forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Analyses de la crise [textes].
Goto page 1, 2, 3, 4  Next
 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Sortir de l'économie ?
View previous topic :: View next topic  
Author Message
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 13 Oct 2008 19:21    Post subject: Analyses de la crise [textes]. Reply with quote

Voici, une interview dans Le Monde du braudélien Wallerstein :

Quote:
" Le capitalisme touche à sa fin "

Signataire du manifeste du Forum social de Porto Alegre ("Douze propositions pour un autre monde possible"), en 2005, vous êtes considéré comme l'un des inspirateurs du mouvement altermondialiste. Vous avez fondé et dirigé le Centre Fernand-Braudel pour l'étude de l'économie des systèmes historiques et des civilisations de l'université de l'Etat de New York, à Binghamton. Comment replacez-vous la crise économique et financière actuelle dans le "temps long" de l'histoire du capitalisme ?

Immanuel Wallerstein : Fernand Braudel (1902-1985) distinguait le temps de la "longue durée", qui voit se succéder dans l'histoire humaine des systèmes régissant les rapports de l'homme à son environnement matériel, et, à l'intérieur de ces phases, le temps des cycles longs conjoncturels, décrits par des économistes comme Nicolas Kondratieff (1982-1930) ou Joseph Schumpeter (1883-1950). Nous sommes aujourd'hui clairement dans une phase B d'un cycle de Kondratieff qui a commencé il y a trente à trente-cinq ans, après une phase A qui a été la plus longue (de 1945 à 1975) des cinq cents ans d'histoire du système capitaliste.

Dans une phase A, le profit est généré par la production matérielle, industrielle ou autre ; dans une phase B, le capitalisme doit, pour continuer à générer du profit, se financiariser et se réfugier dans la spéculation. Depuis plus de trente ans, les entreprises, les Etats et les ménages s'endettent, massivement. Nous sommes aujourd'hui dans la dernière partie d'une phase B de Kondratieff, lorsque le déclin virtuel devient réel, et que les bulles explosent les unes après les autres : les faillites se multiplient, la concentration du capital augmente, le chômage progresse, et l'économie connaît une situation de déflation réelle.

Mais, aujourd'hui, ce moment du cycle conjoncturel coïncide avec, et par conséquent aggrave, une période de transition entre deux systèmes de longue durée. Je pense en effet que nous sommes entrés depuis trente ans dans la phase terminale du système capitaliste. Ce qui différencie fondamentalement cette phase de la succession ininterrompue des cycles conjoncturels antérieurs, c'est que le capitalisme ne parvient plus à "faire système", au sens où l'entend le physicien et chimiste Ilya Prigogine (1917-2003) : quand un système, biologique, chimique ou social, dévie trop et trop souvent de sa situation de stabilité, il ne parvient plus à retrouver l'équilibre, et l'on assiste alors à une bifurcation.

La situation devient chaotique, incontrôlable pour les forces qui la dominaient jusqu'alors, et l'on voit émerger une lutte, non plus entre les tenants et les adversaires du système, mais entre tous les acteurs pour déterminer ce qui va le remplacer. Je réserve l'usage du mot "crise" à ce type de période. Eh bien, nous sommes en crise. Le capitalisme touche à sa fin.

Pourquoi ne s'agirait-il pas plutôt d'une nouvelle mutation du capitalisme, qui a déjà connu, après tout, le passage du capitalisme marchand au capitalisme industriel, puis du capitalisme industriel au capitalisme financier ?

Le capitalisme est omnivore, il capte le profit là où il est le plus important à un moment donné ; il ne se contente pas de petits profits marginaux ; au contraire, il les maximise en constituant des monopoles - il a encore essayé de le faire dernièrement dans les biotechnologies et les technologies de l'information. Mais je pense que les possibilités d'accumulation réelle du système ont atteint leurs limites. Le capitalisme, depuis sa naissance dans la seconde moitié du XVIe siècle, se nourrit du différentiel de richesse entre un centre, où convergent les profits, et des périphéries (pas forcément géographiques) de plus en plus appauvries.

