forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Vivre simplement (Silence)
Goto page 1, 2  Next
 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Pratiques de la décroissance
View previous topic :: View next topic  
Author Message
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 24 Jul 2008 11:47    Post subject: Vivre simplement (Silence) Reply with quote

Quote:
Vivre simplement.

Lu sur S!lence : "Ah ! le débat sur la voiture à la campagne à en croire de nombreuses personnes qui ont fait le choix d'une vie simple à la campagne, il est possible de se passer de beaucoup de choses, d'être très autonomes, mais comment être reliés à la société sans cette tonne de ferraille ? (1) C'est pourtant possible, comme en témoignent Marc et Lotti Bosch, engagés depuis 1997 dans une expérience de recherche de cohérence.

Des alternatives pour l'autonomie

D'origine suisse, le jeune couple s'investit un temps dans la solidarité internationale et vit un an en Équateur et en Colombie. Le temps de prendre conscience que le niveau de vie des pays occidentaux ne peut se maintenir que par le pillage des autres pays du monde. Ils décident à leur retour en Europe de chercher un mode de vie compatible avec la survie de la planète et qui ne soit pas une source de pillage des autres peuples. Ils cherchent alors une maison à la campagne à proximité d'une gare qu'ils pourront rejoindre en vélo. Ils trouvent une maison sans aucun confort, non raccordée à EDF, abandonnée depuis dix-sept ans, mais avec une source et un puits pour l'eau potable, sur une colline du Gers, à seize kilomètres d'une gare. Avec un ancien bâtiment agricole, elle est vendue avec presque cinq hectares de terre. Elle était auparavant habitée par un couple d'agriculteurs classiques qui pratiquaient la polyculture-élevage.

Fortement documentés sur les alternatives écologiques, mais sans aucune formation particulière, ils s'y installent en cherchant à vivre le plus possible en autonomie. Sans électricité, ils vivent au rythme des journées, complétant l'éclairage quand c'est nécessaire avec des bougies qu'ils fabriquent eux-mêmes avec de la cire d'abeille récupérée chez un apiculteur voisin.

Ils mettent en place un jardin potager et font la cuisine avec des cuiseurs solaires ou avec un fourneau à bois. Ils ont une bouteille de gaz en dépannage. Le bois est scié à la main. Le lavage des vêtements se fait à la main.
Ils achètent une ânesse pour les aider dans les travaux agricoles. Ils achètent également des remorques pour le transport avec leurs vélos.
Ils n'ont aucun moteur dans leur maison. La farine est obtenue le plus souvent grâce à un moulin fixé astucieusement sur un vélo recyclé, elle est parfois acheté à un agriculteur bio voisin. Ils cueillent beaucoup de fruits dans les forêts communales et sur des parcelles abandonnées. Les fruits sont mis à sécher pour la conservation dans des séchoirs solaires installés dans le grenier d'une deuxième grange aménagée progressivement en gîte pour l'accueil de stages. Les légumes sont conservés à l'année par lactofermentation ou dans du sable (pour les carottes par exemple). Un système de nacelle que l'on peut descendre dans le puits sert de frigo lorsque la température est trop élevée. Des toilettes sèches servent à produire un compost utilisé pour enrichir les sols en dehors du potager. Un capteur photoélectrique, seule concession à la technique, permet de pomper de l'eau depuis la source jusqu'à la maison située une trentaine de mètres plus haut.

Cinq brebis fournissent une partie de la laine, le reste vient du recyclage ou de tontes chez les voisins. Une partie de la laine a servi pour l'isolation des maisons. Le reste de la laine est coloré avec des teintures végétales que Lotti sait préparer. Puis elle sert à tricoter des vêtements, d'autres habits proviennent de récupération ou de fripes. Pour être encore plus autonomes, ils développent des essais de production de semences bio et font des échanges avec d'autres jardiniers passionnés. Dernier choix : ils n'ont pas le téléphone, encore moins internet, estimant que si on veut les voir, on peut prendre le temps de leur écrire.


