forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Sabotage et blocage de l'économie, Tiqqun.
Goto page Previous  1, 2, 3, 4, 5  Next
 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Politique - Culture - Société
View previous topic :: View next topic  
Author Message
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 20 Nov 2008 12:48    Post subject: Reply with quote

je fais suivre :

Quote:
tous résistants

bonjour à tous,

Habitant sur le Plateau de Millevaches prés de Tarnac (19) et participant également à une communauté de vie similaire, je me permet d'apporter quelques petites précision :

-Nous sommes tous ici sur un plateau libre et insoumis depuis des siècles (nous l'indiquons d'ailleurs volontiers sur les routes qui mènent au plateau) et un haut lieu de toutes les résistances.

-Beaucoup de collectifs de vie se sont installer ici depuis 15 ans pour creer un "laboratoire" de ce qui serait une société plus humaine.

-Nous travaillons et mettons en oeuvre de nouveaux outils à l'echelle du territoire pour accueillir les nouveaux arrivants en terme de logement et de création d'activité.

-Nous tentons de faire revivre des commerces de village et de recréer des activités , lucratives, associatives, pédagogiques comme le faisait le petit groupe de Tarnac.

-Nous reflechissons (et agissons) à mettre en place des outils solidaires à l'échelle locale (coopérative d'achat de produits bios, mutualisation des revenus à l'echelle du plateau, ...)

-nous travaillons main dans la main avec les elus locaux presque tous issus de l'immigration des villes et qui ont véhiculé avec eux des utopies en passe de devenir des réalités...

-nos entreprises sont sous formes de scop, de scic ou de sapo.

-nous n'avons pas recours au crédit des banksters.

-nous ne monnayons pas tous ce que nous faisons pour d'autres.

Beaucoup de choses impardonnables pour la société libérale. Mais il y a des choses plus impardonnables encore car nous faisons tâche d'huile : de plus en plus de personnes et de groupes viennent nous voir d'un peu partout pour exporter le modèle vers leurs région ou s'installer ici. Et puis sur les communes du haut du plateau (la villedieu, faux la montagne, gentioux, ...) Nicolas Sarkosy a réalisé seulement 20% des voix au second tour des présidentielles. Le jour de l'arrestation des jeunes de Tarnac (que nous connaissons tous ici) se déroulait une céremonie un peu spéciale : Plusieurs centaines d'anars, libertaires de tout poil venaient se recueillir sur le monoument aux morts antimilitariste de la commune de Gentioux.

Depuis les arrestations, les RGS et les gendarmes sont partout ; ils ont même étaient enquetter chez la sage femme qui accouche à domicile toutes les jeunes méres du plateau : ca aussi c'est impardonnable.
Nous avons décidé de créer un comité de soutien ; Radio France l'a fait paraitre sur son site et l'a retiré une heure après .....sur ordre ?

Il y a une énorme manipulation dans toute cette affaire :

- rendez vous compte, on les a vu (les flics) prés d'un lieu ou se déroulait un des actes de malveillance

- un autre groupe s'est fait controler prés d'un deuxiéme lieu ; quelle coincidence ?! trop de coincidence, trop de merveilleux hasard ..........

Moi je vois plutôt des barbouzes en train de commettre ces actes...pour discréditer nos mouvements qui n'ont rien d'ultra gauche ni de violent.
Mais nous pourrions le devenir si les flics continuent de nous harceler.
Et puis je défie sarkozy de poser une de ses talonnettes sur le plateau de millevaches !

anonyme




conférence de presse du comité de soutien (le site internet est encore en construction)

Quote:
Conférence de presse
Saturday, 15 November 2008 22:00

Hier, près d'une centaine d'habitants de Tarnac et alentour, voire même de tout le plateau, se sont rassemblés pour partager leurs sentiments sur ce qui s'est passé mardi. Il a été décidé de monter un comité de soutien dont voici la communication.

Elle est lue par Michel Gillabert, installé depuis quelque temps dans la
commune voisine de Tarnac a Rempnat.

Cela fait déja maintenant trois ans que je viens régulièrement en Corrèze et plus particulièrement sur le plateau de millevaches, pour y retrouver des amis dans différents lieux, et entre autres au Goutailloux. atmosphère qui a régné hier soir entre nous était un mélange de colère,
d'incompréhension, et du sentiment effrayant d'une disproportion, d'une
démesure humiliante. A cette occasion, un réel et très émouvant soutien
s'est exprimé de la part de beaucoup des habitants de la commune et de
ses environs. Il faut dire que les événements de mardi avaient de quoi
impressionner. En effet, 150 policiers ont bouclé le village, paralysé la vie
communale. Le village a été envahi par une armada de policiers encagoulés, d'un hélicoptère, de chiens renifleurs d'explosifs, de policiers en blouse verte, de préleveurs d'ADN et de journalistes, beaucoup de
journalistes.

