forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Raison, Lumières et sortie de l'économie
Goto page 1, 2  Next
 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Sortir de l'économie ?
View previous topic :: View next topic  
Author Message
Kobayashi



Joined: 08 Apr 2004
Posts: 1885

PostPosted: 27 Dec 2008 23:42    Post subject: Raison, Lumières et sortie de l'économie Reply with quote

J'ai rassemblé là quelques réflexions à partir de ma lecture tardive ces dernières semaines de l'ecole de Francfort. C'est pas achevé complètement

Quote:
« Sapere Aude » ou L’économie comme un Etat de tutelle permanent.

Sortie de l’économie, Lumières et raison.


Quote:
« La seule force contre le principe d’Auschwitz serait l’autonomie […], la force de réfléchir, de se déterminer soi-même, de ne pas jouer le jeu »

T. Adorno, Modèles critiques,
Payot, 1984, p. 209.



L’obscurité des temps techno-marchands doit-elle nous faire reprendre la tâche du Sisyphe des Lumières, Emmanuel Kant : sortir de l’économie, « c’est la sortie de l’homme hors de l’état de tutelle dont il est le responsable » ? Kant écrivait déjà :

Quote:
« Paresse et lâcheté sont les causes qui font qu’un si grand nombre d’hommes, restent cependant volontiers toute leur vie dans un état de tutelle ; et qui font qu’il est si facile à d’autres de se poser comme leurs tuteurs. Il est si commode d’être sous tutelle. Si j’ai un livre qui a de l’entendement à ma place, un directeur de conscience qui a de la conscience à ma place, un médecin qui juge à ma place de mon régime alimentaire, etc., je n’ai alors pas moi-même à fournir d’efforts. Il ne m’est pas nécessaire de penser dès lors que je peux payer. D’autres assumeront bien à ma place cette fastidieuse besogne. Et si la plus grande partie, et de loin, des hommes (et parmi eux le beau sexe tout entier) tient ce pas qui affranchit de la tutelle pour très dangereux et de surcroit très pénible, c’est que s’y emploient ces tuteurs qui, dans leur extrême bienveillance, se chargent de les surveiller. Après avoir d’abord abêti leur bétail et avoir empêché avec sollicitude ces créatures paisibles d’oser faire un pas sans la roulette d’enfant où ils les avaient emprisonnés, ils leur montrent ensuite le danger qui les menace s’ils essaient de marcher seuls. Or ce danger n’est sans doute pas si grand, car après quelques chutes ils finiraient bien par apprendre à marcher » [1] .


Pour pasticher encore cet auteur et à contre-pied de la revendication d’un quelconque « droit à la paresse » (ou pire d’un « revenu d’existence »), on pourrait dire que l’économie est en effet comme une immense accumulation de paresse et de lâcheté organisée par les spécialistes et experts des différents « monopoles radicaux » [2] que nous sommes tous devenus dans chacun de nos créneaux professionnels. Le faire et l’agir propre ont été déréalisés par l’argent. Le « Je peux » de notre corps et de notre subjectivité est désormais la projection même de la puissance de l’argent. Dans la gigantesque accumulation des tâches spécialisées et divisées, chacune des petites abeilles laborieuses que nous sommes est devenue la tutelle de son voisin, lui-même mis en tutelle par les ressorts de la Méga-machine de tutelle alimentaire, scolaire, politique, culturelle, médiatique, technique, médicalisée, etc. « L’éducation écrivait Illich, produit des consommateurs compétitifs, la médecine les maintient en vie dans l’environnement outillé qui leur est désormais indispensable ; et la bureaucratie reflète la nécessité que le corps social exerce son contrôle sur les individus appliqués à un travail insensé » [3].

