forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Sabotage et blocage de l'économie, Tiqqun.
Goto page Previous  1, 2, 3, 4, 5
 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Politique - Culture - Société
View previous topic :: View next topic  
Author Message
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 17 Jun 2009 20:05    Post subject: Reply with quote

non le spectacle il l'on repompé et déformer de ce cher gunther anders. Sinon l'hypothèse mandosienne voudrait que ça vienne de l'alchimie... m'enfin de toute façon je m'en fou que ça vienne de la ou de mon cul, tout ce que je vois c'est des gars qui se dispute pour savoir qui sera le plus pur des révolutionnaires, heureusement qu'il ne dispose pas d'un goulag pour se débarasser des autres... Roulement des yeux
_________________
Pour des communautés libertaires écocentrique et affinitaire

Participer a libérer et cultiver les conditions locales et pérennes d’existences et d’autodéterminations des vivants, sans domination.
Back to top
View user's profile Send private message
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 13 Aug 2009 11:19    Post subject: Reply with quote

Pour identifier ce qu'est la théorie du spectacle, quand on a jamais lu Debord, il n'est pas nécessaire de l'a renvoyer à ce qui est connu par soi (la kabbale sabatéenne), parce que quelqu'un comme Coupat qui n'a strictement rien compris à cette théorie, utilise le mot " spectacle " mélangé à un globiboulga-héidegero-ésotéro-foucaldien... Qu'une bande de journalistes, qualifie aussi " Tiqqun " de " post-situationnisme ", n'est pas une caution pour dire que " Tiqqun " ait quelques chose à voir avec la critique du spectacle. Franchement, quel rapport entre la thèse du spectacle et Tiqqun ? Aucune. Disons plutôt que tout milieu " radical " qui cherche la respectabilité, doit parler de Debord pour faire bien.

Il faudrait aussi clairement distinguer le " situationnisme ", de la pensée théorique de Debord, au vu des différents théoriques qui le traverse. La " pensée " de Vaneigem n'a rien à voir avec la critique du spectacle chez Debord. Il suffit de comparer le Traité de savoir vivre avec la SS. Il n'y a donc pas d'unité théorique dans ce qui recouvre le terme " situationnisme ". En fait " situationnisme ", vient plutôt de la période encore " artistique " de l'IS, le projet d'un retour aux origines du surréalisme, c'est-à-dire le lettrisme, les feuilles Potlach, et les débuts de l'IS, où est théorisé et pratiquée : la dérive, le détournement, la psychogéographie, la construction des " situations ", etc (cf. le rapport sur la construction des situations ").

La parution de la SS, est le terme plutôt d'une maturation chez Debord, dans sa théorie personnelle, qui enregistre un virage théoricien déjà là depuis quelques années, au mépris de la dimension artiste et subjective, que représente pourtant les écrits de Vaneigem (jusqu'à aujourd'hui). Le malentendu entre eux est donc profond.

Il faut donc considérer les écrits de Debord, en eux-mêmes, indépendamment de cet objet introuvable qu'est " le situationnisme ". Combien de " pro-situ " ont véritablement compris les textes eux-mêmes ? L'adhésion est beaucoup " charismatique ", tout le monde s'est situé par rapport au " situationnisme parce qu'il y avait là tous les signes de la " radicalité ", sans véritablement comprendre, la portée d'intelligence du monde qu'a amené la SS. Le " spectacle " a donc été très mal compris, on l'a réduit à une révolte contre l'image en elle-même (comme le fait encore Jacques Rancière dans le dernier numéro de la Revue Internationale de Idées, lui qui comme Debray n'a toujours rien compris à Debord, ce qui finalement, venant de lui, est plutot rassurant), une critique de la dénaturation de la politique en mise en scène organisée par les médias, une critique de la publicité, de la " propagande ", du cinéma et de manière générale de l' " idéologie ", etc. Le plus comique étant quand même ceux qui instrumentalisent leur supposé compréhension de Debord, pour mieux légitimer leur retour à la " vrai politique ".