Commerce sans voiture

Les deux premières années, ils n'utilisent pratiquement pas d'argent. Ils sont totalement investis dans le développement d'un potager et dans la restauration de leur maison d'habitation. Une fois qu'ils ont pris pied dans leur nouveau cadre de vie, ils cherchent comment avoir une entrée d'argent minimale pour assurer certains besoins. Comme ils cherchent à ne pas utiliser de voiture, ils optent pour la culture d'herbes aromatiques qu'ils cultivent sur un coteau bien exposé au soleil, qu'ils font sécher dans les séchoirs solaires et qu'ils vont vendre sur le marché bio de la place du Capitole de Toulouse.
Concrètement, pendant sept ans, ils ont loué un petit local à proximité du marché où est rangé le matériel nécessaire à leur stand. Le matin, Marc part avec son vélo et tracte jusqu'à la gare sa remorque pleine de sachets de plantes. A la gare, il laisse son vélo, et monte dans le TER avec sa remorque, suffisamment étroite pour cela. Arrivé à la gare de Toulouse, il se rend à pied, en tirant sa remorque, à son local, où il récupère son matériel de stand, puis va au marché, à environ 500 mètres de la gare. A partir du marché bio de Toulouse, s'est mis en place un petit réseau de distribution dans quelques magasins bio de la région. Ils développent aussi la vente par correspondance, ce qui est là aussi facilité par le faible poids des plantes aromatiques. Ces ventes se sont suffisamment développées maintenant pour permettre d'arrêter, en 2007, de faire le marché de Toulouse. Un dernier revenu du couple provient de quelques stages organisés sur place (teintures végétales par exemple), stages dont sont demandeurs les visiteurs qui viennent de plus en plus nombreux, surtout d'Auch ou de Toulouse. La proximité d'un chemin de petite randonnée leur vaut également des rencontres.
Ils organisent aussi des visites avec les gens du village, ce qui fait que, même avec une démarche que certains jugeront sans doute très radicale, il n'y a jamais eu de problèmes de voisinage.

Un budget extrêmement limité

Pour avoir le statut d'agriculteur, il faut cotiser à la MSA, Mutuelle sociale agricole. Cela coûte actuellement 3500 € par an. Quand ils ont demandé à adhérer, au vue de leur faible activité économique, les responsables locaux leur ont conseillé de s'inscrire au RMI en leur disant qu'ils gagneraient plus d'argent avec moins de travail. Mais ils ont patiemment expliqué qu'ils n'étaient pas dans la misère et qu'ils n'avaient pas besoin d'être assistés. Ils cotisent donc... ce qui représente la moitié de leurs dépenses annuelles. En 2006, ils n'ont dépensé que 3000 € supplémentaires. Ils sourient quand on leur parle du coût des produits biologiques : eux ne mangent que bio toute l'année et sans problème financier. Ce sont peut-être d'autres choix comme la voiture qui sont chers, pas les produits bio !
Les 3000 € leur servent à acheter des produits locaux qu'ils ne produisent pas: des lentilles, des pois chiches, de l'huile et deux produits qu'ils ne trouvent pas localement : les pâtes et le riz (d'Italie). Ils cherchent actuellement un producteur de blé dur local pour pouvoir se lancer dans leur propre fabrication de pâtes.

Ce budget est celui d'une petite famille, car au fil des ans, deux filles sont nées, l'une en 2003, l'autre en 2007. Ceci les a conduits à surveiller de près leur équilibre alimentaire et à mettre en place
un concentrateur solaire pour disposer d'eau bouillante et pouvoir ainsi stériliser les couches
culottes lavables.
La venue des deux filles les a obligés à investir dans une remorque pour enfants, remorque qui
stationne aux côtés de celle pour le marché et d'une troisième spécialement conçue pour le
transport du bois.
Après une dizaine d'années d'investissements divers, les deux maisons sont entièrement rénovées, ils ont tous les outils, vélos, remorques nécessaires et se retrouvent dans une situation étrange : ils commencent à avoir de l'argent de côté.

