forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Guattari : la décroissance sous la forme des trois écologies
Goto page 1, 2  Next
 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Politique - Culture - Société
View previous topic :: View next topic  
Author Message
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 03 May 2007 17:15    Post subject: Guattari : la décroissance sous la forme des trois écologies Reply with quote

Félix Guattari ou la décroissance sous la forme des trois écologies (1/2).

Remarques sur le parti imaginaire qui vient.

Quote:
« Il y a un problème de redéfinition des pratiques sociales, de réinvention des modes de concertation, des modes d’organisation, des rapports avec les médias, etc. Et ça devient politique : savoir qu’est-ce qu’on veut faire. Est-ce que justement on veut changer radicalement les systèmes de valorisation ? Auquel cas il faut les prendre dans leur globalité, dans leur ensemble. Si on prétend changer seulement sectoriellement, constituer une petite force d’appoint, un petit lobby de pression sur l’environnement, alors moi je pense que c’est perdu d’avance ; parce que ça marchera très bien : l’industrie ne demande pas mieux que d’utiliser le mouvement écologiste comme elle a utilisé le mouvement syndical pour sa propre structuration du champ social. Ça serait très vite digéré par l’industrie, par l’Etat, par les forces dominantes. Il faut un autre niveau d’exigence. Je propose ce terme d’écosophie pour montrer l’amplitude de la problématique des valeurs » [1] .

« Une immense reconstruction des rouages sociaux est nécessaire pour faire face aux dégâts du Capitalisme Mondial Intégré. Seulement, celle-ci passe moins par des réformes de sommet, des lois, des décrets, des programmes bureaucratiques que par la promotion de pratiques innovantes, l’essaimage d’expériences alternatives, centrées sur le respect de la singularité et sur un travail permanent de production de subjectivité, s’autonomisant tout en s’articulant convenablement au reste de la société » [2].

F. Guattari.


La décroissance comme on le sait aujourd’hui amène non seulement à ce que S. Latouche appelle une « révolution culturelle », c’est-à-dire à la décolonisation d’un imaginaire économiciste, politiste et progressiste, mais plus encore, elle mène aussi et surtout à privilégier comme l’a fait le situationnisme, une profonde révolution de la vie quotidienne enfin constituée en autant de moments réellement vécus. Par des pratiques autonomisantes, d’auto-détermination et de réappropriation de sa propre vie, par l’auto-production, l’auto-consommation, l’auto-construction, le « do it yourself », les « réductions », les « TAZ », les Bolo’bolo, les zones-brouillard de l’opacité offensive, c’est-à-dire par la construction situationnelle de formes-de-vie, c’est le « système de la quotidienneté asservie et programmée » (H. Lefebvre) par l’échange marchand qui a déjà colonisé toutes les dimensions du pouvoir-capacité que nous avions individuellement et collectivement sur notre propre vie, qui est ébranlé dans ses fondements réels comme imaginaires. Il s’agit donc ici d’une certaine « dérive urbaine » lettriste, qui notamment au travers de l’écriture de Bernard-Marie Koltès (lui aussi lecteur de Deleuze et probablement de Foucault), dit assez bien l’instabilité, l’impossibilité de s’ancrer, la dissymétrie entre une vie normée et une vie mouvante, la dichotomie entre la nuit et le jour, quand il écrit qu’il « ne conçoit un avenir que dans une espèce de déséquilibre permanent de l’esprit, pour lequel la stabilité est non seulement un temps mort, mais une véritable mort ». On pourrait aussi parler plus particulièrement d’extension du domaine de la lutte contre la mort économique qui nous traverse, en parlant d’une « dérive rurale » à travers les expérimentations diverses et qui n’ont d’autres but quelles mêmes. Et c’est dans cette perspective d’une décroissance comprise comme « révolution de la vie quotidienne » qui ne se réduise donc pas à la simplicité de la simplicité volontaire et à ses petits gestes éco-citoyens et politiciens propres à la sobriété économe du développement durable et d’une certaine « décroissance soutenable » [3], comme aux politiques publiques de l’écologie politique, qui tous ensemble mis bout à bout ne cessent d’être que les compléments dialectiques au replâtrage réformiste de la Méga-machine techno-économique, que la lecture de l’ouvrage Les trois écologies de Félix Guattari peut nous être aujourd’hui des plus précieuses pour dé-penser et re-penser notre rapport à la question politique, et à son impuissance contemporaine à nous arracher à cette nuit juste avant les forêts qui nous enserre de toute part, sans entraves et sans temps morts, surtout sans possibilité d’aucun dehors.

Guattari ne pouvait en effet que critiquer le tournant funeste de l’écologie politique naissante en 1974 lors de la candidature de « l’ex-technocrate René Dumont » (Charbonneau) [4], pour ensuite prendre finalement à contre-pied toute la gauche. Car « les milieux ‘‘ alternatifs ’’ écrit-il, méconnaissent généralement l’ensemble des problématiques relatives à l’écologie mentale » [5]. Et c’est là que nous pouvons déjà trouver un lien évident avec la décroissance dans son positionnement vis-à-vis des politiques publiques écologiques. « Tant que le marteau économique reste dans nos têtes écrit S. Latouche, toutes les tentatives de réformes sont des agitations vaines, stériles et le plus souvent dangereuses » [6]. En mettant donc en avant la nécessité d’une « déséconomicisation des esprits » avant tout autre chose, la décroissance a donc un lien évident avec « l’écologie de l’imaginaire » de Guattari dont elle est le prolongement. Car la traditionnelle « écologie environnementale, telle qu’elle existe aujourd’hui poursuit-il, n’a fait, à mon sens, qu’amorcer et préfigurer l’écologie généralisée que je préconise ici (...). Les actuels mouvements écologiques ont certes biens des mérites, mais à la vérité, je pense que la question écosophique globale est trop importante pour être abandonnée à certains de ses courants archaïsants et folklorisants, optant quelquefois délibérément pour un refus de tout engagement politique à grande échelle. La connotation de l’écologie devrait cesser d’être liée à l’image d’une petite minorité d’amoureux de la nature ou de spécialistes attitrés (...) J’y insiste, ce choix [écosophique] n’est plus uniquement entre une fixation aveugle aux anciennes tutelles étatico-bureaucratiques, un welfare généralisé ou un abandon désespéré ou cynique à l’idéologie des ‘‘ yuppies ’’ (...). La question est dès lors de savoir si de nouveaux opérateurs écologiques et de nouveaux Agencements d’énonciation écosophiques parviendront ou non à les orienter dans des voies moins absurdes, moins en impasse que celles du Capitalisme Mondial Intégré (CMI) » [7]. Voilà qui est en effet posé.

En dehors d’une conception héroïque et téléologique de la politique, cet ouvrage présente alors de manière originale la nécessité d’une recomposition et d’une redéfinition des pratiques sociales et individuelles rangées selon les trois rubriques complémentaires de l’écologie sociale, l’écologie mentale et l’écologie environnementale, et qu’il regroupe sous l’égide éthico-esthétique d’une écosophie à venir et qui pourrait bien porter aujourd’hui le nom de « décroissance ». Pour lui la décroissance amènerait ainsi à dé-penser et re-vivre les rapports de l’humanité au socius, à la psychè et à la « nature ». A l’inverse des « objecteurs de croissance » qui se bornent à nous resservir des formes politiques et militantes à l’agonie dont il est fort à craindre qu’elles ne lassent plus rapidement que le cinéma et la télévision, il s’agirait pour Guattari d’une véritable « recomposition et un recadrage des finalités des luttes émancipatrices » en fonction des « trois types de praxis éco-logiques » mis en évidence. Il s’agira d’éclairer ce qui se cherche encore vaguement et souvent maladroitement sous le mot-auberge de « décroissance », à cette lumière là. Pour lui ouvrir peut-être d’autres possibles que ceux d’un pitoyable ralentissement écologiste de l’économie.


