forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Visions
Goto page 1, 2, 3 ... 12, 13, 14  Next
 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Santé et Nourriture
View previous topic :: View next topic  
Author Message
anonyme XXI



Joined: 18 Oct 2005
Posts: 1177
Location: Lyon

PostPosted: 20 Feb 2007 0:24    Post subject: Visions Reply with quote

J'ai envie de créer ce sujet pour partager à propos de la saveur des jours, du changement incessant de cette saveur, de la vision que nous pouvons avoir de notre présent, de ce qui éclaire parfois subrepticement notre avenir...
et la douce lueur qui veille sur notre passé, un passé que nous avons longuement visité, et que nous empruntons parfois à nouveau lorsque cela est devenu nécessaire.

Les visions, au sens propre du terme, qui peuvent s'imposer parfois à nous, en état modifié de conscience, par la méditation, l'hypnose légère ou un psychotrope.

Mais aussi la vision que nous avons de notre propre vie, le sens qui s'élabore ou qui s'effiloche.


Concrètement, en janvier, je me sentais comme un bourgeon recroquevillé, qui n'a rien envie de réaliser, pas trop envie de voir des gens, un peu déprimé comme on dit.

Et puis là, depuis début février, je me sens traversé par une énergie très puissante. L'avenir s'ouvre largement, j'ai trouvé une sérénité profonde, un nouveau souffle (faut dire que j'ai arrêté de fumer, c'est peut-être une conséquence profonde).

Est-ce la cueillette du gui, que je reconnais comme une étape franchie ? Le gui était là au sol, sur un peuplier noir abattu, et aucun de mes amis qui m'accompagnait n'a pensé à en cueillir : il suffit d'être attentif à l'être muet. Je n'ai pas utilisé une serpe d'or, le gui a touché la terre, c'est un gui pour s'entrainer, c'est un premier gui. Plus tard, je cueillerai le gui de l'arbre vif, un chêne, force et savoir, et je l'offrirai à celui qui se présentera à moi en me le demandant.

Ce sujet est celui des druides, des chamanes, des alchimistes, sur les traces d'Avicène, Géronimo, et Panoramix...

C'est le sentier dans la brume qui s'ouvre et se referme derrière soi, le chemin de ceux qui sentent l'ineffable, en quête de l'invisible, en quête d'aventures intérieures, qui sont des voyages non polluants.

anonyme xxi, apprenti-mage.
Back to top
View user's profile Send private message
anonyme XXI



Joined: 18 Oct 2005
Posts: 1177
Location: Lyon

PostPosted: 06 Mar 2007 23:43    Post subject: Reply with quote

bon, je donne un petit coup de pouce à ce sujet qui doit faire réfléchir nombreux et nombreuses, mais qui n'osent pas se lancer.

souvent le matin, je me demande de quoi j'ai rêvé la nuit. j'interroge ma mémoire, et je retrouve parfois des gros blocs de rêves.

il y a peu, je me souviens d'avoir rêvé des carnavaleux, ceux qui font le carnaval à Dunkerque (je suis né là-bas, et j'y retourne de temps en temps, verser dans la bière et dans cette tradition jouissive qui régénère).

et puis dans la journée, j'ai regardé le calendrier, et je me suis aperçu que c'était exactement le jour du carnaval de la Basse-Ville, celui que je considère comme le début des festivités.

étonnant, non ? je croyais pourtant que l'inconscient n'avait pas la notion du temps. voilà que mes rêves me rappellent à mon agenda !

Olivier
Back to top
View user's profile Send private message
anonyme XXI



Joined: 18 Oct 2005
Posts: 1177
Location: Lyon

PostPosted: 19 Mar 2007 23:32    Post subject: Reply with quote

Flatulences et constipation

Peut-être suis-je inspiré cette semaine par le film Volem de Pierre Carles et ses 2 compères Coello et Goxe, et notamment par cette scène superbe où un gars vante les mérites des toilettes sèches, et fait la pirouette sociale et économique :

"Je m’occupe de ma merde et je ne laisse personne venir m’emmerder."

Il m'arrive parfois de flatuler abondamment, et nauséabondamment.
A partir de ce constat, je pourrais presque écrire un livre, tant il y a de conséquences.

J'ai pris la mauvaise habitude de m'amuser d'un prout, ou de ne pas y prêter attention, ou de l'utiliser pour "emmerder" (taquiner) mon entourage. Donc je ne le percevais pas véritablement comme un problème ou une maladie.