Les dépêches AFP tombent a 8h30 du matin, comme si les journalistes
avaient déja écrit leurs papiers avant d'arriver sur la commune.
Un dispositif antiterroriste mais pas de terroristes pour leur rendre la réplique dans cette pièce de mauvais goût. En effet, quelques heures après, ce que les enquêteurs constatent, ceux qu'ils rencontrent, c'est monsieur et madame tout le monde.

Pourtant les termes sont lachés, comme on lâche des chiens ultra-gauche,
terrorisme,mouvance anarcho-autonome, terroriste, violence, terreur,
libertaire, anarchiste, nihiliste, groupuscule, commando , et j'en passe...

Ces termes, dès le début, ont servi à briser la présomption d'innocence, à
rendre tout le monde coupable de terrorisme, termes-chocs, qui cristallisent la peur des gens, et masquent une toute autre réalité, partagée ici. Dans ce contexte, 6 personnes ont été arrêtées.
Pour le moment, la police cherche à trouver les coupables pour des histoires de catenaires sur les lignes SNCF, pas même ces affaires de plaques en béton sur les rails de trains. On est très loin d'une attaque au gaz dans le métro Parisien. Même le chef de la DCRI a indiqué récemment "il n'y a pas de mise en danger de vies humaines dans cette affaire".

Mais de quoi s 'agit-il ici? D'une commune qui a accueilli des jeunes, des
amis sont venus les voir, certains sont restés, ou reviennent, certains ont
repris l'épicerie, d'autres font de l'agriculture, d'autres organisent des
activités culturelles, ou comme moi, maitrisent un savoir-faire, la taille de
pierre. Les gens se retrouvent sur des échanges de savoirs, des échanges
de moyens, des coups de main, chers à la tradition des gens d'ici. Comment peut-on parler de planque ou de clandestinité alors qu'il s'agit d'abord ici de fuir l'anonymat et l'agressivité des métropoles?

Mais ce qui pour nous est important à relever ce soir, c'est le caractère
indécent, disproportionné et scandaleux de cette descente policière à
Tarnac. Je n'ai pas besoin de répéter qu'on a là affaire à une operation
médiatique et politique. Le triomphalisme du gouvernement, la rapidité
d'intervention de la police après les sabotages, la disproportion du dispositif policier et médiatique, le flou général qui entoure cette ultragauche "qui ne revendique rien et n'est pas structurée"
( Michèle Alliot-Marie) indiquent une volonté de produire du coupable chère à un gouvernement désavoué par ses politiques économiques et sociales qui subissent actuellement une crise sans précédent.

De telles pratiques politiques anti-terroristes ont d'ailleurs déjà été
dénoncées, notamment par le syndicat de la magistrature dans un
communiqué du 26 juin intitulé " la direction des affaires criminelles voit des terroristes partout"; . Nous vivons dans une période ou les mouvements sociaux, de plus en plus rares, ne freinent en rien une situation générale qui empire chaque jour. Ces grandes démonstrations de force continuent à alimenter la paranoïa installée en occident depuis le 11 septembre surtout l'orsque la police opère dans le cadre d'une juridiction d'exception (garde à vue prolongée, accès restreint à
un avocat, motif d'inculpation et concept judiciaire maléable à merci).
Nous pensons beaucoup a nos amis qui se trouvent enfermés en ce
moment, et nous demandons leur libération immédiate et la création de
comités de soutien partout.

_________________
Critique de la valeur et du travail

Brochure du Manifeste contre le travail de Krisis.

http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/ (3 n° du bulletin)
Back to top
View user's profile Send private message
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 21 Nov 2008 13:08    Post subject: Reply with quote

Le Monde 20 nov. 2008
Quote:
Les Neufs de Tarnac.

Quand Mathieu B., 27 ans, se souvient de son arrestation, il a cette image, à la fois drôle et amère, d'hommes encagoulés de la police antiterroriste cherchant "des explosifs dans les pots de confiture de (sa) mère". Etudiant il y a encore peu en mastère de sociologie à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), il fait partie des neuf jeunes arrêtés le 11 novembre et mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste". Cinq d'entre eux - "le noyau dur", pour le parquet - doivent, en plus, répondre du chef d'accusation de "dégradations en réunion sur des lignes ferroviaires dans une perspective d'action terroriste", les fameux sabotages de caténaires de la SNCF.

Ce n'est pas le cas de Mathieu. Il a été remis en liberté sous contrôle judiciaire, comme trois autres, après quatre jours de garde à vue. Des heures et des heures d'interrogatoire dont il retient ceci : "On est ton pote. On va te foutre en taule. On est d'accord avec toi. Tu as de la merde dans le cerveau parce que tu as lu des livres. On va aller te chercher un sandwich. Tu reverras jamais ton fils." Lorsque nous l'avons contacté, il a demandé un peu de temps pour réfléchir parce que "ce type d'expérience est assez difficile à relater".