--------------------------------------------------------------------------------

La subjectivité croissanciste et son monde-d’un-seul-tenant.

Notons d’abord que la critique que porte Guattari est bien celle de la « mise en cause des modes dominants de valorisation des activités humaines » [8] et avant tout la dénonciation de « l’imperium d’un marché mondialisé qui lamine les systèmes particuliers de valeur, qui place sur un même plan d’équivalence : les biens naturels, les biens culturels, les sites naturels » [9]. Avec Guattari nous ne sommes donc pas en des terres si étrangères à la pensée de la décroissance et évidemment à la critique radicale de l’économique. On peut noter aussi une certaine proximité de notre auteur avec la critique de l’occidentalisation du monde par le déploiement planétaire du « développement », puisque qu’il remarque qu’il faudrait aussi parler de « déterritorialisation sauvage du Tiers Monde, qui affecte concurremment la texture culturelle des populations, l’habitat, les défenses immunitaires, le climat, etc. » [10]. De plus nous nous retrouvons encore en terres connues, quand il écrit que « l’époque contemporaine, en exacerbant la production de biens matériels et immatériels, au détriment de la consistance des Territoires existentiels individuels et de groupe, a engendré un immense vide dans la subjectivité qui tend à devenir de plus en plus absurde et sans recours » [11]. Critique de la forme-valeur et non seulement critique de la plus-value (comme peut encore le faire l’anticapitalisme marchand ordinaire), prise en compte des éthnocides et de la destruction du lien social et des cultures, enfin analyse de la subjectivité capitalistique dans son mode sérialisé, sous la forme de la perte de sens, de l’ennui, de l’impuissance et de l’irresponsabilité permanente, voilà donc des thèmes très proches de la décroissance.

Mais l’originalité de Guattari au travers de cet ouvrage, c’est qu’il veut particulièrement mettre en évidence dans sa perspective éco-sophique, « les modes de production de la subjectivité, c’est-à-dire de connaissance, de culture, de sensibilité, et de sociabilité relevant de systèmes de valeur incorporelle se situant désormais à la racine des nouveaux Agencements productifs » des sociétés de croissance [12]. Et c’est là un angle mort de l’écologie politique traditionnelle qui ne sait toujours poser qu’un aspect minime de ses possibilités sous la forme de l’écologie environnementale. Or la prise en compte de la subjectivité capitaliste sérialisée pourrait être des plus importantes. Et d’ailleurs Guattari n’a pas été le premier à en faire la remarque aux écologistes puisque on sait que Bernard Charbonneau a justement voulu montrer combien « le sentiment de la nature » et l’écologie politique rapidement récupérée par la société industrielle des les années 70’s, étaient eux-mêmes des formes intrinsèques à la production de subjectivité capitalistique. « Réaction à l’organisation, le sentiment de la nature ramène à l’organisation » remarquait il, pensant que le « sentiment de la nature » n’était finalement que le produit des sociétés industrielles. C’est donc par la non prise en compte d’une véritable « écologie de l’imaginaire » qui puisse réellement se détacher des formes à l’agonie de la modernité politique, que l’écologie environnementale, ses militants associatifs et ses politiciens sont aujourd’hui à l’avant garde de l’organisation de la survie du capitalisme. Car c’est là, remarque Guattari, le travers qu’il trouve à l’écologie traditionnelle, il ne faut « jamais perdre de vue que le pouvoir capitaliste s’est délocalisé, déterritorialisé, à la fois en extension, en étendant son emprise sur l’ensemble de la vie sociale, économique et culturelle de la planète et, en ‘‘ intension ’’ en s’infiltrant au sein des strates subjectives les plus inconscientes » [13].

Comment tiennent les différents collages du Capitalisme Mondial Intégré (CMI) ? Michel Foucault analysait déjà finement la mutation de la domination vers désormais le double aspect d’un « contrôle social » qui se matérialise à la fois par le très classique « gouvernement des populations » (de type Hobbesien-sarkozien), mais aussi par le « gouvernement par l’individualisation ». Guattari reprend cette perspective, puisque « c’est à partir des données existentielles les plus personnelles - on devrait dire infra-personnelles - que le CMI constitue ses agrégats subjectifs massifs, accrochés à la race, à la nation, au corps professionnel, à la compétition sportive, à la virilité dominatrice, à la star mass-médiatique... En s’assurant du pouvoir sur le maximum de ritournelles existentielles pour les contrôler et les neutraliser, la subjectivité capitalistique se grise, s’anesthésie elle-même, dans un sentiment collectif de pseudo-éternité » [14]. Il y a là bel et bien le mode de production de la subjectivité des sociétés de croissance. Ainsi comme nous y invitait Foucault sur la question du pouvoir - qui est aujourd’hui un système bien plus subtil que la froide coercition de la « raison d’Etat » théorisée par Hobbes car le gouvernement se fait aujourd’hui par l’investissement beaucoup plus serré des individus, une individualisation du pouvoir s’attachant toujours à modeler l’individu et à en gérer l’existence -, la question de la religion de l’économie de croissance est quelque chose de bien plus subtil que celle d’une extériorité transcendante que l’on pourrait réguler, gérer, moraliser, écologiciser en lui opposant notre rage, notre critique, des politiques publiques, des contre-feux ou une militance clé en main. « Illusion politique » que dénonçait déjà J. Ellul, ou encore « militantisme, stade suprême de l’aliénation » comme s’intitulait une brochure situationniste, alors que les vieux schémas marxistes continuent inlassablement, dans l’altermondialisme ou « la gauche de la gauche », d’opposer le travail au capital et la politique à l’économique. Et Guattari dans cette perspective de mise en évidence de la subjectivité capitalistique dont une des formes est par exemple le citoyennisme (« Le Travail c’est la citoyenneté » proclame N. Sarkozy dans un de ses slogans de campagne), considère lui aussi qu’« il devient plus difficile, de soutenir que les sémiotiques économiques et celles qui concourent à la production de biens matériels occupent une position infrastructurale par rapport aux sémiotiques juridiques et idéologiques comme le postulait le marxisme. L’objet du CMI est, à présent, d’un seul tenant : productif-économique-subjectif (...). Il résulte à la fois de causes matérielles, formelles, finales et efficientes » [15].