Par exemple, certains habitués de ce site (forum politique), pourraient qualifier un de mes sujet de février de "nauséabond" (allusion, pour ne pas polluer l'énergie du présent sujet). Je peux dire que j'ai un peu emmerdé mon entourage.

Etre constipé, c'est "hésiter à chier", c'est avoir peur de perdre quelque chose, qui est à la fois soi et autre (le coeur de la question relationnelle), et avoir de la difficulté à finir. Comme par hasard, j'ai du mal à terminer ce que j'entreprends.

La merde, c'est à la fois soi et autre, ou disons que c'est de l'autre dans soi. C'est la fin de la transformation de l'autre en soi (fin de la digestion, transformation de cellules animales ou végétales pour alimenter mes cellules). Ou plutôt, c'est la part de l'autre qu'il faut rejeter pour être soi, pour rester soi-même. Et comme par hasard, mon gros défaut, c'est d'être parfois trop influençable. Ou de laisser trop de place aux autres.

Comme par hasard, je suis actuellement sollicité outre mesure par quelqu'un que je dois rejeter : cette personne, à son insu, vient me questionner pour savoir si je suis effectivement capable de "rejeter" l'autre, c'est à dire de marquer des limites : disponibilité, objectifs, désirs...

J'ai compris que mes flatulences sont tout simplement le signe annonciateur d'une défécation imminente. Mon problème se résume donc au fait d'avoir du mal à "sentir la merde venir". Et effectivement, je ne détecte pas toujours les problèmes qui peuvent survenir dans une situation complexe.

"Un repas pousse l'autre" : j'applique ce précepte. Théoriquement, il faudrait aller à la selle après chaque repas, donc 3 fois par jour. J'en suis à 2 fois par jour au lieu de une, ce qui est déjà une nette amélioration.

Au lieu de déféquer de monstrueux étrons (que je sens venir), je me suis "rééduqué" à aller à la selle presque sans raison, dès la moindre flatulence. Et ça marche. Je fais de plus petites crottes, plus souvent. Et progressivement, je suis capable de sentir venir une petite crotte.

Ma mère "souffrait" de constipation. Et bizarrement, la cave était pleine d'un tas de vieilleries qu'elle conservait "au cas où", et que nous avons fini par jeter au bout de quelques décennies. Aurais-je "hérité" de cette constipation.

Ma mère ne m'a pas appris qu'un repas pousse l'autre. Elle ne m'a pas appris qu'il faut chier 3 fois par jour.

En cherchant l'expression "un repas pousse l'autre", je trouve le document suivant : http://www.lapressethermale.org/fichiers/7Digestif.pdf
qui met en lien migraine, reflux gastro-oesophagien et constipation.
Effectivement, elle avait souvent des migraines. Tiens, tiens...
Pour ma part, j'ai connu une période de brûlures d'estomac. Mais pas de migraines.

J'ai déjà évacué ou désencombré beaucoup (débarras de ma cave, de mon bureau, de l'entrée de mon appartement ainsi que les espaces de rangement).

Mais cela ne suffit pas : il me faut finir. Ma grande préoccupation du moment consiste à achever une partition qui traine depuis au moins 4 ans. Et je sais que cette difficulté est liée à ma croyance négative centrale, celle qui me pose problème depuis la nuit des temps, et que je vais enfin pouvoir mettre à jour. Je sais que cette croyance vient de ma mère, c’est déjà un bon indice.

le cadavre exquis commence ici.

Je crois que j'ai de la colère envers elle, parce qu'elle ne m'a pas appris. Elle qui était prof, elle s'occupait plus de ses élèves que de moi, ou elle n'arrivait pas à rester patiente lorsqu'elle m'aidait pour mes travaux scolaires. Elle était en colère parce que je ne comprenais pas. Elle aurait voulu que je comprenne tout, elle aurait voulu que je prenne tout en charge. Elle a souhaité que je sois intelligent. J'ai fais un test de QI : 140 à 5 ans, elle en était fière. Mais ça me faisait une belle jambe. C'était son amour que je voulais, pas sa fierté, ou son obsession de l'intelligence. Elle était intelligente, mais elle ne s'est pas réalisé. Elle s'est fânée avant l'heure. Elle était trop accrochée à son père. Elle aimait trop son père. J'aime mon grand-père maternel, qui est mon modèle de père. Je suis en colère parce qu'elle a fait fuir mon père avec sa cave encombrée des objets qu'IL y avait laissé. Elle est restée encombrée de cet homme sans pouvoir vraiment le quitter. Cet homme lui a encombré le ventre et j'en suis sorti. Je suis un encombrement. Je dois m'évacuer, j'ai dû trop prendre en charge, je dois me décharger.