A cet égard, le rattrapage économique de l'Asie de l'Est, de l'Inde, de l'Amérique latine, constitue un défi insurmontable pour "l'économie-monde" créée par l'Occident, qui ne parvient plus à contrôler les coûts de l'accumulation. Les trois courbes mondiales des prix de la main-d'oeuvre, des matières premières et des impôts sont partout en forte hausse depuis des décennies. La courte période néolibérale qui est en train de s'achever n'a inversé que provisoirement la tendance : à la fin des années 1990, ces coûts étaient certes moins élevés qu'en 1970, mais ils étaient bien plus importants qu'en 1945. En fait, la dernière période d'accumulation réelle - les "trente glorieuses" - n'a été possible que parce que les Etats keynésiens ont mis leurs forces au service du capital. Mais, là encore, la limite a été atteinte !

Y a-t-il des précédents à la phase actuelle, telle que vous la décrivez ?

Il y en a eu beaucoup dans l'histoire de l'humanité, contrairement à ce que renvoie la représentation, forgée au milieu du XIXe siècle, d'un progrès continu et inévitable, y compris dans sa version marxiste. Je préfère me cantonner à la thèse de la possibilité du progrès, et non à son inéluctabilité. Certes, le capitalisme est le système qui a su produire, de façon extraordinaire et remarquable, le plus de biens et de richesses. Mais il faut aussi regarder la somme des pertes - pour l'environnement, pour les sociétés - qu'il a engendrées. Le seul bien, c'est celui qui permet d'obtenir pour le plus grand nombre une vie rationnelle et intelligente.

Cela dit, la crise la plus récente similaire à celle d'aujourd'hui est l'effondrement du système féodal en Europe, entre les milieux du XVe et du XVIe siècle, et son remplacement par le système capitaliste. Cette période, qui culmine avec les guerres de religion, voit s'effondrer l'emprise des autorités royales, seigneuriales et religieuses sur les plus riches communautés paysannes et sur les villes. C'est là que se construisent, par tâtonnements successifs et de façon inconsciente, des solutions inattendues dont le succès finira par "faire système" en s'étendant peu à peu, sous la forme du capitalisme.

Combien de temps la transition actuelle devrait-elle durer, et sur quoi pourrait-elle déboucher ?

La période de destruction de valeur qui clôt la phase B d'un cycle Kondratieff dure généralement de deux à cinq ans avant que les conditions d'entrée dans une phase A, lorsqu'un profit réel peut de nouveau être tiré de nouvelles productions matérielles décrites par Schumpeter, sont réunies. Mais le fait que cette phase corresponde actuellement à une crise de système nous a fait entrer dans une période de chaos politique durant laquelle les acteurs dominants, à la tête des entreprises et des Etats occidentaux, vont faire tout ce qu'il est techniquement possible pour retrouver l'équilibre, mais il est fort probable qu'ils n'y parviendront pas.

Les plus intelligents, eux, ont déjà compris qu'il fallait mettre en place quelque chose d'entièrement nouveau. Mais de multiples acteurs agissent déjà, de façon désordonnée et inconsciente, pour faire émerger de nouvelles solutions, sans que l'on sache encore quel système sortira de ces tâtonnements.

Nous sommes dans une période, assez rare, où la crise et l'impuissance des puissants laissent une place au libre arbitre de chacun : il existe aujourd'hui un laps de temps pendant lequel nous avons chacun la possibilité d'influencer l'avenir par notre action individuelle. Mais comme cet avenir sera la somme du nombre incalculable de ces actions, il est absolument impossible de prévoir quel modèle s'imposera finalement. Dans dix ans, on y verra peut-être plus clair ; dans trente ou quarante ans, un nouveau système aura émergé. Je crois qu'il est tout aussi possible de voir s'installer un système d'exploitation hélas encore plus violent que le capitalisme, que de voir au contraire se mettre en place un modèle plus égalitaire et redistributif.

Les mutations antérieures du capitalisme ont souvent débouché sur un déplacement du centre de "l'économie-monde", par exemple depuis le Bassin méditerranéen vers la côte Atlantique de l'Europe, puis vers celle des Etats-Unis ? Le système à venir sera-t-il centré sur la Chine ?

