forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Conférence : Dévelopement durable vs Décroissance

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Paris
View previous topic :: View next topic  
Author Message
kimio



Joined: 24 Jul 2006
Posts: 4

PostPosted: 16 Nov 2006 22:35    Post subject: Conférence : Dévelopement durable vs Décroissance Reply with quote

CONFERENCE-DEBAT

« DECROISSANCE vs DEVELOPPEMENT DURABLE »

Quelle politique économique pour l’environnement ?

Serge Latouche
Professeur émérite d’économie et de philosophie à Paris Sud. Auteur du « Pari de la décroissance ».
Pascal Canfin
Economiste, journaliste à « Alternatives économiques», président de la Commission économique des Verts.
Cyril Di Meo
Auteur de « La face cachée de la Décroissance ».
Gaël Callonec
Economiste, chercheur à l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie.
Mark Cramer
Journaliste, écrivain, maître de Conférence à l’IEP.

Le mercredi 22 novembre, de 17h à 19h,
dans l'amphithéatre A. Sorel à Sciences Po Paris, 27 rue St-Guillaume


Last edited by kimio on 21 Nov 2006 22:50; edited 1 time in total
Back to top
View user's profile Send private message
Laurent



Joined: 22 Dec 2003
Posts: 908
Location: Région parisienne

PostPosted: 17 Nov 2006 8:03    Post subject: Reply with quote

Novembre probablement, pas septembre...
Back to top
View user's profile Send private message
kimio



Joined: 24 Jul 2006
Posts: 4

PostPosted: 21 Nov 2006 22:51    Post subject: Reply with quote

Oui oui, novembre, c'est corrigé.

C'est demain, venez nombreux !
Back to top
View user's profile Send private message
Jeuf



Joined: 14 Nov 2004
Posts: 1506
Location: 63 et 75

PostPosted: 22 Nov 2006 9:33    Post subject: Reply with quote

C'est ce soir,
j'espère que quelqu'u nous fera un compte rendu,
ou mieux on pourra trouver une vidéo.
je pourrai pas y être et j'enrage
Back to top
View user's profile Send private message
kimio



Joined: 24 Jul 2006
Posts: 4

PostPosted: 05 Dec 2006 23:30    Post subject: Reply with quote

Avec un peu de retard, voici un compte rendu de la conférence qui a rassemblé pas mal de monde (150 personnes) et qui a dépassé nos espérances (Une conférence à Sciences Po, sans grande personnalité politique, habituellement rassemble à peine 70 personnes).

Voilà, un compte rendu détaillé :

Quote:


Lucas Chancel, médiateur introduit le débat sur cette citation « l’a-croissance est à la croyance dans le progrès économique ce que l’athéisme est à la foi religieuse ».

Serge Latouche.

D’où venons-nous ? où allons-nous ? qu’est-ce qu’on va bouffer ce soir ?
Pour les 2/3 De l’humanité, question encore urgente. A cause de l’urgence de la question de la faim, on oublie les autres questions.
Nous escamotons la question d’où venons-nous ? Nous venons d’une société de croissance. Notre bolide n’a plus de pilote. Descendre et changer de paradigme. C’est pourquoi l’idée a été lancée de décroissance. Ce n’est pas un concept. C’est un slogan. On fait des théories économiques de la croissance. La décroissance est un slogan médiatique pour casser la langue de bois. Pour être rigoureux, il faudrait parler d’a-croissance, et sortir de la religion de la croissance. Citation d’Hannah Arendt : « il n’y a rien de pire qu’une société de croissance lorsqu’il n’y a pas de croissance ».

Avec 2% de croissance, les emplois diminuent. Avec 0% chaque jour on annonce des délocalisations. Cela créé des chômeurs. Diminution des ressources budgétaires. Budgets de l’éducation, de la culture, de la santé, de l’environnement.
Une société de croissance est une société organisée pour la croissance. C’est devenu une fin en soi. Publicité, crédit, obsolescence programmée.