Pour autant cette sortie de l’état de tutelle passe-t-elle par l’entendement visant à la maîtrise de la réalité et sa soumission technique aux intentions humaines ? Faut-il reprendre cette symbolique de la modernisation marchande de la vie, les Lumières ? Doit-on rougir parce qu’à l’inverse du reste de nos contemporains, nous refusons de penser que la liberté « s’appuie sur une industrie promue au rang d’outil essentiel de l’épanouissement humain » [4] ? Sommes-nous les ennemis de la Raison ? De quelle Raison ?
Aujourd’hui, voilà ce qu’il semble de plus en plus évident à nombreux de nos contemporains. La raison instrumentale et capitaliste notamment a poussé si loin la réduction du monde à un espace unidimensionnel, à la mise hors-jeu de la sensibilité de l’entendement scientifique autorisé [5], mais aussi au manipulable [6], à l’écrasement des différences, à l’effacement de « l’outil convivial » au profit du méga-outillage industriel [7], que c’est son rejet qui semble la seule attitude rationnelle. Quand on regarde « la banalité monstrueuse de la fin en soi capitaliste […] qui consiste dans l’accumulation insensée de valeur, au sens économique du terme, il ne s’agit pas là de raison, mais d’un non-sens supérieur – et ce qui brille est l’éclat d’une absurdité qui fait mal et qui aveugle » [8]. Ainsi, depuis plus de deux siècles de « Progrès » scientifique, technique et économique, à l’heure de la présente « paix perpétuelle » orchestrée par les drones de la Police et le reste du « Nanomonde », il faut reconnaître que la soumission des phénomènes et du monde vécu au nouveau intellect inventé par la révolution galiléenne au XVIIe siècle, a toujours débouché sur la domination renforcée sur les hommes. Dans un même mouvement, ici comme désormais partout sur la terre, la domination sur la nature s’est accompagnée de la domination de la société sur les hommes : les fétiches des « primitifs » se regardent toujours dans la glace du totémisme techno-marchand. C’est par une énième « ruse de la raison » - et bien avant la transformation taylorienne des modes de travail industriel -, qu’une rationalisation instrumentale illimitée pénétrait déjà tout le tissu social notamment dans l’encadrement du travail [9], de l’habitat, de la santé, de l’hygiène, jusqu’à « l’invention du social » par l’Etat au XIXe siècle comme son instrument politique de soumission et de pacification de la société [10].
Il nous parait aussi que l’on ne peut plus être aussi confiant dans les vertus du savoir et de sa diffusion, car « l’allée des marronniers » (comme allégorie de l’intelligence créatrice et organisatrice de la matière) peinte par Denis Diderot dans la Promenade du sceptique, a aussi débouché sur la société hitlérienne et la possibilité de l’auto-anéantissement de l’humanité dans la bombe atomique. Car on peut penser contre beaucoup d’idées reçues - y compris colportées par des manuels scolaires -, que le totalitarisme ne se réduit pas à un retour à l’irrationnel et au dogmatisme de nouveaux barbares en chemises noires et brunes comme a voulu le faire penser dès le départ un antifascisme primaire : à l’encontre de tous ces historiens qui tentent de montrer que le totalitarisme a un lien avec l’idée de Révolution, on peut très bien argumenter l’idée que les Lumières sont complices de leur propre effondrement comme l’avaient vu Adorno et Horkheimer. On peut ainsi voir dans le totalitarisme, la « guerre totale » et le Génocide [11], la réalisation la plus achevée bien qu’involontaire des Lumières et de leur idéal d’indépendance absolue : lorsque le sujet réifié n’est plus lié par des valeurs et des attachements, les seules normes qui survivent sont celles de la puissance charismatique, de l’efficacité, de l’organisation, de la systématicité dans la soumission du monde et la domination de la vie, alors visées pour elles-mêmes. C’est finalement à cela qu’a abouti « l’entendement non dirigé par un autre ». Jacques Ellul lui aussi démontrait de manière clairvoyante qu’en obligeant le monde à mettre en branle un gigantesque complexe organisationnel (la Big Science, la mobilisation totale, la culture de guerre [12]), et malgré sa cuisante défaite militaire, Hitler gagnait en 1945 une « victoire politique » complète [13] : le monde passait à la fin de la guerre un seuil important, pour se réduire terriblement à l’unique dimension de la raison instrumentale.