Comme lui, la plupart des neuf interpellés sont des étudiants brillants ultradiplômés. Tous fichés pour leur appartenance, selon les mots de la ministre de l'intérieur, Michèle Alliot-Marie, à "l'ultragauche, mouvance anarcho-autonome". Julien Coupat - présenté par la police comme le chef de file et dont le nom a été mis en avant -, 34 ans, a fait une grande école de commerce, l'Essec, puis un DEA, avant d'enchaîner un début de doctorat à l'EHESS en histoire et civilisation. Au dire de son père, il envisageait de se lancer bientôt dans des études de médecine. Son amie, Yldune L., 25 ans, fille d'universitaire, a eu la mention très bien à son master d'archéologie. Benjamin R., 30 ans, a fait Sciences Po Rennes et a passé un an à l'université d'Edimbourg en sociologie du développement et responsabilité environnementale. A Rouen, Les plus jeunes, Elsa H., 23 ans, et Bertrand D., 22 ans, sont respectivement en première année de master d'anglais et en licence de sociologie. Trois se distinguent : Gabrielle H., 29 ans, inscrite depuis septembre dans une école d'infirmières, Manon G., 25 ans, musicienne, premier prix de clarinette dans son conservatoire, et Aria T., 26 ans, qui a longtemps joué le rôle d'une ado un peu rebelle dans une sitcom populaire en Suisse, Les Pique-Meurons.

Aucun n'est en rupture familiale. Les parents, dirigeant de laboratoire pharmaceutique, médecin, ingénieur, universitaire, prof ou de la classe moyenne, continuaient à les voir régulièrement. Yldune, l'étudiante en archéologie, incarcérée depuis sa mise en examen le 15 novembre, habitait encore chez son père et sa mère. Pas de rupture donc. Mais tous avaient décidé de vivre selon des canons différents de ceux de leur milieu, à l'écart de la société marchande.

Un jour de 2003, en quête d'une ferme "pas trop chère", Julien Coupat débarque dans le bureau de Jean Plazanet, alors maire communiste de Tarnac, un village de 335 habitants sur le plateau de Millevaches, en Corrèze. L'affaire est vite conclue : une bâtisse, des dépendances, 40 hectares. Le Goutailloux. "Ensuite, j'ai vu arriver un groupe de jeunes, très sympas, serviables", raconte avec enthousiasme Jean Plazanet.

Ils reprennent l'épicerie du hameau. La gérance est confiée à Benjamin R., qui a l'expérience de l'animation d'un lieu de vie alternatif pour avoir fait fonctionner un squat - l'Ekluserie - à Rennes. C'est le plus écolo de la bande. Entre 16 et 19 ans, il a travaillé bénévolement dans des associations de protection du gibier d'eau, des rapaces et des loutres. Il a brièvement présidé la fédération des Jeunes Verts européens.

A Tarnac, le groupe élève des moutons, des poules, des canards, ravitaille les personnes âgées alentour. "Je ne crois pas me tromper en disant que l'un des buts était de se donner les moyens matériels et affectifs de fuir la frénésie métropolitaine pour élaborer des formes de partage", dit Mathieu B.

Ils fuient le travail salarié, rejettent le système capitaliste et l'hyperconsommation. Sans concessions, ils bannissent les téléphones portables. Par refus de la sujétion, plaident-ils. Par souci de clandestinité, pense la police. Leur radicalité est dans leurs écrits, leurs lectures, leurs comportements, estiment amis et réseaux. Elle s'est traduite en actes, soupçonnent les enquêteurs qui les surveillaient depuis le printemps et affirment avoir vu deux d'entre eux à proximité d'une des caténaires endommagées la nuit du 8 novembre. Des "projets d'attentats consommés", a estimé le procureur de Paris, Jean-Claude Marin.

"Je suis un communiste, du temps de la Commune de Paris", a dit un jour Julien Coupat à son père. Les neuf se réservent de longues heures pour la lecture et l'écriture. Mais bougent aussi beaucoup. Certains font des milliers de kilomètres pour visiter des squats politiques, participer à des contre-rassemblements à l'occasion de G8 ou de sommets européens. Le 3 novembre, plusieurs se sont retrouvés à Vichy lors de la réunion des ministres de l'intégration des Vingt-Sept. Autant de manifestations qui se sont soldées par des heurts avec la police.