Il préfère ainsi appeler le capitalisme post-industriel des sociétés de la Triade, de Capitalisme Mondial Intégré (CMI) qui repose sur quatre instruments d’un seul tenant : les sémiotiques économiques : (instruments monétaires, financiers, comptables, de décision...), les sémiotiques politico-juridiques : (titres de propriété, législation et réglementations diverses...), les sémiotiques technico-scientifiques (plans, diagrammes, programmes, études, recherches...), les sémiotiques de subjectivation (urbanisme architecture, équipements collectifs...). La production et la croissance économique sont alors désormais détachées de l’espace de l’usine et de sa relation au travail salarié pour proliférer dans tout le champs social à travers l’ensemble de nos « corps politiques ». Il n’y a pas d’un côté les patrons et de l’autre les salariés, les antilibéraux contre les ultra-libéraux, ou encore les vilains pollueurs puis les gentils écologistes. A l’âge d’une mégamachine planétairement intégrée et qui s’est maintenant répandue dans nos vies d’un seul tenant, « nous sommes le réseau » dit Baudrillard. Il faut bien reconnaître que « les activités de circulation, de distribution, de communication, d’encadrement... constituent des vecteurs économico-écologiques se situant rigoureusement sur le même plan, au point de vue de la création de la plus-value, que le travail directement incorporé dans la production de biens matériels » [16]. Et ce caractère d’un seul tenant du CMI, Jacques Ellul la particulièrement mis en évidence en parlant de l’illusion de la politique comme « choix réel » du fait de sa technicisation, ou encore de son économicisation comme l’a démontré le groupe allemand Krisis, c’est-à-dire de l’immanentisation générale du politique, du militantisme, de la technique et de l’économique au sein d’un CMI désormais sans possibilité de dehors car sans limites. On ne peut plus opposer la politique à l’économique, ou l’ « alter-gestion » à la gestion ordinaire des propriétaires de la société car on le sait maintenant, « la lutte des classes a été la forme de mouvement immanente au capitalisme, la forme dans laquelle s’est développée sa base acceptée par tout le monde : la valeur » [17]. Il n’est donc plus étonnant de voir tous ceux qui vieillissent dans les catégories fossilisées de pensée, comme les différentes extrêmes gauches, verser dans la tentation de la réforme puisque leurs catégories de pensées et d’actions sont immanentes à la domination dont ils voudraient se défaire [18]. Et encore moins étonnant de constater l’irrésistible attrait de la LCR et de les diverses lunes immanentes à l’ontologie de la forme-valeur que sont la socialisation des moyens de production ou encore l’antiproductivisme, sur certains décroissants (sans parler de l’altermondialisme et des comiques « anti-libéraux »).

Le CMI est désormais d’un seul tenant et il faut donc le confondre en un seul tenant, dans sa totalité, y compris et surtout désormais avec ses supposés « opposants ». C’est là l’originalité de la perspective de Guattari par rapport à la régression qu’a pu être l’écologie politique depuis 1974, « les trois écologies devraient être conçues, d’un même tenant, comme relevant d’une commune discipline éthico-esthétique et comme distinctes les unes des autres du point de vue des pratiques qui les caractérisent » [19].


--------------------------------------------------------------------------------

Les luttes « décroissantes » qui viennent.

Ceci va bien entendu pousser Guattari - avec Deleuze et à la suite de Foucault -, à poser la question d’une redéfinition des formes des luttes contre les sociétés économiques et l’aliénation politique, et notamment en les pensant cette fois-ci d’un seul tenant [20]. On comprend qu’après être venu au parti des Verts au milieu des années 80, Guattari ait vite déchanté pour finir par écrire en 1989, Les trois écologies, qui était finalement sa réponse à l’écologie des casernes partidaires et à son environnementalisme technocratique incapable de se lier à une écologie sociale véritable et surtout à une écologie mentale, c’est-à-dire de constituer une écosophie enfin dégagée de l’univers cybernétique de la gestion et autre administration des simples choses, inhérents à l’écologisme depuis René Dumont. Et faisant cette critique aux Verts, ce n’est pas dire que Guattari aurait été bien mieux entendu au sein du PPLD ou encore dans n’importe quel autre parti d’encadrement du bétail des votards, bien au contraire. On sait en effet depuis Simone Weil, que les partis politiques ne sont redevables d’aucune pensée cohérente et ne cherchent que la croissance illimitée de leur propre pouvoir dont l’informationnisme de positionnement sur tout et à peu près n’importe quoi, est le principe même de cette croissance.

Il faut donc changer de discours révolutionnaires, de luttes, de pratiques sociales, pour les transformer dans le travail en commun d’une nouvelle éthique, d’une « micro-politique du désir » que Guattari va définir à partir des réflexions de Foucault sur les interstices internes au tissu de la bio-politique. C’est donc peu dire que l’écosophie n’est en rien un étatisme écologiste ni ne relève plus largement de la sphère politique autonomisée qui à l’image de celle de l’économique, s’interpénètrent continuellement pour ne faire plus qu’une. En effet, « il n’est plus possible de prétendre s’opposer à lui [le capitalisme] seulement de l’extérieur par les pratiques syndicales et politiques traditionnelles » [21] comme le croient encore les derniers illusionnés de la politique qui inlassablement essayent de réanimer le cadavre du social et de la politique mais qui n’en ré-organisent finalement que les simulacres coupables [22]. « Il est devenu également impératif d’affronter ses effets [du capitalisme] dans le domaine de l’écologie mentale au sein de la vie quotidienne individuelle, domestique, conjugale, de voisinage, de création et d’éthique personnelle. Loin de chercher un consensus abêtissant et infantilisant [comme le feraient les perspectives politiques et syndicales, toujours marquées par l’opposition mystificatrice à une extériorité transcendante], il s’agira à l’avenir de cultiver le dissenssus et la production singulière d’existence » [23]. C’est donc à un véritable décentrement et déséquilibre vis-à-vis des pavloviens réflexes politiques et militants, une toute autre « re-politisation à la mesure d’un autre concept du politique » comme écrit J. Derrida, auquel Guattari nous invite. La politique comme mise en place de « politiques publiques » est renversée et n’est donc plus la solution pour faire face à l’aliénation économique qu’entraîne la réification par la forme-valeur du monde et de la vie en un « champ d’équivaloirs ». Et « l’écologie de l’imaginaire » qu’appelle Guattari est bien celle qui dit à la différence de l’écologie politique punitive, que « l’ennemi n’est pas seulement représenté par ‘‘ les autres ’’. L’ennemi, c’est aussi nous-même, l’ennemi est dans notre tête comme écrit S. Latouche. Notre imaginaire à tous est colonisé. Nous avons tous besoin d’une catharsis » [24], y compris et surtout les écologistes [25] . L’avant-gardisme et les professionnels de la représentation ou de la militance qui savent toujours mieux ce qui est bon pour les autres, comme les fausses oppositions gauche/droite, « gauche de la gauche »/gauche de gouvernement, sont ainsi neutralisés et écartés comme autant de formes non vécues de territoires inexistentiels à faire décroître. L’ontologie capitaliste et sa valeur comme « forme sociale totale » n’est pas un ennemi qui nous extérieur. « Il est assurément plus facile d’écrire sur les multinationales que sur la valeur, et il est plus facile de descendre dans la rue pour protester contre l’Organisation mondiale du commerce ou contre le chômage que pour contester le travail abstrait écrit Anselm Jappe. Il ne faut pas un grand effort mental pour demander une distribution différente de l’argent ou davantage d’emplois. Il est infiniment plus difficile de se critiquer soi-même en tant que sujet qui travaille et qui gagne de l’argent. La critique de la valeur est une critique du monde qui ne permet pas d’accuser de tous les maux du monde ‘‘ les multinationales ’’ ou ‘‘ les économistes néolibéraux ’’ pour continuer sa propre existence personnelle dans les catégories de l’argent et du travail sans oser les mettre en question par crainte de ne plus paraître ‘‘ raisonnable ’’ » [26].