Je ne sais plus ce que je cherche, il faut peut-être pousser un peu... pousser le raisonnement, pousser l'enquête. Ma mère, je te lâche, je suis lâche, va-t-en avec ta merde, garde la pour toi ta merde, c'est la tienne, je te la rend. Mon père va bientôt mourir, ma mère est morte depuis longtemps. C'est l'automne au printemps. C'est la nuit en plein jour.

Je dois m'accoucher maintenant, je dois sortir à nouveau. Sortir avec moi-même, on sort ensemble ? Je dois m'aimer. Ma mère ne m'a pas aimé, pas autant que je l'aurai voulu, elle n'a pas su dire son amour, me toucher, elle ne savait pas toucher. Je touche les autres par l'écriture. Son incapacité est devenue ma compétence. Maman, je te reconnais. Tu m'a donné tes manques, tes manques sont ton amour en creux.

Tu n'es plus un ventre illimité. Tu es comme ces deux jeunes femmes que je connais aujourd'hui, enceintes d'un homme qui ne les a pas aimées. Cet homme s'en va dès qu'elles accouchent. Ma mère est trahie. Elle est piégée. Elle a construit son propre malheur avec le mauvais homme, le mauvais choix. Elle est responsable de son choix. Elle a fait le mauvais choix en connaissance de cause, car c'est ce mauvais choix qu'elle devait faire, pour résoudre sa grande question.

Elle a rencontré mon père qui était le mauvais choix, pour pouvoir enfin quitter son père le capitaine qu'elle aimait trop. Mon père le mauvais choix social était le bon choix de la castration. Il est venu avec ses ciseaux à bois couper les couilles du capitaine.

Tout s'aligne, tout s'imbrique, j'inspire profondément, je sens que j'évacue.
J'irai en juin revisiter les lieux de mon enfance chez le grand-père capitaine, revisiter les lieux d'une noce annulée, rendre visite à la poussière d'un hôtel suranné et mon père mourra en moi, il mourra peut-être en vrai. J'ai senti la mort arriver sur mon grand-père, et la réalité m'a confirmé. Je la sens arriver sur mon père.

Je suis vivant parmi les vivants. Mais à l'écoute des fantômes. Je reçois les morts, je les écoute. Lorsque je soigne, j'entends les morts chez mon interlocuteur. J'entends les morts qui parlent en lui. J'entends les morts dans les mots. Il n'y a qu'un R d'écart. Je dois en finir avec cette histoire, pour inventer ma propre vie.

A froid.
Lorsque mes parents se sont séparés, ma mère a été tentée de se suicider, en se jettant par la fenêtre, dans le vide. Elle ne l'a pas fait parce qu'elle ne souhaitait pas laisser trois enfants orphelins, à la merci d'une femme qui serait une mauvaise mère. J'ai reçu cette information beaucoup plus tard, lorsque j'étais adulte. Mais j'ai sans doute perçu cette envie de suicide chez ma mère, comme la plupart du temps les enfants perçoivent de façon sensible et confuse ce qui n'est pas dit. J'ai perçu cette attirance et cette répulsion du vide, le vide de la défenestration, le vide de la mort ou de l'absence. Inconsciemment, j'ai donc commencé à combler l'espace, à l'encombrer.

Voilà, je viens enfin de mettre à jour cette croyance centrale. ça s'arrose !
Très content

Correspondance entre plante et individus
J'ai cueilli et identifié récemment de la Veronica persica, Véronique commune. Ma mère s'appelait Véronique. Il y avait chez ma mère un vase de pharmacie portant la mention Veronica officinalis. Lorsque mes parents se sont séparé, j'ai trouvé refuge auprès de mon grand-père maternel, et notamment en Bretagne. Il y avait une pinède, et depuis j'adore me retrouver dans une pinède. J'ai appris récemment que la Véronique officinale pousse souvent à proximité des pinèdes. Coïncidence étrange.

Rencontrer une plante qui porte le prénom de ma mère est un événement non anodin. Je cherche à l'interpréter. Lorsque je rencontrerai la Veronica officinalis, ce sera un instant fort pour moi, une page importante de ma mythologie personnelle.

Moi-même je porte un prénom d'arbre, qui était le souhait de ma mère. Je m'aperçois qu'il y a des parallèles important entre le caractère de ma mère et l'aspect de la Véronique commune. Discrète à ras de terre, foisonnante avec sa tige aérienne, d'une séduction raffinée avec sa petite fleur violette striée à 4 pétales.