Julien Coupat ne réside pas à demeure à Tarnac, où est née la petite fille qu'il a eue avec Gabrielle H., il y a trois ans. A Paris, il fréquente les milieux intellectuels. Il a tissé des vrais liens avec le philosophe italien Giorgio Agamben, rencontré lors d'un séminaire. Ils jouent de temps à autre au football, le philosophe l'a aidé au moment du lancement de la revue Tiqqun en lui trouvant un imprimeur en Italie. Julien Coupat était membre du comité de rédaction de cette publication éphémère influencée par le situationnisme.

Isabelle Mandraud et Caroline Monnot


marrant :

Quote:
Michèle Alliot-Marie évalue les effectifs de l'"ultra-gauche" à quelque 300 personnes

Interrogée sur Radio J sur la mouvance de l'ultra-gauche dont feraient partie les neuf membres du groupe soupçonné d'avoir provoqué des dégradations contre des lignes TGV, la ministre de l'intérieur Michèle Alliot-Marie a estimé, dimanche 16 novembre, que le mouvement était "de l'ordre de 300 personnes". "Cela ne veut pas dire, a-t-elle précisé, que toutes ces personnes sont prêtes à des actions violentes mais, parmi elles, il peut y avoir une radicalisation allant jusqu'à la violence." La ministre a par ailleurs refusé de faire un quelconque lien entre cette mouvance et l'extrême-gauche.

A propos de la mise en examen de ces neuf personnes, dont cinq ont été placées en détention provisoire, Mme Alliot-Marie a jugé qu'"il est possible qu'il y ait d'autres personnes. Cela ressortira de l'enquête. Ce que nous savons, c'est qu'il y a d'autres groupes."

"RELAIS À L'ÉTRANGER"

Mettant en garde contre une "radicalisation de l'ultra-gauche", elle a rappelé qu'"en fin d'année dernière et au début de cette année", il y a eu "interpellation de deux groupes de personnes qui détenaient des explosifs ou de quoi fabriquer des explosifs". "Nous savons, a-t-elle ajouté, que ces groupes ont des relais à l'étranger", citant l'Allemagne, l'Italie, la Belgique, la Grèce ainsi que le Canada et les Etats-Unis.

Interrogée sur un éventuel lien entre le leader d'extrême-gauche Olivier Besancenot et cette mouvance de l'ultra-gauche, elle a déclaré que cette dernière, contrairement à la LCR, "refuse le dialogue démocratique".

Le Monde avec AFP

_________________
Critique de la valeur et du travail

Brochure du Manifeste contre le travail de Krisis.

http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/ (3 n° du bulletin)
Back to top
View user's profile Send private message
Dialogue démagocratique
Guest





PostPosted: 23 Nov 2008 12:26    Post subject: Reply with quote

Quote:
Interrogée sur un éventuel lien entre le leader d'extrême-gauche Olivier Besancenot et cette mouvance de l'ultra-gauche, elle a déclaré que cette dernière, contrairement à la LCR, "refuse le dialogue démocratique".

Ha! Que c'est beau de constater que la droite d'affaires reste pleine de gratitude à l'égard des gardes rouges du Capital. L'alliance objective entre la démagogie capitaliste et son revers de médaille "anticapitaliste"! Sniff! J'en ai les larmes aux yeux!
Les bourgeois de droite savent reconnaître leurs homologues de gauche. Et leur rendre hommage.

UMP au pouvoir + LCR/NPA en progression + PS en décomposition méritée = perpétuation du système
Back to top
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 26 Nov 2008 14:48    Post subject: Reply with quote

A tous " les planteurs de carottes sans chef ni leader " :

Quote:
Lettre ouverte des parents des neuf mis en examens du 11 Novembre

Dimanche, 23 Novembre 2008

Lorsque la cacophonie s'accorde pour traîner dans la boue une poignée de
jeunes emmurés, il est très difficile de trouver le ton juste qui fasse
cesser le vacarme; laisser place à plus de vérité.
Certains médias se sont empressés d'accréditer la thèse affirmée par la
ministre de l'intérieur dans sa conférence de presse, alors que les
perquisitions étaient en cours :
Les personnes arrêtées étaient d'emblée condamnées.

Personne n'aura pu rater l'épisode de "police-réalité" que nous avons
tous subi la semaine passée. L'angoisse, la peur, les pleurs nous ont
submergé et continuent à le faire. Mais ce qui nous a le plus blessés,
le plus anéanti, ce sont les marées de mensonges déversées. Aujourd'hui
ce sont nos enfants, demain ce pourrait être les vôtres.
Abasourdis, nous le sommes encore, paralysés nous ne le sommes plus. Les
quelques évidences qui suivent tentent de rétablir la vérité et de faire
taire la vindicte.