Faut-il défendre la raison ? Quel lien entre la raison, les Lumières de l’émancipation et la sortie de l’économie ?
La rationalité instrumentale ne définit pas le tout de la raison, car la science n’a pas le monopole de la raison. S’il faut d’abord lui crever les yeux après l’avoir mise en face de ses propres résultats inquiétants, contre le poids de cette raison organisationnelle il faut lui opposer la conception de la personne et du vivant comme autonome et solidaire, le refus d’une vie aliénée car mutilée, la « démocratie » au sens de Castoriadis. Non pas compenser ou rééquilibrer le projet des Lumières comme l’écrit Habermas (comme d’autres à la suite de Polanyi, pensent « réenchasser l’économie » ou « (re)pensent la technique » et privilégient une « modernité réfléchie »), mais lui opposer un « contre-réalisme » (Kurz) en le vidant de l’ensemble de ses nuisances et éléments désastreux : car l’idée d’une société autonome et émancipée reste un horizon.
Les réflexions de l’Ecole de Francfort nous semblent ici très précieuses pour avancer. La raison comme sortie de l’économie ne peut consister que dans ce qui a été appelé par ces penseurs « l’auto-réflexion », une réflexion au second degré, mais qui consiste aussi à changer de raison en adoptant notamment celle qui permet l’élucidation par soi-même du sujet par lequel on accède à l’autonomie. On ne peut se laisser aveugler par les Lumières, il faut leur appliquer, à elles comme à leur monde, le principe qu’elles ont appliqué à la pensée et au monde de leur époque : « Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement ». Le télos de la raison doit être désormais la libération de la vie et son intensification toujours plus grande dans son auto-accroissement souverain. « Ce n’est pas dans les sciences de la nature notait Horkheimer, fondées sur la mathématique présentée comme Logos éternel, que l’homme peut apprendre à se connaître lui-même ; c’est dans une théorie critique de la société telle qu’elle est, inspirée et dominée par le souci d’établir un ordre conforme à la raison » [14] . La raison fait donc partie d’un bricolage autoréflexif critique lié à l’émancipation [15]. Et dans nos bricolages de réflexion et de pratique alternative, dans leur tentative de justification et d’argumentation les plus banals, par lesquels nous cherchons à exprimer des raisons de croire à tel ou telle chose ou d’agir de telle ou telle manière, en recherchant la participation et l’adhésion d’autrui, se dessine un mode d’organisation du savoir et de l’agir irréductible et même opposé à la visée instrumentale que nous combattons. « L’authentique bricolage écrivait Pierre Sansot, sous-entend une manière fondamentale d’exister, de se poser au monde. En ce sens, un homme bricole de la même manière les pensées, les mots, ses relations de voisinage. Bricoler signifie alors à la fois trafiquer et se disperser. On trafique pour échapper à la norme, parce qu’il y a de la perversion à mésuser de ce qui nous est offert et que l’on frôle […]. Se disperser, c’est inachever tout ce que l’on entreprend et, au premier chef, son existence ; ne pas endosser un métier, préférer les petits boulots qui laissent beaucoup de temps libre pour rêver, mégoter, rendre visite aux copains » [16] . Ici, nous défendrons donc l’auto-réflexivité, à travers une auto-analyse de pratiques alternatives que nous permet le « travail à côté ».

Kobayashi.

----------------------
[1] Emmanuel Kant, Qu’est-ce que les Lumières ?, GF, Flammarion, 1991, p. 43-44.

[2] « Par monopole radical, j’entends un type de domination par un produit qui va bien au-delà de ce que l’on désigne ainsi à l’habitude. On entend généralement par monopole le contrôle exclusif par une firme des moyens de production ou de vente d’un bien ou d’un service. On dira que Coca-Cola prend le monopole des boissons non-alcoolisées au Nicaragua […]. Un homme assoiffé peut désirer une boisson non-alcoolisée, fraîche et gazeuse, et se trouver limité au choix d’une seule marque, mais il reste libre d’étancher sa soif en buvant de la bière ou de l’eau. C’est seulement si et lorsque sa soif se traduit sans autre possibilité dans le besoin compulsif, l’achat obligatoire d’une petite bouteille d’une quelconque boisson, que s’installe le monopole radical. Par ce terme, j’entends la domination d’un type de produit plutôt que celle d’une marque. […] Les transports peuvent ainsi prendre le monopole de la circulation. Les voitures peuvent façonner une ville, éliminant pratiquement les déplacements à pied ou à bicyclette, comme à Los Angeles. […] Que les gens deviennent impuissants à circuler sans moteur, voilà le monopole radical », dans Ivan Illich, La convivialité, Seuil, 1973, p. 80-81.