Je m'aperçois que les propriétés médicales de la Véronique officinale sont elles aussi en rapport : astrigentes, eupeptiques et cicatrisantes. Peut provoquer des diarrhées.

- Astringente (qui resserre et raffermit les tissus) : vie resserée, discrète, avec un petit réseau de proches;
- Eupeptique (qui facilite la digestion) : prof, elle aidait à assimiler la connaissance;
- Cicatrisante (qui favorise la cicatrisation des plaies) : par sa douceur, elle a souvent "arrondi les angles".
- Peut provoquer des diarrhées (effet non désiré) : ma mère était constipée : avait-elle peur de la diarrhée, peur de se répandre ? Avait-elle accès à elle-même (ce dont je doute) ?

Ces jours-ci, plusieurs Véronique sont intervenues dans mon quotidien, avec des conséquences importantes. Coïncidence ?

Je parcours ensuite les prénoms de mon arbre généalogique, et je m'aperçois qu'il y a à nouveau correspondance entre mon vécu récent (j'ai récemment cueilli du gui) et mon grand-père paternel : Guy. J'ai cueilli du gui sur un peuplier noir récemment coupé. Là encore, la plante rencontrée semble correspondre avec l'individu : mon grand-père était un homme inquiétant, tourmenté, qui s'épanchait dans la peinture, un homme abattu, mort dans une extrême solitude.


L’auto-analyse comme forme d’auto-médication
Je viens d'utiliser pour la première fois sur ce forum l'auto-analyse (psychologique) en lien avec l'analyse des troubles fonctionnels (physiques) : ça peut être une forme intéressante d'auto-médication, pour ceux qui sont suffisamment "outillés" en psycho. Pas besoin de médicaments, il suffit simplement d'écrire et de réfléchir un peu.


Problème fonctionnel chronique comme amorce d'une psycho-thérapie
Pour détecter un problème psychologique de fond, il suffit d'être attentif à la répétitivité des situations. Et les troubles fonctionnels chroniques sont certainement liés à une cause psychique profonde, accessible par la situation répétitive qui pose problème.

Exemple : mon ami qui met les femmes enceintes et les largue un an après (deux fois de suite, faut le faire !) souffre d'une hernie hiatale. Sa structure psychique me semble schizoïde : en résumé, il se débat entre une paternité mal assumée, et la toute-puissance de l'infantile, donc entre deux places généalogiques incompatibles. Son frère est également en souffrance. Sa soeur semble préservée. La question semble donc affecter plutôt l'archétype masculin dans cette famille. Si j'avais à traiter, je partirai de la hernie, et le problème de fond pourrait bien émerger à partir de là. Mais c'est mon ami, je ne peux pas être son psy. Et puis encore faut-il qu'il souhaite se soigner, ce qui ne semble pas le cas actuellement.


Deux formes d'auto-analyse :
- par jeux de mots et analogies, puis exploration de la réalité (approche relativement rationnelle),
- par une sorte de cadavre exquis à chaud (approche intuitive, proche de la transe et de l'hypnose).

C'est dans le dialogue entre ces deux formes, rationnelle et irrationnelle, qu'on peut faire émerger progressivement du sens.

Je peux aussi me faire aider en me faisant questionner par ma-mon partenaire, ou en lui demandant de me rappeler ce qu'elle-il sait de moi et que j'ai oublié. En dernier recours, si je sens qu'un gros morceau est en train de remonter à la surface, j'irai consulter un psychothérapeute. Mais j'aurai fait moi-même le plus gros du travail.

xxi


Last edited by anonyme XXI on 17 May 2007 15:55; edited 1 time in total
Back to top
View user's profile Send private message
anonyme XXI



Joined: 18 Oct 2005
Posts: 1177
Location: Lyon

PostPosted: 21 Mar 2007 22:26    Post subject: Reply with quote

La merde du diable

C'est ainsi que les africains ou les mexicains appellent...
le pétrole !

Pourquoi ?
Parce que lorsque les blancs en découvrent, les populations locales ne tardent pas à être décimées dans des guerres dont on s'efforce de camoufler soigneusement la cause sous des prétextes ethniques ou politiques.

Le pétrole est aussi la merde du diable, selon moi, pour les raisons suivantes :
- il est issu de la putréfaction d'organismes vivants : une nappe de pétrole est un cimetière sous-terrain,
- il est caché dans les sous-sols, lieu des enfers,
- il est cancérigène,
- il brûle, avec une flamme instable, fuligineuse,
- il pue.