La crise que nous vivons correspond aussi à la fin d'un cycle politique, celui de l'hégémonie américaine, entamée également dans les années 1970. Les Etats-Unis resteront un acteur important, mais ils ne pourront plus jamais reconquérir leur position dominante face à la multiplication des centres de pouvoir, avec l'Europe occidentale, la Chine, le Brésil, l'Inde. Un nouveau pouvoir hégémonique, si l'on s'en réfère au temps long braudélien, peut mettre encore cinquante ans pour s'imposer. Mais j'ignore lequel.

En attendant, les conséquences politiques de la crise actuelle seront énormes, dans la mesure où les maîtres du système vont tenter de trouver des boucs émissaires à l'effondrement de leur hégémonie. Je pense que la moitié du peuple américain n'acceptera pas ce qui est en train de se passer. Les conflits internes vont donc s'exacerber aux Etats-Unis, qui sont en passe de devenir le pays du monde le plus instable politiquement. Et n'oubliez pas que nous, les Américains, nous sommes tous armés...

Propos recueillis par Antoine Reverchon

_________________
Critique de la valeur et du travail

Brochure du Manifeste contre le travail de Krisis.

http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/ (3 n° du bulletin)
Back to top
View user's profile Send private message
Guest






PostPosted: 14 Oct 2008 13:31    Post subject: Reply with quote

Ah, la foi...


Dams
Back to top
nouil
Guest





PostPosted: 14 Oct 2008 19:27    Post subject: Reply with quote

C'est vrai que ça fait un peu "prophète qui lit dans les carapaces de tortues" à la sauce géopolitique.
Surtout qu'il se basent sur les cycles économiques qui sont hautement théoriques (et c'est un grand euphémisme...).

On apprend en plus pas grand chose, et on voit qu'il veut qu'on fasse beaucoup de chose...

Jusqu'à voir ces genre de phrases assez bizarres...
Quote:
Je préfère me cantonner à la thèse de la possibilité du progrès, et non à son inéluctabilité.
Back to top
Ajhasse



Joined: 15 Jun 2008
Posts: 484
Location: Campagne profonde

PostPosted: 14 Oct 2008 19:33    Post subject: Reply with quote

Quote:
Jusqu'à voir ces genre de phrases assez bizarres...
Citation:
Je préfère me cantonner à la thèse de la possibilité du progrès, et non à son inéluctabilité.

ça, c'est parce que c'est le journal "le monde", lu pl^tôt par des intellos qui aiment se gargariser de phrases très compliquées, ce qui les distingue, pensent-ils, de la France d'en bas...
Enfin, c'est mon ressenti...
_________________
«La survie de la planète et le bien-être de ceux qui la peuplent, hommes et bêtes, passent par des actions courageuses qui ne viendront pas d'en haut, comme on le croit généralement.»Philippe DESBROSSES
Back to top
View user's profile Send private message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 15 Oct 2008 9:17    Post subject: Re: Analyses de la crise [textes]. Reply with quote

Quote:
Et n'oubliez pas que nous, les Américains, nous sommes tous armés...


J'imagine la scène d'un rendez-vous à la banque, le révolver à la ceinture :

Le conseiller financier assis à son bureau :
- Que puis-je faire pour vous, monsieur ?

Le client entre dans le bureau, avec un pistolet dépassant du pantalon :
- C'est au sujet de mon argent, je viens aux nouvelles.

Le conseiller financier, se lève du bureau, on voit qu'il porte lui aussi un pistolet :
- Vous voulez faire un retrait ?

Le client, avalant sa salive :
- Non, juste voir l'argent

Le conseiller financier tourne l'écran d'ordinateur et le montre au client :
- Regardez, il est là.

Le client, se lève lui aussi, saisit son pistolet
- Attention à ce que vous dîtes.

Le conseiller financier, dégainant lui aussi son révolver :
- On vient de passer la phase B du cycle de Kroutchef. Ne vous inquiétez pas.

Le client :
- Ah bon, tant mieux.