On le voit, c’est une perspective en ligne de fuite hors des sociétés de croissance (sortir de l’économie), qui amène à une véritable décolonisation de l’imaginaire de la gauche, des écologistes et en particulier des extrêmes-gauche. Cette « écosophie de type nouveau poursuit Guattari, à la fois pratique et spéculative, éthico-politique et esthétique, me paraît donc devoir remplacer les anciennes formes d’engagement religieux, politique, associatif... Elle ne sera ni une discipline de repli sur l’intériorité, ni un simple renouvellement des anciennes formes de ‘‘ militantisme ’’. Il s’agira plutôt d’un mouvement aux multiples facettes mettant en place des instances et des dispositifs à la fois analytiques et producteurs de subjectivité. Subjectivité tant individuelle que collective, débordant de toutes parts les circonscriptions individuées, ‘‘ moïsées ’’, clôturées sur des identifications et s’ouvrant tous azimuts du côté du socius mais aussi du côté des Phylum machiniques, des Univers de référence technico-scientifiques, des mondes esthétiques, du côté également de nouvelles appréhensions ‘‘ pré-personnelles ’’ du temps, du corps, du sexe... Subjectivité de la resingularisation capable de recevoir de plein fouet la rencontre avec la finitude sous l’espèce du désir, de la douleur, de la mort... » [27]. Ces nouvelles praxis éco-logiques font parties de cette nouvelle stratégie révolutionnaire que Guattari aura théorisé en 1977 dans La révolution moléculaire [28]. La révolution comme l’avait déjà dit Marx, n’est pas une révolution politique, elle se fait au contraire minuscule, infinitésimale, et passe au travers de nos corps et de nos désirs. Son rythme propre n’est pas celui de l’urgence écologique à organiser la survie écologiste de la Méga-machine techno-politico-économique, il est aussi chaotique que rhizomatique. « Est-ce à dire que les nouveaux enjeux multipolaires des trois écologies se substitueront purement et simplement aux anciennes luttes de classe et à leurs mythes de référence ? Certes, une telle substitution ne sera pas aussi mécanique ! Mais il paraît cependant probable que ces enjeux, qui correspondent à une complexification extrême des contextes sociaux, économiques et internationaux, tendront à passer de plus en plus au premier plan » [29]. Cette perspective dérangera très certainement les chantres de l’Etat jacobin redistributeur des valorisations capitalistes (comme le « revenu garanti à se faire coloniser par l’économie ») ou encore ceux de la forme autonomisée de la politique qui inlassablement surplombe, rationalise et logicialise la « socialité primaire » (A. Caillé). Guattari écrit à leur propos, que l’« on pourrait m’objecter que les luttes à grande échelle ne sont pas nécessairement en synchronie avec les praxis écologiques et les micro-politiques du désir. Mais c’est là toute la question : les divers niveaux de pratique non seulement n’ont pas à être homogénéisés, raccordés les uns aux autres sous une tutelle transcendante, mais il convient de les engager dans des processus d’hétérogenèse (...). Il convient de laisser se déployer les cultures particulières tout en inventant d’autres contrats de citoyenneté. Il convient de faire tenir ensemble la singularité, l’exception, la rareté avec un ordre étatique le moins pesant possible. L’éco-logique n’impose plus de ‘‘ résoudre ’’ les contraires, comme le voulaient les dialectiques hégéliennes et marxistes. En particulier dans le domaine de l’écologie sociale, il existera des temps de lutte où tous et toutes seront conduits à se fixer des objectifs communs et à se comporter ‘‘ comme de petits soldats ’’ - je veux dire, comme de bons militants, mais, concurremment, il existera des temps de resingularisation où les subjectivités individuelles et collectives ‘‘ reprendront leurs billes ’’ et où, ce qui primera, ce sera l’expression créatrice en tant que telle, sans plus de soucis à l’égard des finalités collectives. Cette nouvelle logique écosophique, je le souligne, s’apparente à celle de l’artiste » [30].

Dans une perspective dont l’arrière-base est souvent deleuzo-guattarienne, le groupe Tiqqun écrit ainsi que les problèmes qui se posèrent aux Autonomes italiens de 1977 comme à Félix Guattari [31], nous ne nous les sommes pas encore posés. « Le passage des luttes sur les lieux de travail aux luttes sur le territoire, la recomposition d’un tissu éthique sur la base de la sécession, la question de la réappropriation des moyens de vivre, de lutter et de communiquer entre nous, forment un horizon inatteignable tant que ne sera pas admis le préalable existentiel de la separ/azione. Separ/azione signifie : nous n’avons rien à voir avec ce monde. Nous n’avons rien à lui dire, ni rien à lui faire comprendre. Nos actes de destruction, de sabotage, nous n’avons pas besoin de les faire suivre d’une explication dûment visée par la Raison humaine. Nous n’agissons pas en vertu d’un monde meilleur, alternatif, à venir, mais en vertu de ce que nous expérimentons d’ores et déjà, en vertu de l’irréconciliabilité radicale entre l’Empire et de cette expérimentation, dont la guerre fait partie. Et lorsqu’à cette espèce de critique massive, les gens raisonnables, les législateurs, les technocrates, les gouvernants demandent : ‘‘ Mais que voulez-vous donc ? ’’, notre réponse est : ‘‘ Nous ne sommes pas des citoyens. Nous n’adopterons jamais votre point de vue de la totalité, votre point de vue de la gestion. Nous refusons de jouer le jeu, c’est tout. Ce n’est pas à nous de vous dire à quelle sauce nous voulons être mangés » [32]. Nombreux objecteurs de croissance à travers la révolution moléculaire d’une dérive rurale et urbaine qu’ils auto-organisent ici et maintenant, par les lieux qu’ils occupent, inoccupent et habitent, inhabitent afin de se réapproprier leur vie et lutter sans s’essouffler en dépendant le moins possible de la société échangiste de l’interdépendance marchande, forment déjà quelques-unes des lignes de la circulation au sein du Parti imaginaire qui vient.


--------------------------------------------------------------------------------

La transversalité des trois écologies et la nécessité de la « re-singularisation. »

Réagissant à l’écologie environnementaliste, à son conservatisme protecteur et à sa sanctuarisation de la nature qui ne font que sur-organiser la planète quand ils n’amènent pas à sa disneylandisation [33], Guattari refuse ainsi de « tomber dans le mythe animiste ou vitaliste, comme par exemple celui de l’hypothèse Gaïa de Lovelock et Margulis » [34], qui d’ailleurs est très marqué par une approche cybernétique de l’écologie, comme peut l’être également l’œuvre de Georgescu-Roegen (qui cite V. Neumann comme inspiration) [35]. A l’opposé de toute l’écologie essentiellement naturaliste et donc environnementaliste (dans sa forme biocentrique propre à l’école du Wilderness, comme dans la forme de l’équilibre éco-cybernétique de l’homme et de la nature et de son « respect » de cette dernière), la grande idée de l’écosophie est qu’« il n’est pas juste de séparer l’action sur la psyché, le sociaux et l’environnement (...). Il conviendrait désormais d’appréhender le monde à travers les trois verres interchangeables que constituent nos trois points de vue écologiques » [36]. Pour Guattari, la vieille écologie politique qui se meurt et dont il nous faut sortir tout comme il faut sortir de l’économie, doit alors laisser place à l’écosophie à venir. Il s’agit alors d’aborder de « nouvelles pratiques sociales, nouvelles pratiques esthétiques, nouvelles pratiques du soi dans le rapport à l’autre, à l’étranger, à l’étrange : tout un programme qui paraîtra bien éloigné des urgences du moment ! Et pourtant, c’est bien à l’articulation : de la subjectivité à l’état naissant ; du socius à l’état mutant ; de l’environnement au point où il peut être réinventer ; que se jouera la sortie des crises majeures de notre époque » [37]. De plus comme nous l’avons dit, c’est parce que la mégamachine sociale, politique et techno-économique est d’un seul tenant, que « les trois écologies devraient être conçues, d’un même tenant, comme relevant d’une commune discipline éthico-esthétique et comme distinctes les unes des autres du point de vue des pratiques qui les caractérisent. Leurs registres relèvent de ce que j’ai appelé une hétérogenèse, c’est-à-dire de processus continu de re-singularisation. Les individus doivent devenir à la fois solidaires et de plus en plus différents » [38].