Publicité : 2e budget mondial après l’armement. Pollution matérielle, mentale, spirituelle, …

Obsolescence programmée : Pièces qui se cassent. Montagnes de déchets extrêmement toxiques.
Penser la condition des travailleurs anglais. Floraison d’utopies. Phalanstère de Fourrier. Quantité de petites initiatives. Tout le temps une aspiration à maîtriser le monstre. Derrière le projet de la société de décroissance (slogan)…matrice d’alternatives pour rouvrir la fin de l’histoire annoncée par Fukuyama.
Société autonome. Sortir de la société hétéronome guidée par la main invisible du marché.
C’est un projet ancien qui resurgit à l’heure de l’imond(ialisation). Avant quand on parlait de développement cela concernait les pays du sud. Les problèmes du nord deviennent les problèmes du sud.
Nous sommes rejoints par la crise écologique. Frappe le monde entier. Pour résoudre fantasmatiquement ce problème, on a inventé un oxymore « développement durable ».
On veut nous vendre le beurre et l’argent du beurre.

Gaël CALONNEC

Pour la décroissance, PIB = baromètre du gâchis consumériste. Le PIB d’un point de vue comptable, c’est la somme des valeurs ajoutées brutes. On mesure des valeurs immatérielles monétaires. Si on gérait mieux nos ressources, il y a fort à parier qu’on aurait une meilleure croissance. Le transfert de la bagnole vers les transports en commun peut engendrer une hausse comptable du PIB. Le PIB est un très mauvais indicateur de la dégradation de notre environnement. Si on veut se polariser sur les effets de serre, alors le meilleur indicateur=l’intensité énergétique finale. Ainsi, les Etats-Unis et la Suède ont le même PIB par tête, mais il y a quatre fois moins d’émissions en Suède. En France, la part ne cesse de baisser chaque année.
Il peut y avoir un découplage total entre PIB par tête et total des émissions. On peut donc concevoir une croissance économique relativement respectueuse de l’environnement. L’absence de lutte contre le réchauffement est coûteuse. Rapport Stern. C’est bien la lutte contre le réchauffement qui est favorable à la croissance. L’efficacité énergétique génère des gains de productivité. Elle permet d’échapper aux effets inflationnistes de la raréfaction des ressources énergétiques et ainsi de diminuer le coût des consommations intermédiaires, ce qui a pour effet une hausse du PIB. Les investissements massifs demain dans les énergie renouvelable (éolienne, solaire thermique et photovoltaïque) peuvent avoir un effet formidable sur la croissance. Difficile d’opposer croissance économique et lutte contre le changement climatique.

Les objectifs du facteur 4.
A long terme, on risque d’avoir 2 fois l’écart qui nous sépare du dernier âge glaciaire (2100).
Baisse de l’émission par 4 dans les pays riches. A long terme, baisse des GES de 3% par an jusqu’en 2100.

Même la DGEMP, saint des saints du lobby pétrolier, prévoit de diviser par 3 nos émissions, par la décroissance de la consommation de charbon, de gaz, de pétrole :

Maisons écologiques. Le chauffage résidentiel est responsable d’un quart des émissions de gaz à effet de serre.
La baisse du PIB serait synonyme de croissance de la pauvreté. Le véritable fléau c’est le gaspillage et non la valorisation de nos ressources.

Cyril di Meo.
Je partage ce qui a évoqué auparavant. J’ai acheté et lu L’Ecologiste, La Décroissance, Casseurs de pub, Silence !.
Décroissance est un très mauvais slogan et mot d’ordre. Antinomie systématique entre développement et décroissance. Faut-il considérer que « économie sociale et solidaire » c’est un oxymore, faut-il s’attacher à la critique de l’occidentalisation du monde ?

Le développement ne peut être durable puisqu’il est par nature économique, libéral, capitaliste.
Par nature, le développement ne peut pas être durable. S. Latouche critique l’occidentalisation du monde et ce que le développement porte comme transformation des structures .

Développement : occidentalisation du monde. Imposer notre système culturel et normatif. C’est la racine de Illitch et Ellul. Société sans école d’Illitch. Le développement c’est l’humanisme, c’est insupportable parce que c’est l’occidentalisation. On a donc une posture relativiste et anti-humaniste, une critique métaphysique et spirituelle de développement. La critique marxiste du capitalisme est remplacée par la défense de gaïa (mère nature) de la vie en communauté.

