut-être remettre en projet l'esquisse d'un article de présentation d'Ellul en 10 thèses, je sais pas trop si tu t'en souviens. Je m'etais basé sur l'analyse de Dominique Bourg dans un article. Bon ton article me donne bien envie de me remettre à ce petit boulot.

Je viens de lire récemment un article de Gilbert Hottois sur le technocosme urbain, vraiment époustouflant. Faudrait que je te file les références parce que c'est vraiment de la bombe.
Back to top
View user's profile Send private message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 14 Feb 2006 13:20    Post subject: Reply with quote

bug-in wrote:
Car la conclusion qui recadre en disant (en gros) nous ne sommes pas technophobe mais au contraire c'est parceque la technique nous intéresse que nous voulons lui donné une fin (une finalité) bien précise (moins de domination) intéresse non pas que celui qui à pris la peine de lire les détails que ton article éclairci sur Ellul mais l'ensemble des personnes qui se penchent sur le sujet.


Oui d'ailleurs tu dis mieux ce que je veux dire en disant cela.

Mon intention était de faire du dilemne de Leroi-Gourhan (j'en ai parlé il y a quelques jours) un clivage politique.
Dans ce dilemns, il y a donc 2 finalités qui s'excluent mutuellement concernant les techniques (et plus généralement le travail d'innovation) : soit une montée en gamme en terme de puissance globale, soit une décroissance de cette puissance globale.
La décroissance engage toute une remise en cause de l'idée de déclin, d'attitudes et de valeurs virilistes.
La puissance demande elle un système technicien le plus pur possible, et certainement une modification des caractéristiques biologiques des humains. La décroissance demande de renoncer à cela, à pas mal de délires de sciences-fiction qui ne sont pas vraiment des délires.

Kobayashi wrote:
Pour éviter les caricatures (mais aussi plus simplement pour vulgariser et rendre accessible) je pense peut-être remettre en projet l'esquisse d'un article de présentation d'Ellul en 10 thèses, je sais pas trop si tu t'en souviens. Je m'etais basé sur l'analyse de Dominique Bourg dans un article.


Oui quoique j'ai trouvé que Dominique Bourg prenait Ellul avec des pincettes - ce qui est normal et légitime (moi aussi je l'ai longtemps fait), On pourrait se remettre à cette présentation d'Ellul, oui.
Back to top
View user's profile Send private message
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Science - technique - energie - ressources All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group