forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

famille = communauté restreinte
Goto page 1, 2, 3, 4  Next
 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Sortir de l'économie ?
View previous topic :: View next topic  
Author Message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 16 Dec 2008 11:39    Post subject: famille = communauté restreinte Reply with quote

On parle beaucoup de "vivre en communauté" pour désigner des personnes faisant le choix original de vivre ensemble au quotidien, de partager des ressources, etc.

Mais en fait la plupart des personnes vivent déjà en communauté. Seulement ce sont de toutes petites communautés. Deux adultes, la plupart du temps, avec éventuellement des enfants. On appelle ça la famille "nucléaire", car réduite au noyau en deçà duquel il n'y aurait plus grand chose.

Au lieu de communauté, on peut parler de maisonnée :

Quote:
Maisonnée : groupe domestique qui partage une cause commune et mutualise certaines ressources (logement, revenus, travail).


    (Weber, Le sang, le nom, le quotidien. Une sociologie de la parenté pratique.)


Le ménage familial ne serait qu'un cas particulier de maisonnée, à taille si réduite qu'on peut parler d'archaïsme dans ce qu'il est possible d'y produire, matériellement parlant.

Dès lors, l'industrie monopolise les économies d'échelles, justement. C'est la seule organisation politique capable de les mettre en œuvre :

Quote:
La valorisation de l’ensemble de la production capitaliste passe ultérieurement par les ménages – c’est pourquoi quand nous parviendrons à boucher ces ’tuyaux d’échappement’ du système, toute la machine sera asphyxiée. La sous-productivité étrangement archaïque des mini-ménages d’environ 2,5 personnes dans les sociétés capitalistes, par ailleurs tellement ’avancées’, s’explique par le fait qu’ils n’ont pour seule fonction que la consommation destructrice de masse.

    (P.M, Bolo'bolo)


Au lieu de "vivre en communauté", on pourrait plutôt parler de "vivre en communauté élargie".

Entre la famille nucléaire comme communauté restreinte, et la communauté élargie, il y a certainement beaucoup de différences, mais aussi des points communs.

Je vois ceux-ci :

1 - le monde commun de la communauté n'est pas donné d'avance

2 - il a besoin de mythes fondateurs. Dans un couple, c'est classiquement l'amour, la rencontre particulière de deux individus. Dans une communauté élargie, ce sont toutes les expériences politiques passées, leur synthèse particulière pour les membres de la communauté.

3 - il exige certaines "compétences" pour organiser la vie matérielle quotidienne, la répartition des tâches, mais aussi la vie politique (les règles explicitées que l'on se donne).
Il n'est pas absurde d'y réfléchir, au lieu de considérer cela comme naturel.

4 - ce monde commun peut fonctionner en huis-clos, avec l'impossibilité d'en sortir, et la difficulté d'y intervenir de l'extérieur. Faute de mieux, c'est l'argent qui seul délivre les individus de ce huis-clos. Mais on peut faire mieux.

Remarque : Si l'on considère que le monde commun de la communauté est naturel, alors toute la partie politique sera annulée.
Les individus seront strictement enfermés dans leurs rôles, notamment sexués. C'est généralement le cas dans les communautés traditionnelles. Les normes patriarcales justifient le huis-clos (cf. le proverbe "on lave son linge sale en famille") où les disputes se règlent ultimement par la violence physique, voire le meurtre. Elles ont permis à l'exploitation économique de s'organiser en stabilisant sévèrement ce qu'une communauté peut être, à l'exception des autres possibilités, peu explorées ou confinées dans le "folklore" libertaire, les échecs réputés de ces expériences confirmant en retour la (soit-disant) pertinence du modèle communautaire dominant.
_________________
SDE dec.info socio. des épreuves
Back to top
View user's profile Send private message
Kercoz



Joined: 20 Sep 2008
Posts: 967
Location: bordeaux

PostPosted: 17 Dec 2008 10:13    Post subject: Reply with quote

Bonjour . Tres bonne initiative que ce fil de reflexion .