Les interpellés ont à l'évidence bénéficié d'un traitement spécial,
enfermés pendant 96 heures, cela devait faire d'eux des personnes hors
normes. La police les suspecte d'être trop organisés, de vouloir
localement subvenir à leurs besoins élémentaires, d'avoir dans un
village repris une épicerie qui fermait, d'avoir cultivé des terres
abandonnées, d'avoir organisé le ravitaillement en nourriture des
personnes âgées des alentours. Nos enfants ont été qualifiés de
radicaux. Radical, dans le dictionnaire, signifie prendre le problème à
la racine. A Tarnac, ils plantaient des carottes sans chef ni leader.
Ils pensent que la vie, l'intelligence et les décisions sont plus
joyeuses lorsqu'elles sont collectives.

Nous sommes bien obligés de dire à Michelle Alliot-Marie que si la
simple lecture du livre "L'insurrection qui vient" du Comité Invisible
fait d'une personne un terroriste, à force d'en parler elle risque de
bientôt avoir à en dénombrer des milliers sur son territoire. Ce livre,
pour qui prend le temps de le lire, n'est pas un "bréviaire terroriste",
mais un essai politique qui tente d'ouvrir de nouvelles perspectives.

Aujourd'hui, des financiers responsables de la plus grosse crise
économique mondiale de ces 80 dernières années gardent leur liberté de
mouvement, ne manquant pas de plonger dans la misère des millions de
personnes, alors que nos enfants, eux, uniquement soupçonnés d'avoir
débranchés quelques trains, sont enfermés et encourent jusqu'à 20 ans de
prison.

L'opération policière la plus impressionnante n'aura pas été de braquer
cagoulé un nourrisson de neuf mois en plein sommeil mais plutôt de
parvenir à faire croire que la volonté de changer un monde si parfait ne
pouvait émaner que de la tête de détraqués mentaux, assassins en
puissance.

Lorsque les portes claquent, nous avons peur que ce soient les cagoules
qui surgissent. Lorsque les portent s'ouvrent, nous rêvons de voir nos
enfants revenir.

Que devient la présomption d'innocence?
Nous demandons qu'ils soient libérés durant le temps de l'enquête et que
soient évidemment abandonnée toute qualification de terrorisme.

PS: Nous tenons à saluer et à remercier les habitants de Tarnac qui
préfèrent croire ce qu'ils vivent que ce qu'ils voient à la télé.

www.comite-visible.info
www.soutien11novembre.org


Quote:


Le comité de soutien de Tulle aux inculpés du 11 Novembre réuni le 24 novembre 2008,

constate l'absence de preuves et les mensonges répétés de la police.

On parlait le 11 novembre de traces ADN, d'empreintes digitales etc...

Deux semaines après, les dossiers sont vides.

Nous condamnons les incriminations sans fondements et démesurés.

Nous condamnons l'utilisation du dispositif antiterroriste qui permet cette disproportion,

cette injustice.

Nous exigeons la libération des cinq personnes maintenues en détention

et le retrait du chef d'inculpation "TERRORISTE".

Nous exigeons le respect de la présomption d'innocence.

Une aide financière peut être apportée en envoyant un chèque libellé à l'ordre du

“Comité de soutien aux inculpés de Tarnac”

à l'adresse suivante :

Comité de soutien aux inculpés de Tarnac, le bourg, 19170 Tarnac.


______________________________________________________________________________________________


*** Extraits de l'interview d'Eric Hazan pour Mediapart

http://video.filestube.com/video,638ccf72ce4a9d7403e9.html

http://video.filestube.com/video,1f8705e4639e2c0003e9.html

http://video.filestube.com/video,c0bdcc9ba0d2d3cb03e9.html





Pétition concernant les 9 inculpés de Tarnac

Cette "pétition" a été "lancée" par Eric Hazan ( auteur- entre autres - du livre "LQR, Lingua Quintae Republicae" ) ,
et les éditions de "La Fabrique" qui ont édité le livre de Julien C., aujourd'hui inculpé avec ses camarades.

http://www.lafabrique.fr/chronique.php3

Cordialement
Martine la girondine

.................................................................................................................................................................................
Une opération récente, largement médiatisée, a permis d’arrêter et d’inculper neuf personnes, en mettant en œuvre la législation antiterroriste. Cette opération a déjà changé de nature : une fois établie l’inconsistance de l’accusation de sabotage des caténaires, l’affaire a pris un tour clairement politique. Pour le procureur de la République, « le but de leur entreprise est bien d’atteindre les institutions de l’État, et de parvenir par la violence – je dis bien par la violence et non pas par la contestation qui est permise – à troubler l’ordre politique, économique et social ».

La cible de cette opération est bien plus large que le groupe des personnes inculpées, contre lesquelles il n’existe aucune preuve matérielle, ni même rien de précis qui puisse leur être reproché. L’inculpation pour « association de malfaiteurs en vue d’une entreprise terroriste » est plus que vague : qu’est-ce au juste qu’une association, et comment faut-il entendre ce « en vue de » sinon comme une criminalisation de l’intention ? Quant au qualificatif de terroriste, la définition en vigueur est si large qu’il peut s’appliquer à pratiquement n’importe quoi – et que posséder tel ou tel texte, aller à telle ou telle manifestation suffit à tomber sous le coup de cette législation d’exception.

