forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

alternative viable au pétrole : il y en a une!
Goto page Previous  1, 2, 3
 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Ecoumène - La terre en tant que nous l'habitons
View previous topic :: View next topic  
Author Message
bzzz



Joined: 22 Feb 2005
Posts: 122

PostPosted: 16 Apr 2005 19:21    Post subject: Un Marseillais inaugure la voiture à l'huile de friture Reply with quote

Un Marseillais inaugure la voiture à l'huile de friture

Un Marseillais a fait modifier sa voiture diesel pour rouler à l'huile de friture, un procédé qu'il juge efficace et moins polluant que les habituels carburants et qu'il souhaiterait voir s'étendre aux bus urbains.

Pour faire le plein, Christophe Oudelin se ravitaille dans les restaurants et les snacks, trop heureux de se débarrasser de l'huile usagée, a-t-il expliqué à l'AFP.

L'huile - de préférence de tournesol "car elle fige moins vite" - est filtrée deux fois "pour l'épurer des graisses et des cires" puis versée dans le réservoir.

Christophe Oudelin a fait modifier par un garagiste les injecteurs de sa 405 Diesel. Il a fait poser une plaque chauffante autour d'une durite - car "avant de mettre le contact, et surtout en hiver", il faut faire chauffer l'huile à 30 degrés - et a adjoint au tout une pompe à essence dite de "pré-gavage" qui fait circuler le liquide.

"On ne consomme pas davantage, on roule même plus confortablement car la conduite est plus souple", assure le jeune homme qui circule ainsi depuis l'été dernier. "Il y a une petite odeur de friture qui se dégage mais ce n'est pas désagréable", ajoute-t-il.

Selon le quotidien La Provence, qui a révélé son expérience insolite, il a fondé avec une dizaine d'amis de la région l'association "Roule ma frite" pour promouvoir ce nouveau carburant, selon lui, moins polluant que le gasoil ou l'essence. L'association fréquente les foires locales et salons de "l'éco énergie". "On rêverait d'appliquer ce procédé aux transports en commun", dit-il.

Source : Dépêche AFP du 17.03.2005 - 16:54
Back to top
View user's profile Send private message
Kristo



Joined: 17 Dec 2003
Posts: 1751

PostPosted: 16 Apr 2005 20:27    Post subject: Pour me déplacer Reply with quote

Personnellement, je préfère la voiture volante :



Bien sûr, ca consomme un max et ca fait du bruit lors des décollages verticaux, mais ca peut brûler presque n'importe quel carburant, du diesel au gaz naturel ce qui fait qu'on peut faire le plein un peu partout dans le monde avec ce qu'on trouve sur place. Je ne sais pas si ca marche à l'huile de friture.
http://www.moller.com/skycar/ Choqué
Back to top
View user's profile Send private message
hardouin



Joined: 18 Apr 2005
Posts: 33

PostPosted: 18 Apr 2005 12:04    Post subject: Reply with quote

Bonjour !

Un groupe de travail collaboratif et bénévol se crée actuellement sur oliomobile.org. L'approche proposée est de développer les conaissance sur ces algues en vue d'en faire une source d'énergie citoyenne à long terme. Qu'elle soit maitrisée au niveau micro-économique et citoyen afin qu'un jour le controle de l'énergie ne soit plus aux mains de multinationales sans scupules mais maitrisées à l'échelle locale.


Last edited by hardouin on 17 Dec 2005 0:10; edited 1 time in total
Back to top
View user's profile Send private message
Jeuf



Joined: 14 Nov 2004
Posts: 1506
Location: 63 et 75

PostPosted: 18 Apr 2005 12:24    Post subject: Reply with quote

L'idée d'utiliser des algues pour faire du pétrole est encerclée, laminée..sur cet autre forum : http://www.oleocene.org/phpBB2/viewtopic.php?t=62&start=45
Back to top
View user's profile Send private message
hardouin



Joined: 18 Apr 2005
Posts: 33

PostPosted: 17 Dec 2005 0:38    Post subject: Reply with quote

Des argumentaires comme cela, on en trouve aussi sur l'éolien.

Toutes les énergies renouvelables peuvent être critiquées. Aucune n'est parfaite et le mieux est de consommer le moins d'énergies possible. Nous somme d'accord sur ce point. Néanmoins, mettre à la casse toute technologie avant même de l'avoir mise au point et expérimentée me semble stérile. A ce compte, on n'est pas prêt de se détacher du pétrole. Et en matière d'énergie renouvelable, si on attend l'énergie universelle parfaitement propre et utilisable pour tous les besoins indispensables, on peut toujours attendre, elle n'existe pas et n'existera jamais.