Aller vers la décroissance

Ils ont bien conscience d'avoir seulement montré qu'ils pouvaient avoir une démarche en cohérence à deux adultes et deux enfants et que leurs choix ne sont pas forcément généralisables. Ils sont donc fortement intéressés par les discussions autour du thème de la décroissance, démarche collective .pour un changement de société. Ils sont en relation avec de nombreux autres lieux alternatifs locaux et participent ainsi aux débats.
Leur expérience montre enfin que, pour vivre à la campagne sans voiture, il faut déjà avoir la chance de ne pas être trop loin d'une gare, ce qui suppose dans un projet de société de décroissance
que l'on conserve et redéveloppe le train comme mode de liaison sur les grandes distances comme cela existe en Suisse, leur pays d'origine.

MB

Marc et Lotti Bosch, au bois Bédat,
32410 Castelnau-Barbarens.


(1) Voir dossier dans S!lence n°317 et l'abondant courrier des lecteurs dans les numéros suivants.

S!lence #353 janvier 2008

_________________
Critique de la valeur et du travail

Brochure du Manifeste contre le travail de Krisis.

http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/ (3 n° du bulletin)
Back to top
View user's profile Send private message
Jeuf



Joined: 14 Nov 2004
Posts: 1506
Location: 63 et 75

PostPosted: 25 Jul 2008 9:36    Post subject: Reply with quote

Coïncidence ! Au moment où tu postais ce texte, j'écrivais l'article que l'on trouve ici :
http://senshumus.wordpress.com/2008/07/25/les-outils-a-faible-energie/#more-551

Je sens comme un torrent irréprésible de propos déferlants pour renverser la machine-travail ...


Plus sérieusement, j'aime bien le concept;
on notera que
Quote:
même avec une démarche que certains jugeront sans doute très radicale, il n'y a jamais eu de problèmes de voisinage.



Et puis :
Quote:
pour vivre à la campagne sans voiture, il faut déjà avoir la chance de ne pas être trop loin d'une gare
Pour moi, 16km d'une gare, ça me paraît déjà assez loin...
Je ne crois pas qu'il y ait beaucoup d'endroits en France à plus de 15km d'une gare. Pour le moment.


Une remarque critique quand même :
Quote:

Les 3000 € leur servent à acheter des produits locaux qu'ils ne produisent pas: des lentilles, des pois chiches, de l'huile et deux produits qu'ils ne trouvent pas localement : les pâtes et le riz (d'Italie).

Y a t-il un budget de "dotation aux amortissements", je pense notament au travaux de réparation sur les batiments, qui nécessiteront un jour des achats?
Même s'ils mettent de l'argent de côté, je doute que ça suffise...
mais bon, on peut faire confiance, ils arriveront bien à se débrouiller. C'est la vie.
Back to top
View user's profile Send private message
augustajulia2
Guest





PostPosted: 25 Jul 2008 10:57    Post subject: marc et lotti Bosch Reply with quote

merci pour ce texte passionnant - qui montre que c'est possible, et que la société actuelle accueille finalement toutes les initiatives, et que celles-ci ne demandent pas non plus un courage surhumain!
Back to top
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 26 Jul 2008 8:04    Post subject: Reply with quote

Quote:
Coïncidence ! Au moment où tu postais ce texte, j'écrivais l'article que l'on trouve ici :
http://senshumus.wordpress.com/2008/07/25/les-outils-a-faible-energie/#more-551


Très intéressant ton expérience, ce serait bien aussi de poster vos textes sur le forum, j'ai pas encore trop l'habitude d'aller y voir de manière régulière. Pourquoi vous mettez pas le " Sens de l'humus " en lien sur la page d'acceuil du site ?