Dire que nous l'utilisons chaque jour dans nos voitures (enfin, pas nous les décroissants Très content) !

Ce qui me choque le plus, c'est le goudron étalé sur les routes : cette pâte molle, qui fond l'été lorsqu'il fait très chaud. Nous en avons recouvert toute la planéte : quel gâchis !

Le béton est proche de cette énergie maléfique : il faut beaucoup d'énergie pétrolière pour fabriquer du ciment.

Parpaings, goudron, automobile : les 3 ingrédients clés du lotissement, le logement par excellence du zombie contemporain. Eh bien, zombies, brûlez d'ennui dans votre lotissement gardé par un vigile africain, succombez dans un accident automobile, que le goudron remplisse vos piscines individuelles !
(magie "noire")

Ou renoncez et libérez-vous.
(magie "blanche")

Et inversez le cours de l'histoire en Afrique.

xxi
Back to top
View user's profile Send private message
pseudonyme



Joined: 05 Oct 2006
Posts: 32

PostPosted: 29 Mar 2007 15:57    Post subject: Reply with quote

de plus en plus,
je considère que si l'homme a une once de conscience
comme il est dit un peu partout
son rôle
s'il s'en donne un
pourrait être de vivre en bonne intelligence avec la nature,
de veiller sur elle
et d'aider la vie à s'épanouir,
où qu'elle soit,
qu'elle que soit sa forme.
c'est ça, pour moi, un être humain.
Back to top
View user's profile Send private message
anonyme XXI



Joined: 18 Oct 2005
Posts: 1177
Location: Lyon

PostPosted: 02 Apr 2007 22:54    Post subject: Reply with quote

Observation à propos des objecteurs de croissance

Il m'apparait que la plupart des individus que j'ai rencontré
dans la décroissance,
sont, ou ont été, comme moi, en souffrance.

Leur fragilité fait leur force.

Leur tension est créatrice,
et leur donne le pouvoir de changer le monde.

Mais ils ne peuvent pas s'exposer
dans la société spectaculaire,
car leur apparence les rejetterait aux yeux des zombies.

Ils oeuvrent donc dans l'ombre des médias,
dans une ombre lumineuse.


Il m'apparait également, ou plutôt je me souviens :
pendant une année de cursus didactique d'exploration de la place généalogique,
j'ai eu connaissance de cas très étranges,
des coïncidences qui dépassent la statistique et le hasard.

La seule explication que je trouve à ce jour à ces coïncidences,
c'est que chacun de nous a une capacité
à organiser le monde autour de lui,
afin que les événements convergent pour satisfaire un désir.

Certains parleront de magie, pour ma part
je pense qu'il s'agit simplement de la façon dont l'univers est conçu.

Dans les cas rencontrés, ce qui est d'autant plus étonnant,
c'est que le désir était le plus souvent inconscient.

Lorsque le désir est inconscient,
il semble plus fort,
car il échappe à l'individu,
il le dépasse,
il colle à un niveau énergétique plus vaste,
qu'on pourrait appeler "la mission".

Mais nous avons aussi tous un exemple dans notre vie,
où nous avons souhaité quelque chose très fortement,
et ce quelque chose s'est produit le jour même,
avec une probabilité d'apparition pourtant très faible.

Exemple : mon fils découvre la disco. Il était depuis longtemps à la recherche d'un tube qu'il n'a entendu qu'une fois,
et il l'entend aujourd'hui sur une radio. En se connectant sur le site de la radio, il peut connaître le tube qui passe en direct, et à partir du titre télécharger le morceau, pour en faire une compil que nous passerons pour égayer les jours d'hivers.

Ce qui est valable pour un individu est valable pour un groupe.
Si un groupe partage le même désir, l'après-développement par exemple, ce groupe agit sans même le savoir, simplement par son désir, sur le cours des événements.

Ce n'est pas pour rien que les moines priaient dans des couvents retirés. C'est parce que c'est efficace. Rien n'est fait par pure perte.

Nous, objecteurs de croissance, agissons, par notre désir de transformer le monde.

Voici mon désir-prière.

---

Abandonner les illusions, accepter la souffrance.

L'adulte console le petit enfant
qui n'a pas reçu la petite voiture rouge
que sa tante lui avait promi un jour
et qu'elle a oublié depuis 10 ans.