Quelques point me questionnent :(ce ne sont pas des affirmation mes des questions)
Quote:
les échecs réputés de ces expériences confirmant en retour la (soit-disant) pertinence du modèle communautaire dominant.

-Une durée réduite ne signifie pas forcément l'échec d'une experience .
-Les groupes traditionnels n'utilisent jamais la démocratie comme mode de gestion . Les rites complexes qui les gèrent s'appuient sur une hierarchisation stricte qui inhibe la violence (beaucoup plus rare que tu ne l 'indique)
-l'étude des communautés encore persistantes (gitanes par ex) seraient a mon sens des points de départ pour évoluer vers un modèle "actualisé".
(l'exemple danois diffusé par Terre a Terre de samedi peut donner a penser)


Quote:
Remarque : Si l'on considère que le monde commun de la communauté est naturel, alors toute la partie politique sera annulée

Evitons l'ultimatum! Les groupes archaiques ONT la RAISON , c'est a dire des millions d'années de rodage . Mais la modernité peut faire espérer d'y introduire un brin de démocratie/entropie.
La politique c'est le conflit d'idée , ne pas la refuser dans ses zones parcellisées . Pour moi elle ne doit pas gérer l'ensemble du système (garder la complexiter ; refuser le centralisme et les gestions linéaires. un "patriarche tout puissant" est souvent symbolique et virtuel ; il sert souvent de catalyseur .

Quote:
il a besoin de mythes fondateurs. Dans un couple, c'est classiquement l'amour, la rencontre particulière de deux individus.


Actuellement , la question ne se pose pas , c'est le refus de croissance ou la survie qui fonde . Une diversité (meme idéologique) des membres est meme souhaitable .
(E Morin dit que c'est le bruit qui génère le signal ds un système naturel . Dans un système humain (linéaire) , il le perturbe )



Note de la modération : essai de mettre des citations selon le format usuel avec les balises [/quote] et [quote] (mises dans l''autre sens, ça marche),
par un modérateur qui pense que c'est plus clair ainsi.
Back to top
View user's profile Send private message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 17 Dec 2008 11:46    Post subject: Reply with quote

Kercoz wrote:
-Les groupes traditionnels n'utilisent jamais la démocratie comme mode de gestion . Les rites complexes qui les gèrent s'appuient sur une hierarchisation stricte qui inhibe la violence (beaucoup plus rare que tu ne l 'indique)


salut Kerkoz,

La violence n'est pas rare dans les communautés restreintes : violences conjugale et familiales, touchant toutes les couches sociales.
Un peu difficile par construction à évaluer du fait de l'effet huis-clos ; cependant c'est le quotidien des travailleurs sociaux et les associations d'hébergement aux victimes. Si on si connait ce monde là et si on s'intéresse à cette question, ou plus simplement pour l'avoir vécu soi-même, le huis-clos communautaire ça existe.

Quant à la violence possible dans les communautés élargies :



Quote:
Quand on est arrivé à R. (en Cévennes ardéchoises), il y avait vraiment une vie communautaire très réelle, mais aussi une très grande violence des rapports : tout se réglait par des cassages de gueul. On s'attendait tous à ce que ça se termine mal (...). Un jour, il y a eu une fille du groupe qui a accouché, et le même jour, un type s'est suicidé (...). Les enfants étaient abandonnés, mal nourris, ils ne parlaient pas, beaucoup étaient retardés ou malades, on ne savait jamais qui s'en occupait. En fait on avait tous peur. Pourtant, il y avait là des gens très chouettes et certains même étaient très, très doués. Mais on était tellement isolés, tellement enfermés... Et puis il y avait un égalitarisme forcené, si bien que personne ne pouvait préserver son moi... ça aboutissait à la non-communication absolue, à la violence, à la hiérarchisation par la force. Les structures du groupe étaient complètement rigides, figées (...). Au B, en Ariège, c'était complètement différent ; là tout le groupe était centré sur X. Il était complètement mégalomane. C'était aussi un phallocrate incroyable : il lui fallait trois femmes à la fois. Son pouvoir, il l'assurait par la parole. C'était un grand bourgeois, très beau parleur... C'était intenable, on est partis (...) Et pourtant, la communauté, on y a cru.