Les personnes inculpées n’ont pas été choisies au hasard, mais parce qu’elles mènent une existence politique. Ils et elles ont participé à des manifestations – dernièrement, celle de Vichy, où s’est tenu le peu honorable sommet européen sur l’immigration. Ils réfléchissent, ils lisent des livres, ils vivent ensemble dans un village lointain. On a parlé de clandestinité : ils ont ouvert une épicerie, tout le monde les connaît dans la région, où un comité de soutien s’est organisé dès leur arrestation. Ce qu’ils cherchaient, ce n’est ni l’anonymat, ni le refuge, mais bien le contraire : une autre relation que celle, anonyme, de la métropole. Finalement, l’absence de preuve elle-même devient une preuve : le refus des inculpés de ses dénoncer les uns les autres durant la garde à vue est présenté comme un nouvel indice de leur fond terroriste.

En réalité, pour nous tous cette affaire est un test. Jusqu’à quel point allons-nous accepter que l’antiterrorisme permette n’importe quand d’inculper n’importe qui ? Où se situe la limite de la liberté d’expression ? Les lois d’exception adoptées sous prétexte de terrorisme et de sécurité sont elles compatibles à long terme avec la démocratie ? Sommes-nous prêts à voir la police et la justice négocier le virage vers un ordre nouveau ? La réponse à ces questions, c’est à nous de la donner, et d’abord en demandant l’arrêt des poursuites et la libération immédiate de celles et ceux qui ont été inculpés pour l’exemple.


Pour participer à cette pétition écrire à
lafabrique(arobase)lafabrique.fr
en donnant son nom et sa profession (ou absence de profession)...

******************************************************
inculpés du 11 Novembre

*** Un extrait des Guignols de l'info


http://www.dailymotion.com/lesguignolsdelinfobeu41/video/x7g9pu_les-jespere_fun



Quote:
Des parents des accusés à Tarnac
pour remercier la population


TARNAC (Corrèze) (AFP)

— Quatre des parents des jeunes gens soupçonnés
d'avoir provoqué des dégradations contre des lignes TGV se sont rendus dimanche
à Tarnac, où vivaient plusieurs d'entre eux, pour remercier la population locale de
son soutien, a constaté un correspondant de l'AFP.
Réunis dans la salle polyvalente de ce village de 350 habitants, les quatre parents (le père du
principal accusé, celui de sa compagne, ainsi que deux mères qui n'ont pas voulu être identifiées)
ont adressé leur remerciements aux 150 personnes présentes avant qu'une des mères ne lise une
lettre.
"J'ai encore froid aux os", a témoigné devant l'assitance le père de Yldune, la compagne du principal
suspect, Julien Coupat, en évoquant l'interpellation de sa fille le 11 novembre, à Paris. "La première
lueur est venue de Tarnac", où un comité de soutien aux inculpés s'est formé, a-t-il poursuivi, avant
de remercier la population locale.
"L'angoisse, la peur, les pleurs nous ont submergé et continuent de le faire", a lue un des mères.
"Les interpellés ont à l'évidence bénéficié d'un traitement spécial", a-t-elle jugé.
"A Tarnac, ils plantaient des carottes sans chef ni leader. La police les soupçonne d'être trop
organisés", a ironisé cette mère, faisant allusion à la vie en communauté que certains inculpés
menaient dans une ferme de la commune.
Se disant persuadés de l'innonce de leurs enfants, les parents ont demandé dans leur lettre qu"'ils
soient tous libérés le temps de l'enquête et que soient abandonnée toute qualification de terrorisme".
Les neuf membres du groupe soupçonné d'avoir provoqué des dégradations contre des lignes TGV
ont été mis en examen samedi par un juge d'instruction pour des délits qualifiés de "terroristes" par
la justice. Cinq d'entre eux ont été placés en détention provisoire.

_________________
Critique de la valeur et du travail

Brochure du Manifeste contre le travail de Krisis.

http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/ (3 n° du bulletin)
Back to top
View user's profile Send private message
Jeuf



Joined: 14 Nov 2004
Posts: 1506
Location: 63 et 75

PostPosted: 26 Nov 2008 18:22    Post subject: Reply with quote

J'aimerai revenir sur un point particulier.

Un des inculpés dans un articles de presse cité ci-dessus se souvient des propos des policiers lors de l'interrogatoire :


Quote:
On est ton pote.[...] Tu as de la merde dans le cerveau parce que tu as lu des livres.