à suivre...
_________________
Critique de la valeur et du travail

Brochure du Manifeste contre le travail de Krisis.

http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/ (3 n° du bulletin)
Back to top
View user's profile Send private message
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 13 Aug 2009 18:29    Post subject: Reply with quote

La réponse est dans ta question. A mon avis on peu parler de post-situationnisme pour parler de Tiqqun tout simplement parceque le situationnisme (mot que les situationnistes refusaient) n'est pas la théorie du spectacle de debord et que donc parler de situationnisme n'implique pas un rapport avec le spectacle.

Si tu lis le livre de mandosio dans le chaudron du négatif, tu verra qu'un des points qu'il accroche au situ c'est justement de croire que tout serai négatif, qu'actuellement il n' a rien de positif et que seule donc la destruction de ce négatif est un projet positif. Cette thèse est clairement dans toute la ligné Tiqqun, Appel et Comité Invisible... si l'on exepte les qq. petit mot ici et la sur "la commune"...
_________________
Pour des communautés libertaires écocentrique et affinitaire

Participer a libérer et cultiver les conditions locales et pérennes d’existences et d’autodéterminations des vivants, sans domination.
Back to top
View user's profile Send private message
Kercoz



Joined: 20 Sep 2008
Posts: 967
Location: bordeaux

PostPosted: 13 Aug 2009 20:22    Post subject: Reply with quote

Y aurait il un lien entre les idees de Debord (spectacle) et la "mise en scène de la vie quotidienne" de Goffman ? (je n'ai pas encore tout lu). Il semble qu'il ait remanié et clarifié sa thèse , ds son titre suivant ; "Les rites d'interraction" qui pour moi sont une "révèlation" majeure .
Back to top
View user's profile Send private message
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 14 Aug 2009 19:40    Post subject: Reply with quote

Quote:
un des points qu'il accroche au situ c'est justement de croire que tout serai négatif, qu'actuellement il n' a rien de positif et que seule donc la destruction de ce négatif est un projet positif.


Je me rappelle pas cela dans le livre de Mandosio. C'est étonnant de dire cela du situationnisme, par rapport à la philosophie du groupe Tiqqun qui est analysée ici http://palim-psao.over-blog.fr/

Pour résumer un peu 1 élément de ce texte, disons que chez Tiqqun, ce n'est que dans l'aliénation la plus poussée que le dépassement est possible, vers d'ailleurs rien de précis. Il y a donc une fascination pour la négativité, d'où les éloges du meurtre, de l'acte gratuit, voire même du phénomène d'abréaction qui caractérise bien les émeutes urbaines. Etc. Le Bloom est cette subjectivité quelconque totalement aliénée. ET le sujet révolutionnaire pour Tiqqun, c'est ce Bloom, cette négativité nihiliste pure, qui est une forme-de-vie.

Rien à voir avec le situationnisme. On ne retrouve pas du tout ce schéma. Par exemple, Debord a été très clair sur le terrorisme comme manipulation (sur l'Italie), même les bandes de " blousons noirs " n'ont jamais été légitimées par Debord, etc. On retrouve pas du tout ce biais. Debord est plutot de tempérament moraliste que nihiliste. Que propose l'IS ? le conseillisme notamment ! rien avoir donc ce culte fascinatoire pour la violence et la négativité.

Mais rien au plan philosophique, ne permet de taxer " tiqqun " de "situationniste "ou " post-situationniste. Chez Debord, on est clairement dans le courant marxien très hétérodoxe, et encore le situationnisme ne peut être réduit au courant " ultra-gauche ", puisqu'il y a quand même l'héritage surréaliste qui est là (et jusqu'au bout). Tiqqun on est dans un tout autre univers de pensée : les Schmidt et heidegger, Foucault, Guattari, Deleuze, des penseurs nihilistes, etc.
_________________
Critique de la valeur et du travail

Brochure du Manifeste contre le travail de Krisis.

http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/ (3 n° du bulletin)
Back to top
View user's profile Send private message
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 14 Aug 2009 19:53    Post subject: Reply with quote

Je suis d'accord sur l'idée que l'IS ne fait pas une apologie de qq.gestes violent, mais dans le chaudron du négatif, Mandosio pointe quand même assez clairement que seul la destruction du négatif constitue une part du positif. Le conseillisme est chez l'IS très périphèrique, ça passe en transversale, mais ça ne constitue pas un véritable projet positif, tout comme l'idée de commune chez Tiqqun, qui apparait... mais en surface seulement... de toute façon ils s'étaient tellement replié dans l'imaginaire qu'on ne peu pas vraiment attendre qq. chose de réel de leur part Clin d'oeil