Cité dans :

Danièle Léger, "Les utopies du "retour"", Actes de la recherche en sciences sociales, 1979, 29.

Que les groupes traditionnels aient résolu le problème ou ne l'aient jamais eu, très bien. Mais on est pas des groupes traditionnels, et on n'est même pas des groupes, alors que faire ?
_________________
SDE dec.info socio. des épreuves
Back to top
View user's profile Send private message
Kercoz



Joined: 20 Sep 2008
Posts: 967
Location: bordeaux

PostPosted: 17 Dec 2008 21:17    Post subject: Reply with quote

QUE FAIRE ?
Etudier le mode de fonctionnement des groupes archaiques traditionnels. (Ethno ou antropo , les etudes sur les gitans....."cheval d'orgueil" d'Helias ;Goffman sur les rites relationnels ...
Comme experiences récentes , certaines n'étaient pas si négatives . J'ai bien connu "la Goutte d'eau" de la vallée d'aspe qui etait un "lieu de vie a population évolutive; pas si mal pour certains d'y avoir passé qqs mois , voire qqs années .
Normalement , les groupes archaiques s'appuient sur de la famille "elargie" . Là le problème de violence ne se pose qu"ntre membre du meme niveau d'age (fraterie), pour établir la hierarchie . Comme le chien qui te ramène le bout de bois . Pas pour que tu lui relances , mais pour établir , par jeu la hierarchie en tirant dessus(pour ça que ce con ne veut pas le lacher ) . Qd tu joue trop fort avec , il se met sur le dos , pas pour qu'on le caresse , mais pour se soumettre a ta domination , en offrant sa vie : les tripes accessibles a ton bon vouloir.
Une histoire de gitans :
Des momes 8 à 12 ans autours d'un feu pres des roulottes .
certains fument un clope .
Arrive 3 grand freres , cousins . Les momes tres vite , jettent la clope ds les flammes. On ne fume pas devant un ainé!
les ados 15 àn 18 ans : salut les momes , ça boum ? et allument un clope.
3 mn apres : Gaffe tonio , ton père !
Les clopes partent aux flammes .
Le pere et juan s'approchent , roulent clope et discutent .
Juan : Gaffe manolo le vieux !!
Le clope part ds une gerbe et le patriarche s'approche qui va fumer tout seul en regardant les flammes .


Les rites sont là pour remplacer les problèmes d'affect ds les relations . On a voulu les supprimer. La raison a des raisons que la raison ne connait pas .
Un type a éctit un truc provo que je suis prets d'approuver :
Une éducation dictatoriale engendre un démocrate ; une éducation démocratique formate un facho. La permissivité n'est pas naturelle .
e mieux pour l'éducation est de se dire : on est formaté pour etre éduqué ds un modèle ou la famille c'est plutot 6 gosses .
Avé 6 gosses, c'est le plus vieux qui gèrent les petits , a coup de lattes s'il le faut . Depuis des millions d'années c'etait comme ça , depuis 50 ans on fabrique des demeurés immatures , eternels addos .
L'essais des danois (ecouter FR CulT de samedi 7H /terre a terre est interessante : des familles regroupés, des locaux communs , 50 hectares de cultures , mais on bosse aussi en ville , on fabrique les maisons et certaines sont communes (laverie , réunion , etc ..)
Sur une faible taille , la démocratie c'est l'audimat ! éviter les votes .
Pour une construction actuelle , le mieux , je crois est de se baser sur un groupe de familles , qui naturellement retrouvent des traces d'archaisme ds leur relationnel interne et peut etre par proximité, et en se basant sur les besoins communs , éviterons les echecs .
Back to top
View user's profile Send private message
Guest