Je me suis souvenu de l'extrait suivant de littérature franco-belge. Dans l'histoire "Le réveil du Z (spirou n°37), les auteurs imaginent qu'une sorte d'Etat controle dans le dutur totalement la société en affectant à chaque moment, à chacun, un tache bien particulière.



Notons les bonnes intentions du dictateur. Et le sentiment de révolte que succite son idée d'organisation pour Spirou. Bon, le débat très vite exquissé dans cette dernière vignette n'est pas nouveau ...

CEtte organisation s'appuie sur une contruction technique fondamentale :




La "Zorgloge" est donc un élément central du système qui offre au dictateur un monopole total. On pourrait voir ce idée de monople (celui du temps; tout les autres dispositifs de mesure du temps ont été détruits) extrêmement originale, par rapport à ceux trop commun dont on fait part habituellement dans la critique du capitalisme ( monople par des multinationnale de l'eau, du gaz, des semences, du genome humain...), et possible en tant qu'extrapolation des cas de monopoles.
J'étais bien incapable de me rendre compte de cela, et de cette analyse quand j'étais plus jeune. Incapable de voir tout les implictes critiques de Tome et Janry extremement subtiles et puissantes.
Certains regretteront d'ailleurs, à commencer par les auteurs, qu'il n'y ai pas la place dans cette BD de détailler toutes les conséquence de cette extrapolation, l'histoire de la mise en place de cette dictature, etc.

Note accesoire qu'on peut passer :

Les autres outils d'analyse acquis par la lecture de ce forum donne lieu à d'autres réflexions. Question histoire de la technique par exemple, les auteurs n'ont ils pas été naïf en voyant une horloge mécanique comme élément central de l'organisation, au lieu d'un instrument électronique ou mieux, atomique, beaucoup plus précis? Certes, mais l'histoire des technique ne réserve-t-elle pas des surprises, des retournements de situation? donc tout reste possible, pourquoi pas un retour à l'horloge mécanique en effet comme farce épistémologique..
Question "individus-rouages de la société", on voit ainsi cette aspect remarque faite par des critiques actuel, développée à l'extrême dans ce futur hypothétique. Les "skonss", les montres qui donne à chacun les ordres qu'ils doivent suivre, sont remplacés aujourd'hui par les agenda électronique, les passnavigo, , carte de crédit, les téléphones portables (ces derniers notament représentent bien les "skonss", et il n'existaient pas du tout quand fut écrite la BD)



La suite de l'histoire est prévisible. En résumé les héros sont emprisonnés, s'évadent et font ceci :




Ils détruisent la Zorgloge, ce qui provoque une désorganisation générale et immédiate de l'Etat.

Ainsi comme on le voit dans cette dernière image, des membres des services de sécurité, soudainement transformé en autre chose que ce pourquoi ils ont toujours été programmés. De cette manière un peu trop facile, et prévisible par les héros, ceux-ci échappent soudainement à un chatiment "post-effondrement".

Maintenant, notez bien ce commentaire de Spirou :



Cette citation est à rapprocher avec cette proposition d'explication des motifs flous qui justifient ce sabotage (peu importe qui en est l'auteur, si ce sont ceux en garde à vue ou pas) , vu sur Oléocène :

Quote:
ne promettez pas un monde meilleur, promettez un monde imprévisible.

Pour développer : je conçois tout à fait ce type de position. C'est d'ailleurs une bonne raison pour expliquer le sabotage d'une ligne de TGV. Le but n'est pas de faire avancer une cause particulière, mais ce créer une situation inintelligible, et de faire monter la tension dans le système, peu importe que les écolos passent pour des fous, le but est de semer le bronx[...]

voilà, certains se permettent de saboter sans motif bien compréhensible, sans revendication, sans savoir ce qu'il s'en suivra, afin d'ouvrir le champ des possibles...
Les ligne de TGV, sont des dispositifs d'organisation vitaux de notre pays (mais il y en a d'encore plus importants, à l'instar de la zorgloge)

Je me rend compte de ceci, les policiers avaient raison :

Quote:
Tu as de la merde dans le cerveau parce que tu as lu des livres.


Il est heureux que , malgré ces lectures dans ma jeunesse comme le Réveil du Z, je n'ai pas basculé dans l'ultra-gauche et sois au lieu de à devenu un citoyen vigilant, face à des idées que certains tentent d'inculquer de manière subliminales dans les jeunes cerveaux des enfants. Dans cette optique, et suite à ma démonstration du caractère éminemment dangereux des idées propagées implicitement ici, je propose que les auteurs et l'éditeur de cette BD soient inculpés d'incitation au terrorisme.
Back to top
View user's profile Send private message
economiste
Guest





PostPosted: 26 Nov 2008 20:25    Post subject: Reply with quote

Quote:
Dans cette optique, et suite à ma démonstration du caractère éminemment dangereux des idées propagées implicitement ici, je propose que les auteurs et l'éditeur de cette BD soient inculpés d'incitation au terrorisme.