Il n'y a plus de voitures rouges
parce qu'il n'y a plus de volonté de faire souffrir
ceux à qui on a pris le pétrole.

Il y a conscience universelle.
Le sang a coagulé.
L'humanité s'est soudée.

L'esclave ne veut plus travailler :
il quitte le champ le coeur léger.
Le maitre renonce à son industrie,
et travaille pour sa famille.

Les enfants ouvrent des yeux neufs sur le monde,
et leur parents conservent cette nouveauté dans leurs yeux.
Le miroir est fait de lumière.

L'ère du miroir commence.

xxi
Back to top
View user's profile Send private message
anonyme XXI



Joined: 18 Oct 2005
Posts: 1177
Location: Lyon

PostPosted: 03 Apr 2007 0:22    Post subject: Reply with quote

Plusieurs dimensions

Minéral, dimension 1
Végétal, dimension 2
Animal, dimension 3
Humain, dimension 4

Il y a des dimensions intermédiaires :
Les sels minéraux dans une plante sont à 1,5.
Le corail, le comcombre de mer, sont à 2,5.
Certains animaux comme le dauphin sont à 3,5.

Et la dimension 5 ?
Des "esprits".

Dimension 6 ?
Je ne sais pas.
Les anges, peut-être.

Et mettons, dimension 7,
l'énergie fondatrice,
que certains appellent Dieu,
mais ce mot est tellement réducteur, ridicule !

Un chaman est capable de naviguer entre son humanité
et la dimension supérieure.
Il est à la dimension intermédiaire 4,5.

Les esprits jouent avec l'humanité,
comme moi je jouais étant enfant avec des fourmis.
Cruel, sans connaissance des fourmis.
Et aujourd'hui respectueux des fourmis.

Les esprits jeunes sont cruels.
Les esprits âgés sont sages et pacifiques.

Le nazisme est un exemple de perturbation planétaire,
grande partie de jeu cruelle, jouée par les esprits.

Les nazis ont compris qu'ils pouvaient soutirer l'énergie
de ceux qu'ils tuaient
pour augmenter leur propre énergie,
comme par pompage.
C'est en copiant la façon des esprits cruels,
nazis : les pions de ces esprits.

D'autres esprits pacifiques luttaient en silence loin de là,
pour stopper la barbarie.

Toutefois, même si l'expérience a été terriblement cruelle,
l'humanité en a retiré une leçon. Elle a été enseignée par les esprits.

Le nazisme découle directement du capitalisme et de la technologie engendrée par le capitalisme. Il éclaire aujourd'hui d'une lumière noire la technologie, et permet la critique du système technicien.

L'expérience du nazisme nous permettra peut-être, par répulsion, de sortir du développement, en cessant toutes les horreurs du même genre qui continuent à être perpétrée dans le silence, à l'abri des médias, par des marchands d'armes, des légionnaires et autres agents français, des hommes d'affaires vrp de transnationales françaises...

La puissance atomique est mortifère, sombre,
guidée par les esprits noirs.

La financiarisation de l'économie, l'industrie pétrolière, l'agro-alimentaire, sont des mouvements sombres.

Les faucheurs d'ogm, les anti-nanos, la guérilla jardinière, les randonnées-cueillettes, la commune d'Oaxaca... sont des réponses lumineuses.

C'est une guerre qui doit être gagné individu par individu. La technique consiste à court-circuiter la schizophrénie collective : mettre les conséquences en face des comportements.

Par exemple, cesser d'acheter des pesticides pour avoir un gazon bien vert dans son jardin, en comprenant que dans "pesticide" il y a "peste", et que la peste n'est bonne pour personne, y compris pour le propriétaire du gazon, et pour ses enfants.

La prise de conscience récente des problèmes écologiques en France,
et la propagation progressive de l'écologie politique, de la décroissance, de la simplicité volontaire, et de l'après-développement
sont des signes de la présence d'une énergie positive à l'oeuvre
dans cette guerre totale : militaire, économique, sanitaire pseudo-humanitaire, alimentaire et "chamanique".

Mon deuxième désir-prière :
assister de mon vivant à la résolution du conflit mondial,
et à l'épanouissement de l'ère du miroir.

Vive la commune d'Oaxaca !
Ma pensée va aux chamans mexicains.

xxi
Back to top
View user's profile Send private message
anonyme XXI



Joined: 18 Oct 2005
Posts: 1177
Location: Lyon

PostPosted: 12 Apr 2007 17:41    Post subject: Reply with quote

Réalisation du rêve


Je fréquente depuis quelques années un campement,
qui propose d'expérimenter la vie collective
et de nombreuses solutions alternatives.