(...)
_________________
SDE dec.info socio. des épreuves
Back to top
View user's profile Send private message
lionel



Joined: 14 Mar 2006
Posts: 538
Location: Ardèche

PostPosted: 15 Oct 2008 10:11    Post subject: Reply with quote

M. Green
Back to top
View user's profile Send private message
Ajhasse



Joined: 15 Jun 2008
Posts: 484
Location: Campagne profonde

PostPosted: 15 Oct 2008 12:47    Post subject: Reply with quote

suite...
Le Conseiller financier:
De toutes façons, pas de panique: vous savez que votre argent, comme celui que le gouvernement nous injecte pour vous faire croire que tout va bien, n'est que VIRTUEL ...

Le client :
Ah bon !!??
Alors, j'arrête de me crever le C.. au boulot pour rembourser mes emprunts de fric virtuel...
Salut !
_________________
«La survie de la planète et le bien-être de ceux qui la peuplent, hommes et bêtes, passent par des actions courageuses qui ne viendront pas d'en haut, comme on le croit généralement.»Philippe DESBROSSES
Back to top
View user's profile Send private message
Guest






PostPosted: 15 Oct 2008 17:18    Post subject: Reply with quote

...puis le clients fini à la rue ou en taule.
Et après?
Back to top
Ajhasse



Joined: 15 Jun 2008
Posts: 484
Location: Campagne profonde

PostPosted: 15 Oct 2008 20:23    Post subject: Reply with quote

Anonymous wrote:
...puis le clients fini à la rue ou en taule.
Et après?

Ben non, justement !

Le client ameute ses copains; ils créent des coopératives, des SEL, ils se font un jardin potager dans le jardin public, ils réinstallent des fours à pain, des petites boutiques où l'argent est prohibé à tout jamais: ils échangent des services, des trucs, tout...
Ils jettent leurs téloches et réapprennent à goûter le plaisir du parfum des fleurs, du sous-bois mouillé, du coucher de soleil...des joies familliales...
Assez rapidement, les flics les soutiennent parce qu'ils ont compris qu'il fallait abandonner l'ancien système qui n'était qu'un miroir aux alouettes, suivis des percepteurs, etc...

Les politiciens véreux crèvent de trop bouffer de la mauvaise bouffe, et il ne se trouve personne pour les remplacer.: chacun a compris que le Pouvoir avilit l'homme et détruit la société.
C'est "la petite maison dans la prairie de la décroissance".

http://www.actu-elles.com/index.php?topic=141.0

FIN Moqueur

PS: Roulement des yeux Anonymous, je crois que je te reconnais ! Mort de rire
Sur "politiquement correct" autrefois, c'était toi ?...P......?
Qu'est-ce que j'ai regretté ton départ !
Reviens ! il n'y a presque plus personne qui émet, hélas...
_________________
«La survie de la planète et le bien-être de ceux qui la peuplent, hommes et bêtes, passent par des actions courageuses qui ne viendront pas d'en haut, comme on le croit généralement.»Philippe DESBROSSES
Back to top
View user's profile Send private message
Kercoz



Joined: 20 Sep 2008
Posts: 967
Location: bordeaux

PostPosted: 15 Oct 2008 22:40    Post subject: Reply with quote

Pour les decroissants qui comme croient a un effondrement plutot du a l'energie :Fernand BRAUDEL "IDENTITE DE LA FRANCE"
Qui montre les possibilités materielle de vie "SANS PETROLE" au 18 et 19e siecle avec un max de chiffres tableaux et descriptifs pertinents sur les appro et quota nourrisseurs/nourris etc ....
Pour ce qui est de la conjoncture du texte cité, je pense , perso , que la crise economique actuelle marque l'echec du capitalisme occidental qui a tenté d'empecher le basculemnt "logique" de l'économie vers l'asie par le "liberalisme" et sa mondialisation/globalisation. En tentant d'echanger ses pauvres contres leurs riches il a tenté d'escamoter la réalité physique.
Le risque actuel est dans la capacité américaine a accepter de perdre l'egemonie economique en etant dominant militairement.
Back to top
View user's profile Send private message
Guest






PostPosted: 16 Oct 2008 12:30    Post subject: Reply with quote

Avertissement: ce message est politiquement incorrect. Lecteurs de Libé et de Politis, passez votre chemin.