[3] Ivan Illich, op. cit,, p. 73.

[4] Voir la profession de foi (encore) saint-simonienne de Philippe Dugot, dans la réédition de Michel Chevalier, Système de la Méditerranée (1832), Mille et une nuits, 2006, p. 71.

[5] Voir en particulier sur cette question, Michel Henry, La Barbarie, Puf, 2005 (1987).

[6] « La Raison se comporte à l’égard des choses comme un dictateur à l’égard des hommes : il les connaît dans la mesure où il peut les manipuler. […] La nature des choses se révèle [être] toujours la même : le substrat de la domination », in Theodor Adorno, Dialectique négative, Payot, 1978, p. 27.

[7] Notamment grâce au développement de l’abstractification astronomique : les mesures de longueurs basées sur les parties du corps humains (pied, pouce, etc.), et aussi différenciées et multiples que le sont les cultures humaines locales, furent remplacées par la mesure physique abstraite du mètre, censé correspondre au quarante millionième de la circonférence de la Terre. Sur le plan de la temporalité, se fut la même chose avec l’apparition de la montre et de l’horloge – le « moulin du diable » - dans les usines et les chaumières. Désormais la contrainte temporelle dans le travail ne vient plus de la nature (rythme de la mer pour un port, etc.) ou n’est plus définie par un temps « orienté par la tâche » à accomplir, le travail est mesuré en unité de temps, l’horométrie sociale de la nouvelle discipline horaire est née. « Le temps devient ainsi une monnaie d’échange : il n’est plus passé mais dépensé » écrit Thompson. Et le temps mathématique devient le temps du « travail abstrait ». Il faut maintenant synchroniser la main d’œuvre quand celle-ci n’est plus que la projection organique de la machine mathématiquement rythmée. C’est la « domination réelle » du temps de la machine et le temps de l’homme qui disparaît. C’est avec ce temps abstrait détaché du monde vécu et des conditions concrètes, que le capitalisme a pu « prolonger le jour du travail abstrait dans la nuit et grignoter le temps de repos » (Kurz). Et nous n’aurons désormais plus aucun contrôle sur notre vie professionnelle. Sur ces questions voir Edward, P. Thompson, Temps, discipline du travail et capitalisme industriel, La fabrique, 2004.

[8] Robert Kurz, « Les lumières des Lumières. Le symbolisme de la modernité et l’élimination de la nuit », Avis aux naufragés, Lignes et Manifestes, 2005, p. 37.

[9] Pour un bel aperçu des réactions à la perte d’autonomie dans leur travail, qu’organisaient les communautés d’ouvriers-paysans du XIXe siècle, voir Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société du XIXe siècle, Seuil, 1991.

[10] Voir Jacques Donzelot, L’invention du social, Seuil, Points, 1994. Pour cet auteur, l’Etat-Providence (dont rêvent encore les nostalgiques de l’altermondialisme) a spolié les individus de leur citoyenneté authentique en leur faisant croire qu’il allait satisfaire tous leurs besoins. L’invention du rôle social de l’Etat en accompagnant le progrès économique et sa dynamique inégalitaire, a introduit une profonde « réduction des passions politiques ». Car si on sait qu’en 1848 le suffrage universel masculin a été adopté pour « terminer la Révolution » et en finir avec sa logique populaire insurrectionnelle, on sait moins que l’Etat social a été inventé « pour rendre gouvernable une société qui a opté pour le régime démocratique » (p. 181). « La technique assurantielle substitue à l’exigence morale de justice le principe d’une réparation sociale de préjudice par nature aléatoires. Elle oppose, à la pression exercée sur l’Etat en vue d’une réorganisation de la société, ce principe d’une promotion du social, d’une augmentation des chances de chacun par la réduction des risques de tous » (p. 140). Au final, l’Etat social nous a qu’asservis en nous rendant dépendants et revendicateurs de ses aides, et en reproduisant sans cesse les inégalités tout en les masquant. Au nom du « social », la responsabilité des citoyens a été transférée à l’Etat, et aujourd’hui il n’y a plus de vie sociale sans l’intervention de celui-ci et de sa raison organisationnelle (« l’action sociale »). « Conçus au nom du social, l’Etat-Providence s’est développé au dépens de la vie effective de la société » (p. 224). Chacun étant cloîtré dans son individualité et la satisfaction de ses désirs, l’Etat est même obligé de simuler la présence de la démocratie en organisant sur telle ou telle question une « conférence citoyenne » ou mieux un « débat télévisé » sur une chaîne du « service public ». La vie de la société se calcule désormais sur l’échelle des rondes de police des « médiateurs », du « buzz » internet et du sondage d’opinion.