Bon ça c'est une pique un peu méchante, puisque dans le réel ils ont quand même tenté qq.chose et surtout que l'imaginaire fait partie du réel!
_________________
Pour des communautés libertaires écocentrique et affinitaire

Participer a libérer et cultiver les conditions locales et pérennes d’existences et d’autodéterminations des vivants, sans domination.
Back to top
View user's profile Send private message
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 16 Aug 2009 18:06    Post subject: Reply with quote

Tu me diras : " Mais franchement qui est Mandosio ? ", mais cela me parait quand même bizarre que quelqu'un comme lui fasse ce reproche très " réformiste " à Debord... Ou alors Mandosio est devenu un bisounours de la critique... mais on peut en douter. L'EDN est plutot sur la thèse de la crise comme la projection de la société dans la barbarie administrée du désastre à la mad max. Dire qu'ils voient aujourd'hui beaucoup de " positif "... ou alors j'ai vraiment raté certains textes.

Si tu veux dire qu'il y a une critique radicale de la vie moderne aliénée (interprétée comme simple " sur-vie ", remplacement du vivre à la première personne, rapport social médiatisé par l'abstraction, et comme passage de l'étre à l'avoir puis au paraitre, " liberté " du sujet mais au sein de dépendances objectives, abstraites et automouvantes) dans l'IS, qui laisse peu de place à l'idée que finalement " tout n'est pas si négatif aujourd'hui " et qu'il faudrait s'appuyer sur cette peau de chagrin (peut-être tu parles des " alternatives "), et que ce serait vraiment très facile et évident, je vois pas trop la démonstration de ton jugement sur ce résultat en lui-même. D'ailleurs peu importe le résultat en lui-même (que la vie moderne doit être critiquée radicalement sous tous ses aspects, car elle est une cage de fer déterminée par le fétichisme de la forme-marchandise, où il n'y a plus de sujets réels), la question est plutot sur la démonstration en elle-même de Debord de la nécessité d'une critique radicale (à la racine de la socialisation sous le capitalisme) de la vie moderne : la question de ce qui a été appellé le " fétichisme objectif " (Jappe) - et non plus le vieux fétichisme dit religieux, du type " manipulation " par les prêtres des bonnes femmes (l'infame crédulité) comme le pensaient les philosophes au XVIIIe siècle.

si ça te dit de venir, on organise justement cette soirée à Carcassonne, sur cette question. On doit pouvoir loger, au besoin.

Quote:
Carcassonne : Société de la valeur achevée et société du Spectacle : autour de Guy Debord

Date et lieu
Le mercredi 09 septembre 2009, de 19h30 à 23h34.

À Carcassonne, Languedoc-Roussillon

Description

Ce mercredi 9 septembre, le groupe audois de réflexion critique " Le Fond de l'Oeil ", organisera un débat/projection autour du livre " La société du spectacle " de Guy Debord. Nous commencerons par le film éponyme, puis par un débat autour de notre lecture estivale. Cette rencontre inaugurera d'ailleurs d'autres évènements autour de cet auteur pour l'année 2009/2010.

A l'heure où les archives de Guy Debord viennent au printemps 2009 d’être classées « Trésor national » français !, un comble pour ce personnage qui « n’était pas mal connu, mais connu comme le mal » (Asger Jorn), il nous a semblé judicieux de revenir sur la théorie du Spectacle. Revenir sur un personnage très connu de nom, mais peu compris dans sa pensée car théoriquement difficile. C'est que ce livre, en proposant à notre intelligence du monde marchand, une nouvelle théorie du fétichisme de la marchandise, réintroduit les nouvelles critiques de la valeur, que nous avions déjà abordées précédemment. Difficile de ne pas faire de lien entre la théorie de Debord et la critique de la valeur. Par temps de crise dans le capitalisme, ce livre permet alors de discuter d'une critique de celui-ci dans sa forme achevée, ce qu’il appelle le fameux « spectacle », et qui n'est pourtant pas du tout ce à quoi on pourrait penser au premier abord (une critique des médias).