Gaston Lagaffe et Astérix aussi. Y a que Tintin qui devrait être autorisé.

Sinon:
"Tripatouillage sur « l’ultra-gauche », en direct de France Inter"
http://www.acrimed.org/article3012.html
Back to top
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 27 Nov 2008 10:19    Post subject: Reply with quote

Sur la dernière planche, on voit aussi des monsieurs tout nus prenant leur bain ensemble. Cette scène banalise l'idée d'une vie communautaire à base non familiale, et prépare les jeunes lecteurs à la vie campagnarde que semble affectionner les membres de la mouvance.
_________________
SDE dec.info socio. des épreuves
Back to top
View user's profile Send private message
Guest






PostPosted: 27 Nov 2008 17:05    Post subject: Reply with quote

Quote:
Sur la dernière planche, on voit aussi des monsieurs tout nus prenant leur bain ensemble. Cette scène banalise l'idée d'une vie communautaire à base non familiale, et prépare les jeunes lecteurs à la vie campagnarde que semble affectionner les membres de la mouvance.
euh, ça me rappelle les explications de texte, celles où le prof de français voyait 2-3 milliards de choses auxquelles l'auteur n'avait jamais songé.

Bien vu cette petite histoire où le dictateur possède le temps. A l'heure (pardon) actuelle, énormément d'individus reçoivent des skonss toute la et toutes les journées. Sollicités en permanence, la vue et l'ouïe ne peuvent se reposer: bip, messages verbaux (dans la voiture, dans l'ascenseur, dans le transport homogénéïsant, à l'école, au chagrin, dans la rue, ...), écrans scintillants, ... Les yeux et les oreilles sont occupées à occuper. Quid du temps libre?
"-t'as une heure?"
"-oui"

Ce temps imposé n'est pas dirigé par Zorglub mais par Personne en chaques personnes qui, aveuglées par les skonss, n'ont plus qu'une vision monoculaire voir plus de vision du tout.


Dams
Back to top
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 27 Nov 2008 19:12    Post subject: Reply with quote

Sourire marrante la destruction de la zorgloge

Un long reportage vidéo plutot pas mal fait dans l'ensemble il me semble :

http://videos.tf1.fr/video/emissions/septahuit/0,,4169203,00-qui-sont-les-neuf-de-tarnac-.html

Viiite ! Avant que demain au réveil Christine Boutin ne propose l'efficace idée de faire des bûchers de livres (comme au bon vieux temps...) pour réchauffer ces salauds de pauvres qui font baisser la côte de popularité de Monsieur, pensez à lire L'insurrection qui vient du Comité invisible, qui est disponible librement en PDF ici :

http://www.lafabrique.fr/IMG/pdf_Insurrection.pdf (n'oubliez surtout pas après le premier clic de téléchargement, de valider l'accusé de réception renvoyant un message automatique sur la boite de la DST. Sinon ça marche pas)
_________________
Critique de la valeur et du travail

Brochure du Manifeste contre le travail de Krisis.

http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/ (3 n° du bulletin)
Back to top
View user's profile Send private message
harlock



Joined: 19 Oct 2007
Posts: 16

PostPosted: 27 Nov 2008 20:44    Post subject: Reply with quote

on trouve une édition en brochure A5 ici :
http://rebellyon.info/article5689.html
Back to top
View user's profile Send private message
economiste
Guest





PostPosted: 28 Nov 2008 11:39    Post subject: Reply with quote

Quote:
L'insurrection qui vient du Comité invisible

Je persiste à penser que ce texte est bien vu et cependant il me laisse un goût d'inachevé. Pas dans le "projet" qu'il propose (c'est assez évident) mais dans la réflexion qu'il offre. Et un peu pareil pour tiqqun2.
Back to top
Laurent



Joined: 22 Dec 2003
Posts: 908
Location: Région parisienne

PostPosted: 28 Nov 2008 12:36    Post subject: Reply with quote

Kobayashi wrote:
Un long reportage vidéo

À la fin du reportage on nous cite une "preuve accablante", nous disant que les policiers on pisté la voiture d'un couple de suspects se rendant près d'une voie ferrée la nuit avant la déterrioration du caténère, au même endroit semble-t-il. K'tche me parlait pourtant hier d'une histoire avec un bus qui serait passé à proximité et des localisations de téléphones portables. Je mélange des choses ou certains faits rapportés seraient éhonteusement montés de toute pièce ?
Back to top
View user's profile Send private message
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Politique - Culture - Société All times are GMT + 1 Hour
Goto page Previous  1, 2, 3, 4, 5  Next
Page 2 of 5

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group