Cette posture va à l’encontre de ce qui semble être une valeur fondamentale. Pour J. Ellul, le SIDA est un fléau de dieu, la production de la technique.

Païen qui a la foi.

Rabhi. Spiritualité. Famille gandhienne qui prône la vie en communauté. Critique assez structurante d’une racine de l’écologie.

Malthusianisme. Un des principaux crimes contre l’humanité c’est la démographie. Pasolini.

René Dumont voulait supprimer les allocations familiales. Or le vrai problème, c’est la répartition des richesses.

Eco-féminisme. Là où l’homme est technique… « aucune femme n’a inventé une bielle ou un bouton ».

Garder l’idée de la diminution de l’empreinte écologique. Ne pas adopter un slogan d’abandon de toute forme de développement.
Vincent Chéney, decroissance.org
Alain de Benoît.
Si on prend le pari du relativisme culturel, on s’embarque dans quelque chose qui n’est pas pertinent.

Pascal Canfin. Présente son ouvrage ; l’économie verte expliquée à ceux qui n’y croient pas

La synthèse : à court terme, sortir de la société de consommation est extrêmement compliqué. 7 millions de Français voudraient en être. 5 Milliards d’humains voudraient aussi en être. C’est l’objectif de radicalité.
Réformisme radical. Radicalité des objectifs, mais en sachant comment on y va. Il faut savoir comment y aller de façon transitionnelle.

1ere phase : conversion écologique de l’économie.
Objectif du facteur 4= on peut assez facilement diminuer les émissions nocives pour l’environnement en intégrant les meilleures techniques possibles. Le Danemark a une intensité énergétique du point de PIB de 40% inférieure à la nôtre. On pourrait diviser par deux notre consommation d’énergie. Cette conversion est plutôt créatrice d’emplois. A chaque fois qu’on intègre l’environnement on intègre du travail humain.

La Commission européenne a sorti une étude disant qu’on pouvait créer 240.000 emplois nets en produisant 22% d’énergie (directive) à partir de sources renouvelables. A long terme, peut-on rejoindre le facteur 4 sans remettre en cause la société de consommation ? C’est là où on touche toutes les problématiques liées au PIB. A court terme, le PIB a peu d’intérêt. On défend la diminution de l’empreinte écologique. Faire baisser l’empreinte écologique de la France…La division par 2 peut se faire à idéologie constante, la division par 4 implique de supprimer le gaspillage, qui est un des ressorts de la société de consommation.

Dans le cadre de la conversion écologique de l’économie, il y a des mesures de croissance du PIB (train). D’autres mesures monétarisent l’environnement. >Kyoto. Ca fait augmenter le PIB en monétarisant des choses qui ne l’étaient pas. Question = trace dans le PIB du débat de ce soir. Quelle est la valeur ? La trace dans le PIB ou la valeur créée ?

Faire reconnaître la valeur dans le débat public à des choses immatérielles. Donner une valeur monétaire à quelque chose qui n’en a pas (comme lorsqu’on a créé le marché des Droits à polluer dans le cadre du protocole de Kyoto), cela fait augmenter le PIB. A l’inverse, diminuer le nombre de bouteilles et de sacs en plastiques fait baisser le PIB. Il faut faire les deux, l’effet global sur le PIB on s’en fout. Il faut changer les mentalités, promouvoir d’autres indicateurs, mettre en œuvre de nouvelles politiques publiques.

Mark Cramer.