A bientot

MJC, rue Aimé Ramond, Carcassonne 11000.

Bibliographie :

Guy Debord, La Société du spectacle et Commentaires sur la société du spectacle, voir notamment Anselm Jappe, Guy Debord, Denoel, 2001, réédition ; et L'Avant-garde inacceptable. Sur Guy Debord, Léo Scher, 2004


Sur le spectacle on peut aussi voir ce texte au chapitre sur Debord : http://palim-psao.over-blog.fr/article-31287903.html (voir en bas le lien qui renvoit sur le pdf)
_________________
Critique de la valeur et du travail

Brochure du Manifeste contre le travail de Krisis.

http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/ (3 n° du bulletin)
Back to top
View user's profile Send private message
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 01 Sep 2009 21:18    Post subject: Reply with quote

Quote:
Lettres de Guy Debord à Anselm Jappe


Jeudi 2 décembre 1993

Cher Monsieur,

Je vous remercie pour votre livre reçu hier. Je l’ai lu avec intérêt. J’ai bien apprécié son niveau de pensée, son information, et la sympathie compréhensive qu’il manifeste à mon égard : par là il se détache extraordinairement de tous les autres textes traitant le sujet.

Les successeurs de Lebovici ne m’avaient naturellement pas fait suivre, il y a deux ans, votre thèse. Cela me confirme bien l’évidence de mon jugement préalable sur eux.

Je vous envoie maintenant mon dernier livre, et la récente réédition des Mémoires : vous y trouverez des précisions ou confirmations sur quelques points que vous avez traités.

J’aimerais recevoir à cette adresse votre thèse et un ou deux autres exemplaires du même livre.

Bien cordialement,


Guy Debord



**



Venise, 21 avril 1994

Cher Anselm Jappe,

J’ai reçu votre livre en décembre. Je vous ai répondu alors, à l’adresse romaine que vous m’aviez donnée, en joignant à ma lettre deux livres plus récents, qui peut-être vous confirmeront plusieurs de vos hypothèses. L’envoi m’est bientôt revenu, vous déclarant «inconnu à cette adresse». Et j’ai pu constater quelquefois, depuis, que le désordre de la poste italienne ressemble toujours un peu à ce que j’avais pu connaître dans la précédente génération. On verra maintenant si j’ai plus de chance en employant l’adresse de votre éditeur.

Il y a quatre mois, je vous disais donc que j’avais fort apprécié l’aspect si bien informé de votre livre ; et l’excellent niveau de sa pensée théorique. Votre objectivité fait un plaisant contraste, après toutes les extravagantes incompréhensions calculées d’abord pour les contemporains. Je trouve même que vous avez été, peut-être, un peu trop indulgent à mon propos.

Si je devais éclairer quelque point dans la suite de vos recherches sur l’hégélo-marxisme, à partir de mai écrivez-moi à cette adresse : Guy Debord, Champot. C’est un endroit d’où le courrier me suit toujours, où que je puisse être.

Bien cordialement à vous.


Guy Debord

(correspondance du dernier tome de correspondance, mis en ligne par le site du Jura Libertaire, 1 septembre 2009)


Le livre dont parle Debord est Guy Debord. Essai (265 pages). Publié en 1993 en Italie, puis en 1995 en France, on peut encore commander un exemplaire de la dernière réédition, celle de 2001 chez Denoel. Les 80 premières pages, sur le concept de spectacle, sont complètement passionnantes.

Comme le souligne d'ailleurs Debord, c'est le seul livre qui a compris quelque chose de sa pensée et qui l'expose de manière très fouillée et approfondie. Car Jappe rattache la théorie de Debord sur le spectacle, à la question de la critique de la valeur et du fétichisme de la marchandise (notamment comme l'a traité Lukacs, etc, avec ses insuffisances). Et si Jappe a été " trop indulgent ", c'est parce que Debord a très bien vu qu'il fallait maintenant pousser en avant cette " critique radicale ", la poursuivre et la retravailler.