Pour les villages à plus de 15 km d'une gare, au contraire, je crois que c'est super courant. Un exemple, dans l'Aude, il y a une seule ligne de train (Narbonne-Carcassonne-Toulouse) et un petit tronçon Limoux-Carcassonne très épisodique. L'essentiel du territoire est à plus de 15 km.

Cependant, je pense maintenant à un truc d'ailleurs sans lien avec ce que tu disais : contre le changement climatique, le train est-il une " Solution " ? N'est-ce pas encore la croyance qu'une solution purement technique (le réseau de chemin de fer) peut résoudre quoi que ce soit ? Le train, tel que le prône souvent les écologistes (ferroutage, etc.) n'est-ce pas là un moyen bon marché, pour éviter de réfléchir à la production de l'espace par l'économie, et donc toute réflexion critique et pratique pour sortir de l'économie ?

Beaucoup d'entre nous imaginent " LA " Solution. Il n'y aurait quà faire ça, ça et ça ! Ah si les élites étaient moins bête !

Personnellement, je suis très méfiant envers toutes ces réflexions en termes de politiques publiques, régionales ou nationales (pire en termes européens comme le pense Hulot ; voir réclamer un " gouvernement mondial "). Vite un parti politique pour décroître, sinon la planète va mourrir. Cela ne peut que me renvoyer à la sagesse de Bernard Charbonneau :

Quote:
« Et maintenant que proposez-vous [demanderait le lecteur à B. Charbonneau] ? (...) La Solution n’a jamais libéré l’homme que de sa liberté ; et c’est pour mieux le tyranniser, notamment par l’Etat. Celui qui place son salut dans une solution et non en lui-même est constamment tenté de la réaliser par tous les moyens. S’il y a une Solution il n’y a qu’à supprimer l’Etat, et si là est le Bien et non dans l’homme, alors tout ce qui peut aboutir à ce bien suprême est justifié ; même une dictature totale, mais provisoire. La condition nécessaire d’une victoire de l’homme sur la fatalité politique – et cette condition serait suffisante si elle était pleinement remplie -, c’est d’être. L’Etat ne se développe que là où nous sommes pas pour nous dispenser, légitimement ou illégitimement, de l’effort. Les peuples et les individus libres sont les peuples et les individus riches d’une vie surabondante auxquels il est aussi naturel de donner qu’il leur est normal de recevoir. Etre : la condition à la fois la plus proche et la plus lointaine, la plus évidente et la moins facilement concevable. Car ne langage ne devrait pas avoir à traduire ce qui devrait aller de soi ; et l’action se voit obligée de recréer l’homme et le monde. C’est bien là la difficulté fondamentale de tout combat pour la liberté. Il est facile d’imaginer l’anarchie, de définir un système fédéraliste. Mais il est plus dur de créer la base qui donnerait un contenu »

B. Charbonneau, L'Etat, Economica, p. 432-433, 1987.


Donc, vive les solutions qui se rapportent à notre propre agir, vive le Sens de l'humus !
_________________
Critique de la valeur et du travail

Brochure du Manifeste contre le travail de Krisis.

http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/ (3 n° du bulletin)
Back to top
View user's profile Send private message
bergam



Joined: 05 May 2007
Posts: 269
Location: Mulhouse / Delémont (CH)

PostPosted: 26 Jul 2008 23:36    Post subject: Reply with quote

Texte intéressant qui m'inspire...

Avec mon amie nous sommes pour l'instant "bloqués" en Suisse car nous voulons que ses enfants restent proches de leur père.

Quand ils seront autonomes nous émigrerons probablement dans le sud de la France ou en Espagne, dans tous les cas à la campagne.

J'ai dans le projet de mettre en place récupération d'eau de pluie, toilettes à litière biomaitrisée, petit éolien et/ou solaire, jardinage, bricolage pour minimiser au maximum nos dépenses d'une part et notre impact environnemental d'autre part...

Je suis en train de me reconvertir et d'apprendre le métier de charpentier, il faut être manuel pour être décroissant...