Et cette re-singularisation à travers la réappropriation de Territoires existentiels, ce « libre développement des individualités » dont parlait déjà Marx, le premier philosophe à avoir découvert l’immanence de la vie dans les termes les plus concrets, est bien la visée écosophique. Car on le sait - et Marx depuis Fourier qu’il a lu attentivement et réinterpréter formidablement -, « quels que soient la forme et le contenu particulier de l’activité et du produit [les vilains patrons, les méchants financiers, comme les gentils salariés ‘‘ exploités ’’ ou les heureux écologistes], nous avons affaire à la valeur, c’est-à-dire à quelque chose de général qui est négation et suppression de toute individualité et de toute originalité » [39]. Ainsi avec l’écosophie comme avec la décroissance, « l’histoire qui fait - qui fera - suite à l’économie marchande écrit Michel Henry, n’en sera pas moins l’histoire des individus, l’histoire de leur vie : en un sens, c’est ce qu’elle sera pour la première fois », car au travers de la sortie de l’économie marchande et de toute économie, « l’activité individuelle, la vie, la praxis n’est point abolie, elle est rendue à elle-même. Elle n’est plus déterminée par la production matérielle - cela veut dire : elle n’est plus doublée par un univers économique » [40]. Comme l’écrit encore Henry, « il y a chez Marx une idée limite qui est finalement celle de l’élimination de l’économique, de la valeur d’échange et de l’argent. C’est une limite, mais pas une fiction » [41].

Cette re-singularisation là, en dehors de toutes subjectivités sérialisées et plantées dans les champs d’équivaloir où pousse inlassablement la forme-valeur, nous y reviendront, est bien la pierre d’angle de l’écosophie de Guattari. Et c’est peu dire qu’aujourd’hui, à part l’ ouvrage de Jean-Claude Besson-Girard, Decrescendo cantabile, cette perspective là est peu discutée en termes concrets, c’est-à-dire de révolution de la vie quotidienne, ici et maintenant, par les décroissants. Seuls les petits gestes gestionnaires de la simplicité volontaire et du reste du citoyennisme écologique sont acceptés sans débat, quand certains économes veulent sauver l’économie avec la décroissance en la suréquipant de sa simple morale de la responsabilité et de l’auto-limitation. Ce serrage écologiste de la ceinture économique semble bien être l’horizon indépassable de l’antiproductivisme simplet d’un certain écologisme décroissant. Il manque encore bel et bien dans la décroissance, cette transversalité écosophique entre l’écologie mentale, sociale et environnementale, puisque la « simplicité volontaire » n’a pour finalité que le même environnementalisme des gestionnaires économes de l’écologie antiproductiviste, dont elle n’est que l’attribut complémentaire à la poursuite d’une seule et même dépossession. Car finalement cette re-singularisation qu’appelle Guattari est exactement la perspective éthico-esthétique qu’adopte Besson-Girard quand il écrit que pour la décroissance la seule démarche qui compte finalement vraiment en terme d’écologie mentale, est « celle qui consisterait à dénombrer et à éclairer, par et pour chacun de nous, les territoires intérieurs de notre faculté de sentir, mis en jachère, atrophiés ou détruits par cette déculturation. Mais sommes-nous prêts à cet exercice de lucidité personnelle ? » [42]. Et c’est là en effet que la décroissance se joue véritablement comme « écologie de l’imaginaire », beaucoup plus que sur les estrades des sex-shops politiques ou des peep-show médiatiques et encore moins dans les salons d’instituts réfléchissant avec les airs de grand sérieux à des listes de promesses estampillées « décroissance » pour l’alimentation planifié du « bétail des votards » [43].

Cependant dans cette perspective écologique d’une réappropriation de sa faculté de vivre, « le principe commun aux trois écologies écrit Guattari, consiste en ceci que les Territoires existentiels auxquels elles nous confrontent ne se donnent pas comme en-soi, fermé sur lui-même, mais comme pour-soi, précaire, fini, finitisé, singulier, singularisé, capable de bifurquer en réitérations stratifiées et mortifères ou en ouverture processuelle à partir de praxis permettant de le rendre ‘‘ habitable ’’ par un projet humain. C’est cette ouverture praxique qui constitue l’essence de cet art de ‘‘ l’éco ’’ subsumant toutes les manières de le domestiquer » [44]. « Mettre au jour d’autres mondes que ceux de la pure information abstraite, engendrer des Univers de référence et des Territoires existentiels où la singularité et la finitude soient prises en compte par la logique multivalente des écologies mentales et par le principe d’Eros de groupe de l’écologie sociale et affronter le face-à-face vertigineux avec le Cosmos pour le soumettre à une vie possible, telles sont les voies enchevêtrées de la triple vision écologique » [45]. « Il ne s’agit pas pour nous d’ériger des règles universelles à titre de guide de ces praxis, mais à l’inverse, de dégager les antinomies principielles entre les niveaux écosophiques ou, si l’on préfère, entre les trois visions écologiques » [46].


--------------------------------------------------------------------------------

A suivre/

- L’écologie mentale comme « décolonisation de l’imaginaire. »

- Contre le simulacre de la société, « Nous sommes tous des groupuscules ». Une écologie sociale pour la décroissance.

- Sortir de l’écologie politique et étatique. La critique de l’écologie environnementale chez F. Guattari.

Notes :

[1] F. Guattari, « Qu’est-ce que l’écosophie ? », in revue Ecorev, n°21, décembre 2005, p. 95-96.

[2] F. Guattari, Les trois écologies, Galilée, Coll. « L’espace critique », 1989, p. 57.

[3] Cf. Comité invisible, « Cinquième cercle. Moins de biens, plus de liens », in L’insurrection qui vient, La fabrique, 2007, qui est une heureuse critique d’une décroissance comprise maladroitement comme une écologie des petits gestes économes, antiproductivistes, citoyennistes, politistes et étatiques, en un mot, croissancistes, à l’image du vide qu’ont pu être ces dernières années la simplicité volontaire ou encore « l’auto-limitation ».

[4] On pourra ainsi apprécier l’opinion de Bernard Charbonneau sur la politisation du mouvement écologiste en 1974, dans sa tribune « Le mouvement écologique mis en question ou raison sociale », in La Gueule Ouverte, juillet 1974. Disponible sur le site internet de Philippe Coutant qui est une mine d’or avec de nombreux textes sur la décroissance, 1.libertaire.

[5] Les trois écologies, p. 52.

[6] Serge Latouche, Décoloniser l’imaginaire. La Pensée créative contre l’économie de l’absurde, Parangon, 2005, p. 151.

[7] Les trois écologies, p. 48-49.

[8] Ibid., p. 14.

[9] Ibid., p. 15.

[10] Ibid., p. 34-35.

[11] Ibid., p. 39.

[12] Ibid., p. 43.

[13] Ibid., p. 43-44.

[14] Ibid., p. 44-45.

[15] Ibid., p. 42.

[16] Ibid., p. 42-43.

[17] Anselm Jappe, Les Aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur, Denoël, 2003, p. 109.

[18] Christophe Bourseiller, Extrêmes gauches : la tentation de la réforme, Textuel, 2006.

[19] Les trois écologies, p. 72.

[20] Et cette redéfinition des formes de luttes ne va pas sans la résistance d’une arrière-garde, comme par exemple dans l’article d’Eduardo Colombo, « Les formes politiques du pouvoir », in Réfractions, n°17, hiver 2006-printemps 2007.

[21] Les trois écologies, p. 44

[22] Jacques Donzelot, L’invention du social. Essai sur le déclin des passions politiques, Seuil, 1994.

[23] Les trois écologies, p. 44.

[24] S. Latouche, op. cit., p. 152.

[25] La manière typiquement économiciste de poser la question écologique à gauche, est par exemple celle d’Hervé Kempf, dans son dernier livre, Comment les riches pillent la planète.

[26] Anselm Jappe, op. cit., p. 21-22.

[27] Les trois écologies, p.70-71.

[28] F. Guattari, La révolution moléculaire, Recherches, 1977, et 10/18, 1980.

[29] Les trois écologies, op. cit., p. 15.