[11] Avec la « guerre totale » où finalement les démocraties ont été les plus performantes, des « seuils de violence » nouveaux ont été franchis avec le « bombardement stratégique » qui fut décrit voire théorisé avant même d’avoir existé (le principal théoricien fut le général italien Giulio Douhet, La maîtrise de l’air, 1922). Le « tapis de bombes » industriel était né et le martyre des villes entre 1940-1945 serait désormais possible. Dans les guerres du futur écrivait Douhet, les armées de terre et de mer seront confinées à des rôles secondaires. Le sort de la guerre viendra des airs sous la forme de puissantes formations de forteresses volantes qui noieront les grandes agglomérations ennemies sous des bombes incendiaires et chimiques. En février 1942, l’air-marshall Harris prend la tête du « Bomber Command » britannique, il opte non pas pour un bombardement de précisions mais un bombardement « de zone », nocturne, à moyenne altitude, volontairement peu précis, à base de bombes incendiaires. Ses services planifient tranquillement la destruction des 60 plus grandes villes allemandes qui n’ont pas d’intérêt stratégique (on reprochera aux Alliés de n’avoir pas bombardé les réseaux aboutissant aux camps d’extermination). Dès mai 1942, Cologne inaugurait la terrible expérience des « typhons de feu » provoqués par l’éclatement simultané de milliers de bombes incendiaires au phosphore. Au début de 1945, l’arme absolue du bombardement stratégique, les 1000 B29 de la 20th Air Force du général américain Curtis, d’une autonomie de 6000 km, volant à 12000 mètres d’altitude grâce à une cabine pressurisée (et donc complètement inaccessible tant par la chasse que la DCA) entreprirent systématiquement de « traiter » (vocabulaire des stratèges) c’est-à-dire de rayer le Japon de la carte. Le 9 et 10 mars 1945, le bombardement au phosphore de Tokyo fut le plus meurtrier de toute la guerre : 85 000 morts, 200 000 bléssés, un million de sans-abris. L’autonomisation de la technique décrite par J. Ellul, peut aussi se retrouver avec le « Bombing Survey ». Ainsi, alors qu’en 1944 les bombardements massifs britanniques n’ont en rien entamé le moral des populations civiles, tous les rapports montrent leur échec, il ne sont pas arrêtés par Sir Arthur Harris. C’est que « constituant une entreprise note W. G. Sebald, qui avait nécessité un tel investissement matériel et en organisation, et qui […] engloutissait un tiers de la production de guerre britannique, l’offensive aérienne avait acquis une dynamique propre excluant pratiquement une baisse d’activité ou un changement de cap à court terme, qui plus est à un moment où, après trois années de développement intensif des bases et des usines de production, elle était au maximum de son rendement ou, autrement dit, avait atteint sa plus grande capacité de destruction. Le bon sens économique répugnait à laisser en friche ce matériel produit, à maintenir au sol, sur les terrains d’aviation de l’est de l’Angleterre, les appareils et leur précieuses cargaison. […] A voir comment elle s’est déroulée, faisant litière de tout argument fondé sur la raison, on comprend […] que les victimes de guerre ne sont pas des victimes sacrifiées en chemin au nom d’un objectif, quel qu’il soit, mais, au sens exact du terme, qu’elles sont elles-mêmes l’objectif à atteindre », W. G. Sebald, De la destruction comme élément de l’histoire naturelle, Actes Sud, 2004, p. 29-30 (pour une historiographie de cette « transgression morale », voir J.-F. Murraciolle, « Le bombardement stratégique », dans F. Rousseau (dir.), Guerres, paix et sociétés, 1911-1946, Atlande, 2004, pp. 363-375). Il faut aussi considérer la spécificité du Génocide organisé par les nazis à l’aune du triomphe en son sein de la rationalité instrumentale. Si la terreur stalinienne provoquait finalement plus de mort que la terreur nazie, elle ne s’appuyait pas sur une organisation industrielle comme dans le génocide juif. Auschwitz doit être compris comme une usine à fabriquer des cadavres, une usine qui produit de la mort, car le camp est conçu par les ingénieurs SS dans un esprit de parfaite rationalité. Du tri des déportés à la taille des chambres à gaz et à la capacité de « traitement » des fours crématoires en passant par l’organisation des chemins de fer ou par le calcul de la déclivité de la rampe qui mène du quai de la gare à la chambre à gaz (permettant ainsi un écoulement régulier et sans heurt, une véritable chaîne de montage pour la mort), tout est conçu pour permettre le fonctionnement le plus régulier de l’usine (tout cela est développé dans Eugen Kogon, L'Etat SS, Seuil, 1984).