Sourire
_________________
Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer... (François Mauriac)
Back to top
View user's profile Send private message
Jeuf



Joined: 14 Nov 2004
Posts: 1506
Location: 63 et 75

PostPosted: 30 Jul 2008 12:37    Post subject: Reply with quote

Quote:
Très intéressant ton expérience, ce serait bien aussi de poster vos textes sur le forum,

je ne cherche à multiplier ma visibilité...de multiplier les octets mis en usage sur des serveurs internet...
ici je met juste un lien parce que ça me semble pertinent.


Quote:
j'ai pas encore trop l'habitude d'aller y voir de manière régulière. Pourquoi vous mettez pas le " Sens de l'humus " en lien sur la page d'acceuil du site ?


je vais voir comment c'est possible et si ça intéresse les humusiens

Pour les villages à plus de 15 km d'une gare, au contraire, je crois que c'est super courant. Un exemple, dans l'Aude, il y a une seule ligne de train (Narbonne-Carcassonne-Toulouse) et un petit tronçon Limoux-Carcassonne très épisodique. L'essentiel du territoire est à plus de 15 km.

oui, mais je disais ça au niveau français.
considérant 30 000 km de voies ferrées qu'on considère à peu près bien réparties sur 500 000 km² , etc etc...

Quote:
Cependant, je pense maintenant à un truc d'ailleurs sans lien avec ce que tu disais : contre le changement climatique, le train est-il une " Solution " ?


je ne pense pas qu'on puisse parler en ces termes : "quelle est "la solution"?"

simplement, je constate que la fermeture de voie ferrées rend plus dépendant de l'automobile, autre système technique bien plus consommateur de ressources.
Récement deux lignes ont fermée près de chez moi, c'est conté par ici : http://www.massifcentralferroviaire.com/Actualites.php
dont une avec un train que je prennais souvent...mais je n'ai pas manifester contre ces fermetures..


En terme économique, si la ligne ferroivaire ferme et que M et L Bosch devaient avoir une voiture (pour échanger contre un peu de stock d'équivalent général une petite partie de leur production, minimum d'interdépendance qui semble indispensable), ça générerait une grosse part supplémentaire de charge fixe incompressible, et alors ils ne pourraient peut-être plus être bénéficiaires....


Quote:

Personnellement, je suis très méfiant envers toutes ces réflexions en termes de politiques publiques, régionales ou nationales

on l'aura remarqué Clin d'oeil
Quote:

Donc, vive les solutions qui se rapportent à notre propre agir, vive le Sens de l'humus !

oh mais tout ce que je conte dans la page sur les outils à faible énergie; c'est un peu une mystification tout cette histoire.
Ce n'est pas avec ça que je pourrai vivre, je n'ai presque pas réussi à produire de légumes (même si, scoop, je vais essayer de relancer fin aout 9m² de production, après une fermeture contée ici :
http://senshumus.wordpress.com/2007/11/12/le-jardin-de-jeuf-rapport-dactivite-2007/ ) . Comme je l'explique par ailleurs par oral, je suis trop riche pour être motivé pour poduire des légumes; je peux en échanger contre de l'équivalent général. Ou dit autrement, cette production n'exprime pas assez mon Vouloir-Vivre pour que je parvienne à la réaliser. Je ne sais pas ce qu'il en sera quand cette production sera l'expression de ce vouloir-vivre, si jamais cela le devient.
Back to top
View user's profile Send private message
bergam



Joined: 05 May 2007
Posts: 269
Location: Mulhouse / Delémont (CH)

PostPosted: 30 Jul 2008 18:23    Post subject: Reply with quote

La mise en application de solutions décroissantes n'est pas toujours une évidence, surtout si on a passé quelques dizaines d'années de sa vie avant de s'éveiller à la décroissance...

Il y a toute une mémoire des anciens à se réapproprier et ça demande du temps et de la volonté.