Il y a un potager en terrasse,
et tout le campement est organisé sur une même colline.

Il y a plusieurs mois, j'ai rêvé de ce lieu.
Dans mon rêve, je constatais que je ne connaissais pas le sommet de la colline.

Je suis passé récemment,
et j'ai été voir au bout du rêve.

En haut de la colline, le sommet est plat.
Une partie est défrichée, l'herbe rase,
et une grosse pierre verticale est posée au centre de cet espace.

J'ai bien-sûr été troublé par cette présence,
comme si mon rêve m'avait indiqué la voie à suivre.

Je me demande s'il s'agit d'un menhir,
d'un lieu de culte druidique.

En tout cas, ce que je ressens,
c'est que cette pierre est investie d'une énergie positive,
et que cette énergie rejaillit sur le lieu,
qui connait un épanouissement fécond.

xxi
Back to top
View user's profile Send private message
fanto_manu



Joined: 17 Mar 2006
Posts: 115

PostPosted: 13 Apr 2007 10:42    Post subject: Reply with quote

en rêve, les esprits peuvent nous contacter
et ce que l'on voit n'est pas forcément pure création de notre cerveau
mais d'autres plans de réalité, où l'on peut voyager et avoir des interactions
(toi qui parlait de castaneda, je te conseille si ce n'est déjà fait l'art de rêver)
la première étape étant de conscientiserson rêve, d'en être l'acteur pour pouvoir explorer les mondes qui s'étendent devant nous
Back to top
View user's profile Send private message
anonyme XXI



Joined: 18 Oct 2005
Posts: 1177
Location: Lyon

PostPosted: 15 Apr 2007 20:37    Post subject: Reply with quote

merci,

j'utilise ce sujet et "Etre son propre médecin"
un peu comme un bloc note personnel
au fur et à mesure de mes recherches.

et ça me fait plaisir d'avoir des posts autres que les miens
pour que ça reste une recherche collective.

un de mes amis a quasiment lu tout Castaneda,
il a pratiqué la visualisation de sa main...
ça me semblait trop ésotérique pour moi,
et j'attendais le conseil que tu viens de me donner
(je n'ai rien lu de Castaneda).

Olivier
Back to top
View user's profile Send private message
anonyme XXI



Joined: 18 Oct 2005
Posts: 1177
Location: Lyon

PostPosted: 15 Apr 2007 20:52    Post subject: Reply with quote

Divulguer les secrets

Ce post pourrait avoir sa place ailleurs sur ce site...

De nombreux process industriels alimentaires et concernant les alcools
sont entourés par le secret.

Dans le cas de la Chartreuse, ça me choque.
Le grimoire vient de quelqu'un qui a travaillé à mettre au point une recette,
ou il l'a recueillie auprès de quelqu'un d'autre,
ça tombe dans les mains des Chartreux
qui font du biseness avec...
Je ne suis pas d'accord.

Et ce qui m'agace profondément,
c'est l'admiration un peu imbécile
portée à ces secrets.

Merlin a mon admiration.

Mais des gens qui utilisent un secret
à des fins commerciales
ne méritent aucune admiration.
Ils pratiquent une forme de magie noire.

Dans le cas des produits dégueux triturés par les grandes marques
de l'agro-alimentaire,
ça me choque aussi : du sel dans les biscuits sucrés,
des ogm bien planqués parce qu'ils ne dépassent pas les 0.9%
que les industriels ont réussi à faire passer
par leur potes industriels élus députés ou sénateurs...
cf le site de Greenpeace

Donc, inventons l'agro-alimentaire libre,
les liqueurs libres,
comme le logiciel libre,
ou les recettes de Raffa sous copyleft.

Faut-il divulguer les lieux de cueillette ?
A propos des plantes et des champignons.

Pour les champignons, je ne sais pas,
je ne pratique pas,
ça a l'air assez compliqué.