- inventer de nouveaux indicateurs pour évaluer l’économie.
- J’ai vécu la décroissance personnelle depuis 20 ans. On n’a pas besoin d’être hippie. Ni panthéiste. Je vais présenter deux façons de réduire la consommation. Pas l’idée de dire à tout le monde de faire des sacrifices. Il faut un mouvement pour améliorer la qualité de vie. Il y a 20 ans, nous avions 3 voitures chez nous. Dans le sud de la Californie. Infrastructures favorisées par les entreprises pétrolières nous y forçaient.
- En Californie du sud, séparation entre zones de commerce et zones de résidence. Ce n’est pas bien d’avoir de petits commerces près de chez nous. Manufacture d’une culture de longue distance. Avec une voiture, on dépense 30% du budget familial en voiture. 30% de notre travail c’est pour payer la voiture. Cela signifie la pénurie d’exercice physique. L’espérance de vie dans les villes où il y a de bons transports en commun est meilleure que là où il n’y en a pas.
- Plus de l’argent pour verdir la pelouse.
- Nous vivons dans un appartement. Moins d’empreinte écologique. Plus de temps pour étudier.
- Le vélo. Avant je conduisais 500 heures par an pour me déplacer. Maintenant je fais 500 heures de vélo par an et je me porte mieux, je ne suis pas fatigué en arrivant. Je remercie les membres de vélorution. On avance, on avance on n’a pas besoin d’essence.
- A cuba, le tourisme détruit les paysages, mais l’agriculture bio et urbaine se développe, en Bolivie, le mouvement social se fait à pied. L’exemple des communautés autonomes dans le Chiapas. La relocalisation pour recréer du lien social, des « bio régions » autosuffisantes.

Question sur le développement. Qu’est-ce ?

Le développement.

Latouche. Recontextualiser le terme. Métaphore. Pas de développement sans une base minimale de croissance. Le développement c’est la mutation qualitative de la croissance. Hybris. Démesure. Concept qui ne contient pas en lui-même le sens de sa limite.
Etat stationnaire. Hermann… à Nicolas. JS Mill. L’état stationnaire des classiques. L’organisme économique continuerait à croître à l’infini. On ne peut se contenter d’état stationnaire car l’empreinte écologique de la terre aurait déjà dépassé de 30% la capacité de régénération de la terre. Il faut réduire l’empreinte écologique globale. Contre la vision mécaniciste. Préconise une bio-économie qui introduise le phénomène de l’enthropie. La philosophie de la décroissance.

Canfin. Aucune société ne fonctionne sur un principe d’équilibre. Il faut choisir ce dont on ne veut pas en sachant que cela doit être le moins pire possible.

Di Meo. Historiquement le développement est fait pour historiciser la croissance. Obtenir une vision des transformation socio-culturelles de la société. Le fait que les individus s’émancipent est dans le concept de développement.

Canfin. Comment sortir de la société de consommation sans renoncer à tous les aspects de la modernité ? il existe une tendance passéiste dans la décroissance. Pose la question du marché et de la monnaie. Peut-on sortir de la société de consommation sans renoncer au marché ? A la monnaie ? ce sont des éléments libérateurs (dette).

Conversion ? anticipation, conversion, monnaie. On manque cruellement d’installateurs de panneaux solaires.
10% de bio : entre 80 et 100 000 emplois agricoles. On ne les trouve pas les professionnels.
Se donner des objectifs clairs. Quelques secteurs.
Ensuite, la formation. Il faut emmener les gens. On peut très bien en faire des producteurs de panneaux solaires.
3e mot : monnaie. Toute une réflexion en lien avec la relocalisation de l’économie (services de proximité, produits agricoles). On pourrait imaginer des monnaies affectées de consommation de biens produits localement, non convertibles en euro. On a 3 outils en cela.
Il y a du chemin pour donner du sens à la conversion écologique de manière concrète sur le territoire.
Notion de dette écologique. Pays du sud ont une dette financière vis-à-vis du nord ; nous on a dette écologique et on ne donne rien en échange. Comment la chiffrer ? lisibilité politique pour donner l’argent au sud pour qu’il puisse sauter l’étape du développement assis sur les énergies fossiles.

S. Latouche. Le slogan « société de décroissance » n’a de sens que pour le nord. Moins de 20% de la population de la planète consomme 80% des ressources. Nous asphyxions les pays du sud. En une année nous consommons le pétrole que 100.000 ans de photosynthèse ont produit.
Back to top
View user's profile Send private message
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Paris All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group