Concernant le chemin de fer, je crains qu'il n'y aie encore beaucoup de disparitions de lignes à l'avenir. Si la SNCF était décroissante, ça se saurait Clin d'oeil
_________________
Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer... (François Mauriac)
Back to top
View user's profile Send private message
Jeuf



Joined: 14 Nov 2004
Posts: 1506
Location: 63 et 75

PostPosted: 10 Feb 2010 14:14    Post subject: Reply with quote

L'article qu'on peut lire à cette adresse :
http://www.decroissance.info/Eden-rural

tente un début de formalisation de réponse à la question du "lieu où on peut s'installer", si du moins on veut aller à la campagne pour tendre vers l'autonomie. Sans vouloir aller trop loin, après chacun choisit l'endroit qu'il lui plait en fonction de ses critères...
Back to top
View user's profile Send private message
bergam



Joined: 05 May 2007
Posts: 269
Location: Mulhouse / Delémont (CH)

PostPosted: 27 Feb 2010 21:28    Post subject: Reply with quote

Intéressant cet article Sourire

Celui (ou celle) qui peut aujourd'hui s'offrir un petit lopin de terre quelque part fait le meilleurs des "placements" sur le long terme.

Autrefois les anciens disaient : La terre, elle, ne ment pas. Ils avaient raison. De la terre, de l'eau, du soleil, un peu (beaucoup) de bon sens, et c'est bien parti pour survivre à toutes les pénuries qui soient Clin d'oeil
_________________
Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer... (François Mauriac)
Back to top
View user's profile Send private message
philippe lahille



Joined: 03 Mar 2010
Posts: 4

PostPosted: 10 Mar 2010 21:09    Post subject: Reply with quote

J'aime bien que tu parles de la terre, j'y suis né ! Ce sont là nos racines au propre comme au figuré. Tu dis qu'elle ne ment pas. Je crois que Montesquieu disait : J'aime les paysans, ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers.
La terre va devenir notre refuge. Nous avons voulu nous en affranchir, nous allons bien vite redécouvrir ses vertus.
Alors oui, cultiver son lopin de terre est aujourd'hui tout sauf ringard et passéiste.
Back to top
View user's profile Send private message
sylva



Joined: 18 May 2007
Posts: 228

PostPosted: 11 Mar 2010 15:40    Post subject: Reply with quote

philippe lahille wrote:
J'aime bien que tu parles de la terre, j'y suis né ! Ce sont là nos racines au propre comme au figuré.


humain - humus - humilité
> même racine... (tiens Idée , les racines, c'est encore dans la terre... Clin d'oeil )
_________________
La Terre est bleue comme une orange. Paul Eluard
Il n'y a que la fiction qui dise le vrai. Vladimir Nabokov
Un écran, ça empêche de voir ; c'est sa fonction.
Back to top
View user's profile Send private message
Kercoz



Joined: 20 Sep 2008
Posts: 967
Location: bordeaux

PostPosted: 14 Mar 2010 20:39    Post subject: Reply with quote

Je me sers du titre de ce fil pour un coup de chapeau a JEAN FERRAT qui vient de nous laisser a notre triste sort . Ce type avait des couilles ; Des 70 il décide de laisser tomber le show biz et s'installe en ardèche en refusant tout compromis .
Vaguement entendu un reportage dur FR inter ou cult. ou il disait ses difficultées a s'implanter , du fait du manques de "racines" . Ceux "qui sont nés quelqies part " savent l'importance de ces racines et la vanité des transplantations qui font de nous d'eternels infirmes .Ne pas avoir de passé c'est comme ne pas avoir de jambes ou ne pas avoir d'avenir.
La modernité néglige ce fait qui pourtant est partie intégrante de notre entité.

Je ne salue pas l'artiste qu'il méprisait mais l'artisan.
Back to top
View user's profile Send private message
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Pratiques de la décroissance All times are GMT + 1 Hour
Goto page 1, 2  Next
Page 1 of 2

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group