PostPosted: 18 Dec 2008 23:01    Post subject: Reply with quote

Quote:
alors que faire ?
Ne pas faire de communauté peut-être.
Je n'arrive pas à comprendre l'intérêt qu'il y a à se faire chier. Les communautés sont je crois des tue l'amour. Combien de gens autour de moi s'aiment et se prennent le chou, se font mal, se font tristes tout simplement parce qu'ils vivent en communauté et donc que les rapports des uns aux autres sont sous contraintes relativement fortes. Plus ma contrainte est forte dans un rapport, plus il y a de chances que ce rapport ne soit pas voulu.
Si au lieu d'être en communauté, les membres vivaient en voisins: voisins qui partagent ce qu'ils veulent quand ils veulent, ça irait peut-être mieux.


Dams
Back to top
Kercoz



Joined: 20 Sep 2008
Posts: 967
Location: bordeaux

PostPosted: 19 Dec 2008 9:36    Post subject: Reply with quote

+1
Si le modèle naturel est vertueux par définition , c'est la parcellisation , le modèle fractal qu'il faut rechercher.
La meilleur base a mon sens est le modèle familliale; puis le groupe "famille étendu"(2 ou3 generations et qqs satellites); puis le groupe de groupe(tribu) mais toujours en "proximité" et communauté "d'interets" .
Ce sont les Besoins et les rites naturels qui se mettrons en place d'eux memes . "An_arkos" sans règle , a mon sens veut dire "sans règles inventées". Les règles instinctives et culturelles (rites) , ont fait leur preuve . Ce serait de l'arrogance d'en trouver de meilleurs .
Back to top
View user's profile Send private message
ktche



Joined: 15 Jun 2004
Posts: 1383

PostPosted: 19 Dec 2008 10:10    Post subject: Reply with quote

an-arkos veut dire sans autorité, pas sans règles
Back to top
View user's profile Send private message
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 19 Dec 2008 10:16    Post subject: Reply with quote

+1 sur la remarque ktchiste, il ne faut pas confondre anarchisme et anomalisme.
_________________
Pour des communautés libertaires écocentrique et affinitaire

Participer a libérer et cultiver les conditions locales et pérennes d’existences et d’autodéterminations des vivants, sans domination.
Back to top
View user's profile Send private message
ktche



Joined: 15 Jun 2004
Posts: 1383

PostPosted: 19 Dec 2008 10:31    Post subject: Reply with quote

anomie M. Green
Back to top
View user's profile Send private message
Guest






PostPosted: 19 Dec 2008 11:49    Post subject: Reply with quote

Quote:
Les règles instinctives et culturelles (rites) , ont fait leur preuve . Ce serait de l'arrogance d'en trouver de meilleurs .


C'est pourtant le pari d'une certaine philosophie anarchiste qui refuse toute domination, toute hiérarchie dans le vivre ensemble. D'où l'importance de l'éducation libertaire et du travail sur soi qui vont au delà de l'instinct et des rites. Tant que l'autonomie ne sera pas généralisée, anomie ne rimera pas avec anarchie.
Back to top
Guest






PostPosted: 19 Dec 2008 13:01    Post subject: Reply with quote

Si je veux pas de règle, je suis anomaliste?


Dams
Back to top
Guest






PostPosted: 19 Dec 2008 13:52    Post subject: Reply with quote

Anomiste tendance Netchaiev plutôt. Ou peut être pour la spontanéité du langage et l'apparition des anomalies ?
Back to top
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Sortir de l'économie ? All times are GMT + 1 Hour
Goto page 1, 2, 3, 4  Next
Page 1 of 4

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group