Jappe a aussi réagit à la " popularité " récente de Guy Debord qui porte la confusion sur sa pensée, dans un très incisif et bien plus petit livre (peut-être aussi plus abordable sur le plan théorique, si on connait pas trop la pensée de Debord), L'Avant-garde inacceptable. Réflexions sur Guy Debord (éditions Lignes et Manifeste, 2004). C'est un recueil de plusieurs articles publiés dans la revue allemande Krisis, avec un article inédit (On trouve également dans ce livre une critique de l'interprétation faite par Régis Debray de Debord, dans sa turbo-pompeuse " médiologie "). De quoi critiquer encore le dernier livre de Jacques Rancière, Le Spectateur émancipé (Bigre !), qui n'arrête pas de faire son numéro sur tous les estrades de la critique parisienne " bobo-chic ". Une des dernières en date étant son interview dans la Revue internationale des idées, sous le titre " Critique de Debord par Jacques Rancière ", vraiment un grand moment de philosophie !

C'est donc dans ces livres de Jappe où l'on apprendra que le spectacle ne peut être réduit à une logique immanente à « l'image » en elle-même, Debord ne traite donc pas de l’image de manière transhistorique (comme le croient Jacques Rancière, Régis Debray, Schiffter - mais qui est Schiffter ? - etc… c’est-à-dire tous ceux qui renvoient Debord sur Platon et Rousseau, et qui ne voient pas le caractère historiquement spécifique de la critique de Debord, c'est-à-dire l'origine réelle de son concept de spectacle). A suivre...
_________________
Critique de la valeur et du travail

Brochure du Manifeste contre le travail de Krisis.

http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/ (3 n° du bulletin)
Back to top
View user's profile Send private message
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 12 Sep 2009 8:53    Post subject: Reply with quote

Le livre de Jappe, Guy Debord (1ère édition française - non revue ni augmentée comme la 2ème de 2001), est librement disponible , en version numérisée, ici :

http://books.google.fr/books?id=6fvzuqB1uKAC&printsec=frontcover&dq=guy+debord+jappe#v=onepage&q=&f=false
_________________
Critique de la valeur et du travail

Brochure du Manifeste contre le travail de Krisis.

http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/ (3 n° du bulletin)
Back to top
View user's profile Send private message
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 12 Sep 2009 17:57    Post subject: Reply with quote

jappe est un homme qui se corrige jamais Clin d'oeil ah ah

P.S : ok j'arrête les private joke debordien
_________________
Pour des communautés libertaires écocentrique et affinitaire

Participer a libérer et cultiver les conditions locales et pérennes d’existences et d’autodéterminations des vivants, sans domination.
Back to top
View user's profile Send private message
les RG
Guest





PostPosted: 25 Jan 2010 10:37    Post subject: Reply with quote

D'apres une joyeuse bande de lurons, qui signaient leurs blagues du " MLN Tupamaro", et qui à leurs heures perdues rédigeaient des mille-feuilles dans un style marxiste-léniniste des plus indigestes, ces gens là distinguent 3 types de sabotages:
Quote:
...)On doit distinguer 3 types de sabotages:
-Celui qui vise la destruction d'un outil de travailet entraine des pertes d'emploi pour un grand nombre de travailleurs ou porte préjudice à une zone importante de population
-Celui qui n'atteint qu'un capitaliste isolé ou le gouvernement sans affecter directement le peuple
-Le sabotage d'installations militaires.
Il va de soi que les secondes et troisièmes formes de sabotage sont mieux acceptées par la population que la première. (...

Mais en gros ils expliquent que ça dessert la cause tant que le bordel n'est pas généralisé, que ce n'est pas la meilleure façon de commencer les hostilités:
Quote:
...) A un certain niveau de la période de harcelement, il peut s'avérer négatif de couper les lignes téléphoniques ou éléctriques, de faire sauter les voies férrées..., car les autorités peuvent faire réparer les dégats et ces opérations pourraient paraitre au peuple des actes de vandalisme sans aucun objectif stratégique et dans certains cas, le gouvernement aura l'air d'avoir rétabli un service public dont la guérilla avait privé la population...(

Les types de tarnac on du louper ce passage !
Back to top
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Politique - Culture - Société All times are GMT + 1 Hour
Goto page Previous  1, 2, 3, 4, 5
Page 5 of 5

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group