[12] George L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Hachette, Pluriel, 1999, (1990).

[13] Jacques Ellul, « Victoire d’Hitler ? », journal La Réforme, 23 juin 1945. Reproduit ici : http://forum.decroissance.info/viewtopic.php?t=4483

[14] M. Horkheimer, Théorie traditionnelle et théorie critique, Gallimard, 1974, p. 27-28.

[15] Voir du groupe Oblomoff, La disparition des lucioles. Plate-forme pour une critique de la recherche scientifique, 2008.

[16] Pierre Sansot, Les gens de peu, Puf, 2003, 1991, p. 64.


_________________
Critique de la valeur et du travail

Brochure du Manifeste contre le travail de Krisis.

http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/ (3 n° du bulletin)
Back to top
View user's profile Send private message
De passage
Guest





PostPosted: 29 Dec 2008 22:55    Post subject: Reply with quote

Sortir de l'économie c'est donc aussi sortir du monopole de la raison positive, objective pour promouvoir non pas la bêtise comme d'autre veulent promouvoir la paresse mais une raison qui prend en compte les dimensions subjectives de la vie dans le travail scientifique.
Cette raison reste quand même à développer pour atteindre le niveau de l'universalité et ne pas tomber dans les pièges du postmodernisme. Ces postmodernes qui critiquent eux aussi la raison et sa prétention à l'universalité pour promouvoir ce que Kosik appelle le pseudo-concret mettent en oeuvre une fausse radicalité qui aboutit finalement à reproduire le monde fétichisé et réifié.
La raison implique de ne pas poser le monde devant soi mais d'avoir conscience de son appartenance au monde et de ce qui nous relie à l'ensemble des vivants. Ce qui nous relie aux autres vivants est bien évidemment éloigné des gadgets de la société techno-marchande (et oui ce n'est pas le haut-débit qui nous relie!) mais plus surement "la vie", la subjectivité qui est la même pour tous malgré ses multiples différenciations individuelles.
Back to top
Kercoz



Joined: 20 Sep 2008
Posts: 967
Location: bordeaux

PostPosted: 30 Dec 2008 9:55    Post subject: Reply with quote

Kobayashi écrit:

"""""""""""Faut-il défendre la raison ? Quel lien entre la raison, les Lumières de l’émancipation et la sortie de l’économie ? """"""""""""""

Juste une réflexion : les fausses opinions que la raison et la science ont eu du mouvement des planètes n'ont aucunement modifié la nature de ces mouvements .
Il n'en est pas de meme pour les sciences dites "humaines". Les opinions d'abords inconscientes, puis ordonnées et raisonnées , pour la pluspart faussées dès l'expansion des groupes humains hors de son "moule", ont sans cesse modifié l'objet meme de leur étude.
(De mémoire d'apres B De Jouvenelle: "histoire du pouvoir")
Back to top
View user's profile Send private message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 30 Dec 2008 11:48    Post subject: Reply with quote

A mon avis la Raison majuscule est peu à l'aise avec les besoins vitaux de base (sécurité matérielle et affective minimale), et prompte à s'aliéner à l'argent et l'industrie pour que ces besoins sont couverts automatiquement. On ne s'intéresse qu'à la subsistance que pour l'automatiser, c'est-à-dire concevoir des machines à déléguer leur fabrication, machines sociales et "techniques" à la fois.