[30] Ibid., p. 46-47.

[31] Pour un aperçu de la mouvance autonome italienne, voir le mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine de Sébastien Schifres, La mouvance autonome en France de 1976 à 1984. En ligne sur le site internet de l’auteur.

[32] Tiqqun, « Autonomie vaincra ! », in Ceci n’est pas un programme, ZOO, 2001, p. 250.

[33] Sylvie Brunel, La Planète disneylandisée. Chroniques d’un tour du monde, Editions Sciences Humaines, 2006.

[34] F. Guattari, « Qu’est-ce que l’écosophie ? », op. cit., p. 94.

[35] Bertrand Louart, « James Lovelock et l’hypothèse Gaïa », in Notes et Morceaux Choisis, n°5, juillet 2002. Disponible en ligne sur le site internet - http://netmc.9online.fr/

[36] Les trois écologies, p. 32.

[37] Ibidem, p. 72.

[38] Ibid., p. 72.

[39] Marx, Grundrisse, I, 93.

[40] Michel Henry, Marx, Une philosophie de l’économie, tome 2, Tel, Gallimard, 1991 (1976), p. 465.

[41] Entretiens avec Roger Pol Droit, « Que l’individu soit rendu à lui-même », in Michel Henry, Entretiens, Sulliver, 2005, p. 26.

[42] Jean-Claude Besson-Girard, Decrescendo cantabile. Petit manuel pour une décroissance harmonique, Parangon, 2005, p. 79.

[43] On lira la très intéressante préface écrite par l’objecteur de croissance Alain Accardo, au livre de A. Libertad, Le culte de la charogne. Anarchisme, un état de révolution permanente (1897-1908), Agone, 2006.

[44] Les trois écologies, p. 49.

[45] Ibid., p. 70.

[46] Ibid., p. 50.
_________________
Critique de la valeur et du travail

Brochure du Manifeste contre le travail de Krisis.

http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/ (3 n° du bulletin)
Back to top
View user's profile Send private message
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 03 May 2007 22:48    Post subject: Reply with quote

Je sais pas pourquoi, mais quand tu te rapproche des discours deleuzien j'adhère toujours plus facilement à tes propositions qu'avec tes termes Sourire

Par ailleurs je note l'absence d'insulte il me semble! donc ça me plait bien tout ça Sourire

Super quoi.

P.S pour clément : Au fait t'es invité chez moi Mardi 8 au soir (à partir de 18h30, si tu peux courriel moi ou mp) pour une discussions sur les nanos (cadre et plan large évidement, on va pas se restreindre au petit bout de la lorgnette, cette chose prend sens quand on la place dans un large paysage éthique/économique/cognitif/technique Sourire
_________________
Pour des communautés libertaires écocentrique et affinitaire

Participer a libérer et cultiver les conditions locales et pérennes d’existences et d’autodéterminations des vivants, sans domination.
Back to top
View user's profile Send private message
lionel



Joined: 14 Mar 2006
Posts: 538
Location: Ardèche

PostPosted: 04 May 2007 9:53    Post subject: Reply with quote

Ah-la-la! , j'aimerais être une mouche montpellieraine mardi 8 Très content


M'en fous j'enverrai mon nano-drone-libellule pour vous épier. Sourire



(trouvé sur le site de la DGA) Choqué

Ah la recherche, que de beaux projets quand même ! (ironisant)
Back to top
View user's profile Send private message
economiste
Guest





PostPosted: 30 Mar 2008 23:51    Post subject: Reply with quote

Quote:
On comprend qu’après être venu au parti des Verts au milieu des années 80, Guattari ait vite déchanté pour finir par écrire en 1989, Les trois écologies, qui était finalement sa réponse à l’écologie des casernes partidaires et à son environnementalisme technocratique incapable de se lier à une écologie sociale véritable et surtout à une écologie mentale, c’est-à-dire de constituer une écosophie enfin dégagée de l’univers cybernétique de la gestion et autre administration des simples choses, inhérents à l’écologisme depuis René Dumont.


Guattari n'était qu'un traître, voir le lien ci-dessous Mort de rire
http://www.pourdesvertsutiles.info/felix.htm

Ou alors il a été trompé par de vils manipulateurs tel Le Pen avec le cimentier Lambert Mort de rire

Sinon, ça avance bien la maspérisation Clément?
Back to top
ivani



Joined: 15 May 2006
Posts: 414

PostPosted: 31 Mar 2008 9:02    Post subject: Reply with quote

economiste wrote:
Sinon, ça avance bien la maspérisation Clément?

Tu nous y a tjrs pas dis ce que tu appelais maspérisation, au lieu d'asticoter Clément Question
Back to top
View user's profile Send private message
economiste
Guest





PostPosted: 31 Mar 2008 9:20    Post subject: Reply with quote

La maspérisation c'est la maspérisation.
Pour comprendre il faut lire les évangiles situationnnistes, gratuites chez jean-brouille, éditées de frais par M.Gallimard ou encore piratée sur dailymotion (La dialectique peut-elle casser des briques?).

Clément se permettant de faire de la diffamation à l'égard de R.Dumont, je ne vois pas de mal à prendre quelques saines mesures de rétorsion à son encontre.

Pas touche aux vaches sacrées Mort de rire
Back to top
ivani



Joined: 15 May 2006
Posts: 414

PostPosted: 01 Apr 2008 9:32    Post subject: Reply with quote

economiste wrote:
La maspérisation c'est la maspérisation.
Pour comprendre il faut lire les évangiles situationnnistes, gratuites chez jean-brouille, éditées de frais par M.Gallimard ou encore piratée sur dailymotion (La dialectique peut-elle casser des briques?).

Je vais donc rester dans mon ignorance Triste

Parce que avant de lire les "évangiles situationnnistes", si tant est que je le fasse un jour, il faut que je finisse le dernier Michéa, que j'attaque le Lasch nouvellement paru chez Climats, sans parler du recueil d'articles de Karl Polanii qui vient d'être publié je ne sais plus où (20 ans qu'on l'attendait...), ni du recueil des nouvelles de science-fiction de Michel Jeury récemment paru aux Moutons Electriques (20 ans d'attente aussi). Alors je crois que les situs vont m'attendre encore un peu.

Quant à la maspérisation, ne serait-ce pas une allusion à Maspéro, des fois ? Auquel cas je ne pourrais que désapprouver.

A chacun ses vaches sacrées Confus
Back to top
View user's profile Send private message
economiste
Guest





PostPosted: 01 Apr 2008 16:38    Post subject: Reply with quote

Maspérisation: Falsification du sens basé sur l’utilisation d’extraits d’un texte pour lui donner une signification différente de son sens original.

Wiktionnaire

Effectivement c'est une allusion à Maspéro
Back to top
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 01 Apr 2008 20:13    Post subject: Reply with quote

Alors si je saisi bien, tu dis que le texte ci-dessus, dit l’inverse de ce que dit Guattari, c’est ça ? En gros que je découpe des phrases et que je leur fait dire ce que je veux ? Je " maspérise " grave ! Bigre, j’irai même jusqu’à dire que Guattari n’était guère d’accord avec l’idole des jeunes, le Grand Pépé Dumont *. Mais c’est quand même marrant M. Green que je doive venir défendre Guattari pour remettre en perspective son vrai combat, alors que je suis étranger à ce courant intellectuel de par ses présupposés fondamentaux. Mais enfin, notre économiste est vraiment trop fort, puisque que ton humour semble dire qu'au vu de ce que je lui ferai dire, Guattari serait un " traite "...

