forum.decroissance.info » Forum Index forum.decroissance.info »
Lieu d'échanges autour de la décroissance
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

capitalisme d'Etat
Goto page 1, 2, 3  Next
 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Sortir de l'économie ?
View previous topic :: View next topic  
Author Message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 29 Jun 2009 14:07    Post subject: capitalisme d'Etat Reply with quote

Quelques réflexions théoriques.

La question du capitalisme d'Etat est d'actualité car, en temps de crise, plutôt de sortir de l'économie, les positions "responsables" vont logiquement vers une intervention de l'Etat, considéré comme acteur économique particulier.

Le capitalisme d'Etat est une solution parmi les interventions possibles, et particulièrement à gauche.

Ce qui caractérise essentiellement le capitalisme d'Etat c'est que la vente de toutes marchandises est garantie parce que l'Etat les achètent. C'est une version extrême car l'Etat achète de toute façon énormément de marchandises avec l'argent collecté par les impôts et taxes.

Le capitalisme d'Etat favorise le productivisme (quantité de marchandises produites) mais pas forcément la productivité (vitesse de production des marchandises), ou peut-être pas autant que le capitalisme classique.

Typiquement le capitalisme d'Etat se retrouve dans les économies en guerre contre un ennemi extérieur, comme en Allemagne de 1916 ou l'URSS des années 30 : toute la population est mobilisée, il n'y a pas de chômage. Le phénomène de pénurie de main-d'oeuvre est alors frappant : il ne favorise pas pour autant une autonomie des travailleurs dans leur ensemble. Au contraire, de large fractions de la vie sociale se militarisent pour favoriser le mise au travail. Les travailleurs sont atomisés (grèves en principe interdites) et essaient de reprendre possession de leur emploi du temps clandestinement.

Prospective cavalière

On peut faire un parallèle (déplaisant) avec l'idéologie actuelle des services publics : tout ce qui est produit est réputé utile. L'idéologie est confirmée par le fait économique (l'Etat paie ce truc, donc c'est que ça a de la valeur). Cela pourrait être un puissant facteur de mobilisation, si besoin. La production de marchandises, au lieu d'être validée par l'achat de consommateurs atomisées, le devient par un appareil d'Etat en situation de guerre.

Il n'y a pas de besoin que la population soit d'accord avec les initiatives de cet appareil, contrairement à ce que prétend par exemple Harribey : "Dans le secteur non marchand, la richesse produite par le travail est validée par une décision collective" (*). Pour prendre un exemple extrême et sans doute particulier, la construction de centrales nucléaires a-t-elle été validée par une "décision collective" ? Mais c'est le cas général.

On constate aussi que, dans les secteurs économiques des services publiques, la remise en cause et la discussion sur le contenu des activités, aussi bien que de leur forme marchande, n'est pas plus facile qu'ailleurs. Voir par exemple le mouvement des chercheurs, des mobilisations des profs, des salariés de la SNCF, des infirmières, des salariés EDF, etc. A aucun moment n'est posée la situation de dépossession ordinaire opérées par ces secteurs économiques à l'égard de ses usagers.


--

Réf :

Conflits sociaux et fluctuations économiques en URSS : l'exemple de la période 1950-1965
Jacques Sapir Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Année 1985, Volume 40, Numéro 4, p. 737 - 779
Article en ligne sur http://www.persee.fr

(*) Dans le sens habituel, le "non-marchand" comprend les activités des personnes dont l'Etat paient les salaires. Ces activités restent pour autant des marchandises.

En d’autres termes, dans le secteur capitaliste, le marché valide le travail « utile » au regard de la demande solvable, et il rejette dans l’ « inutile » celui dont le résultat ne trouve pas preneur. C’est ce point qui crée souvent, dans le discours dominant, l’illusion que la valeur est créée par l’échange sur le marché. Dans le secteur non marchand, la richesse produite par le travail est validée par une décision collective. Le combat socioéconomico-écologique de l’altermondialisme pour une « démarchandisation » de la société s’appuie sur cette théorie, dont les fondements ont été posés par l’économie politique et sa critique.

Extraits de ATTAC (sous le direction de Jean-Marie Harribey), Le Petit Alter, Dictionnaire altermondialiste, Paris, Mille et une nuits, 2006, pages 181-183, 355-359
Voir le site de Harribey
_________________
SDE dec.info socio. des épreuves
Back to top
View user's profile Send private message
Djinn



Joined: 23 Aug 2007
Posts: 214
Location: St-Denis

PostPosted: 29 Jun 2009 17:33    Post subject: Reply with quote

Quote:
Ce qui caractérise essentiellement le capitalisme d'Etat c'est que la vente de toutes marchandises est garantie parce que l'Etat les achètent.