Dans l'appel à la Raison il y a généralement l'espoir que la pensée ait une puissance intrinsèque de résolution des problèmes, et qu'on ait juste besoin de faire quelques réglages compliqués qu'il faut trouver (ça ne doit pas être trop fatiguant pour le corps). C'est-à-dire finalement un conservatisme pas très pertinent.

Alors forcément le postmodernisme lui tombe dessus, sur cette séparation intellect-corps, mais c'est pour mieux la radicaliser car cette fois-ci il n'y a plus qu'à contempler le travail des machines qui libère complètement les sens, par exemple avec les bonnes choses du terroir ou pourquoi pas l'intimité par écran interposé.

D

_
PS:
Adorno il me semble n'est pas exempt de scientisme, par exemple dans La personnalité autoritaire, ça n'y va pas de main morte il me semble face aux ouvriers qu'il trouve un peu fachos et obscurantistes dans leur vision de la science, mais je ne retrouve pas la référence (peut-être un travail de jeunesse?).
_________________
SDE dec.info socio. des épreuves
Back to top
View user's profile Send private message
ajnâni



Joined: 24 Jan 2009
Posts: 70

PostPosted: 25 Jan 2009 10:27    Post subject: Reply with quote

Bonjour,

sujet très intéressant, je me permets de m'y introduire.

Le problème est que depuis Descartes, on a pris l'habitude de couvrir avec le terme "raison" des choses totalement différentes, qui correspondent à des facultés humaines différentes.

Dans les conceptions métaphysiques traditionnelles, on considère l'homme comme constitué de trois degrés. Corps, âme, esprit.
A ces trois degrés correspondent trois facultés: les sens, la raison, et l'intelligence.
Descartes a voulu réduire l'être humain aux deux degrés inférieurs, en appelant "matière" ce qui relevait du domaine corporel, et "esprit" ce qui relevait de la raison. Le but était bien entendu de détruire la métaphysique pour donner libre cours à ses conceptions purement matérialistes/mécanistes, et pour cela, il fallait ni plus ni moins nier l'intelligence, c'est à dire la faculté de l'homme à se "relier" (inter-legere ) à son principe.
(à ce sujet, il a sans doute sa part de responsabilité dans la situation actuelle. Connaissez vous ses conceptions sur les "animaux-machines" ?)

Je ne suis pas sûr d'être clair... ce qui est sûr, c'est qu'aujourd'hui on met dans le mot "raison" à la fois la raison et l'intelligence, qui sont deux choses distinctes, et cela ne facilite pas les choses.
Back to top
View user's profile Send private message
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 25 Jan 2009 13:07    Post subject: Reply with quote

Quote:
degrés. Corps, âme, esprit.
A ces trois degrés correspondent trois facultés: les sens, la raison, et l'intelligence.
Descartes a voulu réduire l'être humain aux deux degrés inférieurs, en appelant "matière" ce qui relevait du domaine corporel, et "esprit" ce qui relevait de la raison. Le but était bien entendu de détruire la métaphysique pour donner libre cours à ses conceptions purement matérialistes/mécanistes, et pour cela, il fallait ni plus ni moins nier l'intelligence, c'est à dire la faculté de l'homme à se "relier" (inter-legere ) à son principe.
(à ce sujet, il a sans doute sa part de responsabilité dans la situation actuelle. Connaissez vous ses conceptions sur les "animaux-machines" ?)


Désolé alors la, mais c'est parfaitement faux. Je ne prendrais pas souvent la défense de Descartes, mais il ne faut pas dire n'importe quoi!

Descartes n'a jamais voulu détruire la métaphysique et il n'a jamais eu une conception entièrement matérialistes/mécaniste!
Descartes fonctionne avec le fameux "dualisme cartésien", il y a pas que du matériel ou du mécanique! Il y de la matière et de l'esprit qui fonctionne chacun à leur manière mais qui se retrouve l'on sait dans la fameuse glande pinéale !
_________________
Pour des communautés libertaires écocentrique et affinitaire

Participer a libérer et cultiver les conditions locales et pérennes d’existences et d’autodéterminations des vivants, sans domination.
Back to top
View user's profile Send private message
Guest






PostPosted: 25 Jan 2009 13:29    Post subject: Reply with quote

Quote:
Descartes a voulu réduire l'être humain aux deux degrés inférieurs, en appelant "matière" ce qui relevait du domaine corporel, et "esprit" ce qui relevait de la raison.