Pour les plantes,
je ne sais pas non plus.
Je dirai que oui, il faut divulguer,
dans le sens où les simples sont suffisament abondantes
pour être cueillies
et parce que le nombre de gens qui s'y intéressent
me semble dérisoire (sans doute inférieur aux cueilleurs de champignons).

mais en même temps, d'après l'expérience de ceux qui cueillent depuis longtemps, les terrains de cueillettes regressent depuis 20 ans,
à cause des !:~`[@^{
qui construisent et habitent des lotissements, entre autres.
Back to top
View user's profile Send private message
anonyme XXI



Joined: 18 Oct 2005
Posts: 1177
Location: Lyon

PostPosted: 18 Apr 2007 23:35    Post subject: Reply with quote

bonjour à Fanto-manu et à tout ceux-celles qui s'intéressent à l'art de rêver.

j'ai lu le dixième et le premier chapitre de "l'art de rêver" de Castaneda. je pensais qu'il était toujours en vie, et l'année de sa mort correspond à peu près à l'époque de ma vision des oeufs lumineux.

la vision que je relate brièvement dans mon premier post de "Etre son propre médecin" est une vision grossière : je n'ai vu que des gros oeufs, ayant une croute sombre à l'extérieur, et lumineux au centre (comme de la lave qui refroidit à l'extérieur). je n'ai pas vu les traces laissées au sol.
je n'ai surtout pas vu les points d'assemblages.

je pense que ma vision était encore polluée par mon intellect : j'ai vu une foule d'oeufs, alors qu'il est question de voir chaque oeuf un par un.

les oeufs étaient reliés entre eux par des rayons verts, un beau vert un peu comme celui des rayons lasers. un rayon était plus ou moins épais selon la relation qui existait entre les individus-oeufs.

je n'ai donc pas vu les filaments qui, j'imagine, n'ont pas de couleur.

don Juan insiste sur le fait que les visions viennent de notre nature de prédateur (on peut se rappeler que l'oeil est directement connecté au cerveau, contrairement à l'oreille, au nez, à la langue, au toucher).
donc je me demande ce que je pourrais entendre, ou sentir, associé à "voir".

je suis surpris de voir apparaitre le nom de la ville Oaxaca. par rapport à ce qui vient de s'y passer cette année. il y a réellement des chamanes là-bas, et ils sont sans doute pour quelque chose dans le soulèvement populaire.
je me questionne sur un personnage mexicain rencontré chez l'un d'entre nous à Paris en automne dernier. en sait-il plus ?

ma vision des oeufs lumineux est venue il y a plusieurs années (vers 1997 ou 1998) en état d'hypnose légère (éveillé et les yeux fermés), sans que je la recherche. elle est venue plutôt comme une pollution non désirée, sans rapport avec l'exercice que je pratiquais alors (une ligne d'exploration des méta-système (?) en PNL : environnement, capacité, compétence, croyance, ...)

le texte "Rupture" (de Simon, rencontré au campement sur lequel j'ai eu la vision de la roche en haut de la colline) que je suis en train de lire, rappelle la consistance inter-connectée de la pensée des amérindiens. la "nature" est un concept d'occidental, un concept de la pensée qui sépare.
la nature n'existe pas : nous sommes la nature. chaque être n'existe que par la somme des interactions qu'il a avec les autres.

ma formation en phytothérapie me permet d'expérimenter concrètement la question de l'énergie. les fleurs sauvages ont une énergie beaucoup plus importante pour soigner que des fleurs cultivées (obligées de pousser sur un terrain imposé de force).
je m'amuse à questionner les gens autour de moi pour savoir comment ils qualifient un espace ou un objet : énergie plutot positive ou négative ?

lorsque je suis en train de cueillir des fleurs en plein champ, j'ai parfois l'impression que quelqu'un passe en marchant. je perçois comme une ombre dans le bord extrême de mon champ de vision. je me tourne : il n'y a personne. c'est étrange mais pas désagréable.

pour l'instant, dans toutes mes expériences de vision, je n'ai eu qu'une expérience désagréable, avec les exercices proposés par Paolo Coelo dans "le pélerin de Compostelle" : l'apparition d'une multitude de triangles qui se serrent et se bloquent : j'ai tout de suite évacué par réflexe, sentant quelque chose de très mauvais.

je viens d'écrire un post "Divulguer les secrets" qui va dans le sens de ce sujet "Visions", et dans le sens de l'oeuvre de Castaneda : divulguer, c'est former de nouveaux sorciers. et l'humanité en a bien besoin, par ces temps d'obscurantisme.

tout est en train de converger depuis plusieurs mois.
et un espace de protection se déploie autour de moi, depuis début mars,
qui devrait durer jusqu'à l'automne.
c'est très agréable.

voilà la saveur du temps, l'origine de ce sujet.

xxi l'apprenti.
Back to top
View user's profile Send private message
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Santé et Nourriture All times are GMT + 1 Hour
Goto page 1, 2, 3 ... 12, 13, 14  Next
Page 1 of 14

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group