L'Etat n'est pas que client. La propriété étatique des moyens de productions, c'est aussi un capitalisme d'Etat. Mais tu en parles aussi plus bas.

Quote:
On peut faire un parallèle (déplaisant) avec l'idéologie actuelle des services publics : tout ce qui est produit est réputé utile. L'idéologie est confirmée par le fait économique (l'Etat paie ce truc, donc c'est que ça a de la valeur).


Si on parle d'ATTAC et cie, il y a une anesthésie de la critique quand il s'agit du secteur public. Globalement c'est plutôt l'idée inverse qui domine : l'Etat prélève et dépense, les entreprises créent la richesse.

Quote:
Il n'y a pas de besoin que la population soit d'accord avec les initiatives de cet appareil, contrairement à ce que prétend par exemple Harribey : "Dans le secteur non marchand, la richesse produite par le travail est validée par une décision collective" (*).


Quote:
"En d’autres termes, dans le secteur capitaliste, le marché valide le travail « utile » au regard de la demande solvable, et il rejette dans l’ « inutile » celui dont le résultat ne trouve pas preneur. C’est ce point qui crée souvent, dans le discours dominant, l’illusion que la valeur est créée par l’échange sur le marché. Dans le secteur non marchand, la richesse produite par le travail est validée par une décision collective. Le combat socioéconomico-écologique de l’altermondialisme pour une « démarchandisation » de la société s’appuie sur cette théorie, dont les fondements ont été posés par l’économie politique et sa critique. "

Extraits de ATTAC (sous le direction de Jean-Marie Harribey), Le Petit Alter, Dictionnaire altermondialiste, Paris, Mille et une nuits, 2006, pages 181-183, 355-359
Voir le site de Harribey


Pour ATTAC, les services publics en question sont quasi régaliens, voire symboliques pour eux (l'école, les hôpitaux...). Mais pour une théorie ça ne pisse pas loin. C'est juste le développement du slogan de manif. Pour que ça devienne une théorie économique, Harribey dit juste "l'école c'est utile, donc ça crée de la valeur".

En jouant "notre valeur" contre "leur valeur", chacun ne fait que décliner son parti pris idéologique. C'est presque cela le plus important : montrer ce que la valeur a d'arbitraire et d'idéologique.
_________________
http://www.ecotheurgie.com
Back to top
View user's profile Send private message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 30 Jun 2009 9:14    Post subject: Reply with quote

Djinn wrote:
L'Etat n'est pas que client. La propriété étatique des moyens de productions, c'est aussi un capitalisme d'Etat. Mais tu en parles aussi plus bas.


Jacques Sapir que je cite plus bas relative ça, justement. Son article montre que la planification de l'URSS dans son ensemble échoue.
A partir du moment où la vente est garantie, il se développe un phénomène de concurrence entre les entreprises, non pas sur les débouchés, mais sur le recrutement de la main-d'oeuvre. Du fait des objectif quantitatifs et de la nature policière du régime, il y a une pénurie de main-d'oeuvre (et non une absence de chômage). Les salaires augmentent (mais il y a une pénurie des marchandises à acheter). Tout cela annule la planification qui normalement s'occupe de fixer tout ça.
Les directeurs de ces entreprises d'Etat (1950-1965) ont beaucoup d'autonomie, par exemple en se faisant crédit entre entreprises, ce qui là encore court-circuite la planification centrale.

La propriété étatique n'a pas donc pas vraiment d'influence, sauf bien-sûr après 1990. C'est plutôt la garantie de vente pour les entreprises qui fait la spécificité de ce genre d'économie.

Sur un plan plus théorique et logique, la propriété d'Etat est un cas limite où l'Etat reconnait lui-même sa "propriété". C'est un peu tautologique ?
_________________
SDE dec.info socio. des épreuves
Back to top
View user's profile Send private message
Djinn



Joined: 23 Aug 2007
Posts: 214
Location: St-Denis

PostPosted: 30 Jun 2009 10:44    Post subject: Reply with quote

Quote:
A partir du moment où la vente est garantie, il se développe un phénomène de concurrence entre les entreprises, non pas sur les débouchés, mais sur le recrutement de la main-d'oeuvre.


En URSS où les objectifs de production sont très élevés. Mais c'est un choix. En France mitterandienne, c'est plutôt la résorption du chômage qui était l'objectif.