La solution est plurielle. Elle doit être adaptée en fonction du besoin : on ne produit pas de l'eau chaude avec du photovoltaique. On ne plante pas des éolienne là ou il n'y a pas de vent, etc...

Chaque énergie renouvelable à ses points forts et ses points faibles. Aucune n'est et ne sera jamais la solution universelle.

Pour en revenir aux algues oléagineuse, l'argument consistant à dire que cette voie est caduque, car gourmande en eau potable, - bien très précieux dans un futur proche- est à mes yeux irrecevable. En effet, la majorités des espèces d'algues oléagineuses poussent dans de l'eau de mer ! Je ne pense pas que l'on soit un jour amenés à manquer d'eau de mer !

Hardouin
Back to top
View user's profile Send private message
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 17 Dec 2005 19:36    Post subject: Reply with quote

Pas d'accord. Pour moi il n'y a pas de différences politique à passer du pétrôle à l'éolien, il y a une différence d'un point de vue écologique mais ça reste de la propriété d'une entreprise privé (l'Etat cherchant aussi la croissance est une entreprise privé.) donc la domination reste la même.

Quote:
La solution est plurielle. Elle doit être adaptée en fonction du besoin : on ne produit pas de l'eau chaude avec du photovoltaique. On ne plante pas des éolienne là ou il n'y a pas de vent, etc...
L'eau ça se place dans des bidons noirs au soleil et l'on obtient de l'eau chaude au bout de quelque heures... pas besoin d'électricité, je fais ça tous les été en campant...
Back to top
View user's profile Send private message
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 10 Jun 2006 8:22    Post subject: Reply with quote

Le Monde 9 juin :

Quote:
Bio-carburants : une fausse-bonne idée ?

Le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, Thierry Breton, et le ministre de l'agriculture, Dominique Bussereau, ont installé, mercredi 7 juin, un groupe de travail baptisé "Flex fuel 2010", qui sera présidé par l'ancien pilote automobile Alain Prost.

Regroupant agriculteurs, pétroliers, constructeurs de voitures et représentants des consommateurs, il aura pour mission de préparer, dans les trois mois, un plan de développement des bioéthanols en France.

Le premier ministre, Dominique de Villepin, avait souhaité, le 15 mai, qu'avant la fin de la décennie "une véritable liberté de choix" soit offerte aux Français en matière de véhicules consommant de l'énergie à haute teneur de biocarburants. Il souhaitait l'élaboration d'un calendrier "volontariste" avant l'été. Cette initiative gouvernementale est une réponse à la forte augmentation des prix des produits pétroliers dont la voiture et le camion demeurent quasiment captifs - ils utilisent à 98 % des carburants fossiles. Elle s'inspire de l'exemple du Brésil, premier producteur mondial d'éthanol, où les trois quarts des voitures vendues peuvent rouler indifféremment à l'essence ou à l'éthanol.

Le gouvernement français emboîte aussi le pas au président américain qui avait déclaré, le 31 janvier, dans son discours sur l'état de l'Union, que les Etats-Unis, deuxième producteur d'éthanol mondial, devaient augmenter son usage, afin de ne plus être "drogués" au pétrole moyen-oriental.

Qu'appelle-t-on biocarburants ? Il s'agit de combustibles utilisables dans les moteurs à explosion, mais issus de la transformation des sucres ou des huiles d'origine végétale. Deux types de carburant dérivent de ces deux sources : les sucres ou amidons (canne à sucre, betterave, blé) transformés en alcool (éthanol) sont destinés aux moteurs à essence et les huiles (colza, tournesol, palme) sont dédiées aux moteurs diesels (biodiesel).

Ces carburants dits "bio" ne sont pas une nouveauté : de 1920 à 1960, l'éthanol a été un complément à l'essence couramment utilisé. Leurs vertus sont nombreuses. Ils sont produits sur le sol national et créent des emplois dans l'agriculture. Ils sont censés émettre moins de gaz à effet de serre et notamment de particules, de composants aromatiques et de gaz carbonique que les carburants fossiles - 60 % de CO2 en moins pour le biodiesel, 70 % pour l'éthanol.

Les objectifs gouvernementaux sont-ils atteignables ? L'Union européenne avait fixé, en 2003, des objectifs indicatifs de consommation de biocarburants : 2 % de la consommation totale de carburants en 2005, puis 5,75 % en 2010 et 7 % en 2015. Le gouvernement Villepin a décidé, en septembre 2005, d'avancer les 5,75 % en 2008 et d'atteindre 7 % dès 2010.