L'aspect métaphysique ( dieu en l'occurence ) était indispensable pour Descartes et sa philosophie. Pour lui, dieu avait créer la "matière" et l'"esprit" et il constituait leur point de référence commun. Il était la source de l'ordre naturel et de la lumière de la raison qui permet de reconnaître cet ordre.
Les trois degrés que tu citais sont encore présents chez lui.
C'est par la suite que les scientifiques ont enlevé cette référence à dieu trop encombrante pour eux.
Incomber la responsabilité de la situation actuelle à un mort, c'est bien pratique !
Back to top
ajnâni



Joined: 24 Jan 2009
Posts: 70

PostPosted: 25 Jan 2009 17:47    Post subject: Reply with quote

[quote="Anonymous"]
Quote:

Incomber la responsabilité de la situation actuelle à un mort, c'est bien pratique !


Oui, j'avoue, c'est pratique Très content

Mais évidemment, c'est bête, il ne s'agit pas de jeter la pierre à Descartes, mais surtout de voir si ses conceptions, qui ont eu une influence énorme sur la vie intellectuelle occidentale, sont pour quelque chose dans la situation actuelle.

Il faudrait que je le relise plus attentivement, mais il me semblait avoir compris que Descartes envisageait Dieu comme un être matériel (genre vieillard barbu avec une grosse voix ?), ce qui revient à le nier complètement, et du coup à faire de la raison la faculté la plus élevée de l'humain. (plus besoin d'intelligence au sens métaphysique du terme si il n'y a plus rien de supra-rationnel)
Back to top
View user's profile Send private message
Djinn_
Guest





PostPosted: 27 Jan 2009 13:42    Post subject: Reply with quote

La "critique de la raison pure" chez Kant consiste simplement à introduire les faits dans le raisonnement.

Les faits n'intéressent pas la métaphysique rationaliste, comme ils n'intéresseront pas le matérialisme.

Cette opposition entre raison pure et raison confrontée au monde est à la base de la plupart des débats philosophiques encore aujourd'hui.
C'est assez nul, d'ailleurs.
Back to top
loulie



Joined: 12 Jan 2009
Posts: 282

PostPosted: 27 Jan 2009 14:28    Post subject: Reply with quote

bonjour

juste un petit mot because j'ai pas le temps de divaguer beaucoup vu la corvée de bois de chauffage à faire ( ça c'est de la matière ... -39 la nuit dernière !) ..

la tutelle intellectuelle est la plus sournoise ! ça devient du raisonnement strict éloigné du Coeur et c'est très dangeureux...

Essayer de penser par vous-mêmes, sans référence, à partir du quotidien, de vos deux mains qui construisent votre quotidien et mettez un peu les morts de côté ... même que raisonner le moins possible serait encore mieux... avez-vous envisager la décroissance de la domination du mental ? c'est très intéressant comme avenue Cool
loulie
Back to top
View user's profile Send private message Send e-mail
bloups



Joined: 27 Jul 2004
Posts: 1560

PostPosted: 28 Jan 2009 20:21    Post subject: Reply with quote

Quote:
même que raisonner le moins possible serait encore mieux...


Pourquoi faut-il toujours tomber dans l'excès inverse lorsque l'on veut simplement critiquer un abus ?
Raisonner le moins possible ? Vraiment ?
Back to top
View user's profile Send private message
Guest






PostPosted: 11 May 2009 2:13    Post subject: Reply with quote

bloups wrote:
Quote:
même que raisonner le moins possible serait encore mieux...


Pourquoi faut-il toujours tomber dans l'excès inverse lorsque l'on veut simplement critiquer un abus ?
Raisonner le moins possible ? Vraiment ?


Oui et sans excès.
Dans le sens de se faire confiance et de prendre les choses en main, au lieu de se figurer ce qu'elles seront sans bouger.

À moins que la finalité choisie soit de raisonner sur ce qu'est la raison, auquel cas excusez-moi d'avoir updater ce message. Mort de rire
Back to top
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Sortir de l'économie ? All times are GMT + 1 Hour
Goto page 1, 2  Next
Page 1 of 2

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group