Quote:
Les salaires augmentent (mais il y a une pénurie des marchandises à acheter). Tout cela annule la planification qui normalement s'occupe de fixer tout ça.


Un libéral dirait que sans volant de chômeurs, le salarié est tout puissant, et donc incité à mal faire son travail. Il n'aurait pas complètement tort. Mais il ne faut rien exagérer, une planification raisonnable, ça peut fonctionner. D'ailleurs ça fonctionne. La plupart des grosses entreprises disposent d'un plan stratégique.

Quote:
La propriété étatique n'a pas donc pas vraiment d'influence, sauf bien-sûr après 1990. C'est plutôt la garantie de vente pour les entreprises qui fait la spécificité de ce genre d'économie.


Pour un marxiste, la garantie de vente ce n'est pas rien. C'est la certitude que les crises de surproduction n'auront plus jamais lieu. C'est donc "la " solution à la crise du capitalisme.

Mais c'est une dualité de surface. D'abord il ne survient pas de crises de surproduction de la manière que suggère Marx (pas le lieu d'en discuter ici, on le fait ailleurs).
Ensuite deux idées contradictoires continuent de cohabiter. L'une est que puisque les ventes sont garanties, la valeur des biens ne diminue pas. L'autre que puisque la productivité augmente (en URSS ils faisaient ça), la valeur diminue sans cesse. On pourrait imaginer que la société étatique ne se préoccupe pas de valeur. Mais il n'y a aucun besoin d'un Etat pour renoncer à la valeur. L'individu producteur aurait pu y renoncer lui-même, et de fait les pays communistes n'ont jamais renoncé à la valeur.
Enfin, l'organisation de la société est calquée sur celle du monde capitaliste occidental : des donneurs d'ordre, des salariés, l'idéologie de la production et du travail...

Sans remise en cause de la théorie économique et de la notion de valeur, il n'y a aucun sens à se déclarer anticapitaliste. Il y a des "anarchistes" qui se retrouvent à faire la propagande du FMI sans s'en rendre compte.

On a vu le caractère idéologique de la notion de valeur chez Harribey.
On a aussi la commission Stiglitz qui se réunit pour "redéfinir le contenu de la croissance". C'est un aveu non ? Tout ce qu'ils appellent croissance ou valeur, c'est eux qui l'ont inventé. Donc s'il y a des problèmes avec cette croissance, c'est qu'ils les ont inventés aussi.
_________________
http://www.ecotheurgie.com
Back to top
View user's profile Send private message
buginpasloggué
Guest





PostPosted: 30 Jun 2009 11:37    Post subject: Reply with quote

C'était donc ça ! Je comprenais pas pourquoi Harribey affirmait que la croissance prenait en compte le non-marchand... c'est parcequ'il pense que le marchand de l'état, n'est pas du marchand ! ben dis donc... tjs est il qu'il est donc bien aveugle au non marchand qui n'est pas non plus a l'état...
Back to top
Djinn



Joined: 23 Aug 2007
Posts: 214
Location: St-Denis

PostPosted: 30 Jun 2009 17:03    Post subject: Reply with quote

Fausse piste...

Non-marchand signifie les services qui ne sont pas payés directement par l'utilisateur (l'école, la police, l'armée...).
C'est effectivement pris en compte dans le PIB, au coûts de production (les salaires des agents publics).
_________________
http://www.ecotheurgie.com
Back to top
View user's profile Send private message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 01 Jul 2009 9:19    Post subject: Reply with quote

Oui, effectivement, il n'y a pas que Harribey qui utilise cette définition du "non-marchand". C'est la définition en quelque sorte officielle. Donc attention aux quiproquos!

Sinon le texte de Harribey que je citais est ici :
http://harribey.u-bordeaux4.fr/travaux/valeur/economisme.pdf

Il est intéressant à lire ; c'est pas long et ça expose bien la valeur marxienne... comme ça l'arrange. Car ici Harribey tourne la théorie marxienne dans un certain sens, afin de "légitimer" sa vision de l'économie qui permet de donner une justification scientifique à l'action de l'Etat comme achetant des trucs (secteur non-marchand) parce que ça crée aussi bien de la valeur que dans le secteur marchand. Comme disait Bourdieu : l'économie est une science d'Etat.