Alors Non !, Guattari n'a pas accueilli chez lui en 70 et 71 la coordination de toutes les communautés rupturistes d’écolo-gauchistes du Sud, chez lui à Monoblet, près de Sumène, derrière Montpellier, parce qu’il les considérait comme faisant parti de la sécession moléculaire qu'il préconisait, Alors Non !, ce n'est pas Guattari qui a écrit justement la Révolution moléculaire où il fait une critique de toutes les formes de la politique, pour être le fondateur de ce qu'on appele depuis, la " micropolitique du désir ", Alors Non ! la mouvance des Autonomes italiens comme français n'ont jamais fait référence à sa pensée, eux qui prônent justement l'autonomie de tout syndicat, parti, groupes, sectes, etc, Alors Non ! Guattari n'a jamais été le copain de Deleuze fondateur d'un courant de l'anarchisme philosophique (quoiqu'on pense de la pensée de ce dernier môsieur), Alors Non ! Guattari n'a jamais appelé à une secession qui ne serait pas affirmation d'une différence statique, d'une altérité essentialiste, mais d'une "ligne de fuite" opaque, Alors Non ! Guattari n'a jamais craché sur l'environnementalisme machinique et la critique parcellaire et séparée (et justement son livre les " trois écologie " est tout tendu contre l'écologisme, ce qu'a bien perçu un écologiste droit dans ses bottes comme notre ami Fabrice Flipo, qui n'aime pas du tout ce Guatta-machin), Alors Non !, Guattari n’a pas été l’un des principaux animateurs du mouvement en faveur d’une candidature Coluche, affirmant la nécessité de faire une « rupture radicale avec les pratiques politiques usuelles, récusant la gauche mais aussi l’écologie politique naissante », Alors Non ! Guattari comme Foucault and co, n'a jamais voulu mettre au jour le mode approfondi de gouvernementalité de nos vies qui va bien au-delà de l'Etat pour s'intégrer partout, Alors Non ! il n'a jamais critiqué une contestation phobique qui prétend défier le Marché au nom de l'Etat, Alors Non ! dans Mille plateaux et La Révolution moléculaire Guattari n'a pas fait l'apologie du Mai 77 italien à l'aune duquel le Mai 68 français ressemble à une partie de scrabble dans un bac à sable, Alors non, c’est pas non plus Guattari qui écrit :

Quote:
« Là-dessus on nous dit : comment voulez-vous unifier les luttes ponctuelles sans un parti ? Comment faire marcher la machine sans un appareil d’Etat ? Que la révolution ait besoin d’une machine de guerre, c’est évident, mais cela n’a rien à voir avec un appareil d’Etat. Qu’elle ait besoin d’une instance d’analyse des désirs des masses, c’est certain, mais pas d’un appareil extérieur de synthèse […]. Ce qui compte, ce n’est pas l’unification autoritaire, mais plutôt une sorte d’essaimage à l’infini des machines désirantes : dans les écoles, les usines, les quartiers, les crèches, les prisons, etc. Donc, pas question de coiffer, de totaliser les mouvements partiels mais de les brancher sur un même plan de bascule. Tant qu’on restera à une alternative entre le spontanéisme impuissant des masses et le codage bureaucratique et hiérarchique d’une organisation de parti, les mouvements de libération du désir se feront récupérer, encercler, marginaliser… » (La révolution moléculaire, p. 62)


Et puis, l’économiste, ton interprétation de la motion 1993 Guattari, n’est pas du tout celle que tu crois. Justement elle vient conforter la critique que fait Guattari de l’écologie politique, et le courant « Pour des verts utiles », justement dans leur intro, veulent juger les bureaucrates actuels à l’aune de ce qu’ils avaient signer : Non c'est pas écrit noir sur blanc, quand Guattari écrit « Si les mouvements de l'écologie politique calquent leur organisation sur les mouvements traditionnels, ils seront inexorablement conduits à l'impuissance et à une rapide extinction de leur influence. Nous devons partir du constat que les deux mouvements actuels d'écologie politique, malgré leurs mérites respectifs, ne répondent pas aux exigences réelles de la période actuelle. », les Verts « sont des corps extérieurs au sein du mouvement associatif [cf. sur les corps extérieurs dans le passage ci-haut de la Révo. Molec] ; leurs instances organisationnelles ont tendances à tourner sur elles-mêmes, à fonctionner sur un mode groupusculaire. Cela étant, ils représentent à l'heure actuelle le seul réseau militant cohérent dans le champ de l'écologie politique et ce sont eux qui détiennent l'essentiel des clés des transformations à venir dans ce domaine »

Aujourd’hui, n’est plus l’heure actuelle, et on voit bien que plus de 10 ans après ces phrases, ce que Guattari croyait capable les Verts, ne sera jamais là et que c’était totalement illusoire de le croire (un groupe comme Tiqqun qui s’affiche dans la tradition guattarienne, a bien critiqué justement tout le « feed-back » des années 70 de ce personnage, désormais sans famille quand tout le mouvement autonome de lignes de fuite, disparait ou rentre dans une ultra-clandestinité). Finalement Guattari était très proche de la critique de Charbonneau qui disait que la politisation était trop tôt, il fallait laisser venir le mouvement d’auto-organisation et de luttes, pour voir bien après ce qu’on aurait pu faire (ne parlons même pas des rigolards du PPLD actuel, digne héritier des réflexes pavloviens de ceux qui pensent sauver la planète). C’est exactement ce que dit Guattari, mais Guattari ne voit pas que déjà quand il adhère aux Verts, ce mouvement n’existe pas encore pour qu’il maîtrise le « devenir bureaucratie » de conseil municipal, département, régional, etc, du Parti. Guattari est à l’intérieur du Parti et déplore le Parti, disant que justement il n’y a aucun mouvement. C’est là une énorme contradiction de Guattari, cependant pour être tout à fait juste avec lui, on peut pas lui reprocher d’avoir essayé de donner du souffle à la création d’un mouvement moléculaire portant des « nouvelles pratiques » (cf. notamment comme je le disais les rencontres en 70-71, et les réunions autour des luttes dans ces années). Cependant quand tout cela va disparaître dans les années 80, il a l’énorme contradiction de faire l’inverse de ce qu’il préconisait, tout en le préconisant encore dans le Parti… Jusqu'en 1993. Les analyses visionnaires de Charbonneau sur le mouvement écologique sont d’autant plus éclairantes et cohérentes, il porte le même jugement que Guattari sur la charrue avant les bœufs, la pente citoyenniste, électorale, bureaucratie, environnementaliste, machinique, etc, mais c’est pas lui que l’on verra adhérer dans un projet inverse à ses idées de fond. Et comme le dit le groupe « Pour des verts utiles », la motion Guattari a telle finalement changé la donne plus de 10 ans après… Aaahh on est près à signer n’importe quoi quand on veut prendre le pouvoir dans un parti de bandes mafieuses de copains-coquins-pour-le-pouvoir-de-sauver-les-gens. Comme l'écrivait le chiourme Lipietz, " Chantre des trois écologies, il est venu chez les siens, modestement, et les siens ne l'ont guère reconnu. Trop ouvert sur le vaste monde, il dérangeait ceux qui rêvaient de tranquilles cocons ", Ecorev, n°21. Voir aussi dans ce numéro, l'interview de Guattari, vraiment sans ambiguités, et très intéressant :

Quote:
" Le grand danger serait de substituer au mythe des classes ouvrières porteuses de l'avenir des valeurs, celui d'une défense de l'environnement, d'une sauvegarde de la biosphère qui peut tout autant prendre un caractère totalement totalisant, totalitaire [...] Si on prétend changer seulement sectoriellement, constituer une petite force d'appoint, un petit lobby de pression sur l'environnement, alors moi je pense que c'est perdu d'avance ; parce que ça marchera très bien : l'industrie ne demande pas mieux que d'utiliser le mouvement écologiste comme elle a utilisé le mouvement syndical pour sa propre structuration du champ social. ça serait très vite digéré par l'industrie, par l'Etat, par les forces dominantes. Il faut un autre niveau d'exigence "


Comme l'a suffisamment affirmé La Gueule Ouverte, Vivre et Survivre ou l'Encyclopédie des nuisances, les écologistes ne sont que les syndicalistes du XXIe sicèle. cf. " Adresse à tous ceux qui ne veulent pas gérer les nuisances mais les supprimer ". http://www.decroissance.info/Adresse-a-tous-ceux-qui-ne-veulent

Par contre, Guattari dans la pure veine de l'écologisme cybernéticien de tous ceux qui ont suivi le maître ouvrage de Gregory Bateson (Morin, Maffesoli, etc. sans parler du Contrôleur Général de tous les cybernéticiens, « Maître Georgescu-Roegen »), a plié ses deux petits genoux devant la fascination de " l'hypothèse cybernétique " (cf. le très fort texte de Tiqqun... quoi qu'on pense de ce groupe, ce texte vraiment n'est pas inintéressant pour nous), sa vision (une pensée de la machine partout) est à vomir.