Quote:
Le risque actuel est dans la capacité américaine a accepter de perdre l'hégémonie économique en etant dominant militairement.

Oui, et ce n'est pas avec nos loques libérales-gauchistes, leur flower-power niais, leur coolitude adolescente et leurs drapeaux blancs que la domination militaire américaine risque de se trouver limitée dans ses désirs d'hyperpuissance.
Donc merci aux Russes et aux "ignôôôôbles-et-intolérâââââbles-moooonstres-fasciiiistes" qui nous rappellent "les-heuuures-les-plus-terrrriiiibles-de-nôôôôôtre-Histoiiiire", j'ai nommé Medvedev et Poutine. Heureusement qu'ils sont là pour nous servir de couilles de substitution face aux Yankees.
Y viva Chavez!
Back to top
Guest






PostPosted: 17 Oct 2008 13:49    Post subject: Reply with quote

Quote:
Anonymous, je crois que je te reconnais !
Sur "politiquement correct" autrefois, c'était toi ?...P......?
Qu'est-ce que j'ai regretté ton départ !
Reviens ! il n'y a presque plus personne qui émet, hélas...

Ben non, c'est pas moi.

Quote:
Le client ameute ses copains; ils créent des coopératives, des SEL, ils se font un jardin potager dans le jardin public, ils réinstallent des fours à pain, des petites boutiques où l'argent est prohibé à tout jamais: ils échangent des services, des trucs, tout...
Ils jettent leurs téloches et réapprennent à goûter le plaisir du parfum des fleurs, du sous-bois mouillé, du coucher de soleil...des joies familliales...
Assez rapidement, les flics les soutiennent parce qu'ils ont compris qu'il fallait abandonner l'ancien système qui n'était qu'un miroir aux alouettes, suivis des percepteurs, etc...

Tout cela aurait été possible il y a encore peu de temps, quand l'esprit du don était encore autre chose qu'un vieux souvenir "archaïque", "moyen-âgeux" et "ringard".
Aujourd'hui, aucun "copain" ne se solidarisera: ils préfèrent rallumer leur téloche pour ne pas trop se "prendre la tête", et oublier un peu la crise devant les gesticulations comico-huminataro-spectaculaire des "gentils-artistes-rigolos".
Les joies familiales? Non plus, parce que de famille il ne reste plus que des atomes égoïstes faisant leurs caprices dans les jupes de maman, complètement coincés qu'ils sont dans leur indépassable conflit œdipien où papa est forcément un "gros-con-de-fasciste-autoritaire-et-patriarcal". D'ailleurs, il y a bien longtemps que le "papa" et la "maman" ont la tête ailleurs, car avec la crise de la quarantaine, la priorité pour eux est d'aller niquer avec plus jeune et plus frais que soi. Et les gosses, ils ont tellement l'air plus heureux devant la PS3...
Les flics? Non plus. Comme les autres, ils sont bien trop pris dans l'étau des remboursements de crédits (maison, bagnole, etc.), car de nos jours, toute frustration professionnelle se doit d'être grassement compensée par moult actes compulsifs de consommation.
Et puis, surout, ils se disent que c'est un problème politique. Et que disent les politiques? "Tout va bien, Marianne la Marquise" (Sarko, Ségo, etc.). Tintin-Besancenot, lui, leur dit qu'avec le smic à 1500€ et deux trois mesures d'aménagement, ça ira. Les Verts, eux, se masturbent toujours sur l'idée d'une "croissance verte". Le PCF, comme d'habitude, se demande s'il faut faire du copier-coller du PS ou de la LCR. Et les organisations anarchistes (500 alcolos maxi) rabâche, comme toujours, qu'il n'y a qu'à "abolir l'Etat et le Capital" et qu'on improvisera après.
Alors, finalement, tout le monde fait l'effort de s'en foutre, et chacun crève peu à peu, dans l'in-différence la plus totale.
Back to top
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Sortir de l'économie ? All times are GMT + 1 Hour
Goto page 1, 2, 3, 4  Next
Page 1 of 4

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group