Emporté par son élan tout théorique, Harribey en arrive à dire des trucs hallucinants comme le fait que payer les impôts exprime un accord de la population en faveur de la production de ces bien "non-marchands" :

Harribey wrote:
De la même façon que les salaires versés vont ensuite être dépensés pour acheter les biens marchands, le paiement de l’impôt vient, après que les services collectifs sont produits, exprimer l’accord de la population pour que soient assurées de façon pérenne l’éducation, la sécurité, la justice et les tâches d’administration publique. (p.7)


N'importe quoi !
_________________
SDE dec.info socio. des épreuves
Back to top
View user's profile Send private message
Djinn



Joined: 23 Aug 2007
Posts: 214
Location: St-Denis

PostPosted: 01 Jul 2009 10:43    Post subject: Reply with quote

Le fait que les services non-marchands soient inclus dans le PIB peut malgré tout servir à mettre en évidence un petit paradoxe très significatif, à encadrer :

Si ces services créent eux-mêmes la valeur qui correspond à leurs coûts de production, à quoi servent les impôts ?
_________________
http://www.ecotheurgie.com
Back to top
View user's profile Send private message
Deun



Joined: 14 Mar 2005
Posts: 1536
Location: Colombes(92)

PostPosted: 01 Jul 2009 10:49    Post subject: Reply with quote

D'ailleurs on peut se demander si Harribey n'exploite pas ce quiproquo à fond :

Par exemple cet autre texte de son site titré

Harribey wrote:
Réexamen du travail productif pour théoriser la démarchandisation


doit immédiatement être traduit sans exagération aucune, par

Harribey wrote:
Réexamen du travail productif pour théoriser l'étatisation de l'économie


Et oui, quand Attac dit "Le monde n'est pas une marchandise", ça veut dire que par exemple des agriculteurs payés par les impôts (heu c'est pas déjà le cas en grande partie pour certains?) ne produisent pas des marchandises, mais des produits non marchands Mort de rire

Le projet d'Attac est le capitalisme d'Etat alors. Désolé je débarque un peu.
C'est pour ça aussi qu'on trouve tant des militants Attac dans les Amap : dégager les prix de la contrainte de suivre les prix du marché, cela donne l'espoir préfigurer un mécanisme de subvention accrue puis d'étatisation des activités agricoles ?

En tout cas un autre marxiste (marxien ? on sait plus), tout en étant d'accord avec le capitalisme d'Etat ("le salariat public préfigure le socialisme", etc), explique pourquoi l'utilisation de Marx par Harribey pour justifier les services publics est bancale :
http://pagesperso-orange.fr/jacques.bidet/harrideb.htm
_________________
SDE dec.info socio. des épreuves
Back to top
View user's profile Send private message
Guest






PostPosted: 01 Jul 2009 12:40    Post subject: Reply with quote

Quote:
Le fait que les services non-marchands soient inclus dans le PIB peut malgré tout servir à mettre en évidence un petit paradoxe très significatif, à encadrer :

Si ces services créent eux-mêmes la valeur qui correspond à leurs coûts de production, à quoi servent les impôts ?

J'pige pas là. Ces services créent de la valeur (parait-il) mais ne la vendent pas; ce sont donc les impôts qui assure les rentrées financières.
Par contre, si ces services créent de la valeur "gratuite", y'a un bug à les compter dans le PIB. En gros leur valeur serait comptée deux fois (PIB non marchand + gain de productivité ailleurs).


Dams
Back to top
bug-in



Joined: 13 Mar 2003
Posts: 4057
Location: prox. Montpellier

PostPosted: 01 Jul 2009 12:43    Post subject: Reply with quote

Ok c'est pas direct, c'est légèrement différé par l'impot, toujours est il qu'a un moment ou un autre on paye pour l'armée l'école etc!... un gros détour pour une grosse machine administrative. Même le libéralisme est mieux que ce monstre il me semble (je parle du libéralisme théorique, pas notre actuel libéralisme pratique).
_________________
Pour des communautés libertaires écocentrique et affinitaire

Participer a libérer et cultiver les conditions locales et pérennes d’existences et d’autodéterminations des vivants, sans domination.
Back to top
View user's profile Send private message
Guest






PostPosted: 01 Jul 2009 13:30    Post subject: Reply with quote

Tout à fait d'accord avec toi bug-in mais mon schmilblick n'a rien à voir avec ta choucroute.


Dams
Back to top
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    forum.decroissance.info » Forum Index -> Sortir de l'économie ? All times are GMT + 1 Hour
Goto page 1, 2, 3  Next
Page 1 of 3

 
Jump to:  
You can post new topics in this forum
You can reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group