-------------------

* Dans son chapitre « Le virage écologique », B. Charbonneau fait une analyse de la naissance de l’écologie politique dans les années 70 et 80. Ecologie ?
Quote:
« Si le mot s’est magiquement imposé, c’est que, ne signifiant rien, il pouvait tout dire, et sous-entendait que la société industrielle ne pouvait être mise en cause que par sa plus haute instance : la Science des savants. Ce qui faisait des scientifiques, agronomes, sociologues, responsables des erreurs du règne de la Croissance, les maîtres à penser et les juges du nouveau ‘‘ mouvement écologique ’’. Celui-ci a recruté ses notables parmi les célébrités confirmées, qui avaient occupé des postes de commande à l’époque précédente, notamment dans le secteur de l’agrochimie. Pour ce qui est de l’agriculture et de ses fruits, nous retrouvons comme par hasard à la pointe de la critique écologique trois des principaux auteurs de leur liquidation : messieurs Mansholt, Dumont et Mendras, dont nul ne se rappelle aujourd’hui ce qu’ils furent. C’est à dire le responsable du plan Mansholt et l’expert du plan Monnet qui ont planifié l’anéantissement de la campagne, donc des nourritures. »,

B. Charbonneau, Un festin pour Tantale. Nourriture et société industrielle, p. 209-210, 1997 .


Et puis non !, dans L’utopie ou la mort du technocrate Dumont, personne n’aura vu ses références à la pensée cybernéticienne, son apologie- comme modèle de l’écologie politique - des pratiques écolo-étatiques de l’Allemagne Hitlérienne, ou ses appels à la création d’une « économie de survie » (tout un chapitre), un survivalisme traditionnel des écologistes (Aaaah c’est la fin du monde ! Viiitee ! Contrôle ! Contrôle ! Contrôle !), digne des analyses fines que C. Lasch adresse aux mouvements écologistes américains dans son Moi assiégé (d’excellents passages là-dessus qui recoupent à mon sens ce qu’a pu dire Charbonneau ou Ellul). L’utopie ou la mort ? Non la police écologique ou la mort nous dit Dumont ! le serrage écologique de la ceinture économique ou la mort ! Comme bien des « décroissants », les écologiciens de la politique, une guitare à la main, ils n’imaginent pas l’horreur politique de la construction concrète des mesures qu’ils veulent prendre : c’est plus « Achète ! Obéis ! Consomme ! », c’est « Recycle ! Réduit ! Crache de l’impôt écolo ! ». La dépossession est toujours totale.
_________________
Critique de la valeur et du travail

Brochure du Manifeste contre le travail de Krisis.

http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/ (3 n° du bulletin)
Back to top
View user's profile Send private message
Guest






PostPosted: 11 Apr 2008 12:17    Post subject: Reply with quote

Bernard charbonneau wrote:
Pour ce qui est de l’agriculture et de ses fruits, nous retrouvons comme par hasard à la pointe de la critique écologique trois des principaux auteurs de leur liquidation : messieurs Mansholt, Dumont et Mendras, dont nul ne se rappelle aujourd’hui ce qu’ils furent. C’est à dire le responsable du plan Mansholt et l’expert du plan Monnet qui ont planifié l’anéantissement de la campagne, donc des nourritures.

Y'aurait pas kékun (CH par exemple) qui voudrait nous faire une petite biographie succinte (c'est pour ça que je sais pas si CH le peut) pré et post chemin de Damas de ses 3 messieurs? (sans renvoyer à dix malles pages de lien, je n'ai pas le web facile pour encore un bout de temps.
Histoire de voire que y'a pas que la Nomenklatura soviétique qui sait tourner cosaque au bon moment.

Dams
Back to top
economiste
Guest





PostPosted: 13 May 2008 23:37    Post subject: Reply with quote

Quote:
Par contre, Guattari dans la pure veine de l'écologisme cybernéticien de tous ceux qui ont suivi le maître ouvrage de Gregory Bateson (Morin, Maffesoli, etc. sans parler du Contrôleur Général de tous les cybernéticiens, « Maître Georgescu-Roegen »), a plié ses deux petits genoux devant la fascination de " l'hypothèse cybernétique " (cf. le très fort texte de Tiqqun... quoi qu'on pense de ce groupe, ce texte vraiment n'est pas inintéressant pour nous), sa vision (une pensée de la machine partout) est à vomir.


C'est bizarre parce plus haut tu dis

Quote:
Réagissant à l’écologie environnementaliste, à son conservatisme protecteur et à sa sanctuarisation de la nature qui ne font que sur-organiser la planète quand ils n’amènent pas à sa disneylandisation [33], Guattari refuse ainsi de « tomber dans le mythe animiste ou vitaliste, comme par exemple celui de l’hypothèse Gaïa de Lovelock et Margulis » [34], qui d’ailleurs est très marqué par une approche cybernétique de l’écologie, comme peut l’être également l’œuvre de Georgescu-Roegen (qui cite V. Neumann comme inspiration) [35].


Guattari (et Deleuze) cite(nt) Bateson qui lui-même cite Von Neumann (mais c'est une référence "minoritaire") dans "Vers une écologie de l'esprit".
En l'approche de Bateson est quand même empreinte d'un certain holisme.

Par exemple sur l'ordinateur il dit :
L'ordinateur ne pense pas.
L'homme ne pense pas.
L'environnement ne pense pas.
Mais l'ensemble et l'ensemble de leurs relations pensent.

Je viens de pécho "Les trois écologies", la majorité des références c'est Bateson.

Bateson c'est vraiment très bien et très surprenant. En fait je crois qu'on peut pas comprendre ce qu'est l'écologie si on l'a pas lu.

Est-ce que tu as lu "Vers une écologie de l'esprit" Clément?
Bug?

Quelle est la référence du texte de Tiqqun dont tu parles Clément?
Back to top
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 14 May 2008 14:14    Post subject: Reply with quote

Personnellement je n'ai pas lu vers une écologie de l'esprit. Je comprend bien l'intérêt du titre pour une approche systémique typique de la cybernétique, mais voila pas plus. Pour ma part, je rejette pas totallement la cybernétique, mais je trouve qu'il ne faudrait pas mettre de partout, par exemple je m'en sert un peu pour l'analyse du syst. technique.
_________________
Pour des communautés libertaires écocentrique et affinitaire

Participer a libérer et cultiver les conditions locales et pérennes d’existences et d’autodéterminations des vivants, sans domination.
Back to top
View user's profile Send private message
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Politique - Culture - Société All times are GMT + 1 Hour
Goto page 1, 2  Next
Page 1 of 2

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group