La difficulté ne viendra pas de la filière agricole qui peut consacrer les superficies nécessaires aux végétaux requis, notamment grâce aux jachères. En revanche, la France part de loin : l'éthanol et le biodiesel français représentent moins de 2 % de la consommation totale de carburants et les usines de transformation sont encore en construction ou en projet.

Les pétroliers préféreraient miser sur la filière biodiesel, en raison de leur insuffisance de raffinage en matière de gazole. Jusqu'à présent, ils rechignaient à augmenter les proportions de biocarburants dans l'essence (5 %, 15 %, 30 % et surtout le fameux E85 qui incorpore 85 % d'éthanol) ou le gazole.

Les biocarburants sont-ils rentables ? Sauf au Brésil où les subventions ont totalement disparu, la réponse est non. Partout, les Etats sont obligés de détaxer en totalité ou en partie le carburant, d'accorder des crédits d'impôts pour l'achat de voitures adaptées ou d'aider à financer des usines de transformation des végétaux afin de mettre le biocarburant à portée de bourse. En 2005, cette défiscalisation a coûté 200 millions d'euros au budget français. Le bilan pour les consommateurs n'est pas optimal : lorsque les automobilistes suédois paient 0,80 centime d'euro le litre de mélange E85, au lieu de 1,30 pour l'essence, c'est 30 % à 40 % de carburant qu'ils consomment en plus.

Pourtant la poussée du prix du baril de brut améliore la compétitivité des sources d'énergie "vertes". Ainsi, peut-on lire dans l'ouvrage Les Biocarburants (IFP Publications, éditions Technip) : "A 400 euros la tonne d'huile, le biodiesel devient compétitif avec un gazole produit à partir d'un brut à 60-65 dollars le baril." Les agriculteurs français qui s'étaient montrés a priori favorables aux biocarburants découvrent qu'ils seront astreints à une logique industrielle et à des fluctuations de prix qui les inquiètent.

Le bilan environnemental des biocarburants est-il bénéfique ? Ils émettent moins de ces gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement du climat. Mais tout dépend de la façon dont ils ont été produits, car leur fabrication consomme, elle aussi, des énergies fossiles.

D'autre part, les engrais, pour faire pousser les grains ou les betteraves, peuvent libérer de l'oxyde d'azote trois cents fois plus nocif que le gaz carbonique.

Les deux filières de biocarburants les plus protectrices de l'environnement sont la canne à sucre, dont la tige peut être brûlée pour l'opération de distillation, et la lignocellulose (bois, paille, herbe), dont le développement a été privilégié par l'administration Bush.

Chiffres
Monde. La production mondiale d'éthanol aurait été de 425 millions d'hectolitres en 2005, contre 380 millions d'hectolitres en 2003.
Europe. 49 1 040 tonnes d'éthanol et 1,9 million de tonnes de biodiesel avaient été produites fin 2004 dans les 25 pays de l'Union européenne. La fabrication d'éthanol est concentrée sur 5 pays (France, Espagne, Pologne, Allemagne, Suède), celle de biodiesel sur 3 pays (France, Allemagne, Italie)
Etats-unis. La production d'éthanol était évaluée à 10,2 millions de m3 en 2003, contre 6,21 millions de m3 en 2001. Les capacités installées de production de biodiesel avoisinent 200 000 tonnes par an.
Brésil. En 2005, 14 millions de m3 d'éthanol auraient été produits. En 2010, les prévisions portent sur 18,5 millions de m3. La production de biodiesel n'en est qu'à ses débuts.



Alain Faujas
Back to top
View user's profile Send private message
energy_isere



Joined: 03 Jan 2006
Posts: 75
Location: Grenoble

PostPosted: 10 Oct 2010 11:51    Post subject: Reply with quote

Jeuf wrote:
L'idée d'utiliser des algues pour faire du pétrole est encerclée, laminée..sur cet autre forum : http://www.oleocene.org/phpBB2/viewtopic.php?t=62&start=45


le fil sur l' agro carburant à base d' algues est maintenant sous ce lien


et il y est régulièrement alimenté.

Beaucoup de recherche, encore peu de production industrielle.
Back to top
View user's profile Send private message
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Ecoumène - La terre en tant que nous l'habitons All times are GMT + 1 Hour
Goto page Previous  1, 2, 3
Page 3 of 3

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group